fan de romans policiers

22 avril 2018

Lisa Jackson et " visions"

Bonjour,

CVT_Visions_4104

Alors que j'étais en train de lire ce roman, je me suis dit que je ne connaissais pas cet auteur.

Totale erreur car, non seulement je la connais, mais j'ai fait une critique d'un de ses romans en novembre 2017 au tout début de ce blog.

Je m'en suis rendue compte en voulant répertorier l'auteur dans mes catégories.

Du coup, j'ai relu ma critique qui n'était pas fameuse pour le roman "Ne meurs jamais seule", roman de 2017.

Celui-ci est plus ancien et date de 2009.

L'histoire :

Olivia Benchet est revenue vivre en Louisiane afin de soigner sa grand mère malade alors qu'elle  poursuit habituellement ses études à l'université de Tucson.

Au décès de Grannie Gin, elle hérite de la maison et décide de rester quelque temps dans sa région natale qu'elle avait pourtant choisi de fuir en raison de terribles visions qu'elle a essentiellement lorsqu'elle se trouve en Louisiane.

Sa grand mère disait volontiers qu'elle était une prêtresse vaudou et que sa petite fille a hérité de ses dons.

Une nuit Olivia a un de ses cauchemars au cours duquel elle voit une jeune femme être décapitée alors qu'elle se trouvait attachée à un lavabo. Le meurtrier est vêtu d'une sorte d'aube. L'auteur des faits met le feu à l'habitation avant de s'enfuir.

Olivia décide de contacter l'inspecteur Rick Bentz qui a eu les honneur de la presse pour  avoir résolu une affaire de tueur en série.

L'inspecteur finit par croire les dires de la jeune femme après la découverte du  corps d'une femme attachée à un lavabo, dans une maison incendiée.

La fille de Bentz, Kristi, poursuit ses études à Baton Rouge. Elle tombe amoureuse de l'assistant du Pr Zaroster, Brian Thomas. Ce dernier en sait déjà beaucoup sur elle et a fait l'objet d'une condamnation pour atteinte sexuelle.

Olivia "voit" d'autres meurtres tout aussi horribles. Rick Bentz comprend que le meurtrier reproduit les supplices subies par diverses saintes. Il interroge son frère James, prêtre à l'église Saint Luke, malgrè l'animosité qu'il éprouve à son égard. James a en effet eu des relations sexuelles avec son épouse. Kristi est d'ailleurs la fille de James, même si Rick l'a élevée comme sa propre fille.

Les pistes se multiplient, le père James pourrait être l'auteur des faits mais aussi le père o'Hara, Brian le petit ami de Kristi...

Mon avis :

L'enquête est intéressante mais je pense que le roman aurait gagné en force en évitant le cliché de la "médium" amoureuse à la fois du beau policier et  du père James, couchant avec l'un puis pratiquement avec l'autre. Cela m'apporte rien à l'intrigue et donne un coté mièvre à l'histoire.

C'est dommage.

Ce mélange de littérature sentimentale et d'enquête de police n'est jamais vraiment mon "truc" même si ce roman n'a pas démérité.

Posté par eoghan à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 avril 2018

Anne Perry et " la marque de Caïn"

Bonjour,

 

51B5NS1KHWL

 

J'ai voulu lire la suite du roman "des âmes noires" pour savoir comment évoluer les relations entre Monk et Hester.

L'histoire :

Monk est toujours détective privé subventionné par lady Callandra qui adore suivre ses enquêtes.

Une cliente, Genevieve Stonefield,  se présente à son bureau dans le plus grand désarroi car son mari Angus a disparu et elle pense que son jumeau Caleb est sans doute à l'origine de cette disparition qu'elle pense fatale.

Angus, qui jouit d'une excellente situation,  s'est rendu dans les bas fonds de Londres ou son frère jumeau vit et il n'est jamais revenu.

Geneviève, qui a cinq enfants à charge, est très inquiète quant à l'avenir de sa famille.

Par ailleurs une épidémie de typhoïde ravage les quartiers populaires de la ville et Hester a mis en place un site permettant d'accueillir les malades.

Elle y rencontre des victimes d'un homme extrêmement violent qui s'appelle Caleb Stone.

Mon avis :

J'ai eu le tort de lire la suite d'un roman lu il y a peu de temps car certaines descriptions étaient déjà dans le livre précédent et cela a gâché un peu ma lecture.

La description de la situation sanitaire de certains quartier de Londres et la misère que l'on laissait se développer ont rendu le roman tout à fait intéressant comme toujours chez Anne Perry.

Le seul bémol est que j'ai deviné assez rapidement la trame de cette intrigue même si cela n'a pas vraiment nui au plaisir de ma lecture.

A bientôt

 

 

Posté par eoghan à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 avril 2018

Val Mac Dermid et " lignes de fuite"

Bonjour,

419o4gFxnsL

Val Mac Dermid n'est pas anglaise comme je l'ai indiqué mais écossaise!!

C'est un auteur dont j'ai surtout lu les romans mettant en scène Tony Hill et Carol Jordan.

Pour tout avouer j'ai complètement craqué pour la série anglaise ( la fureur dans le sang)  également au point d'avoir acheté le coffret...Robson green n'est peut être pas étranger à mon engouement hi hi!!

Val Mac Dermid est née en 1955 et a été journaliste mais a également écrit de nombreux romans dont la série de Lindsay Gordon dont je ne vous parlerai pas car je ne l'ai pas encore lue.

Le roman "lignes de fuite" est paru en 2012.

 

L'histoire :

Stéphanie Harker est ce que l'on appelle un "nègre" ce qui l'améne à côtoyer de nombreuses personnalités souhaitant écrire un livre "arrangé"sur leur vie ou des aspects de leur existence. Quoique totalement inconnue du public, elle a rédigé plusieurs bestsellers et est fort appréciée tant pour ses qualités stylistiques que pour sa grande discrétion.

C'est ainsi qu'elle est sollicitée pour écrire un livre sur Scarlett, héroïne de télé-réalité.

Elle est fascinée par Scarlett qui se révèle fort différente de son personnage public et dont l'ambition est de sortir d'un avenir voué à la médiocrité, voire la misère.

Les deux jeunes femmes deviennent amies et Stéphanie écrit plusieurs livres et articles de presse pour Scarlett dont l'ascension perdure.

Elle assiste à la naissance de Jimmy, fils de Scarlett et Joshu, au combat de Scarlett contre le cancer, à la mort de Joshu puis au décès de Scarlett. Elle est la marraine de Jimmy et devient sa tutrice au décès de sa mère, en attente d'une adoption.

Alors qu'elle effectue un voyage aux USA, Jimmy est enlevé dans un aéroport bondé alors que Stéphanie, qui a une plaque métallique dans une jambe, passe une fouille approfondie.

Mon avis :

Le roman débute par la scène de l'enlèvement de Jimmy.

A ce moment, on ne connaît pas les liens entre l'enfant et la femme mais on devine l'attachement de cette dernière pour le petit garçon âgé de 5 ans et dont on laisse entendre que la vie n'a pas été facile pour lui.

La construction de ce roman est intéressante et on ne connaît le passé de ce "couple" improbable par le récit qu'en fait Stéphanie à l'agent du FBI chargée de l'enquête sur l'enlèvement de l'enfant.

Histoire entrecoupée des vérifications policières en cours...

Mais le  roman n'est apparu comme étant un peu long et, de plus, peu vraisemblable. En effet l'histoire de Scarlett est racontée par Stéphanie à la police dans le but de déterminer les possibles auteurs de cet enlèvement et je doute fort, que dans un tel contexte, on se lance dans un récit qui dure plusieurs heures.

Je ne suis pas fan non plus de la vie des "stars" de la tv réalité mais bon... Mais j'ai fini par être curieuse du dénouement.

J'avoue toutefois avoir été perplexe par le fait que Scarlett, mère parfaite au point de confier Jimmy à sa meilleure amie plutôt qu'à sa cousine, n'ait prévu aucun subsides pour l'enfant à son décès alors qu'elle avait offert des maisons à ses proches. une réelle anomalie dans l'histoire et qui la rend peu satisfaisante!

L'explication consistant à vouloir que l'enfant développe ses propres capacités en s'assumant comme sa maman ne tient pas à mon avis, compte tenu du fait que Jimmy n'a que 5 ans et que Stéphanie n'a pas de fortune extraordinaire. On pourrait le comprendre pour un adulte de 20 ans mais pas pour un enfant!

Pour moi ça a été la seconde faille du roman.

Mais je vous dirai que je n'ai pas imaginé  la chute de l'histoire et je vous en laisse la surprise.

J'ai quand même regretté la fin un peu abrupte de ce roman.

Je l'ai quand même dévoré mais pour moi ce n'est pas un grand cru de Val Mac Dermid en raison d'invraisemblances et d'une fin un peu bâclée.

A bientôt

 

Posté par eoghan à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 avril 2018

Anne Perry et " Des ames noires"

Bonjour,

des ames noires

Si j'ai lu beaucoup des romans mettant en scène l'inspecteur Pitt, ce n'est pas la même chose s'agissant de Monk, autre figure des romans d'Anne Perry.

J'apprécie beaucoup cet auteur. Ses romans sont dépaysants et j'aime ça.

 

L'histoire :

Ce doit être un roman parmi les premiers de la série.

J'ai parfois du mal à déterminer l'ordre des romans lorsque je les emprunte et j'avoue que cela m'agace.

Hester, infirmière, qui revient de la guerre de Crimée où elle avait été formée par la célèbre Florence Nightingale, retrouve son pays depuis quelques mois.

Son père a eu des revers de fortune et s'est suicidé, son jeune frère est mort en Crimée et sa mère est morte de chagrin.

Son frère aîné est marié avec Imogen et tente de se maintenir dans la société.

Hester est donc seule pour subvenir à ses besoins, refusant d'être accueillie par son frère et cantonnée aux activités féminines de l'époque.

C'est ainsi qu'elle propose ses services d'infirmière. Elle enchaîne ce que nous appellerions aujourd'hui des missions de travail temporaire.

Elle est ainsi amenée à servir pendant quelques jours d'accompagnatrice à Mary Farraline dont la famille a fondé à Edinbourg  une maison d'imprimerie de livres d'une grande notoriété. Mary est veuve et doit se rendre chez sa fille à Londres pour la soutenir dans les derniers mois de sa grossesse.

Hester s'est rendue en train à Edimbourg, ville ou réside sa patiente.

On lui remet une petite mallette comportant les fioles d'un médicament qu'elle doit administrer à mary Farraline chaque soir vers 23 h.

Lors du trajet de nuit en train, les deux femmes bavardent agréablement et Hester fait boire la première potion à Mary. Elle se rend alors compte que l'une des fioles est déjà vide.

Après quelques heures de sommeil et juste avant l'arrivée à Londres, Hester, réveillée par le contrôleur,  constate le décès de Mary.

Bouleversée, Hester se rend chez lady Callandra qui l'accueille et l'héberge. En défaisant ses bagages, Hester constate qu'une broche de grande valeur se trouve parmi ses effets. Elle contacte Monk devenu détective privé, puis sur ses conseils, le célèbre avocat à la Cour Olivier Rathbone. Malgré ses démarches, elle est rapidement arrêtée pour vol puis pour meurtre.

Monk méne l'enquête à Edimbourg.

Mais il rencontre beaucoup de difficultés à trouver un mobile du meurtre et donc un coupable possible.

Son enquête s'enlise et le procès commence en Ecosse, ce qui empêche l'avocat Rathbone de défendre Hester dans la mesure où il n'est autorisé à plaider qu'en Angleterre.

Mon avis :

L'histoire est attrayante car Hester n'est plus le soutien de quelqu'un accusé à tort mais est emprisonnée.

Sa détermination faiblit face aux faits qui l'accuse et, malgré ses amis, se sent bien seule et démunie dans l'environnement hostile de la prison et des manifestations de haine qu'elle suscite lors de son procès.

J'ai aimé ce changement dans l'intrigue. Monk se présente également dans un registre différent car lui aussi se sent impuissant à prouver l'innocence de son amie.

Il se rend compte que ses sentiments envers Hester sont d'ailleurs au delà de l'amitié. De même Hester partagée entre Rathbone et Monk, fait son choix. Le petit coté "fleur bleue" du roman, mais quand même tout en retenue, on est à l'époque victorienne que diable!!

L'intrigue policière ménage du suspens presque jusque la fin même si l'on a des doutes. Mais le motif de l'assassinat nous échappe pendant de nombreuses pages.

Anne Perry nous offre un roman plaisant comme à son habitude avec des scènes de bravoure comme le témoignage de Florence Nightingale.

A bientôt

 

Posté par eoghan à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 avril 2018

Franck Thilliez et " Conscience animale"

Bonjour,

conscience animale

Un auteur français qui vit dans le nord de la France et qui apparemment y reste, respect hi hi! Je le dis car moi aussi je suis originaire du grand nord.

Je ne le connaissais pas du tout, enfin de nom mais je n'avais rien lu de lui. Aussi j'ai décidé de débuter la lecture de cet auteur par ce que je pense être son premier roman paru en 2002. Il avait alors moins de trente ans puisqu'il est né en 1973.

Lorsque je vais à la bibliothèque j'ai parfois un doute sur l'ordre dans lequel il faut lire les livres d'un même auteur. Parfois l'éditeur le précise mais hélas, pas toujours!!

 

L'histoire :

 Un homme Warren retrouve un vieil ami, Sam à l'occasion de son anniversaire.

Sam est revenu depuis peu de temps dans le nord de la France après avoir pas mal bourlingué en Afrique puis en Guyane.

Il s'installe dans une ancienne ferme qu'il indique vouloir rénover.

Je brosse à grands traits l'intrigue. Il faut savoir que Sam a poursuivi des expériences et compte les mettre en pratique dans son pays d'origine.

On découvre ainsi qu'il est dévoré par la faim le poussant à tuer des personnes pour les manger, notamment les jambes, beurk!!

Il décide de choisir des compagnons de route qu'il recrute dans un centre d'aide aux personnes déprimées. Son lieutenant Lionel est ainsi initié et devient son bras droit.

Warren constate à son domicile que chaque matin un de ses poissons est mort, puis son chien est retrouvé portant deux trous dans le corps et sentant l'eau de javel . Grâce à la pose d'une caméra, Warren  se rend compte que c'est lui qui tue ses animaux . Un livre lui est remis par un vieil homme dans des conditions mystérieuses et Warren a recours à Neil pour la traduction.

Pendant ce temps, Sam et son équipe font de nombreuses victimes, parmi ces dernières la femme et les enfants de Warren mais aussi de l'inspecteur  Sharko chargé de l'enquête.

On retrouve également des traces de pattes d'oiseaux...

Mon avis :

Une histoire gore, affreuse...

mais le problème n'est pas là car après tout il y a des amateurs pour ce type de littérature, je n'en fais pas partie vous le comprenez, j'avais cru avoir affaire à un policier...

Ce qui m'a carrément déplu est le style.

Lourd lourd lourd, des comparaisons à toutes les phrases, un peu ça va, trop...

J'ai failli arrêter ma lecture puis je l'ai poursuivie mais à contre coeur. Puis vers la fin, ou le style s'est un peu amélioré ou alors je m'y suis habituée.

Il paraît que les autres romans ne sont pas pareils, peut être ferais-je un autre essai.

Pas tout de suite, il faut que je revienne à ma zone de confort dans mes lectures.

Avec le recul je me dis que l'histoire est quand même  intéressante.

Dans un premier temps j'ai été horrifiée d'avoir pris ce roman et maintenant je commence à trouver qu'il y a quelque chose dans cette histoire qui est peut être à creuser et que je ne dois pas m'arrêterr là. Je vais tenter de lire un autre roman, plus récent, du même auteur.

A bientôt

 

Posté par eoghan à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


12 avril 2018

Robert Dugoni et " Son dernier souffle"

Bonjour,

516UmcC4csL

Bonne surprise, j'ai trouvé la suite du roman du même auteur que j'avais emprunté à ma médiathèque. Il est sorti début 2017.

Hélas, il n'y a pas les autres romans du même auteur car je crois qu'il en existe d'autres.

Et comme mes bibliothèques à la maison sont pleine à craquer et que je n'achète que des livres de poche, je ne lirai pas de sitôt la suite des aventures de Tracy Crosswhite.

L'histoire :

L'action se déroule toujours à Seattle quelques mois après le premier volet.

Le meurtre d'une danseuse exotique avait lieu dans le précèdent roman mais, d'une part, aucune avancée n'ayant eu lieu, le capitaine Johnny Nolasco avait transféré le dossier aux affaires classées et, d'autre part, Tracy avait été occupée par la découverte des restes de sa soeur Sarah.

Le roman débute ici avec un nouveau meurtre de danseuse tuée de façon similaire puis un autre assassinat se produit assez rapidement.

Les victimes sont toutes des danseuses exotiques s'adonnant à une prostitution occasionnelle.

Une task force est constituée et à la grande surprise de Tracy, Nolasco souhaite que cette force spéciale des services de police soit dirigée par l'inspecteur Whitecross.

Toutefois, Nolasco ne lui autorise qu'un nombre restreint de policiers pour des raisons budgétaires et lui savonne la planche espérant qu'elle n'aboutisse pas.

De plus, il organise des fuites dans la presse via la journaliste Maria Vanpelt.

Tracy, qui fait une recherche sur la possibilité de crimes similaires, découvre l'existence d'un meurtre dont le modus operandi est proche. Mais Wayne Gerhard  avait avoué le crime et la victime, Beth Stinson était une jeune comptable.

Elle se procure les pièces d'archive discrètement car les enquêteurs étaient Nolasco et son co-équipier Hattie, ce dernier ayant pris sa retraite après ce dossier.

Les multiples anomalies de l'enquête lui laissent penser que le condamné n'est pas en réalité l'auteur du crime et que le "cow boy" selon le surnom donné au tueur en série est à l'origine de cette mort.

D'autant que Tracy découvre que  la jeune fille de bonne famille arrondissait  ses fins de mois en dansant dans une boite de nuit  locale et n'hésitait pas à ramener des hommes chez elle, élèments la rapprochant des actuelles victimes du "cowboy".

Dan, toujours en couple avec Tracy, se penche sur cette première affaire.

Mon résumé est succinct car il faut qu'il subsiste le plaisir de la lecture et le roman est plus dense que ce que mon résumé en dit!!

 

Mon avis :

J'aime bien les enquêtes dans lesquelles l'enquêteur se heurte à la hiérarchie pour un motif ou un autre, genre Harry Bosch! Cela me plaît toujours, je dois aimer les rebelles!!

Le roman se laisse agréablement lire et on a hâte de découvrir qui est ce tueur en série. Il y a des rebondissements, du suspense, tout ce qui fait un bon polar, surtout lorsque s'y ajoute une détective un peu butée et qui ne cède pas aux pressions.

Ce qui m'a un peu frappée, dans un premier temps, est la trame un peu trop similaire à  celle du roman précédent puisque l'on retrouve une personne condamnée, victime d'une enquête bâclée,  la participation de Dan à la recherche d'indices susceptibles d'innoncenter celui qui est devenu son client.

Mais, pour être tout à fait juste avec cet auteur, le traitement, au delà de la similitude de façade, reste suffisamment différent pour ne pas être une gêne réelle et j'ai pris grand plaisir à lire cette suite.

Je suis même allée jeter un coup d'oeil sur le net pour en savoir plus sur Seattle. Je dois avouer que mes connaissances se limitaient à l'intrigue "des nuits blanches à Seattle", c'est tout dire !!

A bientôt

Posté par eoghan à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 avril 2018

Caroline J Tudor et "l'homme craie"

Bonjour,

CVT_Lhomme-craie_3197

 

On m'a offert un roman ( pour mon anni) nouvellement sorti : "l'homme craie" d'un auteur inconnu de moi. .

Apparemment l'auteur, une jeune femme, avait une activité de promeneur de chiens professionnel quant elle a eu l'idée de ce premier roman.

 

L'histoire :

 

Deux époques sont évoquées alternativement dans ce roman:

l'année 1986, le narrateur ayant alors 12 ans,

l'année 2016, le narrateur, toujours célibataire, étant devenu professeur d'anglais dans l'établissement scolaire de son enfance.

Eddie est le fils d'un écrivain et d'un médecin. Sa mère se consacre à une clinique spécialisée dans l'avortement. A ce titre elle est en butte à l'animosité du pasteur local dont Nickie est la fille.

Nickie, gros Gav, Mickey Métal et Hoppo  sont ses amis proches. Au début des vacances d'été, tous  se retrouvent  à la fête foraine.

Eddie, qui s'est éloigné de son groupe, assiste à un accident de manège au cours duquel une jeune fille ravissante, Elisa, est gravement blessée. Elle échappe à la mort grâce à l'intervention d'Eddie et de Monsieur Halloran, futur enseignant de son école. 

Eddie et Monsieur Halloran sont considérés comme des héros.

Le frère de Mickey Metal est retrouvé mort dans la rivière locale où il tentait de récupérer son vélo. 

De multiples incidents surviennent lors de l'année 1986 : intimidation de la mère d'Eddie, découverte du corps d'Elisa dont la tête est manquante, la fille du policier local affirme avoir été violée par l'adolescent décédé, arrestation du père d'eddie, suicide de Monsieur Halloran... de curieux petits personnages dessinés à la craie sont souvent retrouvés sur les lieux.

En 2016 le mystère de ces bonshommes est relancé.

Je ne vais pas plus loin dans l'intrigue qui est pleine de rebondissements.

 

Mon avis :

 

J'ai aimé les deux aspects de ce roman.

D'une part la partie " intrigue policière" remarquablement construite et ayant son lot de rebondissements et fausses pistes, le tout bien amené et bien écrit.

Chacun des personnages a dissimulé une petite partie du mystère, du puzzle devrais - je dire car c'est bien de cela dont il s'agit.

D'autre part, la description de cette bande d'enfants avec leurs virées à bicyclette, leurs émotions, la façon dont ils apprécient et analysent le monde des adultes. 

Cet aspect là des choses est bien vu et est attrayant.

J'ai beaucoup aimé le personnage d'Eddie avec ses failles et ses incertitudes.

J'oubliais, l'auteur n'est pas tombée dans le piège d'une fin sentimentale , un bon point hi hi

Vraiment un roman à recommander, je dirais une pépite.

A bientôt

 

 

 

 

Posté par eoghan à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 avril 2018

Robert Dugoni et " le dernier repos de Sarah"

Bonjour,

le dernier repos

Je ne connaissais pas cet auteur qui, je crois, a sorti récemment un nouveau roman.

J'ai donc emprunté le "dernier repos   de Sarah".

Robert Dugoni est né en 1961 et a fait ses études à la très réputée université de Stanford et est devenu journaliste.

Il a ensuite fait des études de droit lui permettant de devenir procureur. Il est auteur de romans policiers mettant en scène d'une part Tracy Crosswhite et d'autre part David Sloane.

Le présent roman met en scène Tracy Crosswhite et date de 2014. La série David Sloane me paraît légèrement plus ancienne puisque le dernier roman date de 2012.Je précise que mes infos ont été prises sur wikipédia bien entendu.

 

L'histoire :

Tracy Crosswhite, après avoir été prof de chimie dans un collège, a repris des études et est désormais inspecteur à la crim de Seatle.

Alors qu'elle est en charge d'une enquête sur la mort d'une jeune femme ligotée par une corde passé autour de son cou, de ses poignets et de ses pieds et qui a fini par s'étrangler, elle apprend que les restes d'une femme ont été découverts par des chasseurs dans la région de Cedar Grove.

Cette nouvelle la bouleverse car sa jeune soeur Sarah a disparu dans ce secteur et son corps n'a jamais été retrouvé.

Le corps est identifié comme étant bien celui de Sarah Crosswhite et dans la tombe on retrouve également les boucles d'oreille et le collier qu'elle portait.

Tracy, qui n'avait jamais adhéré à la condamnation d'Edmund House, pour le meurtre de sa soeur, avait poursuivi l'enquête pendant plus de dix ans. Cette découverte, 20 ans après la disparition de Sarah, lui donne l'espoir de nouveaux indices. Tel est le cas ,car l'endroit où le corps reposait a été inondé peu de temps après la disparition suite à la construction de barrages et le site avait fait l'objet d'une fouille infructueuse par Tracy et son père.

Ce n'est qu'en raison d'une baisse du niveau du lac que les restes avaient  pu être retrouvés. Il s'avérait également que Sarah avait été certainement conservé un moment dans un autre endroit avant d'être enterrée à faible profondeur.

Lors de l'enterrement de sa soeur, Tracy retrouve un ancien ami d'école, Daniel, devenu entre temps avocat.

Elle charge Dan de jeter un coup d'oeil sur l'épais dossier qu'elle a constitué au fil des ans.

Dan, au vu des incohérences et des failles de la procédure diligentée à l'encontre d'Edmond House, se charge de demander la révision de la condamnation de ce dernier, ce qu'il obtient avec, en outre la remise en liberté du condamné.

Tracy n'a désormais plus qu'un seul objectif la réouverture du dossier sur le meurtre de sa soeur.

 

Mon avis :

J'ai apprécié ce roman, agréablement distrayant.

Il est classé dans la catégorie thriller judiciaire sur amazon.

Certes il y a un procès mais pas que...

Le roman est même assez émouvant à certain moment car l'histoire alterne le passé et l'époque présente. On retrouve donc Sarah, jeune fille aimée de tous ( là c'est un peu too much me semble-t-il) et proche de sa soeur.

L'intrigue est bien ficelée même si j'ai eu, assez rapidement, un doute sur l'auteur des faits, mais il n'en demeure pas moins que l'histoire m'a plu et que j'ai passé un bon moment en compagnie de Tracy.

Je reste sur ma faim en ce qui concerne le meurtre que Tracy avait sur le feu lors de la découverte des restes de sa soeur.

Mais ce sera peut être pour le tome deux que je vais m'empresser d'aller chercher dans une de mes médiathèques mais je crains que le roman ne soit un peu trop récent!!

A bientôt pour une prochaine lecture.

 

 

 

 

Posté par eoghan à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 avril 2018

Ryan David Jahn et " de bons voisins"

Bonjour,

 

de bons voisins

 

C'est un roman paru en 2012 dont je vais vous parler aujourd'hui.

je l'ai commencé suite à ma mésaventure avec le livre dont je vous ai parlé dans mon post précédent.

L'histoire :

Le 13 mars 1964, à New York, une jeune femme, Kat, est assassinée par un homme dans la cour de son immeuble en pleine nuit alors qu'elle rentrait de son travail. Elle est retrouvée deux heures plus tard et décède dans l'ambulance.

La situation est d'une triste banalité

Le roman montre que plusieurs de ses voisins ont entendu ses cris mais n'ont pas réagi pour une raison ou une autre, pensant que les autres allaient prévenir les secours ou intervenir.

Le roman relate les préoccupations de chacune des personnes susceptibles d'intervenir. Après ce fait divers bien réel, les psycho­logues mirent au jour le mécanisme de «l'effet Kitty Genovese». En cas d'urgence, plus il y a de témoins, moins ils prennent la décision d'intervenir. Seul un de ses voisins, afro américain  marié à une infirmière blanche viendra en aide à Kat.

Mon avis :

On ne sort pas indemne de ce roman.

Perso je l'ai trouvé glaçant, horrible et en même temps passionnant.

On voit Kat quitter son travail, changer le pneu de sa voiture car elle a crevé puis regagné son logement après avoir croisé son voisin noir marié à une infirmière.

Puis on a le point de vue de ce même voisin.

Elle a vu également une voiture de patrouille. On partage les préoccupations de l'agent patrouilleur.

Le roman a un coté presque clinique. Il se borne a rapporter les différents points de vue des protagonistes. Tous ont leurs occupations et leur préoccupations et Kat ne fait pas partie de leurs soucis.

Ce roman m'a fait une forte impression.

Ce n'est pas le genre de livre que je lis en général car je préfère les intrigues policières plus conventionnelle mais je dois reconnaître qu'il est impressionnant.

Je recommande cette lecture qui interpelle sur son propre comportement. 

A bientôt

 

Posté par eoghan à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 avril 2018

Michel Bussi et "Les nympheas noirs"

Bonjour,

 

Nympheas_noirs

 

Alors là je l'avoue, c'est la honte!

Je n'ai jamais lu de roman de Michel Bussi qui a pourtant une réelle notorité et qui, de plus, était, jusque 2016,  professeur à l'université de Rouen où je réside.

Bref la honte totale.

Je débute par ce roman choisi par le groupe "Polars" de Babelio.

Je me suis dit, allez je me lance.

Je ne suis pas attirée, la plupart du temps, par les romans français et c'est sans doute la raison pour laquelle je ne les prends jamais à la bibliothèque.

Ce roman est paru en 2011 et a connu un grand succès.

 

L'histoire :

L'intrigue se déroule à Giverny.

Petit aparté, j'y suis allée il y a bien longtemps, puis il y a un peu moins longtemps même si cela fait quelques années quand même et l'endroit avait déjà changé...

C'est vrai que  je répugne à m'y rendre à nouveau, trop de monde, trop toc et c'est ce que je lis au début du roman... est ce bon signe?

L'histoire débute avec une nonagénaire promenant son chien Neptune le long du petit cours d'eau alimentant le plan d'eau du jardin de Monet. Un homme mort est étendu la tête dans l'eau.

Le vieille dame ne prévient pas la police mais, peu de temps après, un joggeur découvre le corps de Jérome Morval, un important médecin parisien passionné de peinture et aussi de femmes.

L'enquête est confiée à l'inspecteur Sérénac et à son adjoint Sylvio Benavides.

Les histoires s'entremêlent : l'institutrice trop jolie qui attire l'inspecteur, son mari jaloux suspect potentiel, la jeune fanette qui a un réel talent pour la peinture aidée du mystérieux James, vieil américain amoureux de Giverny et de Monet... et la vieille femme et son chien, un bien étrange témoin.

Mon avis :

je ne suis pas fan, je dois l'avouer.

J'étais curieuse de ce roman écrit de façon un peu étrange.

Puis, au fur et à mesure de ma lecture,  je me suis laissée gagner par une forme d'ennui matinée d'une petite curiosité.

J'ai même failli abandonner  ma lecture mais je me suis accrochée, presque malgré moi.

J'ai appris plein de choses sur Giverny et Monet mais j'ai trouvé que c'était longuet.

Et puis le miracle est arrivé à la fin qui est surprenante, émouvante et pleine d'espoir. Une fin de virtuose sans aucun doute et j'admire le talent de l'auteur.

Ce blog n'est qu'un avis personnel sur un roman, je laisse à chacun le plaisir de se faire son idée sur un roman, sur un auteur.

Je sais que ce n'est pas le genre de roman que j'aime, voila tout.

Posté par eoghan à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,