30 janvier 2018

44/ Pieter Aspe et "le carré de la vengeance"

Bonjour,

index

 

Un auteur que j'ai découvert avec bonheur il y a maintenant quelques années...

Mes origines belges et le fait que j'aime la duvel, ont peut être joué dans le plaisir que j'ai à lire ces romans. et puis Bruges en toile de fond, comment résister.

 

L'histoire :

Il s'agit du premier roman de la série du commissaire Van In, assisté de son brigadier Versavel.

Versavel effectue une ronde de routine avec Petitjean, un coéquipier particulièrement pénible qui le saoule littéralement avec ses déboires amoureux. Pour le calmer, Versavel lui indique qu'offrir une jolie bague à sa belle est un bon moyen de lui valoir les faveurs de la jeune femme et de sa famille. C'est ainsi que le binome découvre le cambriolage de la plus grande bijouterie locale, celle de la puissante famille Degroof.

Une jeune substitute, récemment nommée,  arrive sur les lieux du cambriolage. Il s'agit d'Hannelore Martens, ravissant magistrat d'environ 25 ans et qui plus est intelligente, mutine, affriolante et ... qui aime elle aussi la duvel...

Van In, commissaire adjoint, mal aimé du commissaire qui souhaite mettre en valeur son gendre Deleu, se voit confier l'enquête en l'absence de ce dernier. Évidemment il rencontre Hannelore et ce qui doit arriver arrive, sous les yeux amusés de Versavel et de Léo de la police scientifique.

Revenons à la trame du roman. Le cambriolage présente des spécificités car les bijoux ne sont pas volés mais dissous et un carré mystérieux est dessiné sur une carte. Ce carré est lié aux templiers.

Van In se voit menacé d'une suspension s'il creuse un peu trop. Cette perspective n'est pas pour lui plaire car le commissaire adjoint rencontre d'énormes difficultés financières, suite à son divorce et son désir de garder sa magnifique maisnon ancienne du centre de Bruges.

L'enlèvement du petit fils du  patriarche Degroof  relance l'intérêt des médias pour l'affaire et finalement Van In, un moment écarté de la procédure, se voit à nouveau confier les rênes de l'enquête.

Politiques, violences sexuelles et famille corrompue sont le fond du roman et Van In, avec Hannelore et Versavel, résout brillamment l'enquête.

 

Mon avis :

Ce commissaire qui aime la bonne chère, est attiré par les jolies femmes et lève le coude plus que de raison, eh bien moi je l'adore!! C'est presque dommage qu'il soit flamand hi hi!!

L'intrigue n'est pas l'essentielle, quoiqu'elle ne démérite pas et le suspens est maintenu jusqu'au bout...

Mais l'ambiance ... elle est géniale

A bientôt

 

Posté par eoghan à 07:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


27 janvier 2018

43/ Harlan Coben et "double piège"

Bonjour,

Double-piege

 

Inutile de présenter cette grande figure du roman policier américain et je ne le ferai donc pas.

 

L'histoire :

 

Le roman débute avec la présence de Maya à l'enterrement de son mari Joe Burkett.

Elle est accompagnée de sa fille de deux ans.

Ce début est pour moi une vraie réussite. 

Maya est une ex-militaire qui a du quitter l'armée à la suite d'un scandale dévoilé par un lanceur d'alerte Corey Rudzinsky dit la Vigie. Elle est toujours suivie pour stress post traumatique.

Joe est l'un des fils d'une famille extrêmement fortunée.

Alors qu'elle était encore militaire, Maya a appris le décès de sa soeur Claire, cette dernière a été torturée et assassinée dans ce qui semble être un cambriolage qui a mal tourné.

Trois mois plus tard Joe est à son tour assassiné sous les yeux de son épouse par deux individus cagoulés dans le  parc où le couple venait de se retrouver.

Maya est, dans un premier temps, soupçonnée du meurtre de son mari mais l'analyse balistique montre que Claire et Joe ont été assassinés par la même arme.

Une amie de Maya lui a remis une caméra dissimulée dans un cadre numérique afin de pouvoir surveiller la nounou et l'enfant lors de ses absences professionnelles. En visionnant l'un des enregistrements, Maya y voit un homme qu'elle reconnaît comme étant Joe.

Elle se lance dans une enquête tant sur la mort de son mari que de celle de sa soeur. Elle remonte ainsi dans le passé de son mari. La famille a été frappée par le décès d'un autre fils, Andrew, mort  qui a fait suite à celui de son compagnon de chambre dans l'établissement select ou Andrew et Joe poursuivaient leurs études. 

Par ailleurs Corey la vigie est de retour et menace de dévoiler d'autres scandales.

Je ne raconterai pas l'intrigue pour laisser le plaisir de la découverte.

Mon avis :

Corey la vigie n'est pas très éloigné d'un certain lanceur d'alerte bien connu.

L'intrigue est prenante, bien ficelée je dois l'avouer. Dès le premier chapitre qui débute avec l'enterrement de Joe, on est pris par l'intrigue. Maya, sous le choc, parait étrangère à la cérémonie. On a de suite de l'empathie pour cette jeune veuve et sa fillette.

On croit deviner que Joe est vivant, puis on doute, puis après une nouvelle salve de révélations on doute de tout et de tout le monde...

Bref un roman que l'on ne lâche pas, j'ai beaucoup apprécié cette lecture.

Ma prochaine lecture ou plutôt relecture sera le premier roman de Pieter Aspe, j'ai hâte de boire un verre de Duvel en sa compagnie!!

A bientôt

Posté par eoghan à 07:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 janvier 2018

42/ Robert W. Brisebois et coups de feu au forum

Bonjour,

 

 

4105RtvuZXL

 

 

L'auteur :

Robert W. Brisebois est né en 1933 au Québec mais apparemment l'article que j'ai consulté n'était pas totalement sûr de la date. 

Il est devenu journaliste puis conseiller en Communication chargé de projets en audiovisuel.

Il a d'abord écrit  le "Petit  Bob" 1et 2, ouvrages dans lesquels il collectionne les mots d'esprit savoureux et  réparties 

Il rédige ensuite des romans historiques  puis des romans  historiques y mêlant du suspense : 312, Ontario Est, publié en 2005,  puis  921, Queen Mary Road, en 2008.

Le présent roman est un roman policier se situant en 1955.

 

L'histoire :

Deux hommes se font tuer au forum alors qu'ils y assistent à une match de hockey.

Ils sont propriétaires d'un immeuble dont ils occupent chacun un étage, le reste des locaux étant donné en location. L'un est un comédien et l'autre exerce en tant qu'avocat.

Au forum tous deux occupaient des places situées juste en dessous de Campbell, personnage controversé du hockey et l'enquête s'oriente d'abord vers une vengeance.

Le journaliste Gilles Asselin a assisté au double meurtre  et, pour booster sa carrière, il décide de proposer au commissaire Brazeau un deal, il l'assiste dans l'enquête et en échange il lui fait de la publicité via ses articles. le commissaire, s'estimant peu reconnu, accepte cette collaboration.

Le marché est conclu et Asselin est accaparé par l'enquête, ce qui lui fait oublier ses déboires sentimentaux puisque sa compagne le quitte pour Carl Brière qui possède un journal.

L'enquête se déroule assez lentement et amène nos deux compères dans des directions fort diverses.

 

Mon avis :

 

Le roman m'a d'ailleurs induite en erreur car, au début, je me disais que je lisais manifestement un vieux truc... eh bien non, le roman est relativement récent. 

Je ne suis pas trop fan du style d'écriture à dire vrai et la plongée dans les années cinquante  n'est pas non plus ma tasse de thé.

D'ailleurs je l'ai précisé lorsque j'ai lu un roman de San Antonio.

L'enquête était un peu brouillonne mais je pense que c'était délibéré pour coller à l'époque où se place le roman et c'est finalement réussi puisque j'ai eu un doute en le lisant...

On peut y trouver du charme ... donc il faut tester mais moi je n'aime pas trop.

A bientôt

Posté par eoghan à 07:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 janvier 2018

41/ Lilian Jackson braun et le chat qui jouait Brahms

Bonjour,

 

512ElyiCHwL

 

 

 

Ce roman est la suite des précédents ouvrages du même auteur mais il s'agit du premier contact de Jim avec le comté de Moose où il va s'installer ultérieurement.

On y découvre également sa "tante Francesca".

Je pense que je vais arrêter provisoirement de lire cette série et la reprendrai lors de mes vacances

 

L'histoire :

Alors que Jim serait sur le point d'avoir enfin la rubrique criminelle, il décide de partir tout l'été dans la comté de Moose.

Sa tante Francesca qui est en réalité une amie de jeunesse de sa mère décédée a repris contact avec lui depuis quelques mois après avoir lu ses reportages dans le daily fluxion.

Elle possède un chalet au bord du lac Huron qu'elle met à sa disposition.

Jim achète ainsi une voiture d'occasion, revoit Francesca et s'installe dans le chalet.

Des événements étranges semblent se dérouler dans le comté et il est certain d'avoir péché un corps lors q'une partie de pêche...

Son chalet est également visité et sa montre en or ainsi qu'un stylo disparaissent.

Pendant son séjour, sa tante tombe dans son escalier et décéde.

Bref beaucoup de réflexions pour Jim et son chat..

 

Mon avis :

Ce roman est une charnière dans l'oeuvre de Lilian Jackson Braun puisque son héros va pour la première fois dans le comté où se déroulent ses autres aventures.

C'est aussi celui qui fait que la vie du héros  va totalement changer.

Jim a des aspects peu sympathiques aussi, il ne fait rien et heureusement que sa tante lui envoie son homme à tout faire. Je me suis dit que Jim appréciait "le travail tout fait" pour quelqu'un voulant vivre simplement!! Heureusement qu'il devient milliardaire!!

L'écriture est agréable, la lecture facile et  les personnages sont amusants.

Bien sûr l'intrigue est en général assez simple et se met lentement en place, c'est l'ambiance de ces romans que l'on aime... Une sorte de charme un peu suranné émane de ces pages.

Je vais m'arrêter dans ma lecture de cette série pour aller piocher chez d'autres auteurs.. mais je vais reprendre sans doute lors de périodes de vacances.

A bientôt.

Posté par eoghan à 07:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 janvier 2018

40/ Lilian Jackson braun et "le chat qui voyait rouge"

Bonjour,

 

513RJQQQPVL

Encore la série des chats allez vous dire..

Cette fois il s'agit du premier roman écrit pas l'auteur après une longue interruption puisque celui-ci date de la fin des années 80.

Je voulais voir si le style avait changé... eh bien non.

 

L'histoire :

Jim, toujours accompagné de ses deux chats,  est désormais critique gastronomique pour le Daily Fluxion.

Cette nouvelle affectation lui est donnée alors qu'il vient juste de débuter un régime, pas de chance mais l'avantage est quand même de pouvoir manger dans les meilleurs restaurants sans bourse déliée, ce qui convient bien à Jim, toujours en train de devoir payer de vieilles dettes.

Après être allé manger chez Robert  Maus,  attorney et véritable cordon bleu, il s'installe dans un appartement de sa fondation.

Il y rencontre un ancien amour en la personne de Joy Graham devenue céramiste et désormais mariée.

Elle avait un chat qui a disparu mystérieusement.

Son mariage périclitant, Jim lui prête de l'argent pour préparer son divorce.

Hélas Joy disparaît elle aussi du jour au lendemain, pendant que son mari continue les préparatifs de ce qui aurait du être leur exposition commune.

Des disparitions, des critiques gastronomiques et un magnifique vernis des poteries sont ici à l'ordre du jour.

Mon avis :

Une intrigue toujours agréable à suivre même si je la trouve un peu plus noire que d'habitude mais toujours une dose d'humour.

C'est donc réussi.

A bientôt

Posté par eoghan à 07:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


19 janvier 2018

39/ Lilian Jackson Braun et "le chat qui aimait la brocante"

Bonjour,

51rc0LcKljL

Je poursuis ma lecture des romans de Lilian Jackson Braun avec le troisième roman et le dernier de sa première période d'écriture puisque le quatrième a été rédigé vers la fin des années 80.

 

L'histoire :

Jim Qwilleran, désormais accompagné de ses deux chats siamois, se trouve dans une période difficile.

Il n'a plus de logement et vit dans une minable chambre d'hôtel et sa voisine se plaint du bruit que font Koko et Yom-yom.

De plus il a encore de nombreuses dettes à payer.

En cette fin d'année, le journal, le "Daily Fluxion" propose des prix pour les meilleures histoires de Noël et gagner le premier prix richement doté permettrait à Jim d'améliorer sa situation au regard de ses créanciers.

Une réflexion d'un chauffeur de taxi se plaignant du quartier minable  et mal famé de "Came-village" lui donne l'idée d'un reportage.

Mais "came-village" n'est pas, comme le pense Jim, le repaire des dealers mais celui de la brocante et son nom vient de camelote...

Jim est sur le point de renoncer à son article, il n'aime guère les vieilleries,  mais  son rédacteur en chef trouve l'idée excellente.

Alors qu'il fait un premier repérage dans un quartier qui lui semble abandonné, il est accosté par un  clochard  qui lui indique que la vitrine devant laquelle il se trouve est celle d'un brocanteur Andy. Il lui confie que c'est un crime et non un accident.

Jim rencontre des personnages pittoresques et notamment Iris Cobb, chez laquelle il finit par trouver un logement.

Le clochard est retrouvé mort quelque temps plus tard et c'est ensuite le tour du mari d'Iris,  dit CC, que Jim découvre dans une maison vouée à la démolition.

La mort d'Andy continue à tracasser Jim. Il découvre que Andy n'était pas un personnage très sympathique, qu'il dénonçait volontier ses amis et collègues.

Il avait fait de même avec la récupération illégale que faisait Cobb, ce qui avait valu à ce dernier une importante amende.

Jim découvre au gré de ses pérégrinations paisibles au sein du village que Andy rédigeait un livre sur le monde de la brocante critiquant vivement chacun des brocanteurs et décrivant avec médiocrité leurs travers et secrets.

 

Mon avis :

J'ai aimé les descriptions pleine de vie du monde de la brocante au sein de Came-village.

Des personnages colorés font de ce roman un livre fort agréable à parcourir.

Comme toujours Koko et Yom-yom prennent une part active au dénouement des différentes intrigues.

Je voudrais lire le quatrième volet de ces aventures avant de passer à autre chose.

A bientôt

 

 

17 janvier 2018

38/ Lilian Jackson Braun et " le chat qui mangeait de la laine"

Bonjour,

 

51jrp7jh2RL

 

 

Comme je vous l'ai annoncé dans mon post précédent, j'ai lu le deuxième roman de la série.

 

L'histoire :

Le rédacteur en chef du Daily Fluxion, où travaille Jim depuis quelques mois, a décidé de créer un supplément hebdomadaire, dont il lui confie la rédaction, seul souci pour ce dernier :  ce supplément est consacré à la déco d'intérieur afin de favoriser la publicité.

Jim  contacte divers décorateurs afin d'effectuer des reportages consacrés à de belles demeures. Il est ainsi invité à des cocktails et visite des boutiques assez chic où il rencontre notamment David Lyke, un décorateur ainsi que Noyton.

Par ailleurs il doit retrouver un logement car son propriétaire est mort assassiné ( cf le chat qui lisait à l'envers) et la maison qu'il occupait doit être détruite.

Il vit désormais avec Koko qu'il a recueilli.

Point positif : il a la possibilité d'occuper avec son chat le logement de Harry Noyton, parti au Danemark pour quelques temps.

Point négatif : les deux premières publications sont l'objet de graves controverses:

- La demeure qui fait la une du premier supplément est cambriolée la nuit suivant la parution de la revue, sa propriétaire retrouvée morte et une magnifique collection de jades est dérobée.

- La seconde publication est consacrée à un foyer de jeunes filles qui se révèle être... une maison close!

Autre souci pour Jim, ses cravates coupées dans du tissu tartan sont mangées aux mites, enfin c'est que ce croit Jim jusqu'à ce qu'il constate que Koko a dévoré le revêtement en laine d'un fauteuil de prix du logement qu'il occupe.

Il consulte une femme spécialisée dans le comportement des chats qui estime que Koko s'ennuie et a besoin d'une compagne. Cela tombe bien la femme décédée possédait une ravissante siamoise désormais abandonnée. Jim la nomme Yom-Yom.

Le rédacteur en chef du journal, face à cette succession de catastrophes, se propose de confier à Jim la rubrique religieuse du journal mais Jim obtient un délai pour découvrir ce qui se cache derrière tout cela. Il tient surtout à  éviter une rubrique qui ne le passionne pas. Il se lance dans l'enquête accompagné de Koko puis de Koko et Yom-yom.

 

Mon avis :

Toujours positif je l'avoue.

Ce deuxième roman m'a mise de bonne humeur, je ne sais pas pourquoi... une intrigue "intrigante", Jim toujours aussi calme et plaisant, un chat surprenant, bon le mien n'est pas à la hauteur manifestement  hi hi!!

Quoique... les chats sont tellement sensibles à leur environnement qu'on retrouve un peu du sien chez Koko!!

La plume de l'auteur est alerte et le ton est plein d'humour. Nous sommes aussi intrigués et c'est avec bonheur que l'on s'interroge sur le lien entre les différentes affaires. On a bien quelques petites idées sur la question mais...

 Jim présente en outre une certaine fragilité qui le rend attachant.

La question est de savoir si je passe au troisième tome. Eh bien oui, je vais m'y attaquer avec joie!! 

A bientôt

 

16 janvier 2018

série Mindhunter

Bonjour,

Ce blog est dédié aux romans policiers mais je suis aussi fan de séries notamment policières.

J'ai découvert récemment une série originale et franchement passionnante  : Mindhunter de David Fincher, le réalisateur de Seven.

Cette série qui se situe dans les années 70 ( après le watergate ) montre les débuts du profilage et s'inspire des travaux de John Douglas.

La série montre les entretiens de deux enquêteurs avec les pires criminels, les suit dans leur vie et montre les difficultés de créer une unité nouvelle au sein du FBI, bref une belle série qui est particulièrement bien faire et intéressante.

A bientôt

Posté par eoghan à 07:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 janvier 2018

37/ Lilian Jackson Brown et " le chat qui lisait à l'envers"

Bonjour,

 

9782264017291FS

 

 

Dans la série des romans déjà anciens, voici le premier de la série des "chats" de Lilian Jackson Braun". Il y en a 29 plus un roman inachevé.

J'ai eu envie de relire les premiers écrits dans les années 1960 puisque l'auteur avait cessé leur écriture avant de reprendre la série dans les années 80 je crois.

Il y a deux époques dans les romans, le première au cours de laquelle le héros exerce sa profession de journaliste, sans doute à Détroit et  dans des conditions matérielles délicates.

Et une seconde époque qui se déroule dans le comté de Mooses alors que Jim Qwilleran vient d'hériter une fortune fabuleuse d'une amie de sa mère.

Le présent roman est comme je l'ai dit le premier de la série.

 

L'histoire :

 

Jim Qwilleran, ancien grand reporter de renom, recherche un travail et postule dans une rédaction modeste. Son alcoolisme et un divorce ont ruiné et sa réputation et sa situation matérielle.

Spécialiste notamment de la rubrique criminelle, il se voit offrir la charge d'écrire sur les artistes, tâche qui le déconcerte mais qu'il n'a pas les moyens de refuser.

Le chef de la rubrique spectacle est Arch Richer, qu'il a bien connu par le passé.

Ce dernier lui indique qu'il n'aura pas à travailler avec le critique d'art du journal, en effet  George Bonifield Mountclemens III ne passe jamais au "Daily Fluxion" mais envoie ses papiers par messagers. Il vit seul avec son chat et  ses articles, très polémiques et controversés, sont les plus lus du journal.

 

Jim, intrigué, décide de prendre le job et débute avec l'interview de Cat Halapay, homme d'affaire et peintre spécialisé dans les enfants. Ce premier reportage lui est imposé par le rédacteur en chef pour une mystérieuse raison.

Cat Halapay est fort différent de ce qu'imaginait Jim, il est très jeune, a une ravissante épouse et deux enfants en bas âge. Fort gênant pour l'interview, il  ne répond à aucune question sur son activité artistique.

Contrairement aux prévisions de son "chef", il est invité chez George Bonifield. Ce dernier  possède un chat siamois Koko et  vit dans une magnifique demeure envahie de biens précieux. Il se révèle en outre, malgré son handicap à la main, être un cuisinier hors pair, ce qu'apprécie particulièrement Jim.

George Bonifield  propose au journaliste d'occuper le logement dont il dispose au rez de chaussée de son immense maison moyennant un loyer dérisoire. Jim s'installe et prend soin du chat lors des absences de son maître.

Jim découvre que le critique d'art est détesté de tous, à l'exception des artistes accueillis par la galerie Lambreth que possède Earl Lambreth et son épouse, artiste peintre de renom.

Earl Lambreth est assassiné, puis un artiste Ciseau et le propriétaire de Jim. 

Ce dernier se lance dans l'enquête assisté de Koko.

 

Mon avis :

J'avais gardé le souvenir de romans plaisants et, en reprenant la série depuis le début, j'ai retrouvé le même plaisir qu'il y a bien longtemps...

L'écriture est agréable, doté d'une certaine légèreté et de beaucoup d'humour.

Ce qui est frappant est que le roman se situe dans un lieu indéterminé ( beaucoup pense qu'il s'agit de Détroit ) et à une époque peu précise. On n'y trouve aucune référence à l'actualité du moment permettant de se repérer. Cela donne une impression étrange, un peu hors du temps et de l'espace... 

Finalement en reprenant ce roman je me suis dit qu'il n'avait pas vieilli et pour cause. Une sorte d'intemporalité qui exclut tout stress et apaise, c'est assez curieux.

L'enquête se déroule paisiblement et on prend le temps de découvrir chacun des personnages.

J'ai adoré, ma madeleine de Proust peut être!!

Je me suis déjà lancée dans le second roman, le chat qui mangeait de la laine et j'adore!!

A bientôt

 

 

 

Posté par eoghan à 07:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 janvier 2018

36/ Agatha Christie et " Le couteau sur la nuque"

Bonjour,

 

couv63778242

 

Je reviens à mes premières amours en relisant un roman d'Agatha Christie...

Inutile de présenter l'auteur que nous avons tous eu l'occasion de lire.

Après le club des cinq, la série des "Alice", je me suis jetée sur les Agatha Christie, bien sûr!!

L'histoire :

Hercule Poirot assiste à la représentation donnée par Carlotta Adams, une étoile montante dans le monde des imitateurs. Elle  pastiche avec talent de nombreuses personnalités dont  la célébre comédienne Jane Wilkinson.

Quelques temps plus tard Hercule Poirot est contactée par Jane Wilkinson qui lui confie la mission d'obtenir l'accord de son mari Lord Edgware sur le principe d'un divorce à l'amiable. Elle souhaite en effet se remarier avec le duc de Merton et n'hésite pas à lui préciser qu'elle se débarrasserait volontiers de ce mari gênant. Hercule Poirot prend rendez vous avec Lord Edgware qui lui confie son étonnement face à cette demande qu'il aurait accepté par courrier plus de six mois auparavant afin de permettre à son épouse d'épouser l'acteur Bryan Martin.

Hasting trouve Lord Edgware étrange et même menaçant.

Le lendemain l'inspecteur Japp vient trouver Hercule Poirot et lui annonce que la veille au soir Lord Edgware a été tué par son épouse. Cette dernière est arrivée en taxi vers 22 h, a demandé à voir son mari avant de repartir une heure plus tard. Le maître d'hotel a alors découvert Lord Edgware mort d'une blessure à la nuque.

Il se trouve qu'à l'heure des faits, Jane Wilkinson participait à un dîner en ville après avoir d'ailleurs hésité à s'y rendre.

Le fille de la victime se trouvait de son coté au théâtre. Il s'avère qu'elle détestait son père

Le neveu de Lord Edgware, qui mène une vie extravagante et se trouve criblée de dettes, est également soupçonné, de même que Carlotta Adams. Cette dernière est retrouvée assassinée par Hercule Poirot qui a pressenti le danger que courrait la jeune femme

Comme toujours, dans les romans d'Agatha Christie, tous les personnages sont suspectés à tour de tour et chacun a eu la possibilité de commettre l'assassinat initial puis le ou les suivants ...

 

Mon avis :

J'ai toujours beaucoup de plaisir à reprendre les romans de cet auteur.

Pistes et fausses pistes, j'adore.

Ici l'intrigue paraît si évidente ... au début.

Jane Wilkinson à la cervelle de moineau est l'auteur évident du crime... puis on se dit que cela ne peut être elle donc il s'agit de Carlotta Adams... mais elle meurt elle aussi... et là on est perdu.

Pourtant le roman est jalonné de petits cailloux que l'on ne distingue qu'à posteriori...

Bien sûr le roman a vieilli, Hercule Poirot est agaçant mais j'ai toujours plaisir à le retrouver, un peu comme une vieille paire de chaussons. C'est ma madeleine à moi, enfin l'une d'entre elles!! 

L'intrigue est quand même astucieuse et l'on passe un bon moment avec ce livre.

A bientôt

 

 

 

 

Posté par eoghan à 07:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,