24 décembre 2018

R.J.Ellory et une petite pause jusque l'année nouvelle

Bonjour,

aujourd'hui je ne parle pas d'un livre mais d'un auteur dont je viens de découvrir la bio et que j'ai trouvé assez fascinant : je parle de Roger Jon Ellory, auteur anglais né en 1965.

Sa jeunesse a été particulière et me rappelle la mienne par certains cotés.

Un père qui est parti avant sa naissance, une mère qui décéde alors qu'il n'a que sept ans et une grand mère qui est obligé de le confier ainsi que son frère à un orphelinat  en raison d'une santé fragile. Elle décéde d'une crise cardiaque alors que Roger Jon Ellory vient juste de revenir chez elle à 16 ans. Bref une vie plus que difficile et pourtant un amour de la lecture qui l'incite à commencer à écrire.

Avant d'écrire,  il a fait de la musique et monté un groupe de rock.

Il a indiqué avoir reçu plus de 600 lettres de refus pour ses premiers romans avant enfin d'avoir le succès.

Je trouve qu'un tel parcours force le respect.

Il a eu des soucis il y a quelques années pour avoir écrit sous pseudo des critiques élogieuses de ses propres romans mais qui n'a pas fait de bêtises.

J'ai bien envie de lire un de ses romans.

5106be4d

Je voulais aussi mettre mon blog en pause pendant cette période de fêtes car je vais être occupée et, même si je continue à lire, je ne posterai pas.

A 2019

A bientôt

Posté par eoghan à 07:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


21 décembre 2018

58 année 2/ Dror Mishani et " une disparition inquiétante"

Bonjour,

 

une disparition inquiétante

 

Dror Mishani est né en 1975. Il est traducteur mais aussi  spécialiste de l'histoire du roman policier.

Il a écrit une série mettant en scène le policier  Avraham Avraham, série parue d'abord en hébreu à partir de 2011 mais les romans ont été traduits en de nombreuses langues et c'est en suède qu'il a eu un grand succès, son premier roman remportant le prix Martin Beck du meilleur roman policier étranger publié en Suède.

Son épouse est originaire de Pologne et a enseigné à Cambridge. Le couple qui a deux enfants vit désormais à Tel Aviv.

La quatrième de couverture mentionne que l'auteur est le digne successeur de Batya Gour.

Je crois que c'est le premier auteur israélien de romans policiers que je lis et je ne connais pas du tout Batya Gour je l'avoue.

Ce roman est paru en français en 2014 et a reçu un prix du Point,  mais deux autres ont été publiés en 2015 et 2016 qui sont " la violence en embuscade" et " les doutes d'Avraham".

L'histoire :

En ce mercredi, Avraham Avraham est de service et a déjà reçu deux mères venant au commissariat pour des motifs futiles.

La troisième est désemparée et  vient déclarer la disparition de son fils. Elle s'inquiéte car le jeune homme de presque 17 ans n'est pas revenu et a laissé dans sa chambre son téléphone portable dont il ne se sépare jamais.

Avraham pense à une fugue, d'autant que Ofer Sharabi a déjà fugué à deux reprises par le passé pendant quelques heures.

Il interroge la maman mais rien ne permet d'affirmer qu'il s'agit là d'une disparition inquiétante.

Le lendemain, Ofer n'est pas revenu et Avraham, inquiet, lance une procédure de recherche.

Suite à un appel anonyme, une battue est effectuée dans un secteur de dunes.

On suit en parallèle les préoccupations d'un voisin, professeur d'anglais, qui donnait des cours particuliers à l'ado à une époque. Le moins que l'on puisse dire est que ce professeur est un peu étrange.

L'enquête s'enlise et on adjoint à Avraham un jeune inspecteur dont les dents rayent le plancher alors que le commandant doit partir à Bruxelles dans le cadre de la coopération entre services. Il n'aura pas tout perdu mais je n'en dis pas plus...

Mon avis :

Une des choses que j'aime dans les romans policiers est la plongée dans des univers différents de mon quotidien.

Cela peut être une époque différente, victorienne, début du XX ème,  un pays différent, une religion différente, j'avais adoré, par exemple, la série du rabbin de Harry Kemelman.

Si l'auteur est sérieux, on apprend ainsi beaucoup de choses. J'étais d'ailleurs totalement fan de la collection " grands détectives", une collection tout à fait remarquable.

Ici l'intrigue se passe à Tel Aviv, ce qui, en soi, est déjà dépaysant même si l'auteur décrit assez peu son environnement.

Le commandant Avraham Avraham est quelqu'un d'incertain, il est tout à fait qualifié mais est assez peu sûr de lui, il se pose toujours des questions et a beaucoup d'inquiétude. Son passé explique peut être son caractère puisque son père, avocat, a été victime d'une crise cardiaque et se trouve beaucoup diminué et sa mère a été violente avec lui par le passé.

Le roman est passionnant et on est pris par l'histoire de la disparition de ce jeune homme fragile.

Bien sur le commandant n'est pas un super flic, c'est un homme paisible et assez placide, peu communicatif et d'un tempérament inquiet. Un peu monsieur tout le monde avec son passé et ses incertitudes.

Sur le fond il faut cependant admettre que les investigations sont de piètres qualités mais bon...

J'ai beaucoup aimé cette lecture malgré ce petit bémol et j'espère trouver les autres romans de ce même auteur.

A bientôt

 

 

Posté par eoghan à 07:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 décembre 2018

57 Année 2/ Neil Stephenson et "Anathem tome 1"

Bonjour,

anathem

L'auteur :

Il est né en 1959 dans le Maryland et est un auteur de science fiction reconnu, même si je ne connaissais pas du tout son nom. Il faut dire que je ne lis de la science fiction que de loin en loin.

Neil Stepenson a reçu de nombreuses récompenses.

Ce n'est pas anodin d'apprendre que son père était professeur de génie électrique, sa mère professeur de biochimie et qu'il est petit fils d'un professeur de physique. Il fonde une société à l'issue de ses études et cherche à créé un jeu sur le thème du combat à l'épée, jeu qui est l'écho de son roman Samouraï Virtuel.

La société capote faute d'argent.

Il publie de nombreux romans mais je vous renvoie à wikipedia, inutile que je remettre les mêmes choses.

L'histoire :

Je vais beaucoup simplifier ce roman.

Un jeune "moine" fraa Erasmas vit sur la planète Arbre dans ce qui ressemble à un monastère. Il y est arrivé dix ans auparavant.

Quand je dis moine et monastère je me réfère  à la méditation, l'ascetisme et le réflexion et non à la chasteté qui n'est pas de mise en l'espèce, les fraas pouvant parfaitement avoir une relation déclarée avec une soor. De plus l'avôt ( le "moine" ) n'est pas religieux, sa seule religion est la réflexion et la connaissance. Il vit modestement de son labeur contrairement au monde extérieur appelé les extras.

L’organisation est constituée de "maths" qui se distinguent par la périodicité du contact avec le monde extérieur, on trouve ainsi des maths  unétariennes, décénariennes, centenariennes, et millénariennes.

Lors de l'aperte, les avôts ( les fraas) peuvent visiter le monde extérieur. Pour les unétariens, c’est une fois l’an. Pour les décénariens, il faut attendre 10 ans. Pour les centenariens l'ouverture a lieu tout les 100 ans  et, pour les millénariens : 1000 ans. 

C'est à cette occasion que les extras peuvent amener leurs enfants et au contraire des frères redevenir séculiers.

Par ailleurs une discipline stricte s'applique et diverses règles régissent la communauté même s'agissant des plantes cultivées.

Fraa Erasmas appartient à une math décénarienne et on assiste à sa première sortie avec plusieurs de ces amis. Il retrouve une jeune femme qui est membre de sa famille.

Erasmas a 18 ans et est le disciple de fraa Orolo, un homme particulièrement brillant. Si fraa Erasmas est doué, il sait qu'il n'est pas le meilleur de son groupe.

Vers la fin de l'ouverture de la Math au monde extérieur, un couple d'inquisiteurs arrive, l'accès aux télescopes est interdit et Fraa Orolo est chassé de la math.

Fraa Erasmas fait parti d'un groupe devant rallier une autre math mais il décide de retrouver fraa Orolo, il pense que ce dernier a fait une découverte importante.

Son chemin est semé d'embûches.

Mon avis :

J'ai commencé les premières pages et là j'ai eu un problème.

Le roman se déroule sur une autre planète en l'an 3000 et quelques.

Le vocabulaire utilisé est déroutant voire incompréhensible , d'ailleurs je ne comprenais rien, rien du tout. C'est sur, j'étais sur une autre planète.

J'ai commencé à m'inquiéter. 

Puis, et je me souviens que j'en étais à la page 60, j'ai commencé à lire plus aisément. Deux choses l'une ou j'étais subitement devenue plus intelligente, ou le langage s'était simplifié.

Plus vraisemblablement je m'étais faite à ce nouveau monde.

Il faut le savoir, du temps est nécessaire pour appréhender cette histoire.

Au delà du vocabulaire, de longs dialogues émaillent le roman, voire des monologues, souvent assez ardus. Je l'avoue  humblement je n'ai pas toujours tout compris.

Les protagonistes pratiquent une sorte de joute verbale mi philosophique mi mathématiques de nature à permettre à la conscience, l'intelligence de s'éveiller et être ainsi aptes à appréhender certains concepts. c'est dur dur, ne le cachons pas, en tout cas pour moi ça a été dur, je n'ai pas le niveau c'est indéniable hi hi!!

Mais, il n'en demeure pas moins qu'une magie opère... j'ai lu ce roman avec bonheur et je n'arrive même pas à comprendre pourquoi.

J'ai été amusée par la description du monde extérieur avec des personnes assez incultes, profitant de tout le confort mais abruties par les visios ( les vidéos, les films ou l'actualité ne montrant que des choses violentes) .

je vais aller de ce pas me procurer le tome 2 car je n'ai acheté que le premier tome ( je suis prudente) .

Ah oui, j'allais oublier, j'imagine que le traducteur est devenu fou hi hi!!

J'ai une pensée émue pour ses proches qui ont du vivre l'enfer!!

A bientôt

Petite mise à jour : je suis allée chez mon " Leclerc" partie centre culturel et là cata, je n'ai pas trouvé le tome 2!!

C'est terrible!

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par eoghan à 09:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 décembre 2018

56 année 2/ Emma Newman et " Planetfall"

Bonjour,

pla,etfall

J'avais pris ce livre car la quatrième de couverture me paraissait prometteur avec une comparaison avec les romans d'Arthur C Clarke.

L'histoire :

Une population est emmenée par une visionnaire Lee Suh Mi vers une planete lointaine qui serait un nouvel eden.

A cet endroit se trouve un bâtiment étonnant dans lequel Lee Suh Mi a pénétré mais dont elle n'est jamais ressortie.

On ne sait pas vraiment pourquoi et d'ailleurs personne ne semble être allé à sa recherche.

Chaque année on fête l'évenement qui se trouve organisé par la narratrice Renata Ghali.

22 ans plus tard un jeune homme surgit qui ressemble étonnament à Lee Suh Mi. Qui est il et que veut il?

Mon avis ;

J'ai trouvé ça nul et s'il n'y avait pas d'imprimante 3 D on se demande ce que deviendrait cette colonie.

J'avoue que je n'ai rien compris sauf que Lee a été tuée et que Renata se sent coupable!!

J'ai eu du mal à terminer ce roman tellement je le trouvais " lourd", pénible!

Dire que j'ai été déçue, c'est peu dire.

je vous laisse vous faire votre propre opinion.

A bientôt

Posté par eoghan à 07:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 décembre 2018

55 année 2/ Eric Nataf et " Autobiographie d'un virus"

Bonjour,

autobiographie d'un virus

J'ai pris ce roman à la médiathèque avec un roman de science fiction dont je parlerai plus tard même si je l'ai, en réalité, lu avant celui-ci.

Eric Nataf est né en 1960 et il est radiologue de formation, spécialisé en gynecologie. Ensuite il est devenu photographe.

Ce roman date de 2004.

J'ai vu qu'il avait écrit un autre roman " le fils caché de la lune"

L'histoire :

Un homme, Max Journo, raconte ses expériences passées en tant que chercheur.

Alors qu'il avait la trentaine, il était chercheur spécialisé dans le sperme et travaillait dans un CECOS. Il s'agit d'un établissement spécialisé dans le traitement de la stérilité.

Il est confronté, comme ses confrères,  à la recrudescence d'une forme de stérilité chez des patients dont les différents examens ne montrent aucune forme de pathologie, les femmes sont parfaitement aptes à être fécondées et les hommes disposent d'un sperme tout a fait actif mais cependant aucune naissance...

Un couple d'amis vient ainsi faire des examens et rien de notable n'est à signaler. Toutefois, à la suite d'un incident technique, il constate que les spermatozoïdes de l'échantillon présentent une sorte de raideur leur interdisant de modifier leur trajectoire et donc de pénétrer dans les trompes de la femme. Cette pathologie n'était visible qu'à un certain grossissement de l'appareil utilisé ce qui expliquait que cela n'avait jamais été détecté.

L'anomalie est ainsi relevée partout dans le monde avec cependant un pic dans les pays développés. Lors d'une réunion secrete, plusieurs chercheurs apportent leur témoignage.

Max Journo essaie de comprendre l'origine de cette épidémie mais le gouvernement français ne veut même pas évoquer ce dossier faute de budget pour une épidémie qui ne rend pas les gens vraiment malades.

Mais la vérité éclate.

 

Mon avis :

J'avais ce livre à lire et j'avoue que je n'avais guère envie de le commencer. Une fois lancée dans ma lecture je l'ai trouvé vraiment passionnant et je ne m'y attendais pas car souvent les romans français je les lis en dernier, oh j'ai honte mais c'est tout à fait ça!

Une histoire originale. Je l'ai trouvé bien écrit et assez haletant.

Les chercheurs sont assez peu rigoureux quand au secret de leurs recherches, en tout cas, la tête sur l'oreiller...

Mais cela a été pour moi une bonne surprise!

A bientôt

Posté par eoghan à 07:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 décembre 2018

51 52 53 et 54 année 2/ M.C.Beaton , série Agatha Raisin

Bonjour,

Aujourd'hui, après le post sur les cinquante premiers romans de cette année 2 de mon blog, année ayant débutée (comme l'année scolaire) au premier septembre, voici les romans dont je ne ferai aucune critique .

Je les ai lus mais je n'ai pas le courage de faire un résumé.

Je fais donc des posts uniquement pour mémoire.

Je débute cette chronique avec d'autres romans d'Agatha Raisin. Ils sont sympas, je les ai lus avec plaisir mais bon, c'est tout.

J'avais beaucoup aimé les deux ou trois téléfilms que j'avais vus et c'est cela qui m'avait décidé à lire les romans!!

 

images

 

J'ai donc lu :

- sale temps pour les sorcières :

Agatha, après avoir eu les cheveux lavés à la crême dépilatoire, est provisoirement chauve.

Elle va s'installer dans un hôtel vieillot de la cote et se laisse tenter par un remède concocté par la sorcière locale.

Elle lui achète également un philtre d'amour.

Ca marche, ses cheveux repoussent et l'inspecteur Jimmy Jessop tombe amoureux d'elle.

Hélas la sorcière est assassinée.

- Panique au manoir.

Une diseuse de bonne aventure prédit à Adatha qu'elle trouvera l'amour dans je ne sais plus quelle région. Elle décide de louer une maison à Fryfam dans le Norfolk avant de vendre son cottage.

Sur un coup de tête et pour que l'on cesse de dire qu'elle est venue suite à une peine de coeur, elle annonce qu'elle est venue pour écrire un roman policier qui s'intitulera " Panique au manoir".

Elle fait appel à un jeune jardinier pour entretenir le jardin.

Pour rompre sa solitude elle se rend au club de patchwork local.

Agatha se rend compte que des lumières étranges s'agitent au fond de son jardin et un vase en pierre disparaît de sa maison...

Le bruit court que les lumières sont dues aux fées...

Elle est invitée au manoir local habité par Lucy et Tolly. Ce dernier a fait fortune et souhaitait gouter à la vie à la campagne mais son épouse ne rêve que de retourner vivre à Londres.

Un peu plus tard un tableau de valeur est dérobé au couple puis Tolly est assassiné...

- l'enfer de l'amour.

Ca y est, Agatha et James sont mariés mais les choses ne se passent pas vraiment bien. Ils font cottages séparés et Agatha abîme les vêtements de James en voulant les laver, de plus ils se reprochent leurs infidélités réelles ou supposées.

De disputes en disputes, finalement le cottage de James est saccagé et comme ils venaient de se disputer Agatha est presqu'accusée d'avoir fait disparaître James.

Si mes souvenirs sont bons ce dernier a été pris en charge par des amis qui faisaient une croisière et il a été déposé en France. Il se réfugie incognito dans un monastère.

Agatha s'y rend, bien évidemment

- crime et déluge :

Agatha a été abandonnée par son mari qui a décidé de rentrer dans les ordres en France.

De son coté, Charles, le châtelain local qui aidait souvent Agatha dans ses enquêtes et avec lequel elle avait une liaison, s'était marié à Paris, sans même l'inviter. Bref Agatha a le bourdon!!

Elle va passer un séjour qu'elle pense distrayant dans l'ile de Robinson Crusoé.

De retour chez elle, elle découvre qu'elle a un nouveau voisin John Armitage, qui est un écrivain.

Elle s'interesse à la mort de Kylie Stokes à la demande de sa mère et mène l'enquête affublée d'une perruque et de lunettes.

Par hasard elle prête sa perruque à une connaissance qui veut se faire discrète pour retrouver un amour de jeunesse mais il se trouve qu'elle  se fait tuer...

 

Un moment distrayant entre deux autres livres, voici ce qu'ils m'ont procurés. Je pense en avoir lus trop à la file et là je n'en peux plus, je sature.

Pour autant, je ne vous décourage pas de les acheter ou les emprunter car je le redis, ils sont plaisants mais je n'ai pas envie de faire de fiche de lecture.

 

A bientôt

 

Posté par eoghan à 07:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 décembre 2018

50 année 2/ Hjorth et Rosenfeld, Dark secrets tome 3 "la fille muette"

Bonjour,

fille muette

J'avais pris ce roman sans imaginer une seule seconde qu'il s'agissait de la suite de la trilogie dont je vous ai déjà parlé, à savoir Dark secrets.

Imaginez ma satisfaction...

En plus c'est un roman récent paru en octobre 2018...

L'histoire :

Toute une famille, les Carlsten, est assassinée dans la maison qu'elle occupe dans une petite ville située dans les forêts  du Värmland.

Erik, à qui l'enquête est confié fait appel à la brigade criminelle.

Cette dernière se rend compte rapidement, au vu des traces de pas, qu'un autre enfant devait se trouver dans la maison lors du massacre et identifie la survivante comme étant Nicole âgée de 10 ans qui était hébergée par sa tante en raison d'un déplacement professionnel de sa mère.

Nicole a disparu et il faut la retrouver rapidement en raison du froid qui sévit dans la région

L'enfant est retrouvée dans une anfractuosité d'une célèbre grotte proche du lieu des crimes alors que le tueur est déjà sur sa piste.

Nicole est en état de choc et ne parle pas. Elle se raccroche à Sébastian Bergman, qui a réussit à la retrouver en premier. Sébastian, de son coté, s'attache à cette petite fille qui a l'âge qu'aurait eu Sabine, sa fille disparue dans un tsunami. Il la fait dessiner afin qu'elle puisse évacuer le stress subit et découvre qu'elle arrive, par ses dessins, a communiqué et a montré ce qu'elle a vécu en remontant le temps.

Cachée dans un premier temps dans une planque de la police avec sa mère,  elle est localisée par les  journalistes permettant au tueur de finir le travail.

Sébastian se décide à accueillir Nicole et sa mère dans son vaste appartement.

L'enquête se poursuit mettant en évidence un lien avec les projets d'extraction d'une compagnie minière. Les victimes étaient écolos et ne voulaient pas vendre leur maison de famille à la compagnie, paralysant ainsi un important projet et privant les autres voisins de la vente lucrative de leur bien. Un par un les vendeurs potentiels sont sous le feu de l'enquête  pour en arriver à une dénouement inattendu.

Mon avis :

Ce dernier opus m'a donné un sentiment de malaise.

L'enquête vous saisit et on a envie de savoir pourquoi cette famille a été tuée, enfants compris...l'argent, on s'en doute, mais par qui... les possibilités sont nombreuses avec quelques fausses pistes. Le roman est bien fait...

La protection de Nicole laisse quand même à désirer quand on voit que le tueur est sur sa piste. Il n'y a aucune protection lorsqu'elle se trouve chez Sebastian et plus grave on la laisse regarder par la fenêtre alors que les journalistes l'ont photographiée ainsi lorsqu'elle se trouvait dans la planque... donc quelques invraisemblances, mais sinon il n'y aurait plus de roman...

Ce qui me gène est le coté glauque des enquêteurs de cette brigade. Sébastian s'en sort plutôt bien d'ailleurs dans son rôle d'anti héros, je ne dis pas qu'il est sympathique mais il prend de l'épaisseur et n'est plus seulement un coureur de jupons invétéré, c'est mieux.

Par contre, du coté des autres membres de la brigade ce n'est pas terrible.

Ils se mêlent sans arrêt des affaires de leurs collègues au détriment de leur propre travail, ainsi Billy fait une expertise génétique pour prouver que Sébastian est le père de Vanja, cette dernière n'est pas en reste et dévoile la vie privé de Sébastian dans un pur élan de malveillance  et j'oubliais Billy qui devient un vrai psychopathe tueur de chats à ses moments perdus.

On le devinait déjà lors du précédent opus mais là c'est un peu trop hi hi!!

Le chef de cette brigade est un type falôt sans réelle épaisseur, peu impliqué par l'enquête...

Bref tout cela me laisse une impression bizarre, c'est un peu too much!

A bientôt

 

 

Posté par eoghan à 07:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 décembre 2018

49 année 2 / David Lagercrantz et " Indécence manifeste"

Bonjour,

indecence manifeste

Ayant pris Millenium 4, je pense que j'ai emprunté dans la foulée Indécence manifeste du même auteur.

Ce roman est paru en 2016 et je crois qu'il a eu un certain succès.

L'histoire :

Alan Turing est retrouvé mort et tout laisse à penser qu'il s'agit d'un suicide.

Le jeune inspecteur Léonard Corell est chargé de l'enquête sachant qu'il est sous pression car on lui demande de conclure cette enquête sensible dans les plus brefs délais.

Car Alan Turing n'est pas n'importe qui. Il s'agit du brillant scientifique qui a permis, grâce à son " ordinateur" Enigma, de mettre fin prématurément à la guerre de 1945.

Mais cet esprit brillant était aussi un homosexuel à une époque où ceux-ci étaient encore condamnée pour indécence manifeste, ce qui a été le cas de Turing, deux ans avant sa mort.

Mon avis :

Je l'ai emprunté, pensant à un roman policier, ce qu'il n'est pas, enfin pas vraiment.

Donc un bémol...

Les points positifs : une peinture de l'époque qui m'a beaucoup plu.

Alan Turing est un grand méconnu de l'histoire même si, je crois, des livres et films sont parus récemment.

J'ai aimé la figure de l'inspecteur Corell, qui a vécu dans l'opulencence et une vie intellectuelle riche dans son enfance et le début de son adolescence, avant la perte de toute la fortune familiale. Son père, qui était également un écrivain réputé, s'est suicidé et sa mère semble avoir été dépassée par la situation, ne prodiguant aucune affection à son fils.

Corell est un déclassé qui méprise son travail mais est également fasciné par lui. Il finit par se passionner par la vie de Alan Turing et se découvrir dans le même temps.

Il découvre aussi l'homosexualité de sa tante qui l'adore et c'est un grand choc, enfin pour lui car dans le roman, on le devienne rapidement.

On sait par l'épilogue que l'inspecteur Corell change de voie et est l'époux de Julie... j'aurais aimé en savoir plus...

Je pense que c'est typiquement le genre de roman que l'on aime ou déteste. Il a beaucoup de positif selon moi mais j'ai eu le sentiment de rester un peu sur ma faim.

Cependant c'est un roman qui sort complètement du lot et que j'ai beaucoup apprécié et qui m'a donné envie de lire sur cette période de notre histoire.

 

A bientôt

 

 

Posté par eoghan à 07:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,