Bonjour,

la proie pour l'ombre

Je ne sais plus si je l'ai déjà dit mais, chaque année, pendant mes vacances, j'emméne avec moi une série de livres policiers.

Je me souviens avoir emmené la série de Harry Bosch ou plutôt les livres de Michael Connelly. Je les avais déjà lus lors de leur parution en broché mais le plus souvent en poche, mais les lire tous à la suite m'avait beaucoup plu car cela avait vraiment mis en évidence le fait qu'il s'agissait d'un seul univers avec des liens entre chacun des romans. Je l'avais perçu en les lisant mais les relire sur l'espace d'un mois ou deux était encore plus frappant.

Cette année j'ai donc fait de même avec John Connolly dont j'avais lu un roman peu avant mon départ.

Ici il s'agit de la série Charlie Parker, seule série que j'ai lu de cet auteur irlandais.

"La Proie des Ombres" est paru en 2007 et est le septième roman de cette série qui, d'après Wikipedia, en compte 18 mais les trois derniers n'ont pas été encore traduits.

J'avoue que cela ne m'arrête pas toujours, il m'est arrivée d'acheter les livres en anglais à Paris lorsque je suis totalement accroc, ce qui m'a valu, en les rachetant traduits, de me dire que j'avais déjà lu ce truc là...

Je pense au Verdict de Plomb de Connelly que j'ai ainsi acheté deux fois.L'avantage de lire le roman en VO, c'est que je mets beaucoup plus de temps à le lire hi hi!!

L'histoire :

Plusieurs mois ont passé depuis le volume 6 et Charlie Parker se morfond, seul dans sa maison que Rachel et leur fille Samantha ont quittée. Une situation provisoire mais qui dure...

Les parents de Rachel lui ont fait aménager un appartement dans une annexe de leur maison, ce qui n'est pas très bon signe.

Charlie est recruté par Rebecca Clay, harcelée depuis une semaine par un individu voulant savoir où son père se trouve.

Le père de Rebecca est un célèbre psychologue dont les méthodes ont été contestées lors d'une procédure pour viol dont auraient été victimes certains de ses patients. On lui reproche, non de les avoir violés, mais de ne pas avoir détecté les violences dont ils avaient été victimes.

L'homme qui harcèle Rebecca, est un certain Merrick dont la fille, patiente de Clay, a disparu alors que son père était détenu.

Merrick est protégé et aidé par un curieux avocat qui officie pour un client dont il garde l'identité secrète. Charlie identifie ce client comme étant le "Collectionneur" déjà rencontré lors de l'affaire Brady.

Bien sûr, dans l'intérêt de sa cliente, Charlie fait tout pour mettre Merrick hors circuit mais il ne peut s'empêcher d'avoir de la pitié, même de la sympathie, pour ce tueur psychopathe, qui veut connaître le sort de sa fille. Lui-même a perdu une enfant et la situation de Merrick ne le laisse pas indifférent.

Bird est aidé par ses deux acolytes : Louis et Angel mais aussi quelque part par le collectionneur.

Mon avis :

Le roman explore le thème de la pédophilie à travers l'histoire d'enfants victimes de tels agissements dans une totale impunité car ils étaient misérables et seuls, des proies faciles.

C'est un roman noir, très noir.

On est attristé par le devenir de ces jeunes existences.

Le personnage de Merrick ne laisse pas indiffèrent, bien sûr c'est un tueur implacable mais c'est aussi un père qui ira jusqu'au bout pour retrouver sa fille même s'il sait qu'elle est morte. Rebecca est également une figure intéressante.

Mais j'ai beaucoup apprécié l'entame du roman avec le personnage de Dave le devineur qui a rencontré le mal en la personne de Merrick.

Comme souvent, John Connolly se plonge dans le passé du Maine qu'il mélange habilement à l'histoire qu'il raconte.

Une étape importante est franchie dans ce roman puisque Charlie va tenter de se libérer de ses fantômes mais je vous laisse le découvrir.

A bientôt