fan de romans policiers

14 septembre 2017

James Patterson et " un week end en enfer"

Bonjour,

 

IMG_4694

 

A la médiathèque j'ai pris plusieurs romans de James Patterson.

Celui-ci est signé conjointement avec David Ellis.

J'ai lu "un week end en enfer", péniblement...

Je crois que c'est moi qui était en enfer.

L'histoire est celle de 4 femmes, mariées, mères de famille pour certaines, se payant une virée dans un hôtel à Monaco.

Je passe sur l'alcool qui coule à flots, le sexe pour certaines.

Le lendemain la porte de leur chambre est enfoncée par le GIGN et elles sont poursuivies pour le meurtre du président de la république française.

Elles sont condamnées au terme d'un procès rondement mené et incarcérées. L'une d'entre elles se fait tuer en prison. 

 

Abbie, l'héroïne, décide de s'évader pour prouver son innocence.

Bon, je ne suis pas entrée dans le roman que j'ai trouvé nul mais que chacun se fasse son opinion.

Les héroïnes ne m'ont pas intéressées, le meurtre du président peu crédible, bref pas génial, je me suis un peu ennuyée notamment au début.

En plus cette signature conjointe me laisse perplexe, qui fait quoi dans les romans de James Patterson. J'en ai pris un autre et pareil, deux signatures. 

A bientôt

 

Posté par eoghan à 08:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 septembre 2017

PD James et l’île des morts

Bonjour,

 

 

IMG_4702

 

 

J'avais commencé à lire les romans de PD James avec un livre qui avait pour héroïne Cordelia Gray.

Mince, je ne me souviens plus de son nom mais il m'avait fait, à l'époque, une certaine impression.

Il s'agissait de " la proie pour l'ombre", en plus c'est indiqué sur la quatrième de couverture de l "ile des morts"!!

Je ne  retrouve plus  "la proie pour l'ombre" chez moi.

J'ai souvent prêté mes livres et parfois, je ne les ai pas tous récupérés. Je pense notamment à une série qui mettait en scène un rabbin, je l'ai passée à une amie et pas de retour. En allant chez elle, j'ai vu les romans dans sa bibliothèque et j'avoue avoir été gênée et je ne les ai pas réclamés, j'ignore encore ce qui m'a retenu.

Pourtant, aucun doute, ils étaient même un peu jaunis donc ce n'était pas un achat récent

Passons sur cet épisode peu glorieux, pour elle comme pour moi. 

Par contre j'ai mis la main sur "l'île des morts", seconde apparition de Cornélia Gray".

J'ai supposé que cette jeune détective a été considérée par l'auteur comme ayant un potentiel limité, dommage, je l'aimais bien.

P.D.James est décédée fin 2014 et, à cette époque, je m'étais dit qu'il faudrait que je relise sa série sur Dalgliesh et puis je ne l'ai pas fait...

L'intrigue :

Cornélia Gray, jeune détective, à la tête d'une modeste agence, se borne au début du roman à retrouver les animaux perdus ou égarés. Si cette activité manque de panache, elle lui permet de vivre.

Elle est engagée par Sir Georges,  mari de la célèbre comédienne, Clarissa Lisle. Cette dernière, dont la carrière semble derrière elle,  doit passer un week end sur l'ile des mort  appartenant à un auteur connu Sir Ambrose Gorringe.

Ce dernier, qui a rénové un château victorien doté d'un théâtre ancien au sein de son domaine, a invité Clarissa et une troupe de comédiens amateurs à donner une unique représentation d'une pièce du  théâtre élisabethain.

Sir Georges demande à Cordélia Gray de servir de garde du corps  à son épouse, même s'il ne croit pas à la réalité d'un quelconque danger. 

Lors de ce séjour, la comédienne est effectivement assassinée juste avant la représentation alors qu'elle se reposait dans sa chambre.

Cordelia Gray arrive rapidement à la conclusion que seuls les habitants de l'île peuvent avoir commis ce meurtre.

Et quel est ce meurtrier :

- la cousine qui s'est vu refuser de l'argent,

- le mari confronté aux nombreuses infidélités de son épouse,

- l'amant jaloux,

- la camériste dont la fille est morte seule à l'hôpital en raison de l'égoisme de la comédienne,

- Sir Ambrose, forcé de prêter son théâtre,

- le beau fils qui lui reproche la séparation de ses parents et la mort de son père...

Chacun sur cette île peut être le coupable.

Le huit clos peut faire penser à Agatha Christie et notamment à dix petits nègres.

Je ne dévoilerai pas plus l'intrigue. 

Mon avis :

Le récit est prenant, même si l'intrigue, au delà des habituelles fausses pistes, se révèle simple. Mais l'essentiel se trouve dans l'atmosphère de plus en plus lourde au sein du domaine, dans la personnalité des participants et de leur part d'ombre et de culpabilité. On ne lâche plus le livre!!!

Même en le relisant, j'étais accro!!

J'avoue avoir passé un bon moment en sa compagnie.

A bientôt

 

 

Posté par eoghan à 07:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 septembre 2017

Robert Goddard et " les mystères d'Avebury"

Bonjour,

IMG_4727

J'ai fait le plein de livres à la média thèque et je suis notamment tombée sur un auteur que je ne connaissais pas : Robert Goddard.

J'ai commencé ce roman hier et je l'ai terminé aujourd'hui, presque d'une traite.

L'histoire :

Fin juillet 1981, David Umber, qui écrit une thèse sur, Julius, un polémiste du 18 ème siècle a rendez vous sur la place de Avebury avec un certain Griffin qui, selon ses termes " avait quelque chose à lui montrer".

Alors que David Umber est assis à la terrasse du pub, il voit une jeune baby-sitter arriver, accompagnée de trois enfants.

Avec stupeur, il est le témoin  d'une part de l'enlèvement de la plus jeune enfant : Tamsin Hall, âgée de deux ans et d'autre part de la mort de la soeur de Tamsit renversée par le van blanc utilisé pour l'enlévement.

Un homme, déjà poursuivi pour des faits similaires, reconnaît ultérieurement être l'auteur des faits et l'enquête s'arrête malgré des zones d'ombre.

Lors du procès, la baby-sitter, Sally et David Umber se lient d'amitié et finissent par se marier.

Ils choisissent de repartir à zéro à l'étranger. Toutefois, au bout de plusieurs années de vie commune le couple se sépare, David ayant des difficultés à supporter le sentiment de culpabilité de sa femme.

Cette dernière retourne à Londres où elle suit une psychothérapie mais elle finit par se suicider quelques mois après la séparation.

Plusieurs années s'écoulent et David mène une vie terne et sans but à Prague. 

L'inspecteur à la retraite Sharp, qui avait été chargé de l'enquête, va le voir à Prague. Il a en effet reçu un courrier anonyme lui reprochant de ne pas avoir trouvé le véritable auteur de l'enlévement et pense que David en est peut être l'auteur.

Tous deux reprennent l'enquête.

Des morts, des agressions, des fausses pistes jalonnent le roman.

Qui est le nommé Griffin et quel est son rôle dans la drame,

Qui est Julius, le polémiste dont l'identité réelle n'a jamais été découverte et pourquoi des livres anciens lui appartenant refont surface,

Qui a enlevé Tamsit et tué sa soeur,

pourquoi l'enquête a t elle été close si vite ...

 

Je n'irais pas plus loin dans l'intrigue pour préserver le suspens.

J'ai beaucoup aimé ce roman.

On est frappé par le fait que les témoins de ce crime ont vu leur vie suivre des chemins imprévus.

Le roman est un excellent suspens et on a du mal à le lâcher avant la fin.

A bientôt

 

 

 

Posté par eoghan à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 septembre 2017

Patricia Cornwell et Postmortem

Bonjour,

 

IMG_4701

 

Suite à la (re)lecture de Baton rouge, j'ai eu envie de relire "Postmortem".

Je ne l'avais pas relu depuis plusieurs années et d'ailleurs j'ai eu du mal à retrouver mon livre dans mon atelier/bibliothèque!!

Je voulais le relire avec un esprit critique et j'avoue que c'est  un bon roman.

L'histoire :

Kay Scarpetta a 40 ans, vit seule et est médecin légiste expert de Richmond, dans le comté de Virginie.

Elle accueille pour les vacances sa nièce, Lucy, alors âgée de 10 ans.

Le roman débute alors que Kay Scarpetta est appelée sur une scène de crime. La victime, étudiante en médecine vivant seule pendant la semaine, a  été sauvagement agressée dans sa maison juste avant le retour de son conjoint.

A son arrivée, Kay retrouve Pete Marino chargé de l'enquête.

Il s'agit du quatrième crime identique.

Peu de temps après une cinquième femme est tuée.

Kay Scarpetta est mise en cause pour des fuites dans la presse et l'ordinateur de son service est piraté. Les explications informatiques sont évidemment un peu dépassées, on s'en doute. 

Les fuites sont elles dues au meurtrier ou à des manipulations de tierces personnes?

Marino, qu'elle n'apprécie guère, se révèle être un policier sur lequel elle peut compter et elle reçoit égalementt l'aide du profileur Benton.

Je n'irai pas plus loin dans l'intrigue .

Il n'y a pas de temps mort et l'intrigue est efficace, même si le tueur est un peu parachuté à la fin, enfin à mon humble avis, et l'enquête est quand même grandement facilitée par la maladie génétique rare dont souffre le criminel...

On y retrouve, comme dans les romans futurs, le fait que Kay Scarpetta estime être en permanence contestée dans son autorité et ses compétences. Mais ici  cela reste, je dirai, supportable et parfois fondé. Ce qui n'est pas toujours le cas dans ses autres romans.

On y retrouve également l'ensemble des protagonistes habituels de la série de Kay Scarpetta mais leurs caractères sont plus esquissés que fouillés.

J'ai relu ce roman avec plaisir. Il faut aussi se replacer quelques années en arrière, lors de sa parution, car le fait qu'un médecin légiste soit le héros d'un roman apportait de la nouveauté à l'intrigue. Maintenant nous avons eu les différentes séries télévisées qui ont banalisé cet aspect es choses.

Il y a bien sûr aussi Robin Cook, Michael Chrichton, Kathy Reich, j'en oublie mais l'approche est différente.

Si je résume : un bon roman, obsolète sur  les questions informatiques voire sur certains aspects de médecine légale mais agréable à lire.

Je ne crie pas au génie ( je l'avais fait lorsque je l'avais acheté je l'avoue)  mais j'ai apprécié de le relire.

 

A bientôt

 

Posté par eoghan à 08:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 septembre 2017

James Lee Burke et deux romans "swan peak" et "creole belle"

Bonjour,

IMG_4695

IMG_4696

J'ai emprunté ces deux romans à la médiathèque pour les lire cet été.

Ils font partis de la série Dave Robicheaux et se passent en Louisiane.

Swan Peak se situe après le passage de Katrina.

Je vais me limiter dans mes observations car notamment swan Peak est le 17 eme roman de la série en question et je n'ai pas lu les autres.

L'auteur est né en 1936. J'avoue que je le croyais plus vieux!!

En commençant "swan Peak" je me suis dit que je doutais que cela me plaise et je ne l'ai pas quitté. 

J'ai complètement plongé dans l'histoire, les paysages et l'ambiance du Montana, s'agissant de ce roman et de la Louisiane s'agissant de "Créole Belle". En ce qui concerne ce dernier roman, c'est foisonnant et presqu'onirique.

Je recommande !!

A bientôt

 

Posté par eoghan à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 septembre 2017

Nicci French et "mémoire piégée

Bonjour,

 

IMG_4693

 

 

Je n'ai pas pu lâcher ce roman , je l'avoue, malgré quelques bémols que je vais  évoquer.

Le roman est paru en 1997.

L'intrigue est pas mal ficelée et ménage des rebondissements jusqu'à la dernière page. 

Le thème est le suivant :

Deux familles idéales se retrouvent régulièrement . Les pères se sont connus jeunes et ont renforcé leurs liens au fil des années.

L'une des familles a pour patriarche un écrivain célèbre, Alan Martello.

Les deux familles sont notamment liées par le mariage du fils aîné de l'une avec la fille de l'autre et par de nombreux moments passés en commun.

Des enfants naissent, les familles s'agrandissent mais restent toujours liées.

Lors de l'une de ces réunions de famille et alors que des travaux immobiliers d'extension se préparent, des ossements sont découverts. Il s'agit des restes de Natalie, fille d'Alan, disparue 25 ans auparavant à l'âge de 16 ans. Une fugue avait alors été retenue par la police et la famille mais il s'avére que la jeune fille   a été étranglée. 

Sa meilleure amie Jane, qui a plus tard, épousé son frère Claude, cherche à comprendre ce qui a pu se passer. Bouleversée par cette découverte, qui coincide avec la séparation d'avec son mari, Jane a recours à l'aide d'un psychanalyste.

Elle se sent particulièrement concernée en raison d'une part de son amitié avec la victime et d'autre part par le fait qu'elle se trouvait à proximité du lieu où Natalie a été vue pour la dernière fois. Elle est mue par un sentiment de culpabilité.

Je ne vais pas déflorer l'intrigue qui m'a  plu, malgré, il faut l'avouer, des incohérences et peut être quelques longueurs.

Le déroulement matériel et chronologique du crime est expliqué à la fin de façon originale.

Maintenant on se demande pourquoi lui ( ah ah je n'irai pas plus loin) et pas un autre membre de la famille.

Ce n'est certes pas un chef d'oeuvre  mais cela reste un bon moment de lecture.

A bientôt

Posté par eoghan à 08:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 septembre 2017

Patricia Cornwell et "baton rouge"

Bonjour,

IMG_4661

 

Si un livre m'a marqué c'est bien "postmortem", je l'ai adoré, lu et relu à de nombreuses reprises.. tiens je devrais le reprendre et, dans la foulée, lire les suites comme je l'ai fait pour les romans de Michael Connelly. Cela sera une autre publication mais je suis une fan de cet auteur!!

Par hasard, n'ayant plus rien à lire, j'ai pioché dans ma bibliothèque, le livre "baton rouge".

Je ne m'en souvenais plus et la quatrième de couverture paraissait pas mal,

- des disparitions inquiétantes de femmes en louisiane.

- Kay Scarpetta qui se remet difficilement de la mort de  Benton lequel en réalité est sous protection des témoins.

Mais, comme souvent ces derniers temps, s'agissant des romans de Patricia Cornwell, le roman a déçu mes attentes.

L'histoire n'est plus écrite à la première personne mais ce n'est pas ça qui m'a perburbée, je l'avoue.

Une intrigue qui débute bien mais j'ai eu le sentiment que cela traînait en longueur, que tout  s'enlisait, que cela devenait tout mou, décousu, filendreux...

Comment vous expliquer mon ressenti.

Des dialogues qui ressassent toujours les mêmes choses, c'est un peu en boucle et j'ai eu  l'impression qu'ils servent plus à ajouter des pages au  roman qu'à faire avancer l'intrigue. 

Une histoire peu vraisemblable  exploite  un filon.

Des héros sans épaisseur devenus des caricatures :  

Lucy, belle, corps parfait, riche, hyper intelligente, pilote d'hélicoptère... que des qualités exceptionnelles

et en parallèle Marino, moche, un peu c..., abusant d'alcool, mal élevé, toujours en colère et  dont le fils est un criminel...

A la longue cela fait un peu sourire... ou pas!

Je l'ai relu en entier, même si j'ai parfois un peu décroché. Le roman est laborieux, ça tire à la ligne!! 

Bilan, on retrouve les héros de la série "Kay Scarpetta", ce n'est pas le meilleur roman de Patricia Cornwell, il se laisse lire mais sans plus.

 

A bientôt 

 

 

 

Posté par eoghan à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 septembre 2017

qui suis-je

Bonjour,

Je me rends compte que j'ai débuté ce blog sans plus de formalité. Je vais un peu remédier à la brutalité de cette entrée en matière!

J'ai toujours aimé lire et j'ai beaucoup lu... pas que des livres policiers d'ailleurs. J'ai lu tout ce qui me tombait sous la main, le bon et le moins bon.

Depuis quelques temps, j'aime lire un bon polar.

Cela a commencé toute jeune avec le club des cinq, le clan des sept, Alice et bien sûr Agatha Christie. Et puis tout le reste.

Mais je suis sélective hi hi, je déteste les polars où on connaît le meurtrier, genre Colombo ...les insoutenables me font hésiter également.

Je me suis rendue compte aussi que je privilégiais les romans étrangers... pas toujours car j'apprécie beaucoup Fred Vargas...

J'achète certains livres ( trop dirait mon mari) mais uniquement en format poche. Le broché est carrément hors de prix, c'est plus un cadeau à offrir, moi le livre est utilitaire si j'ose dire. Je garde ceux que j'achète donc le livre broché prend de la place!!

Et puis il y a la médiathéque mais pas toujours excellement fournie.

J'ai parfois la dent dure, je le reconnais, tout en admettant que je ne saurais pas faire.

Et puis mes critiques ne sont que des avis personnels qui n'engagent que moi. Certains romans plaisent d'autres pas, à vous de vous faire votre opinion.

A bientôt

Posté par eoghan à 19:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 septembre 2017

Nicci French et "lundi mélancolique"

Bonjour,

IMG_4663

Nicci French est le pseudonyme  de Nicci Gerrard  et de son mari Sean French.

Pendant mes vacances, j'ai dévoré un de leurs livres et ayant constaté qu'il s'agissait d'une série, j'ai commandé le lundi mélancolique.

Un seul mot passionnant!!

C'est l'histoire d'une psychanaliste, Frieda Klein, qui a manifestement sa part d'ombre,  et de ses proches. Les personnages secondaires ont également leur personnalité.

Elle est amenée à suivre plusieurs patients dont Alan qui manifeste un fort désir d'enfant.

A ce moment disparaît un petit garçon qui ressemble étrangement à l'enfant que décrit Alan.

Frieda est troublée par cette similitude et avertit la police. L'inspecteur finit par être convaincu par Frieda. Mais l'intrigue se révèle être beaucoup plus complexe que ça, je vous en laisse la surprise.

J'ai adoré l'intrigue, l'écriture... le fait que Frieda ne fasse pas l'unanimité et manifeste une personnalité singulière.

Je l'ai lu rapidement mais je sais déjà que je le lirai à nouveau!!!

J'avais déjà lu plusieurs de leurs romans mais cette série s'annonce haletante.

J'ai commandé la suite jusqu'au vendredi.

Le samedi vient de paraître mais juste en livre broché, mais je n'achète qu'en format poche...

Bref, une lecture que je conseille!!

A bientôt

 

Posté par eoghan à 08:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 août 2017

Steve Berry et le code Jefferson

Bonjour,

 

IMG_4662

 

Cet été j'ai acheté le "Code Jefferson" de Steve Berry.

Je n'avais rien lu de cet auteur et je me suis laissée tenter.

L'auteur est né en 1955 et a une formation d'avocat. Je vous laisse rechercher sa bio sur le net si vous le souhaitez. Il est l'auteur de nombreux romans mêlant thriller et énigme historique, j'avais donc trouvé l'idée interessante . Son héros est Cotton Malone. 

Ici Cotton Malone est appelé à l'aide par une amie, son ancienne supérieure dans les services spéciaux américains.

Il se trouve alors embringué dans un attentat à l'encontre du président des état unis.

Il réussit à déjouer cet attentat ( en fait il arrive à enrayer le mécanisme infernal qui était utilisé)  et le président, dont il est par ailleurs un proche,  lui demande son aide.

L'amie, qui a en principe fait appel à lui,  Stéphanie Nelle, a, en réalité, été kidnappée et il faut la délivrer. Et puis sauver le président de tout nouvel attentat.

L'ennemi est une société secrète héritière des corsaires d'antant qui est à la recherche de deux pages dissimulées et dont la cachette est protégée par le code Jefferson.

Cotton Malone reçoit  l'aide de sa compagne, Cassiopée, femme richissime, magnifique et combattante experte, tellement tout, que j'ai trouvé que c'était fatiguant hi hi!!

 

Je ne veux pas dévoiler l'intrigue mais, tout ce que je peux dire est que  j'ai failli ne pas finir ce roman. Je l'ai laissé et repris... mais j'ai eu du mal!

Bon chacun appréciera l'intrigue qui me paraît totalement farfelue, genre James Bond,  mais bon... Ce qui m'a surtout fatiguée en le lisant est le découpage excessif de l'intrigue qui, au lieu de soutenir l'intérêt, m'a complètement déconcentrée..

Passer en permanence de l'un des protagonistes, à un autre en l'espace de deux pages, était au dessus de mes forces, en tout cas pendant mes vacances.

La partie historique était sympa quand même.

Si vous avez un avis sur cet auteur ou ce roman, merci de le laisser, c'est toujours appréciable d'avoir un autre regard.

Je vais regarder à la bibliothéque si je peux trouver un autre roman de cet auteur, histoire de vérifier si mes critiques se confirment.

A bientôt

 

 

Posté par eoghan à 20:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]