10 août 2018

133/ Anne Perry et " un traitre à Kensington Palace

Bonjour,

Un-traitre-a-Kensington-Palace

Je ne présente plus Anne Perry dont j'ai déjà parlé à plusieurs occasions.

J'ai lu récemment ce roman et j'avais oublié d'en faire la fiche de lecture.

Il a été publié début 2017.

L'histoire :

Depuis ma dernière lecture, Pitt est devenu commandant et dirige la Special Branch chargé du contre espionnage.

Il est appelé par la reine Victoria pour une mission discréte.

Victoria est désormais âgée et sait que le prince de Galles devrait bientôt lui succéder. Elle s'inquiéte de son entourage et demande à une vieil ami, John Halbert, de se renseigner sur l'un de ceux-ci.

Mais Halbert, qui lui indique venir prochainement lui faire son rapport, est retrouvé mort noyé. On parle dans un premier temps d'un décès accidentel suite à un rendez vous avec une femme aux moeurs lègères mais la reine souhaite avoir des certitudes.

Pitt se voit confier cette tâche délicate : enquêter dans l'environnement du prince de Galles et faire la lumière sur le décès de Halbert sur lequel courent déjà des rumeurs.

Il est aidé, un peu contre son gré, par Charlotte et Emilie car il se doit de maintenir le secret de ses investigations.

Pitt a des états d'âme car il est obligé d'employer des moyens qu'il réprouve pour faire toute la lumière sur l'affaire et la façon dont il règle la question ( je n'en dirais pas plus) montre qu'il a beaucoup évolué

Mon avis :

Une intrigue intéressante en cette fin de règne de la reine Victoria.

L'évolution de Pitt est également tout aussi passionnante et bien sûr la peinture de l'époque, perso, j'adore!!

Pitt règle le problème qui lui a été soumis d'une façon qu'il n'aurait pas apprécié à ses débuts!

Je ne l'aurais pas cru mais je me rend compte que j'aime les romans policiers "historiques", enfin dont l'intrigue se situe dans des époques bien éloignées de nos préoccupations mais, d'ailleurs, est ce si éloigné que cela...

Un roman que j'ai beaucoup apprécié, dont l'intrigue est assez dense et qui a le charme d'une époque révolue.

Je trouve que les romans d'Anne Perry sont d'une grande qualité malgré sa prolixité.

A bientôt

Posté par eoghan à 07:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


20 avril 2018

78/ Anne Perry et " la marque de Caïn"

Bonjour,

 

51B5NS1KHWL

 

J'ai voulu lire la suite du roman "des âmes noires" pour savoir comment évoluer les relations entre Monk et Hester.

L'histoire :

Monk est toujours détective privé subventionné par lady Callandra qui adore suivre ses enquêtes.

Une cliente, Genevieve Stonefield,  se présente à son bureau dans le plus grand désarroi car son mari Angus a disparu et elle pense que son jumeau Caleb est sans doute à l'origine de cette disparition qu'elle pense fatale.

Angus, qui jouit d'une excellente situation,  s'est rendu dans les bas fonds de Londres ou son frère jumeau vit et il n'est jamais revenu.

Geneviève, qui a cinq enfants à charge, est très inquiète quant à l'avenir de sa famille.

Par ailleurs une épidémie de typhoïde ravage les quartiers populaires de la ville et Hester a mis en place un site permettant d'accueillir les malades.

Elle y rencontre des victimes d'un homme extrêmement violent qui s'appelle Caleb Stone.

Mon avis :

J'ai eu le tort de lire la suite d'un roman lu il y a peu de temps car certaines descriptions étaient déjà dans le livre précédent et cela a gâché un peu ma lecture.

La description de la situation sanitaire de certains quartier de Londres et la misère que l'on laissait se développer ont rendu le roman tout à fait intéressant comme toujours chez Anne Perry.

Le seul bémol est que j'ai deviné assez rapidement la trame de cette intrigue même si cela n'a pas vraiment nui au plaisir de ma lecture.

A bientôt

 

 

Posté par eoghan à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 avril 2018

76/ Anne Perry et " Des ames noires"

Bonjour,

 

des ames noires

 

Si j'ai lu beaucoup des romans mettant en scène l'inspecteur Pitt, ce n'est pas la même chose s'agissant de Monk, autre figure des romans d'Anne Perry.

J'apprécie beaucoup cet auteur. Ses romans sont dépaysants et j'aime ça.

 

L'histoire :

Ce doit être un roman parmi les premiers de la série.

J'ai parfois du mal à déterminer l'ordre des romans lorsque je les emprunte et j'avoue que cela m'agace.

Hester, infirmière, qui revient de la guerre de Crimée où elle avait été formée par la célèbre Florence Nightingale, retrouve son pays depuis quelques mois.

Son père a eu des revers de fortune et s'est suicidé, son jeune frère est mort en Crimée et sa mère est morte de chagrin.

Son frère aîné est marié avec Imogen et tente de se maintenir dans la société.

Hester est donc seule pour subvenir à ses besoins, refusant d'être accueillie par son frère et cantonnée aux activités féminines de l'époque.

C'est ainsi qu'elle propose ses services d'infirmière. Elle enchaîne ce que nous appellerions aujourd'hui des missions de travail temporaire.

Elle est ainsi amenée à servir pendant quelques jours d'accompagnatrice à Mary Farraline dont la famille a fondé à Edinbourg  une maison d'imprimerie de livres d'une grande notoriété. Mary est veuve et doit se rendre chez sa fille à Londres pour la soutenir dans les derniers mois de sa grossesse.

Hester s'est rendue en train à Edimbourg, ville ou réside sa patiente.

On lui remet une petite mallette comportant les fioles d'un médicament qu'elle doit administrer à mary Farraline chaque soir vers 23 h.

Lors du trajet de nuit en train, les deux femmes bavardent agréablement et Hester fait boire la première potion à Mary. Elle se rend alors compte que l'une des fioles est déjà vide.

Après quelques heures de sommeil et juste avant l'arrivée à Londres, Hester, réveillée par le contrôleur,  constate le décès de Mary.

Bouleversée, Hester se rend chez lady Callandra qui l'accueille et l'héberge. En défaisant ses bagages, Hester constate qu'une broche de grande valeur se trouve parmi ses effets. Elle contacte Monk devenu détective privé, puis sur ses conseils, le célèbre avocat à la Cour Olivier Rathbone. Malgré ses démarches, elle est rapidement arrêtée pour vol puis pour meurtre.

Monk méne l'enquête à Edimbourg.

Mais il rencontre beaucoup de difficultés à trouver un mobile du meurtre et donc un coupable possible.

Son enquête s'enlise et le procès commence en Ecosse, ce qui empêche l'avocat Rathbone de défendre Hester dans la mesure où il n'est autorisé à plaider qu'en Angleterre.

 

Mon avis :

L'histoire est attrayante car Hester n'est plus le soutien de quelqu'un accusé à tort mais est emprisonnée.

Sa détermination faiblit face aux faits qui l'accuse et, malgré ses amis, se sent bien seule et démunie dans l'environnement hostile de la prison et des manifestations de haine qu'elle suscite lors de son procès.

J'ai aimé ce changement dans l'intrigue. Monk se présente également dans un registre différent car lui aussi se sent impuissant à prouver l'innocence de son amie.

Il se rend compte que ses sentiments envers Hester sont d'ailleurs au delà de l'amitié. De même Hester partagée entre Rathbone et Monk, fait son choix. Le petit coté "fleur bleue" du roman, mais quand même tout en retenue, on est à l'époque victorienne que diable!!

L'intrigue policière ménage du suspens presque jusque la fin même si l'on a des doutes. Mais le motif de l'assassinat nous échappe pendant de nombreuses pages.

Anne Perry nous offre un roman plaisant comme à son habitude avec des scènes de bravoure comme le témoignage de Florence Nightingale.

A bientôt

 

Posté par eoghan à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

27 mars 2018

69/ Anne Perry et "Belgrave square"

Bonjour,

41Uf-vGy6WL

Un roman, déjà un peu ancien, écrit par Anne Perry, auteur que j'aime beaucoup pour sa peinture de l'époque victorienne.

L'histoire :

L'intrigue se situe juste après les crimes de jack l'éventreur.

Le supérieur de l'inspecteur Pitt, Micah Drumond,  lui confie une enquête en raison de la possible implication de l'une de ses relations, Lord Byam.

Il s'agit du meurtre d'un usurier, William Weems, dans un quartier de Clerkenwell.

Il était sans pitié pour les malheureux obligés de recourir à ses services mais il semble qu'il exerçait également l'activité dangereuse de maître chanteur. En effet l'inspecteur Pitt a trouvé lors de sa perquisition une liste comportant trois noms de personnes importantes avec la mention en regard de sommes non négligeables.

Il retrouve sur ce liste un magistrat, un policier de scotland yard et un second policier du poste de police de Pitt.

Assez étonnamment Lord Byam ne figure pas sur la liste de Weems.

La victime a été tuée par ce qu'elle a trop apprécié: des pièces d'or dont aurait été chargé un fusil de chasse que l'on n'a pas retrouvé.

 

Mon avis :

J'ai beaucoup aimé ce roman à plusieurs niveaux :

- pour l'intrigue policière qui ménage des surprises même si certains rebondissements étaient prévisibles, je pense au secret du magistrat...

Le final est assez génial, je trouve, le roman finit d'une façon assez abrupte mais inattendue.

- pour la peinture de l'accès à un poste parlementaire.

Le mari d'Emily, soeur de Charlotte Pitt, souhaite en effet se présenter aux élections dont il convient d'organiser divers repas et festivités pour le mettre en valeur.

- la peinture de la société victorienne de l'époque et le souci d'être toujours convenable.

L'épisode de l'arrestation et du procès  d'un ancien secrétaire d'état pour avoir batifolé sur un banc public avec une jeune femme est assez succulent.

Avoir des jeunes filles à marier est également une grande préoccupation de l'époque pour les familles.

- l'existence de sociétés parallèles permettant de faire et défaire les carrières...

Bref vous l'avez compris j'ai trouvé que ce roman était très riche, tant dans ses descriptions des moeurs de l'époque ( !! ) , que de son intrigue.

J'ai retrouvé avec plaisir Charlotte et Pitt bien sûr, leur petite bonne Gracie, Emily au prise avec les soucis d'une grossesse, les descriptions vivantes des bals et occupations de la bonne société mais aussi les petites gens.

Un roman assez foisonnant que j'ai adoré, j'ai trouvé qu'il faisait parti des meilleurs de la série.

Posté par eoghan à 07:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 mars 2018

66/ Anne Perry et " meurtre en echo"

Bonjour,

 

index

 

Voici un roman d'Anne Perry dans la série "Monk"

J'ai lu le plus souvent des romans mettant en scène l'inspecteur Pitt. Ici il s'agit de l'autre héros des romans d'Anne Perry se situant toujours à la fin du 19 ème siècle en Angleterre, en pleine époque victorienne.

J'aime beaucoup les livres de cet auteur ( désolée je laisse le nom masculin, les féminins auteure ou encore autrice, comme je l'ai déjà lu, sont horribles)

Bien sûr, j'ai été vraiment étonnée de découvrir qu'Anne Perry, dans une autre vie alors qu'elle s'appelait encore Juliet Hulme, a commis un crime avec sa meilleure amie Pauline Parker. Les deux jeunes filles décidant de tuer la mère de Pauline.

Mais cela n'enlève rien à son talent d'écrivain et elle doit vivre avec ses actes. On comprend un peu mieux la culpabilité qui transparaît dans ses romans via ses différents héros qui ne sont jamais des chevaliers blancs mais ont leurs failles.

 

L'histoire :

Un homme est tué dans des conditions très particulières dans un entrepôt proche de la tamise. Monk qui dirige la brigade fluviale est chargé de l'enquête.

L'homme est un hongrois, tué d'une coup de baïonnette en pleine poitrine. Ses doigts ont été cassés et on trouve sur les lieux 17 bougies trempées dans la sang de la victime.

Plusieurs meurtres similaires ont lieu : les victimes sont toutes hongroises, 17 bougies sont trouvées sur les lieux  trempées dans leur sang, elles sont tuées en plein torses par un objet pointu laissé sur place, elles ont les doigts cassés.

La communauté hongroise est particulièrement remontée contre la police anglaise qu'elle accuse de laisser faire voire protéger le véritable auteur.

Monk patauge complètement car rien de relie les différentes victimes :  ils n'arrivent pas de la même ville, ont des origines sociales différentes, ne se fréquentent pas et ne fréquentes pas les mêmes personnes.

Will, l'enfant perdu que Monk et Hester ont recueilli a bien grandi et poursuit ses études sur le tas pour devenir médecin. Il est amené à rencontrer Fitz, un chirurgien particulièrement doué qui l'aide à soigner des patients.

Il se trouve que Fitz connaît bien Hester qu'il a rencontré lors de la guerre de Crimée. Hester l'avait vu mort sur un champ de bataille et l'avait laissé sur place.

En réalité Fitz, qui a pu se soigner et a vécu plusieurs années en Hongrie, connaît parfaitement le hongrois. Il est de retour en Angleterre depuis six mois et a été amené à soigner de nombreux hongrois.

Fitz serait il l'auteur mystérieux de ces meurtres horribles? C'est d'autant plus vraisemblable qu'il a de graves pertes de mémoires liées aux traumatismes subis lors de la guerre de Crimée. Hester se sent coupable de l'avoir laissé sans secours et décide de tout faire pour l'innocenter ou à tout le moins obtenir une certaine clémence pour un héros de guerre.

 

Mon avis :

Une enquête criminelle qui se tient et que j'ai apprécié.

Monk ne trouve rien et c'est ce qui fait que cette enquête sort de l'ordinaire.

Hester se trouve quant à elle confrontée à un passé qui est double, d'une part les horreurs de la guerre dont elle ne souhaite pas se souvenir et d'autre part sa culpabilité familiale car, du fait de son absence, son père s'est fait escroqué et s'est suicidé.

Il faut donc qu'elle tente de tout faire pour aider son ami Fitz mais aussi elle renoue avec son frère.

J'ai aimé l'intrigue et l'ambiance particulière de l'époque victorienne décrite sans misérabilisme. Les héros sont interessants et attachants avec leurs failles et leur courage.

L'intrigue ne se dévoile qu'à la toute fin du roman!! palpitant!!

Une lecture que je recommande.

 

 

Posté par eoghan à 10:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,