fan de romans policiers

22 février 2019

76 année 2/ Sjöwall et Wahlöo " meurtre au Savoy"

Bonjour,

 

22 voila des frites

 

 

Ce roman j'ai failli ne pas le relire car j'en ai gardé un souvenir assez précis. Mais ce n'est pas pour cela que j'ai hésité, j'en garde ( je viens juste de le commencer au moment où je débute ce post) une impression déprimante  mais ma lecture va t elle ou non confirmer ce sentiment....

Le mien s'appelle " 22, v'la des frites" devenu depuis " meurtre au Savoy"

 

L'histoire :

Un important homme d'affaires d'une soixantaine d'années, Viktor Palmgren est en train de présider un repas dans un hôtel de luxe, le Savoy à Malmö et fait un discours que ses invités, des collaborateurs en réalité,  écoutent distraitement.

Un homme entre dans le restaurant, tire dans la tête de Viktor Palmgren et ce dernier s'effondre pendant que l'assaillant sort par la fenêtre ouverte. Palmgren meurt un jour ou deux plus tard.

Les indices sont minces, d'autant que l'homme d'affaires est un triste individu possédant plusieurs sociétés et brassant des millions liés à des activités quelque peu douteuses.

Bien sûr, la piste politique et terroriste est aussitôt envisagée. 

D'ailleurs un représentant de la police secrete de Suède, bien peu discret, est envoyé sur place de même que Martin Beck. Ce dernier subit la pression de son nouveau chef un certain Malm, un politicien de formation qui ignore tout du travail de la police.

L'enquête s'enlise.

Bien sûr la jeune veuve a un amant mais elle ne semble pas avoir l'intelligence nécessaire à un tel assassinat, bien sûr on regarde du coté des affaires douteuses ... mais Martin Beck commence à se demander si le meurtre ne serait pas l'oeuvre d'un opportuniste.

Mon avis :

Mon impression s'est confirmée, cette histoire est déprimante car l'auteur des faits est plus une victime qu'autre chose dans cette Suède en pleine débâcle, livrée aux hommes d'affaires sans scrupule.

Mais le roman est très bien fait, notamment dans la façon dont est dépeinte la société et là aussi c'est un roman que je ne peux que recommander même si, à titre personnel, il me laisse une impression de gâchis.

La police ne laisse pas une grande impression aux deux auteurs manifestement!!

Le titre de mon livre se référe à une anecdote du roman, mettant en scène deux policiers que l'on retrouve dans les différents livres et surtout connus pour leur paresse et leur bêtise, je vous laisse le plaisir de le lire...

 

A bientôt pour le prochain volume.

Posté par eoghan à 11:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 février 2019

75 année 2/ Sjöwall et Wahlöo " La voiture de pompiers disparue"

Bonjour,

la voiture de pompiers disparue

 

Le titre du roman se réfère à une histoire dans l'histoire mais n'est pas sans rapport avec le récit principal

La voiture de pompiers disparue est le jouet que l'un des inspecteurs, Rönn, a acheté pour Noël à son fils de 4 ans. Trente centimètres et un prix, semble t-il non négligeable mais cette voiture disparaît mystérieusement pour être retrouvée presqu'à la fin du roman par le commissaire de Malmö qui va participer à notre histoire.

L'histoire :

Un de mes inspecteurs préférés est Gunvald Larsson, un ancien marin devenu flic et pas vraiment apprécié de la brigade criminelle. Il faut reconnaître qu'il est assez particulier...

Martin Beck est contacté car son nom figure sur un papier posé sur la table de nuit d'un homme qui s'est suicidé. Beck ne le connaît pas et rentre chez lui.

La même soirée, une planque a lieu auprès d'un vieil immeuble. La brigade criminelle n'a pas beaucoup de travail en ce moment et Gunvald a été chargé de superviser l'opération  de surveillance  faite à l'instigation de la brigade des vols et recels.

Un de ses agents se trouve sur les lieux et il fait un froid terrible car l'époque est proche de Noël.

Prenant en pitié son agent, Gunvald le relaie pour qu'il aille prendre un café et se réchauffer d'autant que celui qui doit le relever sera en retard de deux heures.

Gunvald monte sur une élévation de terrain afin de mieux voir l'immeuble dans lequel loge outre Malm, une dizaine de personnes.

Alors qu'il observe tranquillement la maison, une flamme et une violente explosion a lieu... Gunvald arrive à sauver, un bébé, un enfant, un couple, bref huit personnes sur les 11 occupants.

Brûlé et en état de choc il est hospitalisé pendant plusieurs jours avec interdiction de visite. Lorsqu'il ré-émerge il apprend que le dossier est classé,  car l'un des morts a tenté de se suicider au gaz et est ainsi à l'origine de l'explosion.

Gunvald refuse cette analyse et profite de ses congés pour reprendre l'enquête bientôt rejoint par Martin Beck qui a des doutes. Doutes étayés par Hjelm, l'expert grincheux et suffisant  de la criminelle qui découvre un ressort lui permettant de penser que le matelas de Malm contenait une bombe incendiaire...

La surveillance de Malm avait pour objectif de retrouver un de ses acolytes, Bertil Olofsson.

A Malmö, deux enfants découvrent une voiture immergée dans le port et à l'intérieur, Per Mansson découvre un corps en mauvais état. Il s'agit de Olofsson...

Mon avis :

C'est un de mes romans préférés car il a beaucoup d'humour.

L'histoire est plutôt noire, elle se déroule dans les bas-fonds avec drogue, vols de voiture, prostitution  et minables tentant de survivre et, en même temps il y a des moments amusants.

Je pense à Rönn arrivant à l'hôpital avec une horrible bouquet de fleurs que Gunvald, homme raffiné malgré sa taille de géant, pense provenir d'un cimetière, ou encore la description de l'affreux chandail de Rönn parti pêcher avec son ami ( étrange duo d'ailleurs) mais le clou est la description par Gunvald de son accoutrement lors de son hospitalisation, entre sa robe de chambre trop petite de plusieurs tailles et des sabots énormes... on l'imagine tout à fait!!

La découverte de la voiture par les enfants est pas mal également...

J'oubliais, la réaction de Hjelm à la réception de plusieurs coups de fil lui demandant d'arrêter ses analyses, puis de les reprendre, de les arrêter et enfin de recommencer, bref ordres et contre-ordres le rendant fou...

J'ai aimé aussi le quiproquo quant au camion de pompiers disparu, Rönn préoccupé par la perte du jouet et Gunvald étant à cent lieux de ce souci mais ne comprenant pas pourquoi la voiture de pompiers avait mis tant de temps pour arriver sur les lieux alors qu'elle était censée être arrivée... la vérité dans les détails.

Vous l'avez compris j'ai adoré.

Mais l'enquête est également passionnante car elle s'oriente, dans un premier temps, vers l'accident, puis l'assassinat de Malm par Olofsson mais il s'avère que celui-ci était déjà mort... et enfin arrive le professionnel, ce qui laisse nos enquêteurs sidérés...

Explosion au début et une fusillade à la fin...avec là aussi un quiproquo qui aurait pu virer au tragique

A lire absolument

A bientôt

Posté par eoghan à 07:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 février 2019

74 année 2/ Sjöwall et Wahlöo et "Le policier qui rit"

Bonjour,

le policier qui rit

 

Lorsque ce roman est paru la première fois en France, son titre était " le massacre de l'autobus" mais dans la collection " grands détectives" il portait déjà le titre actuel.

Je me souviens que ce roman m'avait fait  une grande impression avec l'histoire de la voiture de pompier disparue, livre que je n'ai pas encore relu.

L'histoire :

C'est assez calme à la brigade criminelle. Martin Beck, sous prétexte de ne pas déranger sa femme, s'installe désormais sur un convertible dans le salon et est ravi de cette semi-liberté qui lui permet de fumer au lit...

Il est appelé sur les lieux d'un drame puisque 8 personnes, passagers et chauffeur d'un bus, sont assassinés. Ils ont été découverts par les deux policiers de choc que sont Kvant et Kristiansson.

Gunnar Larsson arrivé en premier sur les lieux découvre, parmi les victimes, un jeune collègue : Ake Stenström. Ce dernier vit avec une jeune femme, Asa Torell, employée dans une agence de voyage.

Je précise son nom car elle devient ultérieurement policier et on la retrouve dans les autres romans me semble-t-il.

Le première idée des enquêteurs est que cette tuerie est l'oeuvre d'un déséquilibré n'ayant aucun but précis.

Les différents passagers et le chauffeur n'ont aucune zone d'ombre dans leur vie.

Reste un passager non identifié et Ake Stenström. La compagne d'Ake affirme que son compagnon était fort pris par son travail... affirmation étrange lorsque l'on sait que la brigade criminelle était au chomage technique et devait regarder les vieux dossiers. Mais quel dossier étudiait donc  Ake.

Très ambitieux, celui-ci semble avoir choisi un dossier  ancien jamais résolu en 40 ans malgré des investigations poussées notamment sur un véhicule  présent sur les lieux du meurtre et identifié par un témoin comme étant une R 4.

La morte est Teresa Camarao, une femme d'origine portugaise, tombée dans la prostitution. Martin Beck a lui-même repris le dossier à une époque.

Le carnet de Ake, retrouvé chez lui par Asa, porte un nom "Morris".

Le policier avait trouvé manifestement  trouvé une piste nouvelle.

Cette piste semble résulter d'un interrogatoire mené par Ake avec un détenu désormais condamné pour le meurtre de sa femme...

Mon avis :

Un roman prenant et l'on suit les investigations avec beaucoup d'intérêt.

L'histoire se poursuit, on pourrait dire, avec lenteur mais ce n'est pas tout à fait cela. Une enquête dans la vie réelle demande du temps et les policiers ont également leur vie personnelle, partent en vacances, ont des enfants...

Et cet aspect des choses n'existe pas dans les romans policiers habituels. Le détective semble travailler jour et nuit, passionné par sa chasse!

La vie dans la société suédoise est décrite par petites touches et l'on sent une ville qui part à la dérive avec drogue et paumés de tout poil.

Ce que j'aime dans les romans de ces deux auteurs est que les inspecteurs de la criminelle ne sont pas des génies, ce sont des gens normaux, au physique quelconque. Leurs réflexions  qui les amènent à la solution leur font faire parfois des erreurs ou suivre de fausses pistes. Du coup, on se sent vraiment concerné par leur vie et leur enquête. 

Assez curieusement je ne trouve pas que le roman a vieilli.

Enfin si, quelque part il a vieilli car les malfrats ne sont plus aussi corrects que ceux du livres, j'en ai croisés qui m'auraient bien tabassé s'ils l'avaient pu et qui, en tout état de cause m'insultait sans hésiter!!

A bientôt

Posté par eoghan à 07:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 février 2019

73 année 2/ Maj Sjöwall et Per Wahlöo " l'homme au balcon"

Bonjour,

l'homme au balcon

Aujourd'hui ma fiche de lecture concernera le tome 3 de la série consacrée au commissaire Beck dont le titre est l'homme au balcon.

Les rééditions ont semble t il des préfaces rédigées par des auteurs connus.

L'histoire :

Une petite fille de presque 9 ans est découverte dans un parc de la capitale. Elle a été violée et sa culotte a disparu.

Au même moment un voleur sévit dans le même parc. Il attend longuement avant de choisir ses victimes qu'il agresse violemment.

Une autre fillette est assassinée dans les mêmes circonstances et là aussi sa culotte a disparu... pus une troisième...

Une course contre la montre s'organise afin de retrouver le meurtrier mais aussi le voleur qui peut avoir des informations à donner sur les personnes dans le parc au moment de l'assassinat de la première filette.

Mon avis :

Le roman part d'une histoire vraie.

Mais ces romans du duo Sjöwall et Wahlöo sont un vrai plaisir. Ils ont plus de 40 ans ( je n'ai pas vérifié) mais ils sont toujours d'actualité.

L'écriture est direct sans fioriture, pas d'intrigue sentimentale.

Le roman commence avec la description d'un homme modeste se tenant sur un balcon..

J'ai beaucoup aimé aussi le passage au cours duquel la voisine signale qu'un homme se tient sur le balcon et le quiproquo qui s'en suit avec Gunnar Larsson, un personnage qui apparaît pour la première fois et qui est tout à fait drôle..

J'ai adoré!! Et pourtant c'est le troisième volume que je lis. Je ne me lasse pas

Les policiers ont une vie normale avec des hauts et des bas. On se sent pris par l'intrigue qui, pourtant, n'a pas un rythme trépidant.

Allez je vous dis tout, le violeur finit par être arrêté par les deux policiers les plus bêtes de suède!!

C'est passionnant!!

A bientôt

Posté par eoghan à 07:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 février 2019

72 année 2/ Maj Sjöwall et Per Wahlöo " L'homme qui partit en fumée"

Bonjour,

 

51p2Sw5iw8L

 

Voici finalement ma fiche de lecture sur le tome 2 de la série consacrée au commissaire Beck.

Dans ce roman, ce dernier n'est d'ailleurs pas encore commissaire...

L'histoire :

Beck est ravi car il est le soir même en vacances et part rejoindre son épouse. Celle-ci et les enfants se trouvent depuis un mois sur une ile et profitent de la maison prêtée par un proche. Il fait beau et Beck fera du bateau...

Il est à peine arrivé sur place qu'il est rappelé au travail au grand dam de son épouse. Je précise que le couple ne s'entend plus vraiment et que Mme Beck reproche à son conjoint ses très nombreuses absences dues au travail.

L'enquête qu'il finit par accepter implique qu'il se rende en Hongrie où un journaliste a disparu, il est littéralement parti en fumée... laissant une valise, sa machine à écrire et son passeport.

c'est une enquête un peu bizarre car Martin Beck se trouve seul sur place sans l'aide de son équipe. Petit rappel, on se trouve derrière le rideau de fer.

Et puis c'est un personnage peu sympathique ce journaliste.

Martin Beck retrouve une adresse ou s'est rendue.

la jeune femme qui le reçoit occupe une chambre dans une pension de famille mais elle  assure Martin Beck qu'elle ne le connaît pas. Elle retrouve par hasard Beck et tous deux passent une journée agréable avant que ne le retrouve dans sa chambre et est mise à la porte. Beck se méfie et il a raison car peu de temps après il est victime d'une agression que le major , un policier local arrive à déjouer.

Là Beck découvre que le journaliste était en réalité un trafiquant de drogue, important le haschich en Suéde.

Mon avis :

Un rythme lent et on se demande bien comment Beck va pouvoir se débrouiller seul à Budapest alors qu'il ne parle pas la langue et que les indices sont minces.

J'ai aimé la description de Budapest par petites touches, une sorte de pointillisme comme en peinture.

J'ai été surprise par le fait que le roman n'a pas vraiment vieilli, c'est incroyable!

On se doute de ce qui a pu se passer à un moment de la lecture.

De plus la victime n'est vraiment pas attachante mais c'est justement ce qui est intéressant dans les romans de ce duo car rien n'est tout blanc ou tout noir.

Martin Beck réussit une sorte de tour de force en enquêtant tout seul avec peu d'indices!!

Un petit clin d'oeil au roman précédent puisque Beck envoie une carte postale de Budapest à Ahlberg dont il est devenu l'ami.

Un livre à lire, sans aucun doute même si ce n'a pas été mon préféré de la série.

A bientôt

 

Posté par eoghan à 07:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


07 février 2019

71 année 2 Maj Sjöwall et Per Wahlöo " Roseanna"

Bonjour,

Roseanna

Je vais évoquer aujourd'hui un livre que j'ai lu il y a bien longtemps et des auteurs que j'ai découvert lorsque je suis tombée amoureuse de la série " Grands détectives" qui était une collection magique me permettant d'accéder à des auteurs étrangers dont j'ignorais tout.

Car ce duo d'écrivains constitué par Maj Sjöwall et Per Wahlöo m'ont fait connaître les romanciers suédois bien avant la vogue actuelle.

Mon livre est tout déglingué et ne correspond pas du tout à l'image qui figure dans ce post!!!

Il s'agit ici du volume 1 de la série qui constitue le " roman d'un crime" et doit être vue comme un tout, ce que je n'avais pas vraiment su lorsque j'ai lu chacun des livres.

Les auteurs :

Per Wahlöo est né en 1926 et est décédé en 1975. Il a été journaliste avant de devenir écrivain.

Maj Sjöwall est née en 1935 et était éditrice avant de rencontrer Per et de l'épouser en 1962.

Je crois qu'ils étaient tous les deux communistes ou proches de cette ligne politique.

Les dix romans mettant en scène Martin Beck forment une série appelée Roman d'un crime et brossent une suède en pleine débâcle. Ils sont parus en Suède entre 1965 et 1975, date de la mort de Per. C'est paru en France dans les années 1970 mais perso, je les ai lus au milieu des années 80 lorsque les romans ont été en format poche.

L'histoire :

Le corps d'une jeune femme est remonté lors de travaux de dragage d'un canal. Elle était nue et avait été victime de violences.

Les enquêteurs pensent d'abord qu'ils ont beaucoup de chance car la mort est récente alors que le cadavre aurait pu rester longtemps dans les eaux avant d'être découvert. Mais leur bonheur, enfin si l'on peut dire, disons leur espoir d'élucider rapidement le meurtre,   s'arrête là car la victime n'est pas identifiée et aucune piste n'est mise au jour.

Le jeune policier local, Ahlberg, est aidé de l'équipe de Martin Beck, un inspecteur de la criminelle.

Commence alors un long travail permettant de penser que la victime n'est pas suédoise mais une touriste qui se trouvait à bord du bateau le Diana.

Une fois que la victime est identifiée, l'enquête se poursuit lentement par l'audition de tous les passagers du bateau mais en vain et les mois passent...

Mon avis :

Un seul mot : brillant.

Tant d'années après ma première lecture, je suis toujours aussi emballée.

Et pourtant : un rythme lent, voire très lent... mais cela ne fait pas faiblir l'intérêt que l'on éprouve.

Des personnages ordinaires qui font leur travail méthodiquement, calmement avec leur vie de tous les jours!!

De plus l'époque fait qu'il n'y a pas de téléphone portable, pas d'internet.

La victime est identifiée et il se trouve qu'elle est américaine d'où la nécessité de se mettre en relation avec le shérif local, mais tout prend du temps, le courrier met 10 jours... c'est un autre monde!

Et puis le coup de chance qui permet de tirer le fil de l'enquête.

Quelque part cette enquête est intemporelle...

L'écriture me plaît aussi car elle est simple, claire et limpide, pas de circonlocution.

Le roman m'apparaît comme étant linéaire.

J'avais été emballée et je le suis toujours.

La collection " grands détectives", je l'avais adorée ! Je voyageais pour mes études et je lisais beaucoup. Elle m'a permis de découvrir de nombreux auteurs étrangers surtout...mais aussi des auteurs français.

J'en reviens au thème de ce post.

Roseanna est le premier roman du duo et le deuxième est L'homme qui partit en fumée. Je n'ai pas commencé ce tome 2 mais en ce moment je lis le tome 3 dont la fiche de lecture sera vite sur ce blog.

Finalement après le tome 3, j'ai commencé le tome 2 donc les fiches de lecture vont être dans l'ordre de parution...

Je compte lire , enfin relire, les 10 volumes.

A bientôt

Posté par eoghan à 07:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 février 2019

70 année 2/ Jonathan Kellerman et " Habillé pour tuer"

Bonjour,

Habille pour tuer

C'est mon dernier livre de Jonathan Kellerman dont je livre ici la fiche de lecture...

L'histoire :

Une jeune femme, Kat,  tombe en panne d'essence et disparaît...

Sa voiture n'est pas retrouvée. Sa mère, vaguement inquiete, signale sa disparition tout en précisant que la jeune femme fait parfois des fugues...

Un homme signale avoir retrouvé sa Bentley avec une tâche de sang...mais aucun meurtre n'est signalé.

Peu de temps après une femme d'environ 70 ans , Ella Mancusi, ancienne enseignante, est violemment assassinée alors qu'elle sortait prendre son journal comme chaque matin.

Un voisin assiste au drame et voit que l'auteur est un homme qu'il décrit comme étant un vieil homme coiffé d'une casquette et au volant d'une voiture de luxe noire.

Celle-ci a été volée dans un parking et a été retrouvée totalement nettoyée.

Milo est chargé de l'enquête, aidé du psychologue Alex.

Il soupçonne le fils de la victime, Tony d'être mêlé au meurtre mais rien ne permet de l'affirmer si ce n'est que Ella lui a récemment coupé les vivres.

Parallèlement il fait des recherches sur la jeune femme disparue et apprend que Kat, qui était vendeuse dans un magasin de vêtements chics, s'était moquée d'un client le soupçonnant d'être un travesti à la recherche d'une robe de cocktail.

 

Ce dernier fait des recherches et constate qu'un double meurtre non élucidé  a eu lieu neuf ans auparavant, l'auteur des faits circulant à bord d'une Lincoln noire et habillé comme un cow boy.

Les victimes étaient une coiffeuse esthéticienne, Leonora et son apprentie.

Il va sur place et un des témoins évoque la peur qu'avait Leonora Bright de son demi-frère mais cette piste n'avait jamais été suivie par le shérif en charge du dossier.

Mon avis :

Plusieurs intrigues qui se recoupent à l'exception de l'affaire d'Antoine qui est un peu en marge et on se demande un peu ce qu'elle vient faire là...

La jeune fille qui disparaît, bien sûr on sait qu'elle ne réapparaîtra pas...

Le roman m'est apparu comme étant assez linéaire et manquant un peu de tonus, de corps. Un peu faiblard finalement!

A mon avis, ce livre n'est pas le meilleur de Jonathan Kellerman mais, je suis peut être bon public, mais j'ai passé un moment agréable à suivre les déambulations d'Alex et Milo.

Cela démarre bien avec le meurtre d'Ella. On a envie de connaître la suite de l'histoire et c'est l'aspect positif de ce roman et de cet auteur car il sait nous accrocher, c'est une grande qualité!

Ce n'est cependant pas un vrai coup de coeur, du bon travail, le plaisir de le lire mais sans plus, il n'y a pas cette petite étincelle qui fait la différence.

A bientôt

 

 

 

 

Posté par eoghan à 07:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 février 2019

69 année 2/ Jonathan Kellerman et " Les tricheurs"

Bonjour,

les tricheurs

Je suis tombée sur une série de romans de Jonathan Kellerman et du coup je vous inflige mes fiches de lecture en " rafale" hi hi!!

C'est mon grand défaut, je le reconnais, j'ai tendance à lire les livres par série et lorsque je mets le nez dans les bouquins d'un auteur qui me plaît, je lis tout ce qui me tombe sous la main...

L'histoire :

Milo se voit confier une enquête un peu spéciale.

La victime, Elise Freeman,  est une jeune femme, professeur d'anglais remplaçante dans un prestigieux établissement le Windsor Prep préparant ses élèves à intégrer une université de l'Ivy League.

Pour info, l'Ivy League est constitué des huit universités les plus anciennes des USA, dispensant leur enseignement aux plus doués des étudiants soit Harvard, Brown, Yale, Cornell, Colombia, Princeton et j'en oublie deux...

Bien sûr il est difficile d'y accéder et à moins d'avoir une bourse, les frais de scolarité sont inabordables.

Revenons à l'intrigue.

Petite particularité, la victime est retrouvée dans sa baignoire remplie de neige carbonique mais lorsque Milo intervient, le corps a déjà été évacué. Milo sollicite l'aide d'Alex car la jeune femme a laissé un DVD accusant trois enseignants de cette école de harcèlement sexuel.

L'enquête s'avère délicate car le fils de chef de la police est scolarisé dans cette école privée en vue d'intégrer Yale, donc le maître mot est " pas de vague" pour ne pas compromettre l'établissement et pas voie de conséquence l'admission de Charlie.

La victime paraît peu sympathique et les trois enseignants mis en cause n'ont rien de prédateurs sexuels, ils ont plus l'air d'être des victimes d'Elise, prête peut être à exercer un certain chantage.

Elise se révèle être une personne peu sympathique tirant des revenus ( importants) de la fraude aux examens.

Son ami, un petit magouilleur, est retrouvé assassiné et les indices mènent à un jeune homme qui a accédé à ce lycée grâce à l'aide d'un opposant au chef de la police. Il a de plus disparu... 

Mon avis :

Une enquête mêlant habilement pistes et fausses pistes que l'on a plaisir à suivre.

C'est vraiment une lecture agréable avec un suspens de bonne qualité.

Un petit reproche : Milo est décrit d'une facon quelque peu caricaturale, notamment sur ses habitudes alimentaires, mais il faut que je tempère un peu mon avis qui est celui d'une européenne hi hi.

Une amie est allée dans la famille de son mari aux états unis et a été un peu déboussolée par le fait de n'avoir jamais pris de vrai repas, juste des grignotages debout dans la cuisine.

Par contre, ma fille, qui est allée dans une famille américaine du coté de NY, n'a pas du tout eu cette même expérience et a eu des repas normaux.

Les différents sandwichs et burger dégoulinants m'ont laissée un peu pantoise, comme également  le fait de boire un pack de lait ou de jus de fruit hi hi !! C'est terrifiant!!

Bon je ne cache pas mon plaisir de passer un petit moment sympa avec Alex, Milo et Blanche le bouledogue ... français qui est le chien d'Alex!!

 

A bientôt

 

 

Posté par eoghan à 07:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 janvier 2019

68 année 2/ Jonathan Kellerman et " Double meurtre à Borodi Lane"

Bonjour,

 

borodi lane

 

J'ai poursuivi ma lecture de romans de Jonathan Kellerman avec " Double meurtre à Borodi Lane"

Je ne sais pas s'il s'agit du roman qui suit immédiatement celui que je viens de terminer, je vais vérifier.

Après vérification Jonathan Kellerman a écrit deux autres romans avant celui-ci qui date de 2012.

L'histoire :

Un couple est retrouvé assassiné par un vigile effectuant sa ronde dans le chantier d'une immense demeure située Borodi Lane.

Architecturalement parlant, il s'agit manifestement d'une horreur de 2000 m2 qui a pris la place d'une ravissante demeure historique.

Depuis deux ans ce chantier a été arrêté ce qui a provoqué l'ire de l'un de ses anciens propriétaires qui s'estime être toujours chez lui.

L'une des victimes est justement un jeune architecte Des Backer embauché par un cabinet d'architecture dirigé par  Helga Gemein.

La seconde victime est une ancienne copine de classe de Des. Tous deux ont d'ailleurs milité, par le passé, pour la cause écologique  en provoquant des incendies.

Le réel propriétaire de la maison en construction de Burodi Lane est inconnu et Milo arrive finalement à apprendre qu'il s'agit d'une société appartenant au sultan d'une petite ile proche de l'indonésie. Il finit par découvrir que la femme avait été une indic du FBI mais n'avait donné que des infos de faible importance.

Le frère du sultan était très lié à une jeune femme, Dahlia, qui semble avoir disparu. Dahlia se révèle être la soeur d'Helga Gemein.  Toutes deux sont issues d'une riche famille de banquiers suisses.

La maison de Borodi Lane finit par brûler et la piste permet à Milo de mettre en cause Helga, qui semble avoir remis 50.000$ à Des pour lui fournir la matière première dont un ersatz de napalm.

Mais la destruction du chantier a fait une victime, l'ancien propriétaire qui revenait régulièrement sur les lieux.

Helga reconnaît avoir voulu détruire l'immeuble pour punir Teddy l'amant de sa soeur ( un motif religieux que je passe) mais  a t elle également tué ses deux complices. Elle le nie fermement et se suicide lors de sa garde à vue.

Les enquêteurs continuent leurs investigations et pensent désormais que le double meurtre est lié à l'argent mais aussi à une vengeance trouvant sa source dans le passé commun des deux victimes.

Mon avis :

J'ai bien aimé cette intrigue  mais j'ai remarqué que certaines personnes trouvaient le roman médiocre.

J'avoue que je suis peut être bon public.

Il est vrai que ce n'est pas un polar mémorable mais il permet de passer un bon moment de lecture.

Deux histoires s'entre croisent, d'une part celle de Dahlia et la vengeance de sa soeur ( un peu tirée par les cheveux peut être) et d'autre part celle de la piste du terrorisme écologique , mouvement dont on fait parti les deux victimes plusieurs années auparavant.

Le suspens m'a plu même si le rôle d'Alex est un peu en retrait par rapport à d'autres livres.

C'est une lecture agréable et c'est l'essentiel.

A bientôt

 

Posté par eoghan à 07:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 janvier 2019

67 année 2/ Jonathan Kellerman et " Meurtre et obsession"

Bonjour,

meurtre et obsession

 

Jonathan Kellerman est né en 1949 à New York. Il a écrit de nombreux romans dont le héros est un psychologue, Alex Delaware aidé de l'inspecteur homosexuel Milo Sturgis.

Ce roman est paru en France en 2010.

Jonathan Kellerman est marié à Faye Kellerman, qui est elle aussi un auteur de romans, il me semble me souvenir qu'ils ont rédigé un livre ensemble.

Le couple a eu 4 enfants et l'un d'entre eux, Jesse Kellerman a écrit également des romans policiers.

"Meurtre et obsession" met en scène Alex et Milo mais aussi Petra qui est l'héroïne d'une autre série de roman de Jonathan Kellerman.

En recherchant sur le net, je me suis rendue compte que j'avais zappé la publication de divers romans de l'auteur, il faut que je remédie à cette lacune car le présent livre est le 21 ème de la série qui en compte 29 traduits et 34 en comptabilisant ceux en américain. Le dernier est paru en 2019.

J'ai cependant lu le numéro 29, "Des petits os si propres" que l'on m'avait offert. Je me souviens ne pas avoir été emballée par le livre...

L'histoire :

Alex a eu une jeune patiente,  Tanya Bigelow, plus de dix ans auparavant. Elle avait alors  sept ou huit ans et lui avait été amenée par Patti une infirmière travaillant dans le même service que le compagnon de Milo. L'enfant souffrait de tocs depuis deux ans mais la situation s'était nettement aggravée .

Patti s'était vu confier Tanya, âgée de trois ans par sa soeur qui s'estimait incapable de la garder et la mère biologique avait disparu du paysage avant de décéder dans un accident de moto. Patti avait alors adopté sa nièce.

Dix ans plus tard, Alex retrouve Tanya désormais étudiante en médecine. Elle souhaite le consulter suite au décès de sa mère adoptive. Cette dernière, sur son lit de mort, lui a confié avoir commis un crime.

Tanya décide de faire toute la lumière sur cette affaire avec l'aide d'Alex car elle n'arrive pas à imaginer sa mère adoptive commettant de tels faits. Patti est en effet décrite comme quelqu'un d'obsessionnelle certes, mais une excellente infirmière prenant soin de ses patients.

Aucun décès n'est intervenu au sein de l'hôpital susceptible d'avoir culpabilisé Patti, ce qui élimine une piste possible.

Tanya remet à Alex la liste de ses précédents domiciles. Patti a beaucoup déménagé dans des endroits fort divers et l'enquete commence pour Alex et Milo, d'autant que ce dernier  se trouve en vacances pour 15 jours alors que son compagnon est pris par son travail.

Compte tenu de son métier, Patti est susceptible d'avoir donné de la drogue à certains dealers de son quartier d'autant que sa situation matérielle est assez favorable et ne correspond pas aux revenus qu'elle pouvait tirer de son activité professionnelle.

En réalité il apparaît que Patti, tout en travaillant, était payée pour aider un camé dans son immeuble, Lester Jordan puis un vieil homme ...

Lester Jordan est assassiné pendant l'enquête menée par Alex. Puis un autre mort survient...

Mon avis :

Dès le départ on est accroché hi hi!!

L'intrigue démarre bien et notre intérêt est tout de suite éveillé...

Ce retour vers le passé recèle bien des surprises.

Si Patti a déménagé à plusieurs reprises il s'avère que ces changements sont en lien avec des soins qu'elle prodiguait aux uns et aux autres, ce qui lui permettait de se constituer un petit capital qu'elle faisait ensuite fructifier afin d'assurer l'avenir de sa nièce et fille adoptive. Toutefois Patti s'en voulait d'avoir caché un grave secret qui est finalement dévoilé.

Si on a du mal à imaginer cette femme en trafiquante de drogue, l'intrigue reste passionnante car on a vraiment envie de savoir ce que cachait Patti, même si on sait rapidement qui est le méchant dans l'affaire!!

Un coup de théatre final ajoute du piquant à l'histoire.

Je résume : j'ai aimé cette histoire, bien écrite et dont le suspens m'a plu.

D'ailleurs j'ai entamé un autre roman du même auteur qui fera l'objet de ma prochaine fiche de lecture.

A bientôt

 

Posté par eoghan à 07:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,