Bonjour,

index

J'ai emprunté à la bibli un roman de Patricia Cornwell, j'avoue que je ne les achète plus ayant souvent été déçue par les derniers que j'ai achetés.

Pourtant " Postmortem" fait parti de mes livres policiers préférés...quel roman et quel talent mais hélas les suivants n'ont pas été du même niveau, je précise qu'il ne s'agit là que d'une opinion toute personnelle.

Par ce blog, je me contente d'indiquer mes lectures et ce que j'ai aimé ou pas, je ne prétends pas à l'exhautivité d'un critique professionnel.

Quelqu'un m'a laissé un commentaire il y a quelque temps estimant que mes écrits sur je ne sais quel livre ne l'aidait pas...  j'ai été amusée, la personne a juste oublié que mon blog n'avait pas pour but d'aider qui que ce soit dans ses choix mais reflétait uniquement mon opinion, c'est un peu mon journal intime de mes lectures.

Mais revenons à " Chaos"

 

L'histoire :

 

Il fait une chaleur torride et Kay Scarpetta a quitté son véhicule conduit par Bryce.

Un appel anonyme à la police fait état d'un esclandre qu'elle aurait fait en pleine ville aboutissant à une giffle donnée à un homme que l'on peut supposer être Bryce.

Marino prévient immédiatement Scarpetta. S'en suit un dialogue assez improbable...

Le soir Kay Scarpetta et son mari Benton, désormais installés à Boston,  vont manger en ville comme chaque mercredi mais ils doivent ensuite aller chercher la soeur de Kay à l'aéroport.

Je vous passe toute la logorrhée sur les sentiments de Scarpetta à l'endroit de sa soeur...

Finalement rien n'aura lieu comme prévu car l'avion est retardé et  Kay est appelée sur les lieux d'un meurtre. Il s'agit d'une jeune cycliste et Kay se demande s'il s'agit de la jeune britannique qu'elle a aperçue à deux reprises pendant ses pérégrinations de l'après midi.

Le meurtre a eu lieu dans un parc et il convient de monter une tente afin de préserver le corps de la curiosité morbide des badauds.

Cela prendra un certain temps, énormément de temps.

Mon avis :

Patricia Cornwell est un auteur extraordinaire, arriver à 240 pages pour ne rien dire, c'est admirable!!

Les 90 premières pages ( sur moins de 400) peuvent se résumer ainsi : Kay se dispute avec Bryce, part faire des achats et va ensuite manger avec Benton. L'incident avec Bryce est signalé à la police.

Puis une cycliste est retrouvée morte : accident ou agression, il se trouve qu'il s'agit de la jeune femme que Scarpetta a croisé à deux reprises.

Bien sûr le tout est enrobé des états d'âme de Kay, de Benton, de merveilleux tableaux et de moquettes moelleuses, de la beauté et de l'élégance de Benton et du coté macho de Marino qui a tout les défauts. Et puis le montage de la tente pour protéger les lieux qui prend un temps fou. On arrive ainsi à la page 240 sans même avoir d'info sur le corps.

A ce stade je me suis dit qu'il fallait que je tienne le coup hi hi !

L'histoire n'avance pas, on a droit à des resucées des histoires perpétuellement rabâchées de roman en roman : Gretchen et ses acolytes, Lucy et ses malheurs, ses voitures, ses hélicos, la soeur de Kay et son égoïsme, les complots dont font l'objet Kay et ses proches.

De plus j'ai le sentiment que les mêmes choses sont reprises à divers endroit sous une forme un peu modifiée. Comment l'expliquer mieux?

Un exemple :

Si elle parle à un endroit de la couleur blanche ( un exemple) ,  trois pages plus loin elle en reparle en expliquant qu'avec l'obscurité cela paraît être presque gris; encore plus loin, qu'avec la lumière de sa torche on a l'impression que c'est jaune... de ce fait la simple couleur blanche ( c'est un exemple) peut être reprise de multiples fois, cela ne fait pas avancer l'intrigue mais cela remplit des pages et des pages..

Eh bien c'est exactement l'impression que me fait ce livre.

Ce n'est que mon avis et il appartient à chacun de se faire son idée mais ce roman est, hélas, d'une totale médiocrité, j'ai cru périr d'ennui!

Comme disent ( ou disaient, je ne suis sans doute plus dans le coup) les jeunes, c'est une daube intégrale!

Je suis surprise qu'un éditeur puisse encore publier les romans de Patricia Cornwell mais je suppose que le seul nom de l'auteur suffit.

Ouf je ne les achète plus, c'est déjà ça!!

 

A bientôt