31 mars 2019

88 année 2/ Jean François Parot et " l'année du volcan"

Bonjour,

 

51LF4yEGI7L

 

 

L'auteur :

Voici un auteur dont j'ai lu, par le passé, plusieurs de ses romans et j'aurais du faire un post lors de son décès en 2018.

Il fait parti des romanciers qui placent leurs intrigues dans une période passée, ici le 18 ème siècle.

Jean-François Parot est né en 1946 et a fait une carrière diplomatique pusqu'il a été ambassadeur de France en Guinée Bissau de 2006 à 2010.

Mais il est surtout connu pour sa série de romans consacrés à Nicolas Le Floch dont j'ai lu plusieurs livres lors de sa sortie dans la collection " Grands détectives" dont j'ai déjà parlé sur ce blog, collection qui m'a permis de connaître de nombreux auteurs de romans policiers français et étrangers.
Ma lecture est donc ancienne et je ne m'en souviens plus trop je l'avoue!!

Une série aurait été tirée de ces romans mais je ne l'ai vue.

L'histoire :

 L'auteur suit un ordre chronologique et c'est un aspect que j'ai apprécié.

Pour ce roman nous sommes en 1983.

Nicolas le Floch est appelé chez la reine, qui souhaite le voir enquêter sur la mort d'un de ses proches, mais lui demande de ne pas en parler en roi, ce qui gène notre commissaire.

Le défunt est le vicomte de Trabard retrouvé piétiné à mort par son cheval. Assez curieusement il s'était rendu nuitamment et pieds nus à l'écurie...

L'enquête met en évidence le fait que la victime était un personnage douteux qui, après avoir dilapidé la fortune de son épouse, disposait  encore de revenus d'origine obscure.

Nicolas Le Floch soupçonne un assassinat dans la mort du comte de Trabard. Ce soupçon est confirmé par la présence dans le corps de la victime d'un sédatif, potion utilisée par son épouse, et par des reliefs de pétards dans le box du cheval. Il remonte jusqu'à un jeune garçon puis au lieu où celui-ci réside. A cet endroit, il met en évidence l'existence d'un atelier de fausse monnaie, essentiellement des pièces étrangères.

Nicolas Le Floch découvre que la reine avait une importante dette de jeu qu'elle ne pouvait assumer. Pour y faire face, elle avait fait appel au défunt. Ce dernier avait demandé au comte de Cagliostro d'aider la souveraine en changeant des pièces d'argent en or.

Cagliostro avait refusé après avoir constaté que les pièces qui lui étaient remises étaient fausses.

Les pistes permettant de découvrir l'assassin sont multiples :

- l'épouse de la victime, pas vraiment désolée de la mort de son conjoint, et dont on ne sait où elle se trouvait lors du décès,

- le maître palefrenier Decroix, qui avait peut être une liaison avec l'épouse,

- le secrétaire de la victime dont le rôle est assez trouble,

- un ordre religieux avide d'argent et qui, du fait de la port du comte de Trabard, peut mettre la main sur le domaine qu'il convoitait...

- un frère jaloux de la réussite de son aîné...

Et bien d'autres encore...

Mon avis :

L'atmosphère est délétère en cette année 1783. Le climat est déplorable peut être en raison de l'éruption volcanique en Islande.

L'air est putride en raison de la présence de souffre dans l'air et de poussières qui recouvrent la France et les morts sont nombreux.

L'ambiance à la Cour du Roi est déplorable : complots, trahison, chantage, malversations diverses et relâchement des moeurs...

L'enquête se laisse lire avec plaisir, la langue est raffinée et l'on s'amuse des nombreuses recettes qui parsèment la lecture ainsi que de la résolution de l'énigme du Turc automate et joueur d'échec.

On est plongée dans les années qui précédent la révolution. L'inspecteur Bourdeau se montre de plus en plus critique envers la société qu'il sert.

On voit apparaître au détour du roman le personnage de Robespierre.

Bref un roman d'excellente qualité, une intrigue plaisante mais surtout une époque bien décrite. Ce que j'ai apprécié est sans doute l'imersion dans le 18 ème siècle et la description du Paris d'alors. Mais j'ai surtout aimé la manière dont l'auteur le fait, par petites touches et sans étaler ses connaissances. C'est rédigé d'une façon très naturelle. Je me souviens d'un roman dans lequel l'auteur avait une connaissance remarquable de Paris mais son livre était alourdi par une sorte de catalogue de descriptions et c'était vraiment lassant.Ce n'est pas le cas ici.


Un livre que j'ai donc beaucoup apprécié et qui me donne envie de lire ou relire les plus anciens romans de cette série. Ayant emprunté  " la pyramide de glace",  soit l'année 1784, je ne lirai les premiers romans qu'un peu plus tard...

A bientôt

 

 

Posté par eoghan à 07:43 - - Permalien [#]
Tags : , ,


28 mars 2019

87 année 2. Leif GW Persson et " la nuit du 28 février"

Bonjour,

 

51PUzcu5mfL

J'ai pris, à la bibliothèque,  deux romans de cet auteur que je ne connaissais pas du tout.

J'ai commencé par celui-ci qui est le premier paru en France mais, après avoir creusé la question, ce n'est pas le premier de l'auteur d'une série mettant en scène un commissaire suédois car il semble que le second que j'ai emprunté a été écrit avant celui-ci même si sa traduction est postérieure.

L'auteur :

Tout d'abord il est né en 1945 en Suède.

Il a été connu en tant que criminologue et a écrit une vingtaine d'essais et d'études.

Mais sa célébrité est due à des romans policiers ayant pour héros le policier Lars Martin Johansson.

Ses romans se rapprochent, selon ce que j'ai lu, de la série dont j'ai parlée il y a peu : les romans qui mettent en scène  Martin Beck et ont été écrit par Maj Sjöwall et Per Wahlöo.

J'ai emprunté ce roman mais aussi " La fête du cochon"

L'histoire :

Un jeune journaliste américain se rend à Stockholm en vue de rédiger un livre. Il se suicide, enfin, ça y ressemble.

Lars Martin Johansson qui est commissaire de police se saisit du dossier et doute du suicide.

Mon avis :

Cela commençait bien avec ce meurtre inexpliqué.

J'ai trouvé amusant l'ambiguité sur le duo qui assiste à la chute du journaliste car c'est écrit de telle manière que l'on pense que c'est un homme âgé et un ado de 13 ans, qui, en plus, y trouve la mort en recevant à l'arrière de la tête la chaussure du suicidé... Mais non il s'agit d'un homme et de son chien.

Puis ça s'est gâté. On passe d'un personnage à l'autre de façon parfois très ( trop ) rapide mais on peut se dire que cela donne de la vicacité au roman.

Ensuite l'auteur use et abuse du décalage entre ce qui est dit et la pensée intime du personnage. ( Je ne sais pas si je m'explique bien)

Par ex on a le dialogue qui est verbalisé puis il y a le "in petto"

Le faire une fois ou deux, pas de souci, mais c'est un usage systématique que j'ai trouvé répétitif puis carrément artificiel...

Ensuite j'ai trouvé ce roman horrible. Aucun des personnages n'a le moindre charme et intérêt. Tous sont soit obsédés sexuels, soit totalement incompétents soit totalement stupides, soit psychopathes ou une part de chacune de ces catégories dans des proportions variables. Cela a rendu ma lecture assez éprouvante, j'ai sans doute besoin de retrouver dans mes romans policiers un personnage pour lequel j'éprouve de la sympathie, du respect, bref un sentiment noble. Bon j'arrête je deviens pompeuse!!

J'ai lu ce livre ( cela m'ennuyait de l'abandonner comme le précédent) mais cela m'a été pénible je dois l'avouer et n'y ai pris aucun plaisir.

Au départ, on a envie de savoir ce qui s'est passé, on passe d'un point de vue à un autre, puis  je me suis ennuyée et j'ai failli m'arrêter, enfin j'ai fini le livre mais je ne l'ai terminé qu'en le lisant en diagonale, c'est honteux non?

Je ne pense pas lire le second livre que j'ai emprunté. Le courage me manque...

Mais comme je le rappelle souvent, notamment avec les livres que je n'ai pas aimé, il faut se faire sa propre idée du roman, d'autant que mon blog a juste pour but de parler de ce que moi j'aime et lis...

A bientôt

 

Posté par eoghan à 08:29 - - Permalien [#]
Tags : , ,

25 mars 2019

86 année 2/ Jo Nesbo et "Macbeth"

Bonjour,

 

51NagISqg0L

 

Je ne vais pas vous infliger un long post aujourd'hui avec ce roman de Jo Nesbo.

L'histoire :

Dans une ville pauvre et misérable on trouve un préfet de police aidé de son second Macbeth et des trafiquants divers et variés qui tirent profit de la misère et des addictions de la population.

Macbeth vit avec Lady, la patronne d'un casino.

Mon avis :

J'ai tellement détesté ce roman que je suis partie avant la fin... enfin j'ai mis prématurément  un terme à ma souffrance en refermant ce roman.

Pourtant j'ai adoré la série des Harry Hole...

Pour être tout à fait juste, j'ai vu que les critiques étaient excellentes donc mieux vaut vous faire votre propre avis...

A bientôt

 

Posté par eoghan à 07:38 - - Permalien [#]
Tags : ,

22 mars 2019

85 année 2/ Michael Connelly et " Two Kind of truth"

Bonjour,

anglais

 

Ce roman est paru en 2017 et je l'ai lu dans sa version originale car je crois qu'il n'a pas encore été traduit.

Ne m'imaginez pas bilingue, pas du tout, je lis à peu près correctement l'américain ( sinon je devine hi hi)  et j'essaye de temps en temps de lire des romans en VO pour justement faire des progrès. Je mets juste un peu plus de temps hi hi!!

L'histoire :

Harry Bosch est chargé des colds cases de San Fernando petite ville située au milieu de Los Angeles,  elle est enclavée par cette grande agglomération. C'est à Los Angeles que Harry a fait toute sa carrière avant de prendre sa retraite.

Sa fille est désormais étudiante et Harry a choisi de reprendre du service.

Harry est chargé dans un premier temps d'une affaire de disparition qui a beaucoup perturbé son chef actuel, persuadé que Esmeralda Tavares a été victime des violences de son conjoint.

Mais une violente agression a lieu en ville et Harry, sans être chargé directement du dossier qui revient en fait à Lourdes, doit coordonner les investigations compte tenu de sa grande expérience en matière de crimes.

L'agression s'est déroulé dans un petite pharmacie : the Familia.

Les victimes sont José Esquivel sénior et José Esquivel junior qui venait de sortir de l'école de pharmacie. L'enregistrement vidéo montre qu'il s'agit d'une exécution  menée par des professionnels.

Rapidement l'enquête s'oriente vers un trafic de pilules compte tenu d'un signalement qu'aurait fait le fils à l'autorité de la santé. En se renseignant sur cette plainte, Bosch retrouve un de ses anciens co-équipier, Edgar.

Le FBI lui demande de s'infiltrer dans l'organisation.

Par ailleurs un détenu qui se trouve dans le couloir de la mort fait état d'une erreur judiciaire compte tenu des aveux d'un autre détenu. Il affirme que Bosch, depuis peu à la "crim", a mis délibérément une preuve l'incriminant. L'ADN retrouvé sur un vêtement de la victime semble lui donner raison.

Peu soutenu par ses anciens collègues, Bosch doit se défendre seul, enfin presque puisque son demi-frère lui vient en aide et les qualités d'avocat de Me Haller ne sont plus à démontrer même s'il emploie parfois des chemins de traverse.

Mon avis :

Le roman est avec du suspens et on ne le lâche pas avant la fin. Trois intrigues se mélange :

- le double meurtre dans la pharmacie et le travail en infiltration de Bosch,

- la possible mise en liberté d'un homme que Harry a contribué à arrêter trente ans auparavant et la remise en cause de l'intégrité de l'inspecteur,

- la disparition d'une femme, Esmeralda Tavares.

Une écriture dépouillée et une intrigue qui nous maintient en haleine sont les points positifs de ce roman.

Mais, car il y a un Mais, il y a beaucoup d'invraisemblance dans ce roman et, pour moi, c'est loin d'être le meilleur de son auteur que j'ai trouvé plus inspiré dans d'autres de ses oeuvres.

Maintenant, c'est toujours avec plaisir que l'on retrouve Harry et je n'ai pas boudé ma joie de lire cette dernière intrigue.

A bientôt

l

Posté par eoghan à 08:10 - - Permalien [#]
Tags : , ,

19 mars 2019

84 année 2/ Peter F. Hamilton et "Salvation"

Bonjour,

Les-portes-de-la-delivrance

De la science fiction aujourd'hui avec le premier volume d'une nouvelle saga de Peter F. Hamilton que je ne connaissais pas.

J'avoue que je n'avais pas vu qu'il s'agissait d'un premier volume, les autres ne sont pas parus me semble-t-il.

J'ai d'ailleurs regardé à ma médiatheque, je n'ai pas trouvé ses  romans antérieurs, dommage car j'aurais bien poursuivi ma lecture de cet auteur.

L'histoire :

Le roman alterne entre deux époques.

D'une part l'année 2204. A cette époque une épave d'engin extra- terrestre est découvert dans un endroit assez aride et désolé dans une partie lointaine de l'espace non encore exploité par les humains.

Plusieurs personnes sont chargées d'aller explorer ce véhicule qui comporte un cerveau, des restes humains maintenus en vie et le corps de ce qui semble à première vue être un humain.

La porte ouverte de ce véhicule laisse supposer qu'il y avait un membre de l'équipage qui a pu partir.

Les différents membres de cette expédition racontent leurs expériences passées et parfois leurs oppositions ou différends passées.

D'autre part, un futur très lointain semble-t-il.

L'action se déroule en effet un autre temps et un autre lieu qui n'est pas clairement daté.

Des générations d'humains génétiquement modifiés sont entraînés et même sur-entraînés afin d'aller combattre un ennemi qui les repère à partir des ondes émises et les poursuit depuis des générations.

Ils ont leurs peines et leurs joies mais ont un destin à accomplir pour lequel ils sont durement formés.

On comprend rapidement que l'humanité a été en grande partie détruite, quelques survivants ayant réussi à embarquer dans d'immenses vaisseaux. Ils sont arrivés sur la planète où il a été décidé de rester sous les radars de leur ennemi en premier lieu et de commencer la lutte dans un second temps.

Le roman se placent au moment où tous les jeunes sont pratiquement formés. Les plus anciens ont déjà embarqués dans des vaisseaux générationnels plusieurs années auparavant.

Il ne reste que les formateurs et l'encadrement si on peut dire. Une fois les jeunes formés, on les voit embarquer dans les vaisseaux de combat alors que les plus agés des formateurs partent eux aussi dans le dernier vaisseau générationnels. Hélas, ce tome 1 s'arrête ici et moi je sanglote de ne pas avoir la suite !!

A travers ces deux histoires qui s'entrecroisent, on découvre que l'être humain en 2204 a pu terraformer de nombreuses planètes afin de s'y installer ou récupérer les matières premières. Les humains sont devenus presqu'immortels avec l'aide des cellules K ( je ne suis plus sûre) des cellules que le peuple Olyix leur vend en échange de carburant pour poursuivre leur voyage vers l'origine du monde. Les Olyix sont un peuple extra terrestre qui semblent pacifistes et poursuivre essentiellement un but religieux.

A travers plusieurs expériences des membres de l'expédition, on a des doutes sur le but réel que poursuivent les Olyix.

Mon avis :

Plusieurs histoires sont imbriquées. Au début on se demande où on va... mais finalement même s'il y a quelques longueurs, on est pris par l'histoire qui est haletante... C'est là que je comprends le terme de "space opera", il y a de l'élan, du souffle épique et... et... pas de suite...

Vous avez compris, j'ai adoré et c'est comme ça que je me suis rendue compte que le tome 2 n'était pas sorti, on nous laisse au milieu du guè !!

Une chose est sûre, désormais je ne lirais les sagas, (ici j'ai lu que c'était une trilogie), lorsque j'aurais tous les livres en main car c'est trop insupportable.

En plus je ne peux pas emprunter d'autres livres de cet auteur car il n'y en a pas dans ma médiathèque qui a pourtant acheté les livres de Neal Stephenson pourtant très hermétiques!!

Revenons à ce roman. J'ai aimé les portails permettant d'aller dans d'autres endroits... de la planète ou d'autres planètes. Effet secondaire la disparition de l'hébergement de tourisme puisque l'on peut aller à un endroit lointain ( travailler ou se promener) et revenir chez soi dans la même journée.

Autre chose amusante : les personnes fortunées pouvant avoir un logement dont la cuisine est par en ex France ( gourmandise oblige), la chambre à coucher sur Mars et le salon avec vue sur les montagnes. J'aimerais avoir un tel logement hi hi.

Il y a des trouvailles et j'ai beaucoup aimé ce livre.

A bientôt

 

Posté par eoghan à 08:50 - - Permalien [#]
Tags : , ,


16 mars 2019

83 année 2 / M.C.Beaton et "Le noël d'Agatha"

Bonjour,

agatha-raisin-enquete-hs-le-noel-d-agatha-1153134-264-432

Aujourd'hui une petite nouvelle mettant en scène Agatha Raisin.

Je l'ai trouvée dans le libre service de la bibli.

L'histoire :

Agatha décide d'inviter les personnes âgées solitaires de son village.

Elle fait appel au traiteur sauf pour le pudding, qui n'est d'ailleurs pas un délice vu les mouches qui l'entourent.

Mais bon, la distribution des cadeaux est une réussite ainsi que l'essentiel du repas, dessert excepté puisque l'un des invités le reçoit sur la tête et meurt.

Je ne sais pas trop à quel moment se place le livre car l'ex mari d'Agatha est présent et elle a déjà ouvert son agence de détective privé...

Mon avis :

Intrigue très mince.

Je ne suis pas une fan des nouvelles car l'art de la nouvelle est délicat.

Souvent je suis déçue et celle-ci est médiocre à mon humble avis.

Apparemment c'était un livre offert mais cela n'excuse pas tout!!

A bientôt

Posté par eoghan à 07:28 - - Permalien [#]
Tags : , ,

12 mars 2019

82 année 2/ Lina Bengtsdotter et " Annabelle"

Bonjour,

 

Aujourd'hui ma fiche de lecture sera consacrée à un roman " Annabelle', premier roman de Lina Bentsdotter, une jeune femme dans la trentaine d'après sa photo et vivant avec sa famille à Stockholm.

J'ai obtenu ce roman lors de l'opération " Masse critique" de Babelio et c'est bien la première fois que je gagne quelque chose. Je remercie ceux qui s'occupent de cette opération, je n'y croyais pas !!

D'un autre coté, je peux acheter mes livres, enfin ceux que je n'emprunte pas... mais ça fait quand même vraiment plaisir, comme un gosse qui a un nouveau joujou!!

Je le précise que ma fiche de lecture n'est pas influencée par le fait d'avoir reçu ce livre même si j'en ai été ravie, je ne vais pas le cacher hi hi!! Je n'en reviens d'ailleurs pas!!

Ma contrepartie est de fournir une critique dans les 30 jours de la réception du roman, ce qui me paraît tout à fait honnête, même si je me sens pas trop à la hauteur !!

 

L'auteur :

Lina Bengtsdotter, dont je n'ai pas trouvé la date de naissance, est une jeune femme qui a grandi à Gullspång, en Suède.

Elle a vécu au Royaume-Uni, en Italie et maintenant à proximité de  Stockholm.

Elle enseigne le suédois et la psychologie. 

Ce roman est son premier roman et il a été fort apprécié en  Suède .

 

L'histoire :

 Annabelle, jeune fille de 17 ans, participe à une fête bien arrosée dans le cadre d'une ancienne épicerie de village. C'est le lieu où se retrouve tous les jeunes de la ville.

Sa mère, Nora,  lui impose de respecter des horaires strictes aussi, malgré ses réticences, Annabelle prend le chemin du retour vers son domicile. Toutefois elle n'arrivera jamais chez elle.

Son père est envoyé à sa recherche à l'épicerie mais personne ne peut lui dire à quel moment sa fille en est repartie, même sa plus proche amie Rebecka.

C'est dans ce contexte que Charlie Lager , jeune trentenaire, est chargée de l'enquête avec son adjoint Anders. Si ce dernier est un jeune papa menant une vie calme auprès de sa femme, Charlie s'alcoolise périodiquement.

Il s'agit là d'une enquête particulière pour Charlie, qui a quitté Güllspäng à l'âge de 14 ans et n'y est jamais retournée alors qu'elle y possède toujours la maison de sa mère.

Le roman mène de front l'enquête policière actuelle, les derniers jours d'Annabelle, l'histoire personnelle de Charlie ainsi que celle plus mystérieuse de deux enfants Rosa et Alice.

Sur place, Charlie retrouve Suzanne, sa meilleure amie à l'époque avec laquelle elle a fait les 400 coups, buvant beaucoup trop malgré leur jeune âge.

L'enquête sur la disparition d'Annabelle montre que cette dernière avait quitté son petit ami et qu'elle semblait avoir une liaison avec un homme plus âgé.

Mon avis :

J'ai été emportée, dès le début du roman, par une intrigue qui m'a tenue en haleine.

J'en suis presque arrivée à remercier la grippe qui m'avait clouée au lit, justifiant ainsi que je me ménage, en lisant jusqu'à plus soif!!

Ce que j'aime dans un roman, c'est l'histoire.  Après on peut apprécier l'écriture, le style mais je ne suis pas prof de littérature et  moi ce que j'aime c'est que l'on me raconte une histoire qui me fait plonger dans une autre dimension. Et là l'objectif est parfaitement rempli. J'avais hâte de savoir ce qui était arrivé à cette jeune fille intelligente mais jouant dangereusement avec le feu.

Bien sûr, élément indissociable de ma lecture est la personnalité de Charlie car on veut la connaître mieux mais aussi comprendre ce qui l'a tant meurtri.  On la suit dans son enquête et dans ses addictions. On s'interroge sur la personnalité fantasque de sa mère.

Quel est le lien avec le drame actuel de la relation fusionnelle de deux enfants Rosa et Alice, qui apparaît en filigrane tout au long  du roman et accroît le mystère.

Autre "personnage" clef du roman: Güllspäng, cette ville oubliée de tous où il n'y a rien pour les jeunes et où ceux-ci n'ont que l'alcool et la drogue pour tout dérivatif.

Que dire de ce roman : il est excellent et là perso, je flippe un peu car cela m'inquiéte de le trouver si bon, pour un peu vous allez penser que l'on m'a achetée. Ce n'est pas le cas, je vous rassure hi hi

Posté par eoghan à 07:15 - - Permalien [#]
Tags : ,

09 mars 2019

81 année 2/ Pieter Aspe et " Bas les masques"

Bonjour,

51PrNcUbqlL

 

J'ai eu une forte grippe et pendant ma convalescence j'ai lu ce roman afin de me distraire quelque peu...

L'histoire :

Une jeune femme Katja est assassinée pendant les festivités du carnaval à Blankenberge.

Elle était très libre et sortait avec plusieurs hommes mais pas avec Joris qui, pourtant, était fou d'elle.

Le dernier soir de sa vie, Katja avait retrouvé Joris. Ce dernier a disparu et sa mère Marylies ne sait pas du tout où il se trouve.

Une personne étrange sa maman qui ne veut pas avouer le nom du père du jeune homme. L'inspecteur local Luc Catrysse, connaît bien des secrets et a toujours été amoureux de Marylies mais lui aussi se tait dans la mesure du possible.

Erwin Nolens l'amant de Katja dispose d'un alibi qui lui est donné par  l’homme d’affaires Benjamin Vermeersch. 

Van In et Hannelore vont  en Angleterre après avoir appris qu'un précédent enfant de Mme Mareel y a été adopté. Il s'agit de Benjamin Vermeersch…

L’enquête est complexe avec enlévements, rançons, secrets de famille, prostitution et cela finit mal!!

Mon avis :

C'est plus sanglant que d'autres polars de Pieter Aspe et le rebondissement final est impressionnant. J'ai passé un bon moment de lecture.

Aspe picole, critique les femmes et est parfois impossible mais on l'adore ainsi!!

Hannelore voudrait reprendre ses études ce qui inquiéte fort son mari pas doué pour s'occuper de l'intendance de la maison en son absence.

Un bon épisode que je recommande.

A bientôt

 

 

Posté par eoghan à 07:39 - - Permalien [#]
Tags : , ,

06 mars 2019

80 année 2 / Sjöwall et Wahlöö " les terroristes"

Bonjour,

000436306

Il s'agit ici du dernier volume de la série du Roman d'un crime. Per Wahlöö est décédé juste à la fin du roman et sa femme n'a jamais repris le flambeau.

 

L'histoire :

Martin Beck est appelé comme témoin par un avocat un peu étrange surnommé Pétard. Il s'agit de juger une fragile jeune femme un peu simple qui a pénétré dans une banque avec son bébé et qui est accusée de braquage. La caissière voyant son couteau attaché à sa ceinture dans le dos lui a remis tout l'argent dont elle disposait.

Grâce à Pétard et à la médiocrité de la procédure, Rebecka est remise en liberte et retourne à sa vie précaire avec Camilla dont le père retourné aux USA n'a plus donné signe de vie.

Beck, de son coté, est chargé du meurtre d'un magnat du porno. La réalité de la constitution de la fortune de cet homme est bien sordide...

Beck est  également nommé à la tête d'un commando spécial changé de la protection d'un sénateur en visite officielle en Suède. Il se trouve que Gunvald Larsson avait été envoyé peu de temps auparavant en voyage d'étude dans un port en Amérique du Sud ( je ne sais plus de quel pays mais on y parle portugais, langue maîtrisée par Gunvald) afin d'analyser les procédures de sécurité. Hélas le tout s'était terminé par la mort de la personnalité et la perte d'un superbe costume neuf.

L'épisode de la désignation de Gunvald pour cette mission est d'ailleurs une bon moment de lecture.

La venue du sénateur américain met tout le monde sur les dents mais Gunvald était resté sur les lieux de l'attentat pour se faire refaire un costume mais aussi analyser les différents éléments de celui-ci. Il est persuadé qu'une équipe est impliquée dans plusieurs attentats sur un plan mondial et qu'elle arrive bien avant les visites afin de peaufiner sa technique.

Il a raison car Reinhard Heydt et deux japonais sont en train de monter leurs bombes.

Bref Beck et son équipe maîtrisent la situation mais ce qu'ils n'ont pas prévu, n'était pas en charge de la partie protection rapprochée est la mort du premier ministre assassiné par Rebecka qui vient d'apprendre le suicide du père de sa fille.

Ils arrivent à arrêter les deux japonais mais reste à attraper Reynhard..

Mon avis :

Je suis partagée sur ce dernier roman.

L'intrigue est bonne, entre la triste histoire de Rebecka et de son mari, le meurtre du roi du porno, on constate que la désagrégation de la société suédoise est bien engagée.

Maintenant on tombe quand même dans les clichés avec la personnalité de la jeune femme qui ne comprend pas le fonctionnement de la société et va à la banque chercher ce dont elle a besoin ... cultive ses aliments bios, c'est un peu too much à mon avis.

Moi qui pensait à cette époque que la société suédoise était particulièrement protectrice pour ses ressortissants, manifestement je faisais erreur.

Reste l'affaire du groupe terroriste qui est bien menée.

Ce que j'ai moins aimé est le verbiage qui encombre parfois le roman et de considérations de plus en plus politiques. Ce n'est pas le roman que j'ai apprécié le plus mais il clôt la série.

A bientôt

 

Posté par eoghan à 07:15 - - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 mars 2019

79 année 2/ Sjöwall et Wahlöo " L'assassin de l'agent de police"

Bonjour,

l'assassin

Je poursuis ma série créée par le couple presque mythique constitué par Maj Sjöwall et Per Wahlöo par ce volume 9 dont je n'ai pas gardé le souvenir me semble-t-il.

C'est curieux,  mais je commence juste à lire les premières pages...

En fait, je reviens sur ce que j'ai dit ou plutôt écrit, je me souviens tout à fait de la trame de ce roman ...

Lors du volume 7, Beck était plutôt mal en point puisqu'il s'était pris une balle en pleine poitrine et avait été ramené  par Kollberg pendant que Gunvall Larsson maîtrisait le forcené au péril de sa vie.

Il a repris le travail dans le volume 8 et est maintenant tout à fait remis.

En lisant, je me dis que le décès de Per Wahlöo juste au moment du volume 10 a été une grande perte...

L'histoire :

Dans ce roman, on assiste, dès les premières pages au meurtre d'une femme d'une petite quarantaine d'années par un homme qu'elle connaît bien. Son assassin dissimule le corps dans un endroit isolé de la région où il l'a emmenée.

Cela se passe dans une petite localité, Anderslöv, sous-section du district de Trelleborg,  au bord de la Baltique à l'extremite sud de la Suède, pas très loin de Malmö.

L'enquete démarre suite à la disparition inexpliquée de cette femme, Sigbrit Märd, qui n'était pas venue rechercher comme prévu le véhicule qu'elle avait laissé en révision chez son garagiste.

Martin Beck, chef de la police criminelle, est appelé à la rescousse par le chef de la police locale, Nöjd, avec lequel l'entente est immédiate.

Le contexte est  particulier car le voisin de Sigbrit n'est autre que Bengtsson Folke.

Là vous vous demandez qui est Folke... mais si vous le connaissez, même si neuf ans ont passé depuis son arrestation...Je vais vous aidez, il s'agit de l'assassin de Roseanna. Il travaillait dans une imprimerie et il a fallu lui tendre un piège pour arriver à l'arrêter.

Bref, neuf ans plus tard ( et même avant) il est libre, il semble que la justice ait trouvé les pièces du dossier assez faibles.

Folke s'est donc installé dans ue maison où il élève des poules et pêche pour faire du hareng fumé qu'il vend à un prix raisonnable.

Le jour de la disparition de Sigbrit,  cette dernière lui avait demandé de lui apporter des oeufs, alors que tous deux se trouvaient à la poste.

Puis un témoin, Signe, assez peu fiable d'ailleurs, indique avoir vu Folke arrêter son camion à hauteur de Sigbrit, sans doute pour lui proposer de la ramener puisqu'elle se trouvait sans véhicule.

Un autre personnage fait également sa réapparition dans ce roman, il s'agit d'une journaliste qui se fait désormais appelé Boman et qui était responsable de la mort de " l'homme qui partit en fumée".

Beck et Kollberg lui donnent un coup de main et des infos car ils se sentent un peu responsables de sa condamnation.

L'enquête n'est pas si simple car Folke ne coopére pas et peu de choses le relie à la victime.

Beck se tourne également vers l'ex-mari de Sigbrit, un capitaine au long cours alcoolique et parfois violent qui n'hésitait pas à frapper sa femme.

Cette enquête se déroule en outre dans un contexte particulier car la police suédoise est détestée par la population en raison de ses violences et de son arbitraire tout en coûtant trois fois plus qu'un policier norvégien ou danois.

Alors que Beck ne souhaite pas arrêter Folke, faute de preuve, il reçoit l'ordre de procéder immédiatement à son interpellation.

La maison et son jardin sont fouillés en vain.

La fouille de la maison de Sigbrit ne donne pas grand chose à l'exception de deux mots signés Kaj et d'un calendrier portant un K de nombreux jeudis pour l'essentiel.

Des randonneurs effectuant le tour d'un lac découvrent un corps enfoui dans une tourbière.

Il n'y a pas beaucoup d'indices à part un morceau de poitrine d'oie fumée laissé sans doute par des randonneurs et un chiffon ramassé par Nöjd.

Certains vêtements sont intacts et d'autres arrachés. Beck en déduit que la victime a enlevé elle-même son chemisier et son manteau laissant supposer qu'elle a suivi son meurtrier de son plein gré.

Kollberg n'apprécie pas de devoir faire cette enquête.

Mais après l'arrestation de Folke, Kollberg est appelé sur une autre enquête dirigée cette fois par Malm, un incapable.

Le chiffon retrouvé sur place donne une nouvelle piste.

 

Mon avis :

Les déméles de Nöjd avec le pseudo témoin Signe, sont trop drôles...

J'ai apprécié de voir revenir au premier plan Boman et Folke.

Ce que j'aime le moins ( je plaisante) c'est tout ces Ö et Ä que je dois écrire à tout moment hi hi!! Il faut reconnaître que les noms ne sont pas faciles à mémoriser!!!

Deux, trois intrigues se mêlent dans cette histoire puisque Beck, au tout début, poursuit un cambrioleur Limpan, puis un policier décéde dans une arrestation et l'un des jeunes en fuite se réfugie chez une amie qui est la compagne de Limpan. La grosse artillerie est mise en place pour arrêter ce tueur de flic mais Kollberg arrive à l'arrêter en douceur avant de démissionner.

Un roman plus vif que les précédents et assez sombre quant à l'analyse des failles de la police suédois et du modèle économique de ce pays qui engendre corruption et pauvreté.

A bientôt

 

 

 

Posté par eoghan à 08:54 - - Permalien [#]
Tags : , , ,