31 juillet 2018

128/ Laurence Tournay et " Demain tu mourras"

Bonjour,

demain tu mourras

Je suis tombée par hasard sur ce roman.

L'auteur est né en 1959 et c'est une ancienne institutrice qui a gagné à de nombreux jeux télévisés apparemment.

L'histoire :

Une chute, un coup à la tête et François découvre qu'il "voit" les personnes qui meurent le lendemain.

Bien sûr ce "don" fait qu'il tente d'éviter le pire aux victimes et devient un suspect aux yeux de la police.

Il trouve que sa femme ne l'a pas vraiment soutenu lors de sa garde à vue et une dispute les oppose ce qui fait que l'épouse va se faire consoler ailleurs pendant qu'un criminel continue de tuer en gravant sur le ventre de ses victimes le signe de l'infini.

Mon avis :

Les critiques que j'ai pu lire sont plutôt positives, je tiens à la préciser.

L'idée de départ n'est pas mal, même si des romans et des séries l'ont déjà utilisée, de plus le roman se laisse lire.

Mais, pour le reste, je dirais que ce n'est pas vraiment top.

Le couple que forme Vincent et Julie est  absurde, Julie tombant immédiatement dans les bras d'un médecin qu'elle consulte pour la première fois, les dialogues sont d'une pauvreté affligeante et les policiers sont caricaturaux et ridicules.

Il y a une sorte de comique de répétition :

- le commissaire est ainsi dérangé chaque fois qu'elle tente de manger une patisserie ou une viennoiserie,

- le dragueur qui s'attaque à tout ce qui bouge,

- le timide habillé de façon ridicule qui intervient toujours à contre temps,

- la beurette de service qui ne peut rien faire car malade pour tout : conduire une voiture, prendre le train,  prendre l'avion

Bref une joyeuse équipe de bras cassés... une totale caricature!

Bon chacun ses goûts et je vous laisse vous faire votre propre opinion, j'avoue avoir été étonnée de trouver autant d'opinions dithyrambiques, c'est peut être moi qui suis à coté de la plaque .

A bientôt

 

Posté par eoghan à 10:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


29 juillet 2018

127/ Simon Wood et 'L'évadée"

Bonjour

 

L-evadee

 

L'auteur est un ancien coureur automobile et il a écrit de nombreuses histoires publiées dans des revues.

Le roman :

Zoé est vigile dans un centre commecial et à ses moments perdus prend des cours de self defense.

Elle est également suivie par un psychologue car Zoé n'a pas toujours été vigile.

15 mois auparavant, alors qu'elle poursuivait ses études en doctorat, elle s'est rendue avec Holly sa meilleure amie à Las Vegas.

Sur le chemin du retour, les deux jeunes filles ont été droguées et enlevées. Si Zoé a réussi à s'enfuir, Holly n'a jamais été retrouvée,  Zoé a même été soupçonnée d'être pour quelque chose dans sa disparition. Une chose est sûre, lorsqu'elle a été retrouvée dans sa voiture, elle était incohérente, nue et droguée au GHB, la drogue du viol.

Le temps a passé et Zoé a vu sa vie s'écrouler. Elle a arrêté ses études, pris des cours de self défense.

Elle apprend, alors qu'elle se trouve dans un bar,  qu'un corps vient d'être découvert sur les quais dans des conditions lui laissant penser que le tueur vient de récidiver.

Elle se rend immédiatement sur les lieux mais son intervention ne passe pas inaperçue, elle est en effet filmée par une chaine de télévision et le tueur la reconnait.

Il lui faut finir le travail.

Mon avis :

Un roman qui se lit facilement avec une dose satisfaisante de suspense. On a envie de l'achever afin connaître ce qui arrive à Zoé. Son personnage est crédible. De même on est intéressé par celui du meurtrier et on aurait peut être aimé une analyse plus en profondeur des personnalités des différents protagonistes, je pense que c'est ce qui m'a un peu manqué dans ce roman.

Ce qui m'a amusée, mais c'est sans doute le fait que je sois européenne donc loin des habitudes américaines, est le lien qui se créé entre le psychologue et sa patiente, le praticien n'hésitant pas à se déplacer ( ici même les médecins ne se déplacent pas) et à proposer sa résidence secondaire à Zoé... eh bien ici cela ne pourrait pas se produire, ça c'est sûr hi hi !!

Les critiques ici et là sont  très élogieuses mais je ne vous le cacherai pas, pour moi c'est une lecture agréable mais ce n'est pas le roman du siècle, par contre je l'imagine assez bien en scénario de film.

J'ai pris du plaisir à le lire et ce n'est déjà pas mal.

A bientôt

Posté par eoghan à 07:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 juillet 2018

126/ Arnaldur Indridason : trilogie de l'ombre tome 1 " dans l'ombre"

Bonjour,

Dans-l-ombre

C'est un auteur que j'ai apprécié et, je l'avoue, je viens de découvrir cette trilogie de l'ombre, des romans qui se déroulent en Islande pendant la période de la guerre de 1940/45.

Arnaldur Indridason est né à Reykjavík en 1961. Diplômé en histoire, il est journaliste et critique de cinéma. Il est l'auteur de romans noirs couronnés de nombreux prix prestigieux, publiés dans 37 pays. Il a conquis en France 3 800 000 lecteurs. ( je me contente d'écrire que qui est indiqué en en-tête du roman)

L'histoire :

L'Allemagne a envahi le Danemark et les alliés s'installent en Islande, pays qui occupe une place stratégique.

Ce sont d'abord les troupes anglaises qui s'installent puis arrivent des troupes américaines.

Eyvindur, un homme modeste revient à Reykjavik après une tournée de 15 jours dans le pays. Il exerce la profession de représentant et a du mal à gagner sa vie. A son arrivée dans l'appartement que lui loue son oncle, il découvre que sa compagne, Véra, l'a quitté emportant l'ensemble de ses effets. Les voisins lui apprennent qu'elle est partie avec un militaire anglais. Elle est donc " dans la situation" comme les islandais appellent  le fait pour une jeune locale de fréquenter les militaires basés dans leur pays.

Peu de temps après, un corps,dont une partie de la tête a été emportée par une balle tirée d'un colt américain, est retrouvé dans le logement d'un autre démarcheur Félix Lunden. La victime que l'on pensait être l'occupant du logement est en réalité Eyvindur et Félix Lunden est en fuite.

Dans la valise du démarcheur se trouve une capsule de cyanure d'origine allemande.

Compte tenu de l'origine de l'arme,  les autorités militaires américaines chargent Thorsen, un militaire canadien d'origine islandaise de mener l'enquête en soutien à Flovent,  seul membre de la police criminelle d'Islande.

Les deux hommes, qui sont jeunes, n'ont que peu d'expérience en matière d'enquête criminelle mais  ont la chance de bien s'entendre.

Les deux enquêteurs retracent le parcours de Eyvindur et de Felix qui rien ne semble relier. Le premier a eu une enfance misérable avec un père criminel et une mère alcoolique et le second est le fils d'un riche médecin allemand.

Toutefois tous deux ont fréquenté la même école où il semble y avoir eu des expérimentations organisées par le dr Rudolph Lunden aidé d'une infirmière et dont les résultats étaient envoyés au Dr Hans Lunden, un médecin nazi.

Felix a-t-il tué son ami, faut il au contraire le croire lorsqu'il prétend être celui qui été visé...

L'histoire se déroule sur un fond d'espionnage et de contre-espionnage, le tout coloré par une possible visite de Winston Churchill.

Mon avis :

On s'interesse tout de suite au duo d'enquêteurs, deux hommes si différents mais animés par la même volonté de trouver la vérité et cela fonctionne, même si on en sait très peu sur leur vie respective.

Ensuite on est pris par la vie dans Reykjavik, ville en pleine mutation qui passe, semble-t-il, d'une vie agricole paisible à une effervescence échevelée.

Des jeunes filles, voire de très jeunes filles, qui vivaient dans une certaine pauvreté, imaginent brusquement un autre avenir et n'hésitent pas à quitter leur campagne pour coucher avec une de ces militaires supposés leur permettre d'acceder à une vie confortable. C'est " la situation" expression qui recouvre tant la fille à soldat que la jeune femme amoureuse du militaire étranger mais aussi l'ensemble des bouleversements du pays envahis d'anglais et d'américains que l'on voit fortunés.

Ces derniers sont confinés dans des baraquements qu'ils quittent le soir pour aller  écouter du jazz, danser et boire.

Véra est l'exemple même de la jeune islandaise aspirant à une avenir meilleur que celui de ses parents quitte à employer tous les moyens pour y arriver, sans se soucier des sentiments de ceux qu'elle abandonne en chemin.

On découvre aussi qu'il est impossible de se fier à qui que ce soit et que règne la crainte de l'espionnage.

J'ignorais tout de la situation de l'Islande pendant la guerre et j'ai été intéressée par l'histoire de cette époque au travers de ce beau roman.

Celui-ci a une certaine lenteur mais il est passionnant, j'ai hâte de lire les deux suivants. Il me les faut hi hi!!

A bientôt

 

Posté par eoghan à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 juillet 2018

125/ Gilda Piersanti et " Jaune Caravage"

Bonjour

jaune caravage

 

L'histoire :

Un vieil homme se promène avec sa chienne Bella. C'est cette dernière qui découvre une jeune femme morte et ramène à son maître un collier en or auquel est accroché un corbeau.

La victime est une jeune fille de 17 ans, Eva.

Sa meilleure amie , Léonora est désespérée ainsi que son amant Boris.

Les deux jeunes filles vivent avec leur mère.

Le père d'Eva est russe et se trouve détenu dans son pays.

Leonora vit également avec sa mère dépressive suite au départ de son père.

Eva, qui avait des difficultés scolaires, s'était rapprochée de Leonora, brillante lycéenne afin d'avoir de l'aide. En contrepartie elle prodiguait à la jeune fille des conseils de mode.

Le commissaire D'Innocenzo confie l'enquête à Mariella De Luca, secondée par Silvia Di Santo.

L'enquête est assez noire. Boris, amant d'Eva, l'est aussi de la mère d'Eva et prodigue ses bons soins à Leonora.

Les années ont passé depuis le roman précédent.

Mariella, qui partage toujours l'existence de Paolo, pense que celui-ci la trompe et voudrait savoir ce qui se cache derrière une porte de son appartement fermée à clef. Elle a gardé son appartement mais n'y réside que deux jours par semaine. Des anomalies lui laissent penser que quelqu'un vient régulièrement bouger ses objets personnels et elle découvre qu'un homme s'est endormi sur son tapis. Il s'agit d'un ami du fils du commissaire.

Mon avis :

J'ai aimé ce roman malgré une certaine noirceur dans les relations entre les personnages.

On a de la peine pour ces jeunes filles meurtries par le vie et devenues pleine de cruauté elle-même.

Savoir qui est l'auteur du meurtre n'est d'ailleurs pas l'essentiel dans ce roman car on a des doutes vers le milieu de l'intrigue, on est plutôt sensible à l'ambiance et à la tristesse de ces jeunes vies.

Pour le reste :

On a une piste sur les raisons de la disparition du fils du commissaire 12 ans auparavant.

Et on découvre aussi le secret de Paolo.

J'ai aimé ce roman et j'ai trouvé que l'auteur se bonifiait sensiblement.

 

Posté par eoghan à 07:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 juillet 2018

124/ Gilda Piersanti et " bleu catacombes"

Bonjour,

 

Bleu-catacombes

 

 

Ici c'est le tome 3 des Saisons meurtrières, nous sommes en été.

 

L'histoire :

L'été, les touristes à Rome visitent les catacombes en compagnie de leur guide, la très belle Pamela.

C'est lors de l'une de ces visites qu'un touriste découvre une tête dans un sac en toile.

Une tête de femme est retrouvé par sa soeur dans une cabine de plage que les deux femmes louaient depuis de nombreuses années.

Les deux victimes sont âgées d'une soixantaines d'années et apparemment rien ne semble relier Nemi, ancienne directrice d'un foyer pour enfants et Maximiliano, riche artiste contemporain.

Les deux corps sont retrouvés enlacés dans l'immeuble appartenant à  Maximiliano  et son épouse.

Mariella abrège ses vacances avec son ami Paolo, un archéologue, pour assumer cette enquête. Paolo lui indique que cette affaire lui évoque l'histoire de Judith.

Mais d'autres décapitations ont lieu mettant en péril l'activité touristique de la ville.

Les relations entre Mariella et l'épouse de Maximiliano s'avèrent difficiles et l'inspecteur est persuadée que des points fondamentaux lui demeurent cachés.

Mon avis :

Je ne l'ai pas précisé mais aucun suspens quant aux auteurs des crimes puisque, dès le deuxième chapitre, on assiste à la décapitation de Maximiliano par Cathy, maîtresse de Maximiliano et Pamela.

Le suspens réside dans la motivation de ces deux femmes que l'on compare à Judith et sa servante et dans la détermination des liens qui les unissent.

Je dois avouer qu'en général je n'apprécie pas du tout les romans dans lesquels l'auteur du crime est connu dés le départ mais là je fais une exception...

Le plaisir réside dans les relations qui se nouent entre le commissaire d'innocenzo chargé de l'enquête et son  inspecteur principal, Mariella de Luca.

Chacun a une vie compliquée!

Mariella a désormais une vie relativement stable auprès d'un bel archéologue, Paolo mais elle conserve une certaine indépendance.

 

Même si j'ai rapidement eu la réponse  à l'une des questions posées dans tout roman policier, à savoir la détermination de l'auteur, le reste m'a quand même étonné et j'ai trouvé que c'était une lecture qui sortait du lot.

A bientôt

 

Posté par eoghan à 15:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


21 juillet 2018

123/ Gilda Piersanti et "Vert Palatino "

Bonjour,

 

51FrhdIfwQL

 

Hélas le roman avait été emprunté à la médiathèque que je fréquente!! j'espérais pouvoir le lire à temps, ce ne sera pas le cas...

J'avais les trois autres opus mais je ne désespère pas de le trouver lors d'une de mes autres visites.

A bientôt pour le bleu et le jaune que j'ai pu lire eux!!

A bientôt

Je l'ai enfin ce livre tant convoité hi hi et j'ai eu du mal car, mal classé, il a fallu le rechercher!!

L'histoire :

Mariella De Luca est chargé d'une enquête sur la mort violente, à son luxueux domicile, de Mauro Lo Russo. Ce dernier se rendait régulièrement chez ses parents à Corviale et l'ordinateur  dont il se sert à ce domicile recèle de nombreuses images pédopornographiques démontrant l'existence d'un important trafic international.

Presqu'à la même époque, dans le même ensemble immobilier de la Corviale, une enfant de huit ans disparaît alors qu'elle allait récupérer un gilet sur la terrasse de l'immeuble où elle vit. Il s'agit de Sara Longo, une future danseuse étoile ... comme aurait du l'être sa mère avant de quitter sa riche famille et épouser un modeste brancardier, coureur de jupons au surplus.

Il faut que je vous parle de la Corviale. Il s'agit du plus long immeuble d'Europe puisqu'il fait presqu'un kilomètre et il a été inauguré en 1983. Je ne connaissais pas et j'ai, du coup, fait quelques recherches. Il a été construit par un architecte italien et a été inspiré par la Cité Radieuse de Le Corbusier à Marseille.

Corviale devait disposer d'un quatrième étage conçu comme une sorte de rue commerçante avec médecin, crèche et commerces. Une utopie qui n'a jamais aboutie. Les commerces n'ont résisté, en général, qu'une unique saison et ce quatrième étage a été investi par des squatters.

J'ai trouvé que c'était intéressant d'approfondir le sujet non?

Pour en revenir à l'intrigue... Mariella, qui ne doit pas enquêter sur la disparition de Sara confiée à la brigade des mineurs,  est persuadée que cette disparition est en lien avec le mort et, bien sûr, elle n'en fait qu'à sa tête.

Alors qu'elle monte sur la terrasse de la Corviale, elle se fait agresser par un homme cagoulé vêtu de noir et portant bague et chaîne en or.

Il est retrouvé mort peu après et se serait suicidé... curieux hasard!!

Hélas, Sara est elle aussi retrouvée morte dans la tombe ancienne d'une enfant, tombe mise à jour par des archéologues  dont le beau Paolo.

Mais je ne vais pas vous dévoiler toute l'histoire...

Mon avis :

J'ai adoré !!

Ce qui m'a amusé en commençant ce roman est, qu'après le mondial de foot ( dont je me fiche totalement), le roman débute justement par un match disputé par Rome dans le cadre de la compétition nationale dont je l'avoue j'ai oublié le nom...

Donc tout le monde est devant le foot à la TV et vocifère, ce qui empêche Mariella d'être secourue lors de son agression.

Cela me permet d'évoquer un autre point de ce roman qui me plaît ( peut être pas à tout le monde cependant):

l'intrigue commence par cette agression, Mariella se parle à elle-même et  évoque la disparition de Sara pour expliquer qu'elle se trouve sur la terrasse de cet imposant immeuble mais on ne connaît pas tous les tenants et aboutissants de son enquête, on ne l'apprend que par petits bouts ici et là, j'avoue que j'aime bien car on se creuse un peu les méninges hi hi!! cela met un peu de piment dans la lecture.

Les personnages sont attachants que cela soit Mariella qui tombe amoureuse et si l'on a lu le roman précédent, ce n'était pas évident.

Les mois ont passé depuis le premier roman et Mariella est devenue amie de l'épouse du commissaire. Ce dernier est également un personnage!

Le roman me paraît bien équilibré entre l'aspect personnel des différents protagonistes et l'intrigue qui vous tient en haleine.

Et on ne sombre pas dans le sentimentalisme!!

J'ai lu cet épisode deux après le bleu et le jaune, c'est un peu dommage car je connais l'évolution des personnages mais cela ne gène pas l'intrigue.

Si je résume, j'ai adoré l'intrigue et les personnages qui ont pris de l'épaisseur et j'ai apprécié de découvrir Corviale!!

le bonheur total!!

J'avais oublié, ce roman a reçu une prix.

A bientôt

Posté par eoghan à 19:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 juillet 2018

122/ Gilda Piersanti et "Rouge abattoir"

Bonjour,

 

CVT_Rouge-abattoir_9494

 

Vous allez avoir la fiche de lecture de trois romans que j'ai empruntés, tous de Gilda Piersanti qui est un auteur italien installé à Paris.

Il manquera le deuxième de la série " Saisons meurtrières" , le vert, déjà pris mais je ne désespère pas pouvoir le lire lors de mon prochain passage à la médiathéque.

L'histoire :

Dans Rome enneigée, vers 5 h du matin,la femme qui s'occupe du liosque à journaux, Assunta, découvre une main coupée.

Le commissaire d'innocenzo, dont la vie familiale semble assez perturbée, est chargé de l'enquête. Il se voit adjoindre une jeune inspecteur principale Mariella da Luca qui dispose d'une notoriété certaine.

Mariella a une vie sentimentale ( je ne suis pas sûre que ce soit le bon terme mais je ne veux pas choquer)  assez particulière que je vous laisse découvrir.

Le commissaire lui prête le petit appartement qui était celui de son fils, dont la disparition cinq ans auparavant a bouleversé la famille.

La main appartient à une  troisième victime car deux autres jeunes filles ont déjà été tuées : Lucia, sa colocataire Caterina et maintenant Patricia.  Patricia est  la petite amie droguée de Nando, fils d'Assunta.

L'enquête se déroule dans un des quartiers de Rome. Entre restaurant, kiosque à journaux et cinéma.

La grande question est de savoir s'il s'agit d'un tueur en série ou si les victimes ont un lien particulier.

Mon avis :

J'ai moyennement aimé l'intrigue je dois l'avouer mais ce qui m'a plus étaient  surtout les personnages du commissaire et de son inspecteur principal.

Cela m'a donc donné envie quand même de lire les deux autres livres que j'avais empruntés.

J'ai trouvé en effet qu'il y avait pas mal de longueur, bref je n'ai pas trop accroché, je me suis même un peu ennuyé...

 

A bientôt

 

 

 

Posté par eoghan à 07:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 juillet 2018

121/ Laura Griffin et " Secrets en cascade"

Bonjour,

secrets en cascade

C'est un roman qui est sorti en 2015 dans la collection " j'ai lu" mais qui est paru en 2011.

L'auteur est une ancienne journaliste et elle a écrit plusieurs romans dont " Secrets sous haute protection" et Secrets en série", romans que je n'ai pas lu lorsque celui-ci m'est tombé sous la main...

Elle précise en préface que le présent roman a été inspiré de l'expérience de sa maman qui était à Austin lors de la tuerie ayant eu lieu dans cette ville.

L'histoire :

Sophie, une jeune réceptionniste d'un institut médico légal privé ( je crois) décide de reprendre des études. Lorsqu'elle se rend pour s'inscrire sur le campus, elle est prise sous le feu d'un tireur fou qui s'attaque aux différentes personnes sur la placette de l'université et  prévient la police qu'il se situe au sommet de la bibliothèque.

C'est ainsi qu'elle retrouve Jonah, un inspecteur du SWAT chargé de l'enquête, qu'elle connaît déjà pour avoir eu affaire à lui ( dans un précédent roman je suppose).

Le tireur est tué par les services de l'ordre. Il s'agit de James Himmel, un ancien sniper dont l'autopsie montre qu'il était atteint d'un cancer en phase terminale.

Sophie découvre, via la presse, que James avait une coccinelle verte. Elle prévient Jonah que, lorsqu'elle est arrivé sur le campus, très peu de temps avant le début de la tuerie, elle s'était vu souffler une place de stationnement par une VW ancienne de couleur verte. Selon elle, le conducteur ne pouvait être le tueur.

Son témoignage est mis en doute malgré ses affirmations corroborées par son ticket de stationnement. Pourtant Jonah est hésitant. James était un sniper et donc beaucoup trop doué pour n'avoir fait que trois  morts. Il décide d'étudier la victimologie contre l'avis de sa hiérarchie pour laquelle l'affaire est classée. Parmi les trois victimes, une femme  n'a été victime que d'un ricochet.  Restent un étudiant et un professeur.

Derrière l'acte d'un tueur isolé se cache peut être tout autre chose...

Mon avis:

Le livre est plaisant à lire. Il mêle investigations et intrigue sentimentale. Ce dernier aspect n'est pas ce que j'apprécie le plus dans ce type de roman mais il en faut pour tous les goûts et ici l'intrigue amoureuse reste en second plan.

Mais  j'ai apprécié l'enquête policière et les protagonistes, même si l'histoire en elle-même m'est apparue un peu " faiblarde".

Le fait que Sophie et Jonah aient déjà été dans le ou les romans précédents n'est pas du tout gênant.

Donc un roman agréable sans plus mais pas moins hi hi.

A bientôt

 

Posté par eoghan à 07:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 juillet 2018

120/ Alexia Ferlay et " Suffocation"

Bonjour,

suffocation

Ce roman fait suite apparemment à " Fragments d'âmes" du même auteur mais je ne l'ai pas lu.

Ce  livre est paru en 2018

L'histoire :

A Seatle, Karel rejoint l'appartement qu'elle partage avec son amie Stella. Elle ne la trouve pas et la découvre dans un bar qu'elles ont l'habitude de fréquenter. Furieuse de la croiser ainsi en compagnie d'un homme qui lui est apparemment familier, elle décide de rompre et lui enjoint de récupérer ses affaires le lendemain.

Lorsque Stella arrive dans le logement le lendemain matin en compagnie de celui qui est en réalité son frère, Alastar, un agent du FBI,  le logement est totalement vidé et nettoyé. Star est intrigué par la personnalité de Karen et cette surprenante disparition.

Star est de passage à Seatle où il retrouve ses souvenirs d'enfance et notamment le bar de ses parents qu'il a vendu, à leur décès, à un vieil ami de la famille Charlie. C'est dans ce bar qu'il fait la connaissance de Lindsay, la nièce de Charlie qui vit normalement en Irlande.

Il est attiré par cette jeune femme.

Sa vie est bouleversée par le décès violent de Stella. Son assassin l'a faite suffoquer et le supplice a duré plusieurs heures.

Karel reste introuvable et d'ailleurs en réalité elle n'existe pas...

Mon avis :

Je n'ai pas aimé ce roman.

Star est à la fois sidéré par la mort brutale de sa jeune soeur mais tombe amoureux de Lindsay.

De ce fait on a droit à tous les clichés, le " regard fascinant de Lindsay" , le corps musclé de l'agent du FBI, la jeune femme qui cache avoir un enfant de trois ans j'ai trouvé l'ensemble quasi ridicule...

Mais pour être juste les avis sur le net sont plutôt favorables voire très élogieux.

A bientôt

 

 

 

Posté par eoghan à 06:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 juillet 2018

119/ Robert Dugoni et " Prise au piège"

Bonjour,

 

prise au piège

 

Un familier de ce blog : Robert Dugoni.

Prise au piège est paru en France il y a, je crois, quelques mois et je me suis empressée de le lire!!

L'histoire :

Pour moi c'est le quatrième roman de l'auteur que je lis avec pour héroïne Tracy, inspecteur à la criminelle de Seattle, Dan, son compagnon, son supérieur qui la déteste le capitaine  Johnny Nolasco...

Un jeune garçon, qui arrondit ses fins de mois en pêchant des crabes, pose ses casiers tard le soir pour les récupérer tôt le matin afin de ne pas attirer l'attention sur le caractère illégal de son activité.

En remontant un casier il aperçoit une main aux ongles vernis.

L'autopsie fait apparaître que le victime est une jeune femme ayant subi récemment une chirurgie reconstructrice du visage avec pose d'implants.

Les numéros des implants identifient la morte comme étant Lynn Hoff.

Petit souci : l'identité est manifestement fausse.

Afin de découvrir la véritable identité de la victime, la photo du permis de conduire établi au nom de Lynn Hoff est diffusée, ce qui permet de faire une corrélation avec une femme, Andrea Strickland, disparue lors de l'ascension du Mont Rainer. Son mari, avec lequel elle faisait la course,  était d'ailleurs soupçonné de l'avoir poussée dans une crevasse.

Les motifs de tuer son épouse ne manquaient pas :

infidélités du mari, assurance sur la vie dont il était le bénéficiaire, difficultés financières et éventuelles poursuite pour escroquerie.

De plus, Andrea était la seule bénéficiaire d'un trust d'un montant d'un demi-million de dollars,  suite au décès de ses parents.

Graham l'a-t-il tuée? A-t-elle au contraire piègé son mari? Souffre-t-elle d'une dissociation de la personnalité comme le soupçonne son ancien psychiatre?

Bref de nombreuses questions sont soulevées par cette enquête.

Mon avis :

 

Je trouve que les romans de Robert Dugoni se bonifient.

Et ce n'est pas juste du au fait que j'aime "les séries".

Le roman est écrit selon un mode narratif en deux parties :

l'une est celle de la découverte du corps et de l'enquête  qui en résulte,

l'autre est l'histoire racontée par Andrea depuis sa rencontre avec son mari en passant par son vécu des infidélités et des violences qu'elle subit.

Cela rend le roman encore plus intéressant à mes yeux et plus dynamique me semble-t-il. Mais c'est une affaire de goût.

Au niveau de l'enquête, je note qu'il y a de nombreuses pistes possibles, le mari, la meilleure amie, des personnalités multiples de la victime et une autre que j'avais envisagée, la victime n'étant celle à laquelle on pense...

Et puis petit clin d'oeil, je ne sais pas, mais Andrea est boulimique de livres, et j'avoue que cela me parle, moi qui ai toujours un bouquin dans mon sac et maintenant ma liseuse depuis que mon fils me l'a offerte et qui serais capable de lire toute la journée laissant le ménage de coté...

Parallèlement on continue de suivre l'histoire de Tracy qui s'identifie à Andrea. Tracy s'interroge aussi sur le  fait d'avoir un enfant à 42 ans. Elle avait mis sa vie entre parenthèse en raison de la mort de sa soeur qu'elle avait eu beaucoup de difficulté à surmonter et désormais elle envisage sa vie différemment.

J'ai donc aimé ce roman policier  que je n'ai pas su lâcher avant la fin et je le recommande vivement, sachant que tout le monde ne recherche pas les mêmes choses dans ce type de lecture.

A bientôt

Posté par eoghan à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,