fan de romans policiers

24 avril 2019

96 année 2/ Jean François Parot et " l'affaire Nicolas le Floch"

Bonjour,

index

Je me partage, en ce moment, entre deux auteurs.

J'ai donc repris un nouveau roman de Jean François Parot mais je ne sais pas du tout si je suis la chronologie puisque je les lis dans l'ordre où je me les procure...

L'histoire :

Nicolas Le Floch a une liaison avec une jeune veuve aisée. Il semble en être amoureux même si son insistance à vouloir le mariage, l'agace un peu.

Un soir, alors qu'il se rend chez sa maîtresse, Julie de Lasterieux,  il est agacé de voir qu'elle minaude avec d'autres hommes dont un suisse Van et M. Balbastre l'organiste de Notre Dame qui se moque de Nicolas.

Ce dernier est furieux et part, non sans avoir fait ses observations à sa compagne.

Il erre un moment dans les rues de Paris avant de revenir chez sa maîtresse où la fête bat toujours son plein. Il récupère dans l'office une bouteille de bon vin et rentre chez lui, au domicile de l'ancien procureur. Il est  alors pris de malaise et le lendemain apprend l'empoisonnement de son amie.

Tout semble l'accuser mais il peut compter sur l'amitié de ses fidèles amis.

Le roi l'envoie  en Angleterre et l'assassinat peut avoir eu pour but d'empêcher cette mission, d'autant que l'on tente, à plusieurs reprises de le tuer...

Au retour de Londres, Nicolas reprend l'enquête.

Il apprend aussi qu'il a un fils illégitime.

Mon avis :

Les différentes intrigues s'entremèlent.

L'époque est difficile puisque le roi commence à être détesté par les parisiens ainsi que sa jeune maîtresse. Mme de Pompadour est décédée et lui a succédé Mme du Barry, qui n'est guère appréciée.

On découvre le roi vieillissant puis la mort affreuse de ce souverain.

J'ai aimé l'intrigue mais aussi le fond historique.

Je sais que je vais lire d'autres romans de cet auteur qui est prenant et nous apprend beaucoup de choses sur cette époque qui précède la révolution. C'est une façon bien divertissante de découvrir ce siècle agité.

A bientôt

Posté par eoghan à 07:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


21 avril 2019

95 année 2/ Agatha Christie et " la dernière enigme "

Bonjour,

 

index

 

Ce roman est la dernière enquête de Miss Marple.

Il a été écrit en 1940 par Agatha Christie qui, craignant de mourir pendant la guerre, voulait des publications posthumes afin de préserver ses proches des soucis financiers.

Il n'a été publié qu'en 1976.

L'histoire :

Gwenda Reed arrive en Angleterre, précédant ainsi  son mari retenu par le travail. Elle doit acheter leur nouvelle maison sur la cote sud et la décorer afin que le couple s'y installe.

Gwenda ne connaît pas l'Angleterre, elle est née en Inde où son père était militaire, puis sa mère  est décédée alors qu'elle avait 2 ans et a été recueillie par une tante vivant en Nouvelle Zelande.

Elle a le coup de foudre pour une charmante demeure victorienne et commence les travaux. Elle a l'impression d'avoir toujours habité en ces lieux.

Elle souhaite un escalier menant au jardin et les ouvriers découvrent les vestiges d'un ancien escalier se trouvant justement à cet endroit. Divers autres incidents lui laissent penser qu'elle pourrait être une sorte de médium. Effrayée, elle va chez un cousin de son mari qui est romancier et se trouve être le neveu de Miss Marple.

L'enquête montre qu'elle a  vécu un moment en Angleterre. Gwenda reprend contact avec le docteur Kennedy qui se révèle être  le frère aîné de la seconde épouse de son père, la fameuse Helène.

Miss Marple est inquiète pour le jeune couple car elle soupçonne les risques qu'il y a à faire revivre le passé et à se mesurer avec un criminel qui pouvait se croire désormais à l'abri...

Mon avis :

Une enquête menée à 100 km/h avec beaucoup de péripéties.

C'est la dernière histoire mettant en scène Miss Marple mais en réalité chronologiquement ce n'est pas la dernière qui a été écrite puisque l'on retrouve cette héroïne vieillie dans d'autres livres de cet auteur.

J'ai passé un excellent moment de lecture même si ce n'est pas the best pour moi.

J'ai aimé cependant la montée de l'angoisse chez Gwenda, c'est fait par petites touches : l'escalier, la porte, le papier peint et on est alors emporté par l'histoire...

On n'est de toute façon jamais déçue par cette grande dame dont j'ai dévoré les romans alors que j'étais toute jeune. Je lui dois sans aucun doute ma passion pour les romans policiers.

A bientôt

 

 

 

 

Posté par eoghan à 08:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 avril 2019

94 année 2/ Karin Slaughter et " irreparable"

Bonjour,

index

 

Je suis accro à cette série de romans....

Comment ai-je pu ne pas le lire avant...

Ce livre est paru en 2011 d'après ce que j'ai pu lire.

L'histoire :

Abigail revient du tennis et est au téléphone avec son mari Paul, à qui elle reproche de l'avoir trompée et d'avoir emmené sa conquête dans des lieux fréquentés par leurs amis.

Arrivée à sa luxueuse demeure dans un quartier chic d'Atlanta, elle découvre la porte ouverte, du verre cassé au sol et voit un homme inconnu tenant un couteau qui est penché sur le corps martyrisé de sa fille Emma.

Alors que le jeune homme se dirige vers elle, Abigail prend la fuite, est rattrapée par l'individu, se débat et le tue...

Le jeune homme n'est apparemment pas l'agresseur de sa fille mais une seconde victime et d'ailleurs la jeune femme tuée au premier étage de la maison n'est pas Emma mais sa meilleure amie, Kayla.

L'enquête n'est pas confiée à Will Trent en premier lieu, il passe juste sur les lieux avec sa supérieure, la "délicieuse" Amanda pour satisfaire le père d'Abigail, un richissime homme d'affaire.

Mais les constatations de Will l'aménent à penser qu'Emma a fait l'objet  d'un enlèvement et tout va alors très vite pour retrouver la fille d'Abigail et Paul, un ancien de l'orphelinat où ont également vécu Will et Angie.

Mon avis :

J'avais adoré Triptyque, le précédent opus donc j'avais des inquiétudes, je m'étais dit que le deuxième tome risquait d'être moins bien.

Eh bien ce n'est pas le cas.

Karin Slaughter manie l'ambiguité comme personne et fait durer le suspens.

Il y a l'intrigue bien sûr mais aussi les personnages qui gravitent autour du ou des meurtres.

Je pense à l'histoire de Will Trent, à son amie Angie, au père d'Emma, Paul...sans oublier Faith avec qui Will fait provisoirement équipe après avoir pousser sa mère à la démission.

J'ai hâte de me procurer le troisième volume

Bref on passe un excellent moment en compagnie de ce roman

A bientôt

 

Posté par eoghan à 07:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 avril 2019

93 année 2/ Agatha Christie et " un cadavre dans la bibliothèque"

Bonjour,

index

J'ai eu envie de relire un grand classique d'Agatha Christie.

Un cadavre dans la bibliothèque est en fait un des premiers romans que j'ai lu de cet auteur... il y a bien longtemps.

Je ne vais pas évoquer l'auteur car qui ne connaît pas Agatha Christie.

L'histoire :

Mrs Dolly Bancroft est réveillée brutalement par les cris de sa domestique Mary.

Elle réveille son mari Arthur et tous deux découvrent qu'il y a un cadavre dans leur bibliothèque.. et c'est le début de ce roman.

La victime est une jeune femme  revêtue d'une robe plutôt clinquante et de chaussures argentées.

Aucune personne vivant dans le manoir des Bancroft ne la connaît.

Dolly fait appel à son amie Miss Marple. Cette dernière, arrivée avant la police locale, constate que la victime est vraiment très jeune et qu'elle ronge ses ongles.Elle pense qu'il s'agit peut être d'une invitée de Basil Blake, jeune homme travaillant dans le cinéma et dont les frasques sont remarquées dans le village paisible de Ste Mary Mead.

Deux jeunes filles sont portées disparues, une jeune collégienne de 16 ans et une jeune danseuse de 18 ans.

La cousine de cette dernière, Josie,  identifie la victime comme étant Ruby keene.

Josie Turner, danseuse dans l'établissement réputé du Majestic, s'est blessée à la cheville. Ne pouvait plus animer les soirées dansantes de l'établissement, elle a demandé à Ruby de la remplacer pour les exhibitions qu'elle effectuait avec son partenaire Raymond. La veille, toutefois, Ruby n'était pas venue assurer son numéro.

Un client de l'hotel, M.Jefferson, avait prévenu la police de la disparition de la jeune femme.

M.Jefferson, homme d'affaires fortuné,  est bien connu des Bantry.

Molly raconte à Miss Marple qu'il a perdu ses deux jambes dans l'accident qui a coûté la vie à son fils et sa fille. Il est resté proche de son gendre et de sa belle-fille ainsi que du fils de cette dernière issu d'une précédente union.

Molly est très excitée par cette affaire, qui romp  la monotonie de son existence mais rapidement elle s'inquiéte pour son mari qui s'isole et devient morose. Elle comprend que le village est persuadé de sa culpabilité  et qu'Arthur Bantry risque de ne pas s'en remettre.

Elle décide de s'installer avec Miss Marple à l'hôtel Majestic afin de mener l'enquête et permettre à son amie de découvrir le coupable.

Plusieurs pistes s'ouvrent à nos enquêtrices d'autant que la victime devait être adoptée par M.Jefferson...

 

Mon avis :

On adore retrouver une énigme d'Agatha Christie avec son atmosphère désuète. L'énigme est diabolique à souhait et j'adore ça... On soupçonne ltout le monde jusqu'au dénouement final. Il faut dire qu'Agatha Christie nous a menés avec brio sur une fausse piste que l'on a suivi sans trop se poser de questions alors qu'un indice ( et même deux)  nous est donné dès le départ !! 

Le roman n'est pas très long mais il est dense. On se plonge dans une atmosphère un peu démodée mais moins que d'autres romans de cet auteur je trouve.

En tout cas, on passe un merveilleux moment avec Miss Marple. Cette dernière, qui vit dans un petit village, a accumulé, grâce à son sens de l'observation, une étonnante connaissance de la nature humaine lui permettant de dénouer les fils de cette intrigue machiavélique.

A bientôt

Posté par eoghan à 07:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 avril 2019

92 année 2/ Karin Slaughter et " Triptyque"

Bonjour,

index

L'auteur :

Désolé, même s'il s'agit d'une femme, je me refuse à écrire " autrice", mot atroce!

Revenons à Karin Slaughter.

Elle est née en 1971 dans l'état de Géorgie aux USA et vit désormais à Atlanta.

Elle a écrit un grand nombre de romans dont la série " Grant county" du nom du lieu où se déroulent plusieurs de ses romans et qui est un endroit imaginaire.

Elle a également rédigé plusieurs romans mettant en scène Will Trent dont Triptyque est le premier volume. Plus divers autres romans.

Triptyque a été écrit en 2006 et traduit en français en 2008.

L'histoire :

 

Le roman débute avec la découverte du meurtre d'une adolescente de 15 ans, Mary Alice Finney, en juin 1985.

Il se poursuit avec le meurtre d'une prostituée Leesha Monroe :en 2006, enquête confiée à l'inspecteur Michael Ormewood. On découvre que ce dernier rencontre des problèmes de couple et des difficultés financières en lien vraisemblablement avec le fait qu'il doit faire face aux frais et à la culpabilité d'avoir un enfant présentant un retard mental. Michael s'est consolé à plusieurs reprises avec Cynthia une voisine.

Michael se voit adjoindre Will Trent pour poursuivre l'enquête. Il découvre alors que la mort de la prostituée fait partie d'une série de viols présentant tous un point commun : la langue des victimes a été sectionné par l'auteur des faits. Toutefois les victimes n'avaient pas été tuées et elles étaient âgées d'une quinzaine d'années contrairement à qui avait largement dépassé la trentaine.

Au cours de l'enquête Cynthia est assassinée et sa langue est coupée. On découvre alors que la victime n'est âgée que de 15 ans.

Parallèlement on suit la vie de John, un paumé de 35 ans qui se trouve en conditionnelle et travaille pour un laveur de voiture. Par hasard alors qu'il tente d'acheter une voiture il constate qu'il est victime d'une usurpation d'identité, l'auteur des faits payant cependant les crédits contractés en son nom.

Il demande l'aide d'un ancien co-détenu, comprenant que sa soeur, bien qu'avocate, ne l'aidera pas.

John Shelley est en réalité l'ado de 14 ans arrêté et condamné pour la meurtre de Mary Alice Finney. En 1985 John, poussé par son cousin Woody, était devenu consommateur de cocaïne et avait fait une overdose.

Son père l'avait alors rejeté et seule sa mère était restée présente à ses cotés.

Pour les faits commis sur Mary Alice, John a été jugé comme un adulte et l'on croit comprendre au fil du roman qu'il n'était pas coupable.Résigné à vivre désormais en détention il est protégé par son co-détenu Ben qui devient un peu comme un père pour lui après avoir été victime de sévices sexuels au début de son incarcération.

Toutefois, après avoir appris que sa mère se mourrait d'un cancer,  il avoue les faits afin d'obtenir une libération conditionnelle, qu'il n'obtient que deux jours après le décès de sa mère.

Il a poursuivi ses études et passé de nombreux diplômes en prison mais, libéré, ne trouve qu'un job de laveur de voitures.

On découvre peu à peu son histoire et sa vie en prison.

Grace à l'aide de son co-détenu, Ben, il peut utiliser une voiture pour suivre l'usurpateur de son identité qui est son cousin Woody, celui qui lui avait fait découvrir la drogue. Mais Woody est devenu flic, il s'agit en réalité de Michael Ormewood. Et à ce stade on croit comprendre que le procès de John a été largement biaisé car John était défendu par la mère de Woody et que cette dernière ne souhaitait pas que l'on évoque la drogue et la situation de son fils.

A ce stade on se dit que John était innocent du meurtre de Mary Alice et que son cousin en était l'auteur, comme c'est lui qui a agressé les autres victimes, dont la prostituée de 2006.

Mon avis :

Le roman est adroitement rédigé et laisser planer des ambiguités.

Ainsi les relations entre Cynthia et Michael Ormewood sont décrites de telle façon que l'on est persuadé que Cynthia est l'épouse délaissée de Phillip et non sa fille de 15 ans...

Tout le roman est ainsi écrit et l'on ne découvre que petit à petit la réalité.

Will Trent est un étrange personnage, une sorte d'anti Héros, un homme ayant connu une enfance misérable et violente, un policier d'une grande finesse et également un homme dyslexique ne sachant lire qu'avec difficulté. Je suppose que les romans suivants déclinent d'autres facettes de Will.

Dans le roman on est confronté à diverses versions.

Michael Ormewood se présente comme un bon père de famille attaché à son fils et délaissé par son épouse mais lorsque Angie un collègue et amie de Trent rencontre l'épouse, cette dernière lui indique que son mari ne se soucie plus d'elle et la frappe régulièrement comme en atteste son visage tuméfié ...

A un moment on a un peu le tournis car on ne sait plus où est la vérité.

J'ai eu beaucoup de difficulté à lâcher ce roman une fois que j'y ai mis le nez...

Un roman vraiment excellent et j'ai hâte de lire le suivant de cette série.

A bientôt

 

 

Posté par eoghan à 07:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


09 avril 2019

91 année 2/ Jean François Parot et " le fantôme de la rue royale"

Bonjour,

 

index

 

Les années ont passé puisque ce troisième volume débute en mai 1770 alors que nous avons laissé Nicolas Le Floch à la fin de l'année 1761 dans " l'homme au ventre de plomb" .

L'histoire :

Nicolas Le Floch est chargé de la sécurité du roi et de son entourage alors qu'à lieu le mariage du dauphin et Marie-Antoinette.

En fait ce mariage a eu lieu par procuration dans un premier temps puis à Versailles .

Notre héros surveille de loin les fêtes organisées à Paris et déplore le manque de sécurité. Le prêvot des marchands, Jérôme Bignon, n'a pas prévu de conditions d'accès des voitures, le terrain a encore des tranchées non rebouchées, de plus un certain mécontentement risque d'apparaître car s'il y a un feu d'artifice, il n'y a pas de ripaille gratuite comme c'est le cas dans ce type d'événement.

Les appréhensions de M de Sartine et Nicolas Le Floch se vérifient puisque le feu d'artifice déclenche un incendie et bien évidement des mouvements de foule provoquant la mort de 600 à 1200 personnes.

Les gardes de Paris n'étaient pas sur place pour régler l'évacuation des badauds, occupés à ripailler!

Toutefois M  de Sartine est considéré comme étant responsable de cette tragédie.

Nocolas Le Floch et son ami le docteur Semacgus ont constaté que l'un des victimes semblait avoir été étranglée. L'autopsie montre que la jeune femme venait d'avoir un enfant. Elle est identifiée comme étant Elodie Galaine, la nièce d'un fourreur. 

Sous couvert de cette enquête, Nicolas Le Floch est chargé par Sartine de déterminer les responsabilités du carnage qui a suivi le feu d'artifice.

Mon avis :

J'ai aimé l'intrigue principale consistant à découvrir le meurtrier de la jeune Elodie.

J'ai moins aimé les scènes de possession de la domestique Miette.

Mais globalement il faut reconnaître que c'est de la bonne littérature qui allie l'univers du 18 ème très dépaysant, une intrigue qui tient la route et des personnages bien campés.

Il y a beaucoup d'anecdotes, des recettes de cuisine, l'écriture est alerte et rend l'atmosphère de l'époque très vivante. J'aime bien l'usage de mots que l'on ne rencontre plus aujourd'hui, c'est fait avec discernement et sans alourdir le roman.

L'histoire tient en haleine et l'on a du mal à lâcher son livre tant on a envie de connaître l'auteur.

A bientôt

 

Posté par eoghan à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 avril 2019

90 année 2/ Jean François Parot et " l'homme au ventre de plomb"

Bonjour,

index

Je me suis saisie du volume 2 de la série tellement j'adore!!

L'histoire :

L'action se passe à la fin de l'année 1761.

Nicolas Le Floch poursuit son activité au service de M.de Sartine.

Il est chargé d'une mission de surveillance à l'opéra afin de protéger la princesse Adélaide qui assiste au spectacle en compagnie du comte et de la comtesse de Ruissec.

Nicolas est appelé dans la loge royale où le comte et la comtesse de Ruissec ont appris la mort de leur fils.

Nicolas Le Floch et M.de Sartine vont sur les lieux afin d'effectuer les premières constatations à la demande express de la princesse.

L'état du corps laisse Nicolas perplexe car il ne correspond pas à une mort par arme à feu. Toutefois la chambre du mort est fermée de l'intérieur ce qui laisse penser à un suicide.

Le corps est emmené à la morgue ( enfin son équivalent de l'époque)

Le père du défunt le fait cependant reprendre avant que Sanson ne pratique l'autopsie. Il a cependant le temps de constater que la victime n'est pas morte suite à un coup de feu mais en raison de l'ingestion de plomb fondu d'ou le titre du roman.

La comtesse de Ruissec qui voulait voir discrètement Nicolas Le Floch est assassinée.

Le second fils des Ruissec, qui devait entrer dans les ordres, devient désormais le principal suspect du meurtre d'autant qu'il fréquentait la maîtresse de son frère.

 

Mon avis :

On retrouve avec plaisir Nicolas Le Floch dans une nouvelle enquête.

L'évocation du 18 ème siècle est remarquable car elle est précise sans alourdir l'intrigue.

L'intrigue est compliquée à souhait. Les suspects peuvent être le frère du défunt, peut être le père mais il finit assassiné lui aussi.

S'y ajoutent la disparition de bijoux de Mme Adélaïde, l'enlèvement de Nicolas par des Jésuites, les menaces à l'encontre du roi et de Mme de Pompadour, bref tout cela constitue un joyeux imbroglio dans lequel on se perd avec plaisir et bonheur.

Il y a des cavalcades, des coups sur la tête, des coups de feu aussi, des lieux ensanglantés découverts à la lumière de bougies, des femmes de petite vertu... bref j'adore!!

J'aime beaucoup aussi le vocabulaire utilisé par l'auteur,  à la fois imagé, parfois raffiné et surtout totalement tombé dans l'oubli pour certains vocables.

A bientôt

 

 

Posté par eoghan à 08:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 avril 2019

89 année 2. Jean-François Parot et " L'énigme des blancs manteaux"

Bonjour,

710uZ+xwHAL

Suite au livre précédent, j'avoue, j'ai craqué en allant récupérer dans ma bibliothèque un roman que j'avais acheté il y a longtemps et dont je ne me souvenais plus du tout...

Je voulais lire le volume 1 des aventures de Nicolas Le Floch, soit l'énigme des blancs manteaux.

Ayant emprunté la pyramide de glace, je vais tout lire dans le désordre hi hi!! quel dommage!!

L'histoire :

Nicolas Le Floch arrive à Paris muni d'une recommandation auprès de M.de Sartine, missive rédigée par son parrain, le marquis de Ranreuil.

On le fait lanterner et, finalement, arrive à rencontrer ce proche du roi, qui lui fait faire son apprentissage et le confie au commissaire Landin, qui se charge de le loger.

 Il prend des cours auprès d'un ancien magistrat, M. de Noblecourt, qui lui propose de s'installer chez lui.

Dans un premier temps, Nicolas reste chez le commissaire Landin dans la mesure où il a le sentiment qu'il y a été placé par Sartine dans un but précis.

De fait, le commissaire Landin disparaît ainsi que Saint Louis, le domestique du docteur Semacgus, un proche de Landin, enfin surtout de son épouse, une ancienne prostituée !!

Le cousin de Mme Landin est assassiné et tout porte à croire que l'auteur en est le docteur Semacgus mais Nicolas émet les plus grands doutes. Il est missionné par Sartine pour faire toute la lumière sur cette affaire d'autant que Landin avait exercé un chantage de nature à mettre en péril la monarchie.

Nicolas le Floch demande à être secondé par l'inspecteur Bourdeau qu'il avait rencontré et apprécié le professionnalisme.

Dans sa vie personnelle, Nicolas a le chagrin de perdre son tuteur Le chanoine Le Floch.

Par ailleurs, une violente dispute l'oppose à son parrain qui souhaite l'éloigner de sa fille.

Nicolas Le Floch revient à Paris et reprend son enquête aidé par les connaissances anatomiques de Sanson, le bourreau du roi qui se révèle être un fidèle serviteur du souverain, mais aussi quelqu'un de fort capable.

Mon avis :

Nous sommes début 1761, sous le règne de Louis XV.

J'ai plongé dans l'intrigue, qui est complexe,  et j'ai adoré.

Tout :

L'histoire, le héros, les personnages secondaires et la reconstitution historique de l'époque.

Ce roman est totalement dépaysant, bien écrit...

Ce que j'ai apprécié est qu'il s'agit là d'un roman policier en premier qui se déroule à une autre époque, certes, mais l'auteur n'en fait pas des tonnes pour étaler son indéniable culture historique. Cela reste avant tout une intrigue criminelle. J'ai aimé que l'érudition de l'auteur serve l'intrigue et que ce ne soit jamais pédant.

On découvre, au détour de l'enquête, des métiers incroyables, de la pauvreté certes mais aussi des personnages étonnants admirablement décrits sans misérabilisme.

J'ai également aimé retrouver un vocabulaire riche en couleur que l'on n'utilise plus. L'auteur est mort l'année dernière et c'est bien dommage, Nicolas le Floch est désormais orphelin.

Je n'ai pas vu la série, faite à partir de ces romans, mais je ne peux que vous recommander la lecture de cet auteur, amateur également de bonne chère puisqu'il y a de nombreuses recettes dans ses ouvrages hi hi!!

A bientôt

Posté par eoghan à 07:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 mars 2019

88 année 2/ Jean François Parot et " l'année du volcan"

Bonjour,

 

51LF4yEGI7L

 

 

L'auteur :

Voici un auteur dont j'ai lu, par le passé, plusieurs de ses romans et j'aurais du faire un post lors de son décès en 2018.

Il fait parti des romanciers qui placent leurs intrigues dans une période passée, ici le 18 ème siècle.

Jean-François Parot est né en 1946 et a fait une carrière diplomatique pusqu'il a été ambassadeur de France en Guinée Bissau de 2006 à 2010.

Mais il est surtout connu pour sa série de romans consacrés à Nicolas Le Floch dont j'ai lu plusieurs livres lors de sa sortie dans la collection " Grands détectives" dont j'ai déjà parlé sur ce blog, collection qui m'a permis de connaître de nombreux auteurs de romans policiers français et étrangers.
Ma lecture est donc ancienne et je ne m'en souviens plus trop je l'avoue!!

Une série aurait été tirée de ces romans mais je ne l'ai vue.

L'histoire :

 L'auteur suit un ordre chronologique et c'est un aspect que j'ai apprécié.

Pour ce roman nous sommes en 1983.

Nicolas le Floch est appelé chez la reine, qui souhaite le voir enquêter sur la mort d'un de ses proches, mais lui demande de ne pas en parler en roi, ce qui gène notre commissaire.

Le défunt est le vicomte de Trabard retrouvé piétiné à mort par son cheval. Assez curieusement il s'était rendu nuitamment et pieds nus à l'écurie...

L'enquête met en évidence le fait que la victime était un personnage douteux qui, après avoir dilapidé la fortune de son épouse, disposait  encore de revenus d'origine obscure.

Nicolas Le Floch soupçonne un assassinat dans la mort du comte de Trabard. Ce soupçon est confirmé par la présence dans le corps de la victime d'un sédatif, potion utilisée par son épouse, et par des reliefs de pétards dans le box du cheval. Il remonte jusqu'à un jeune garçon puis au lieu où celui-ci réside. A cet endroit, il met en évidence l'existence d'un atelier de fausse monnaie, essentiellement des pièces étrangères.

Nicolas Le Floch découvre que la reine avait une importante dette de jeu qu'elle ne pouvait assumer. Pour y faire face, elle avait fait appel au défunt. Ce dernier avait demandé au comte de Cagliostro d'aider la souveraine en changeant des pièces d'argent en or.

Cagliostro avait refusé après avoir constaté que les pièces qui lui étaient remises étaient fausses.

Les pistes permettant de découvrir l'assassin sont multiples :

- l'épouse de la victime, pas vraiment désolée de la mort de son conjoint, et dont on ne sait où elle se trouvait lors du décès,

- le maître palefrenier Decroix, qui avait peut être une liaison avec l'épouse,

- le secrétaire de la victime dont le rôle est assez trouble,

- un ordre religieux avide d'argent et qui, du fait de la port du comte de Trabard, peut mettre la main sur le domaine qu'il convoitait...

- un frère jaloux de la réussite de son aîné...

Et bien d'autres encore...

Mon avis :

L'atmosphère est délétère en cette année 1783. Le climat est déplorable peut être en raison de l'éruption volcanique en Islande.

L'air est putride en raison de la présence de souffre dans l'air et de poussières qui recouvrent la France et les morts sont nombreux.

L'ambiance à la Cour du Roi est déplorable : complots, trahison, chantage, malversations diverses et relâchement des moeurs...

L'enquête se laisse lire avec plaisir, la langue est raffinée et l'on s'amuse des nombreuses recettes qui parsèment la lecture ainsi que de la résolution de l'énigme du Turc automate et joueur d'échec.

On est plongée dans les années qui précédent la révolution. L'inspecteur Bourdeau se montre de plus en plus critique envers la société qu'il sert.

On voit apparaître au détour du roman le personnage de Robespierre.

Bref un roman d'excellente qualité, une intrigue plaisante mais surtout une époque bien décrite. Ce que j'ai apprécié est sans doute l'imersion dans le 18 ème siècle et la description du Paris d'alors. Mais j'ai surtout aimé la manière dont l'auteur le fait, par petites touches et sans étaler ses connaissances. C'est rédigé d'une façon très naturelle. Je me souviens d'un roman dans lequel l'auteur avait une connaissance remarquable de Paris mais son livre était alourdi par une sorte de catalogue de descriptions et c'était vraiment lassant.Ce n'est pas le cas ici.


Un livre que j'ai donc beaucoup apprécié et qui me donne envie de lire ou relire les plus anciens romans de cette série. Ayant emprunté  " la pyramide de glace",  soit l'année 1784, je ne lirai les premiers romans qu'un peu plus tard...

A bientôt

 

 

Posté par eoghan à 07:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 mars 2019

87 année 2. Leif GW Persson et " la nuit du 28 février"

Bonjour,

 

51PUzcu5mfL

J'ai pris, à la bibliothèque,  deux romans de cet auteur que je ne connaissais pas du tout.

J'ai commencé par celui-ci qui est le premier paru en France mais, après avoir creusé la question, ce n'est pas le premier de l'auteur d'une série mettant en scène un commissaire suédois car il semble que le second que j'ai emprunté a été écrit avant celui-ci même si sa traduction est postérieure.

L'auteur :

Tout d'abord il est né en 1945 en Suède.

Il a été connu en tant que criminologue et a écrit une vingtaine d'essais et d'études.

Mais sa célébrité est due à des romans policiers ayant pour héros le policier Lars Martin Johansson.

Ses romans se rapprochent, selon ce que j'ai lu, de la série dont j'ai parlée il y a peu : les romans qui mettent en scène  Martin Beck et ont été écrit par Maj Sjöwall et Per Wahlöo.

J'ai emprunté ce roman mais aussi " La fête du cochon"

L'histoire :

Un jeune journaliste américain se rend à Stockholm en vue de rédiger un livre. Il se suicide, enfin, ça y ressemble.

Lars Martin Johansson qui est commissaire de police se saisit du dossier et doute du suicide.

Mon avis :

Cela commençait bien avec ce meurtre inexpliqué.

J'ai trouvé amusant l'ambiguité sur le duo qui assiste à la chute du journaliste car c'est écrit de telle manière que l'on pense que c'est un homme âgé et un ado de 13 ans, qui, en plus, y trouve la mort en recevant à l'arrière de la tête la chaussure du suicidé... Mais non il s'agit d'un homme et de son chien.

Puis ça s'est gâté. On passe d'un personnage à l'autre de façon parfois très ( trop ) rapide mais on peut se dire que cela donne de la vicacité au roman.

Ensuite l'auteur use et abuse du décalage entre ce qui est dit et la pensée intime du personnage. ( Je ne sais pas si je m'explique bien)

Par ex on a le dialogue qui est verbalisé puis il y a le "in petto"

Le faire une fois ou deux, pas de souci, mais c'est un usage systématique que j'ai trouvé répétitif puis carrément artificiel...

Ensuite j'ai trouvé ce roman horrible. Aucun des personnages n'a le moindre charme et intérêt. Tous sont soit obsédés sexuels, soit totalement incompétents soit totalement stupides, soit psychopathes ou une part de chacune de ces catégories dans des proportions variables. Cela a rendu ma lecture assez éprouvante, j'ai sans doute besoin de retrouver dans mes romans policiers un personnage pour lequel j'éprouve de la sympathie, du respect, bref un sentiment noble. Bon j'arrête je deviens pompeuse!!

J'ai lu ce livre ( cela m'ennuyait de l'abandonner comme le précédent) mais cela m'a été pénible je dois l'avouer et n'y ai pris aucun plaisir.

Au départ, on a envie de savoir ce qui s'est passé, on passe d'un point de vue à un autre, puis  je me suis ennuyée et j'ai failli m'arrêter, enfin j'ai fini le livre mais je ne l'ai terminé qu'en le lisant en diagonale, c'est honteux non?

Je ne pense pas lire le second livre que j'ai emprunté. Le courage me manque...

Mais comme je le rappelle souvent, notamment avec les livres que je n'ai pas aimé, il faut se faire sa propre idée du roman, d'autant que mon blog a juste pour but de parler de ce que moi j'aime et lis...

A bientôt

 

Posté par eoghan à 08:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,