31 août 2018

un an et pas mal de livres lus cette année,

Sans compter ceux que j'ai lu et pour lesquels j'ai oublié de faire une fiche de lecture...Cela m'arrive assez régulièrement.

Ce blog a donc une année, je n'aurais pas pensé le tenir aussi sérieusement, enfin depuis six mois ...

Lorsque je regarde le nombre de livres lus, je suis presque déçue car j'avais le sentiment d'en avoir lu beaucoup plus ...

Bien sûr je vais continuer à lire des livres policiers mais j'ai envie de me replonger dans quelques grands  classiques de la littérature,  lus il y a bien longtemps.

Bon anniversaire à mon blog et bienvenue à l'année 2 de mes lectures

 

A bientôt

Posté par eoghan à 07:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


30 août 2018

143/ Alexis Aubenque et " sept jours à River Falls"

Bonjour,

7-jours-a-river-falls

Alexis Aubenque est un auteur français qui a oeuvré dans le domaine de la science fiction et a écrit, à partir de 2008, des séries, l'une consacrée à River Falls, une deuxième appelée Nuits noires à Seatle et enfin une série Jack Turner.

Je n'ai lu aucun de ses précédents romans.

J'ai débuté avec Sept jours à River Falls, un livre paru en 2008 et qui a inauguré la série River Falls.

L'histoire :

Le roman débute de façon assez bucolique avec l'escapade de deux enfants en forêt. Ils assistent de loin à la scène curieuse d'un homme déchargeant des colis suspects et se sauvent. Le plus jeune s'étant blessé en tombant, l'ainé décide d'aller chercher des secours mais se fait renverser par une voiture.

Il est établi qu'il ne s'agit pas d'un accident mais d'un meurtre.

Une battue est organisée pour trouver le plus jeune frère. Il est retrouvé inconscient mais, à proximité, les corps de deux jeunes filles sont  découverts. Il s'agit de deux étudiantes de River Falls : Amy Paich et Lucy Barton. L'enquête s'oriente vers un certain Larry qui a disparu en même temps qu'elles.

Contrairement à ce que pense la police, Larry n'est pas l'auteur des meurtres même si tout l'accuse. Il a, en réalité, été enlevé en même temps que les autres victimes afin de porter le chapeau. Cette manigance est une réussite car un policier, avide de notoriété, le tue dans une course poursuite.

Sarah Kent, amie d'enfance des deux jeunes victimes, a reçu deux jours avant leur mort, une lettre de leur part.

Ce courrier l'a beaucoup étonnée car, Sarah souhaitant se consacrer à ses études,avait perdu de vue ses deux amies plus fêtardes .

Elle n'a pas osé en parler à la police de peur de devenir suspecte comme l'avait sous-entendu son petit ami Brian.

Le shérif Logan reçoit l'aide du FBI en la personne de Jessica Hurley, une profileuse douée qui est, en outre, son ex-petite amie.

Jessica a des doutes sur la culpabilité de Larry. Elle ne comprend pas les raisons l'ayant amené à revenir à son domicile, alors qu'il était supposé être en fuite, de plus il n'avait aucun antécédent de violences.

Elle a tout à fait raison puisqu'à mi-roman on sait que Donald, ancien enfant perturbé et violenté par sa mère, a tout organisé et recherche maintenant Sarah...

 

Mon avis :

 

J'hésite souvent à lire des auteurs français, je l'avoue.

Dés le début du livre, on a envie de le lire et savoir ce qui arrive aux deux enfants...

L'amorce du roman est donc, à mon humble avis, pas mal faite.

La découverte des corps, l'identification et les méandres de l'enquête font que j'ai poursuivi ma lecture avec plaisir...

Le flic médiocre, qui veut son heure de gloire et abat le coupable présumé, tombe un peu trop bien car, à ce stade, il n'y a pas grand chose permettant de relier Larry aux meurtres à part le fait qu'il connaissait les victimes et avait disparu. Là je me trompe car sa voiture est également identifiée sur les lieux de l'abandon des corps!

A ce stade il manque quand même beaucoup d'éléments au dossier.

Donc un roman pas mal fait et qui se laisse lire agréablement.

Je me suis donc procuré les autres livres afin de voir ce que ça donne, étant précisé que le second a été primé me semble-t-il.

A bientôt

Posté par eoghan à 07:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 août 2018

142/ Gilles Bornais et "Le diable de Glasgow"

Bonjour,

 

le diable de glasgow

 

 

L'auteur est un journaliste né en 1958.

Ce roman est paru en 2001 et se déroule fin 19 eme siècle. Il a été réedité en 2009 mais en format poche.

L'histoire :

Joe Hackney est un ancien petit délinquant devenu policier et qui exerce désormais à Scotland Yard.

Il est petit, maigre et boite, toutefois il est intelligent et doué dans ce qu'il fait.

Il est envoyé par Scotland Yard en Ecosse ou ont lieu plusieurs crimes assez particuliers.

Assez rapidement l'inspecteur chef Buchanan fait le lien entre l'assassinat en 1887  d'un bijoutier annobli et une affaire dont il avait eu à connaitre deux ans auparavant : l'assassinat d'un pharmacien et de sa fille de 16 ans.

Puis une affaire plus ancienne remonte à la surface : la mort violente d'une jeune femme Margaret Benison en 1880.

Les cinq victimes ont ete tuées par la même arme courbe portant des traces de rouille. D'autres victimes apparaissent plus anciennes dont le père de Joe Hackney.

Si les caractéristiques physiques de l'auteur se retrouvent de meurtres en meurtres, l'âge de celui-ci ne peut pas correspondre.

Mon avis :

L'époque est bien retracée mais je n'ai pas trop apprécié le style narratif. Dès le début du roman l'écriture de celui-ci m'a gênée.

Toutefois les meurtres ont des particularités qui font que l'on a envie de connaître la fin, en ce sens le contrat est rempli.

Joe Hackney est assez intéressant et l'on suit avec un certain plaisir ses investigations.

Hélas la fin est franchement décevante, en tout cas, pour moi...

Finalement une réelle déception et  ce n'est pas un roman impérissable.

Mais comme je le dis souvent, il ne s'agit là que d'une impression personnelle et d'autres lecteurs sont susceptibles d'y trouver leur bonheur.

A bientôt

 

 

 

 

Posté par eoghan à 07:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 août 2018

141/ John Connolly et " Le pouvoir des tenebres"

Bonjour,

 

Le-pouvoir-des-tenebres

 

Je me suis lancée dans le troisième roman de la série Charlie Parker, que j'ai déjà lu il y a maintenant un temps certain.

L'histoire :

Deux ans ont passé depuis la précédente aventure de Charlie Parker.

Charlie s'est rangé, il vit toujours dans la maison de son grand père dans le Maine et est devenu détective privé spécialisé dans les contentieux économiques. Il voit régulièrement Rachel mais ne vit pas vraiment avec elle.

Bref une vie calme qui tranche avec sa vie précédente.

Après avoir réglé un litige de droit de la concurrence il est contacté par Jack Mercier, homme d'affaires très fortuné, pour enquêter sur la mort de Grace Peltier, la fille d'un ex-associé. Par le passé, alors qu'il était très jeune, Bird a connu Grace Peltier et il se sent un peu obligé de débuter cette enquête qu'il pressent délicate.

Grace effectuait une étude de troisième cycle sur la disparition mystérieuse des membres d'un groupe religieux, les baptistes d'Aronstock  dans les années 1963/64 qui étaient sous la coupe d'un certain Faulkner.

La veille de sa mort, Grace avait rendez-vous avec Carter Paragon le dirigeant de la Confrérie. Bird tente en vain de contacter Paragon mais se heurte à sa secrétaire dans un premier temps puis à l'intervention vigoureuse d'un policier chargé de l'enquête sur la mort de Grace : l'inspecteur Lutz.

Cette "confrérie" attire l'attention de Charlie Parker qui fait le lien entre elle et divers autres meurtres dont celui d'un rabbin et de médecins propriétaires d'une clinique ou se pratique l'IVG.

L'enquête de Bird est jalonnée de nombreux morts :

- ceux du passé puisque l'on retrouve les disparus d'Aronstock dans une fosse commune mais leur maître semble ne pas faire parti des corps enterrés,

- ceux du présent avec le père de Grace, Jack Mercier et diverses autres personnes...

Son enquête lui fait découvrit que Grace était la fille naturelle de Jack Mercier et que l'épouse de ce dernier était à l'origine de sa mort.

Mais le roman réserve bien d'autres rebondissements.

 

Mon avis :

Bien sûr c'est un roman noir, très noir avec sa dose de meurtres mais aussi d'humour avec le couple insolite que forment Louis et Angel.

Charlie Parker estime que nous vivons dans un monde alvéolé avec des personnes cruelles et immondes dont il convient de se débarrasser pour le bien de tous. Il reçoit l'aide précieuse de Louis et Angel et échappe à la mort à plusieurs reprises.

Il renoue avec ses visions d'âmes mortes.

Au fil des divers romans, la part surnaturelle devient plus évidente. Charlie semble investi d'une mission particulière : faire entendre les voix des victimes. Ce qui, dans le premier volet de ses aventures peut s'analyser comme étant les perturbations d'un homme ayant perdu des proches, devient une partie intégrante de la personnalité de Charlie Parker, voire de sa mission.

Je suis totalement fan de John Connolly, même si je peux comprendre qu'il existe des lecteurs réfractaires à son style.

Ce sont des romans qui sortent incontestablement du lot.

A bientôt

 

Posté par eoghan à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 août 2018

140/ A.I. Zlato et "Chaestem et les origines, livre1"

Bonjour,

chaestem

A.I.Slato est un auteur français et c'est une femme... en lisant le roman, je pensais qu'il s'agissait d'un roman anglo saxon et écrit par un homme hi hi!!

Je lis de temps en temps un roman de science fiction et ici cela a un petit coté policier mais j'y reviendrai.

L'histoire :

Nous sommes dans le futur où la vie dans l'univers H est régi par une Machine qui  cherche à maintenir l'équilibre.

Elle a été créée par les anciens, suite à la surpopulation du monde.

La Machine est située dans une tour d'une hauteur vertigineuse.

Plusieurs événements viennent perturber ce bel équilibre : des actes de sabotage dans l'une des usines mais surtout la mort d'enfants âgés de 11 à 13 ans.

La Machine charge de l'enquête un premier inspecteur qui fait défection puis une inspectrice,  Baley.

Baley travaille toujours seule mais cette fois la Machine lui adjoint un coéquipier, Paul. Ce dernier est chercheur au laboratoire de Sciences Anciennes et s'interesse à l'histoire des origines. Si Baley fait partie du premier cercle et dispose d'un implant sophistiqué la maintenant en contact avec la Machine, Paul vit en périphérie et n'a aucun implant.

Il est le compagnon d'Edgar, le kandron.

Baley finit par se rendre compte que tous les enfants décédés ont des parents faisant partis d'une très ancienne religion, mais est ce bien la cause du Problème?

Afin de régler la situation de la surpopulation, les anciens ont créé les espaces, des lieux différents mais existant dans des temps identiques.

Les passerelles sont chargées de maintenir les espaces séparés.

Il existe un groupe d'humains totalement à l'écart et qui construisent un vaisseau spatial afin de quitter leur univers.

Les kandrons vivent quant à eux dans un temps inversé, leur passé étant le futur des humains.

Edgar cherchent à modifier le futur des humains et donc son passé afin d'éviter le chaos et peut être retrouver son aimée.

Les autres espaces O, M, ont eu aussi une machine et les options retenues ont été légèrement différentes. Mais la Machine de l'espace H est en train de créer "index" chargé de coordonner les différentes machines et  voué à lui donner une puissance encore plus grande.

Mon avis :

Il faut aimer les sagas de science fiction..

L'histoire est compliquée mais les personnages sont attachants : Paul, Edgar, Iris, la fille de Baley.

J'ai bien aimé le temps inversé des Kandrons...

Je n'ai pas pu lâcher mon livre mais hélas ce n'est pas demain que je pourrai lire la suite ... La publication des deux derniers volumes est récente et je doute l'avoir bientôt à la médiathèque. quel dommage!

A bientôt

 

 

Posté par eoghan à 07:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


22 août 2018

139/ John Connolly et " Laissez toute espérance"

Bonjour,

 

laissez toute espérance

 

C'est le deuxième volume de la série de Charlie Parker.

Ce roman paru en 2000 a été traduit en français en 2002/3 et j'ai du l'acheter assez rapidement... enfin dès sa parution en format poche, budget oblige hi hi!!

Je dis ça mais l'encombrement est également un critére car je ne jette pas mes livres, je n'y arrive pas... du coup j'en ai partout, dans mon atelier, sur des rayonnages, dans les toilettes, dans des casiers sous le lit, j'en passe et des meilleurs... c'est affreux!! Maintenant, c'est décidé je ne garde plus que mes grands amours et encore car j'ai donné tous mes "Agatha Christie" ( c'est sentimental) à ma fille et j'ai prévu des sacs de livres à apporter progressivement à la médiathèque  afin de les placer dans un bac permettant à chacun de les emmener...

 

L'histoire :

Pour dépanner Rita, une jeune femme que Charlie connaît, ce dernier accepte  de recouvrer une partie de la pension alimentaire que lui doit Billy Purdue, son ex avec lequel elle a eu un petit garçon, Donald, âgé de trois ans.

L'entrevue avec Billy ne se déroule pas très bien car il est assez perturbé par une histoire personnelle difficile, mais Charlie se fait remettre un peu d'argent qu'il transmet à Rita.

C'est sensé s'arrêter là...

Peu après Rita est sauvagement assassinée ainsi que l'enfant.

Billy Purdue est accusé de ce crime et est recherché par la police.

Mais les forces de l'ordre ne sont pas les seules à le rechercher car il semble que Billy a réussi à voler de l'argent appartenant à Tony Celli. 

Billy, qui a été confié à l'adoption étant bébé, souhaite retrouver ses parents...

Le roman trouve son origine dans un passé lointain, des disparitions de jeunes filles retrouvées assassinées. Des crimes qui ont poursuivi le grand père de Charlie, un ancien flic, persuadé que le véritable auteur, Caleb Kyle, n'avait pas été retrouvé.

Charlie est aidé par les deux tueurs découverts lors du premier roman à savoir Angel et Louis.

Mon avis :

Mon résumé est succinct car il est souvent délicat de résumer les romans de John Connolly. Différentes histoires s'entremêlent.

- Le présent avec la mort de Rita et son enfant, ce qui trouve un écho chez Charlie encore traumatisé par la perte de sa famille un an auparavant.

- Le passé avec le cold case du grand père de Bird, cold case qui semble retrouver une certaine actualité.

Le roman est cependant plus simple à suivre que le premier volet de la série, même si l'on retrouve l'enchevetrement de plusieurs histoires cher à John Connolly et de nombreux personnages qui ne sont pas là que pour faire de la figuration mais ont un passé et une réelle densité.

Il y a aussi beaucoup de morts et de règlements de compte.

On retrouve également l'aspect légèrement surnaturel ( mais qui peut s'expliquer de façon rationnelle ) du premier roman et le fait que Charlie Parker semble connecté aux différentes victimes.

J'ai beaucoup aimé et j'ai prévu de relire le troisième roman.

Maintenant j'ai conscience qu'il faut se plonger dans l'histoire et qu'il est susceptible de ne pas plaire à tout le monde.

 

Je change de sujet car je voudrais remercier ceux qui passe sur ce petit blog... il y a de moins en moins de français ( eh oui!), je devrais peut être m'inquiéter mais j'ai une quantité incroyable de lecteurs de nationalités diverses et je suis ravie de leur présence au moins éphémère!

A bientôt

 

Posté par eoghan à 07:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 août 2018

138/ Arnaldur Indridason et la trilogie de l'ombre : "Passage des ombres"

Bonjour,

Paage-des-Ombres

J'ai lu le dernier volet de la trilogie de l'ombre de Arnaldur Indridason. Je vais donc me replonger avec vous dans ce merveilleux roman en rédigeant ma fiche de lecture.

L'histoire :

C'est le troisième volume des romans d'Arnaldur qui se déroulent pendant la présence des alliées en Islande.

Le Danemark avait été envahi par les troupes allemandes et, pour éviter que le même sort soit réservé à l'Islande, les troupes anglaises puis américaines se sont installées dans ce pays provoquant ou amenant de nombreux changements dans des régions qui étaient, d'après l'auteur, essentiellement rurales et modestes.

Le roman mélange la période actuelle et l'époque de la guerre.

A l'époque actuelle : un homme âgé est découvert étendu mort sur son lit. Il a plus de 90 ans et mène une vie solitaire depuis le décès de son compagnon. Malgré son âge, il est décrit comme étant robuste et totalement autonome. Tout laisse à penser qu'il est décédé paisiblement dans son sommeil.

Il est emmené à la morgue et inutile de vous préciser que son autopsie n'est pas vraiment prioritaire au vu de son âge et de l'absence de toute violence apparente. Toutefois elle a lieu et le médecin légiste  constate l'existence de pétéchies dans les yeux du défunt et des fibres dans ses voies respiratoires : Stefan Thordarson est mort assassiné, étouffé par son oreiller.

Marta, inspecteur à la criminelle, est chargée de l'enquête.

Au domicile de la victime, Marta ne retrouve rien de spécial à l'exception de vieilles coupures de presse sur un meurtre. Il s'agit de l'assassinat d'une jeune femme qui s'est déroulé en 1944 derrière le Théatre national de Reikjavik. Aucun dossier n'est retrouvé à la Criminelle sur cette affaire.

Elle en discute avec Konrad, un ancien collègue, dont le père était un pseudo médium.

On suit en paralléle une enquête sur un meurtre commis pendant la guerre.

En 1944 lorsque la jeune victime est découverte derrière le theatre, l'enquête sur son meurtre est confiée à l'inspecteur Flovent, unique membre de la Criminelle. Il est accompagné de Thorson, un canadien faisant parti de la police militaire et  en partie islandais.

Tous deux découvrent que la jeune femme a été victime d'un viol et que son violeur lui a conseillé de dire que c'était la faute des elfes.

Leur enquête aboutit sur un vrai désastre selon Thorson, qui n'a jamais pu oublier cette enquête, la dernière avant son départ pour le front.

Thorson, Thodarson...une seule et même personne...

Mon avis :

Il y a des romans marquants... celui-ci en fait incontestablement parti.

J'ai aimé l'enquête, ou plutôt les enquêtes, ou encore l'enquête dans l'enquête...

J'ai aimé le destin tragique des victimes mais aussi des enquêteurs...

La peinture de cette triste époque m'a beaucoup plu.

Bref, cette trilogie est une vraie réussite et c'est avec beaucoup de regrets que l'on referme le livre sur ces histoires en demi-teinte, pleines de tristesse et mais aussi de douceur. Pour moi, Arnaldur Indridason est un auteur absolument remarquable, qui a le génie de l'intrigue, mais surtout arrive à nous plonger dans des "atmosphères", c'est ce que je recherche dans un bon roman et c'est ce qui distingue le polar sympa du roman top niveau !!

A bientôt

 

Posté par eoghan à 07:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 août 2018

137/ John Connolly et " Tout ce qui meurt"

Bonjour,

 

51Cy3yb6cyL

 

Je suis en train de relire la série de romans consacrés à Charlie Parker dit Bird.

L'auteur :

Avant de devenir romancier à temps plein, John Connolly, né en 1968, a exercé plusieurs métiers : journaliste, barman, fonctionnaire du gouvernement local, serveur et coursier chez Harrods à Londres.

Parallèlement il écrit des articles, dont des entretiens avec d'autres auteurs connus.

"Tout ce qui meurt" est paru en 2001 et il fait parti des romans qu'il m'arrive de relire.

L'histoire :

Charlie Parker dit Bird est policier à New York. Il s'alcolise régulièrement. Après une dispute avec son épouse, il s'installe, pour la soirée, dans son troquet habituel et à son retour chez lui, passablement éméché, il découvre son épouse, Susan et sa petite fille de trois ans Jennifer assassinées, la peau du visage arrachée et les yeux crevés.

Il est, bien entendu, soupçonné de ce double assassinat, d'autant qu'il était le bénéficiaire d'une substantielle assurance vie.

Rapidement, il est  mis hors de cause,  les faits se sont passés alors qu'il était, et c'est incontestable, dans le bistrot en train de boire.

A partir de ce moment, Charlie cesse de boire, quitte son travail et part à la recherche de l'assassin. Il est, comme on peut s'en douter, rongé par la culpabilité.

A son retour à New York, il est embauché par Benny Law, propriétaire d'une entreprise de cautionnement, pour retrouver un petit délinquant Fat Ollie Watts qui avait disparu de la circulation.

Charlie le localise mais Fat se fait assassiner ainsi que sa compagne. Charlie déclenche une fusillade sur la voie publique et est arrêté. Il est remis en liberté grâce à son ancien collègue et ami Walter Cole.

Ce dernier lui demande de rendre service à une riche vieille femme qui s'inquiéte de la disparition Catherine Demeter, une ex de son beau-fils Stephen et qui est devenue une amie. Stephen est retrouvé mort dans un égout. Il avait partie liée avec le gang des Ferrara mais il est également possible que Catherine Demeter soit à l'origine de sa mort.

Poursuivant son enquête, Bird pense que Catherine est retournée dans le village de son enfance où sa soeur aînée avait été assassinée à 12 ans par Adélaïde Modine et son frère ainsi que d'autres enfants. Son frère avait été tué et Adelaide était morte dans l'incendie de sa maison.

Poursuivant son enquête sur le décès de son épouse et de son enfant, Bird, grâce à son ami et agent du FBI Woolrich, est mis sur la piste de Tante Marie Aguillard, une vieille femme qui a des visions et  affirme avoir "vu" une jeune fille morte dans le bayou.

 

Mon avis :

C'est un roman difficile à résumer.

L'intrigue de base peut être analysée simplement : un homme, dont la famille est décimée, cherche à retrouver l'auteur des assassinats que l'on appelle " le voyageur".

Mais, et c'est là que les choses se compliquent, il y a des histoires dans l'histoire et la quête de Charlie l'amène à croiser de nombreux personnages, d'autres drames et d'autres victimes...

Il croise ainsi une famille criminelle : les Ferrara, puis le passé de Catherine Demeter se mêle au passé récent de Bird.

Il y a donc  aussi des histoires dans l'histoire principale ainsi que je l'ai déjà indiqué.

De plus, les personnages sont nombreux et John Connolly ne se borne pas à mentionner leur nom mais il évoque leur passé, leurs particularité et les situations dans lesquelles ils se sont trouvés. 

Il est certes parfois difficile de s'y retrouver mais cela rend  le roman  foisonnant et aussi passionnant.

J'avoue avoir adoré ce premier volet qui pose finalement  tous les jalons des romans qui vont suivre. C'est aussi l'histoire d'une plongée au coeur du mal  teintée d'une part, d'un soupçon de surnaturel.

Mais qui n'a pas eu l'impression qu'un être cher, trop tôt disparu,  se trouvait à proximité...

Toutes les histoires créent une sorte de brouillard dans lequel on essaie de se repérer mais  tous les fils finissent par se retrouver connectés par le mal.

A bientôt

Posté par eoghan à 07:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 août 2018

136/ Ian Rankin et " Le diable rebat les cartes"

Bonjour,

 

le diable rebat les cartes

 

Chaque fois que Ian Rankin sort un nouveau livre mettant en scène l'inspecteur Rebus, je me précipite...

L'auteur est né en 1960 en Ecosse. Il a même vécu plusieurs années en France dans une ferme du Périgord où il a d'ailleurs écrit les premiers volumes mettant en scène l'inspecteur Rebus!!

Il est cependant retourné vivre à Edimbourg pour la santé de l'un de ses enfants et, aussi, pour effectuer plus facilement ses recherches.

Il a également écrit des romans sous le pseudo de Jack Harvey.

Le présent roman a été écrit en 2016 et traduit en 2018 en français.

Je n'ai pas encore lu ses romans mettant en scène Malcolm Fox, l'ancien enquêteur des "plaintes", mais je pense les lire pendant mes vacances.

L'histoire :

Darryl Christie, le jeune truand qui a pris la relève de Big Ger Cafferty, vient de se faire passer à tabac devant la somptueuse maison qu'il partage avec sa mère. Cette dernière accuse Cafferty. Mais rien ne permet de conforter cette assertion.

De son coté, Malcom Fox, qui a obtenu une brillante promotion l'ayant éloigné de Siobhan Clarke, est envoyé au sein de son ancien service afin de surveiller l'enquête sur Darryl, soupçonné de blanchiment d'argent via ses entreprises de paris.

Rebus, quant à lui, est à la retraite et poursuit une relation avec Deborah Quant , médecin légiste.

Lors de l'une de leur rencontre dans un hôtel restaurant réputé, il évoque la mort non résolue, dans ce même lieu, d'une jeune femme Maria Turquand. Il décide de jeter un oeil sur l'enquête, 40 ans après que la victime ait été étranglée.

Maria Turquand, quoique mariée, menait une vie assez libre et avait de nombreuses relations. Il se trouve que le jour du meurtre, Bruce Collier, un musicien célèbre à l'époque, occupait une suite.

Rebus a changé, il ne fume plus, sort son chien et fait attention à lui d'autant que son état de santé semble préoccupant.

Finalement un marginal s'accuse de l'agression sur Darryl et ne veut parler qu'à Rebus. Ce dernier revient l'interroger mais il doute totalement de la version donnée par Craw qu'il a toujours connu voulant se donner de l'importance en revendiquant divers délits. Toutefois il semble que Craw ait assisté à l'agression ce qui le met en grand danger.

Darryl et Cafferty concluent un pacte et Cafferty met Craw sous protection.

Fox fait l'objet d'un chantage de la part de Darryl, des infos sur un ukrainien Glushenko en échange de l'effacement des dettes de jeu de sa soeur Jude.

Mon avis :

Je suis éblouie par le talent de Ian Rankin qui ne se dément pas pour ce nouveau volume des aventures de Rebus.

Chacun des héros, en l'espèce Rebus, Malcolm Fox et Siobhan Clarke ont une existence réelle, de l'épaisseur,  ce ne sont pas des personnages de papier. De même Darryl et Caferty ont des personnalités tout à fait intéressantes, Caferty est passionnant .

Ensuite les intrigues de ce roman sont prenantes et j'ai été emportée par le ou plutôt les histoires dont celui du cold case bien entendu car on a vraiment envie de savoir qui et pourquoi cette jeune femme a été assassinée.

On interroge 40 ans plus tard l'un des amants et le mari dont les destinées ne sont guère enviables.

La crise est passée par là, les budgets sont réduits et pourtant, dans certains milieux l'argent  coule à flot...

Les différentes histoires sont liées, il y a plusieurs diables dans ce roman.

J'ai beaucoup aimé!!

A bientôt

 

 

 

Posté par eoghan à 19:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 août 2018

135/ Aro Sainz de la Maza et " le bourreau de Gaudi"

Bonjour,

le bourreau de gaudi

Je n'ai pas beaucoup d'infos sur cet auteur né en 1959 à Barcelone. Il s'agit de son premier roman policier qui a obtenu le prix international RBA du roman noir.

Mon exemplaire est paru chez Actes Sud en 2014 et je ne sais pas si l'auteur a commis un autre roman depuis cette date.

L'histoire :

Elle se déroule à Barcelone, comme le titre le suppose, et à la veille de la venue du pape qui doit consacrer la Sagrada Familia.

Un homme important est enlevé et retrouvé brulé vif accroché au balcon d'une des villas créées par Gaudi.

Milo Malart, qui avait été écarté de son travail de policier, est réintégré au sein de l'unité chargée d'enquêter sur ce meurtre.

Il était suspendu sans solde depuis deux mois, suite au suicide de son neveu, Marc, avec sa propre arme de service laissée négligemment sur un meuble.

Il est rappelé en raison de ses compétences ayant abouti précédemment à l'arrestation d'un tueur. Son amie, la juge Susana, a contribué à cette réintégration.

Il semble qu'elle ait eu raison car Milo découvre sur les lieux du meurtre une lettre "G" tagguée au sol et le balcon où la victime a été suspendue résulte d'un choix bien précis lié à l'existence dans la pièce d'un poteau portant des inscriptions.

Une autre personnalité catalane dirigeant le Cercle Gaudi est également enlevée, mais la police se refuse à y voir autre chose qu'une fuite, jusqu'à ce que l'individu subisse le même sort que la première victime...

Milo, peu apprécié de son groupe, reçoit l'aide de sa nouvelle co-équipière et d'un sergent féru en symboles maçonniques.

Mon avis :

Je connais Gaudi mais je l'avoue assez succintement. J'ai pu voir la Sagrada Familia et certains des lieux décrits par le roman, il y a bien longtemps maintenant et j'avoue que cet aspect de l'histoire m'a bien plu même si certaines descriptions ou certaines analyses, me sont passées un peu au dessus de la tête.

L'intrigue est passionnante car il n'y a de prime abord pas vraiment de liens entre les différentes victimes et Milo a beaucoup de difficultés à justifier  ses intuitions auprès de sa hiérarchie.

On touche aussi du doigt la corruption des villes et des pays.

Vers la fin, on sait qui est le bourreau de Gaudi, un peu avant l'enquêteur mais c'est bien ficelé et j'ai beaucoup apprécié ma lecture, même si je m'interroge quand même sur le choix des victimes, je pense que bien d'autres personnes auraient pu être dans le collimateur du bourreau.

Les personnages sont attachants et le tout forme un roman que je ne peux que recommander car on passe un bon moment à le lire.

A bientôt

 

 

 

Posté par eoghan à 07:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,