21 mars 2018

67/ Asa Larsson et " le sang versé "

Bonjour,

 

le sang versé

 

Un  roman de Asa Larsson mais plus ancien que celui dont j'ai déjà parlé car, si " En sacrifice à Moloch" date de 2017 je crois, celui-ci est paru en 2014. Je me demandais en le lisant si je ne l'avais pas déjà lu....

J'ai lu du même auteur " Horreur boréale" que j'ai adoré.

J'avais déjà lu celui-ci , pas de doute, mais j'ai souvent plaisir à me replonger dans des romans déjà lu même si, en l'espèce, je ne l'ai pas fait volontairement!!

 

L'histoire :

Le roman débute avec le meurtre de Mildred Milsson, femme d'une cinquantaine d'années, qui se révèle être le  pasteur de l'église de Jukkasjärvi. Elle est retrouvée pendue à l'orgue par le vicaire .

Mildred, dotée d'une forte personnalité, était controversée au sein de la petite communauté et n'avait pas que des amis.

Quelques mois plus tard, Rebecka Martinsson, avocate au sein du réputé cabinet Meijer et Ditzinger, accompagne son confrère Torsten à une réunion dans le nord de la Suède afin de discuter de l'éventuelle participation du cabinet à une structure de protection juridique et financière de l'union paroissiale locale.

Rebecka, qui a tué un meurtrier en état de légitime défense plusieurs mois auparavant, l'a accompagné car elle est originaire de la région, mais son rôle est devenu purement décoratif au sein du cabinet. Elle reste rémunérée par ce dernier car sa notoriété rejaillit sur le cabinet  mais, déprimée,  elle est incapable d'exercer réellement sa profession.

Elle reste après le départ de son collègue pour gérer quelques problèmes de l'union paroissiale et, à ce titre, récupére un trousseau de clefs ayant appartenu à la victime. Parmi les clefs se trouve celle d'un casier.

Rebecka décide de l'ouvrir et photocopie les documents qui s'y trouvent pour les remettre à Anna Maria Mella qui s'occupe de l'enquête criminelle et qu'elle a connu lorsqu'elle a été amenée à tuer un assassin pour sauver des enfants.

Elle en profite pour se rendre à sa maison de famille et la ré ouvre.

L'enquête sur la mort du pasteur se poursuit sans grands faits notables mais un autre pasteur, qui la combattait sur divers thèmes, est lui aussi retrouvé assassiné d'une balle dans la tête.

Comme dans le précédent roman d'Asa Larsson, la partie policière est entrecoupée d'une autre histoire, ici celle d'une louve qui s'est installée dans la région et que Mildred souhaitait protéger via une fondation, s'attirant de nombreuses inimitiés tant au sein de l'église que de la part des chasseurs.

Mon avis :

Des personnages complexes et je ne pense pas seulement à Rebecka qui tente de se reconstruire après une épreuve particulièrement pénible.

Les policiers ont également de l'épaisseur ainsi que les différents protagonistes. Une relative lenteur permet à chaque personnage de s'installer dans l'intrigue et c'est quelque chose que j'apprécie particulièrement et que l'on retrouve souvent dans les romans dits "nordiques".

Plusieurs thèmes sont abordés dans le livre, la protection de la belle nature de la suède lapone, les relations lesbiennes entre Mildred et Lisa, la situation des femmes dans les parties reculées du pays ( mais peut être pas seulement).

C'est une intrigue policière doublée d'une analyse sociale.

J'avoue être sensible à l'ambiance des romans de cet auteur.

Maintenant il ne faut pas s'attendre à une intrigue à la James Bond, des rebondissements  "en veux-tu en veux là"!!

Le déroulement de l'histoire est lente et comporte une part de cruauté froide.

 

 A bientôt

 

Posté par eoghan à 07:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


18 novembre 2017

21/ Asa Larsson et " en sacrifice à Moloch"

En-sacrifice-a-Moloch

 

 

Bonjour,

Alors là c'est un bon roman policier...

J'ai déjà lu des romans de Asa Larsson, notamment des intrigues de sa série Rebecka Martinsson et la lecture de ce livre me donne furieusement envie de les relire.

J'avoue aimer lire et relire mes romans préférés. Je ne sais pas si pour vous qui passez ici, vous faites de même, mais moi j'adore, c'est comme remettre une vieille paire de pantoufle, on se sent bien, on prend le temps de relire en ayant moins l'envie de savoir la fin, on savoure les mots et les phrases et on repère les petits cailloux laissés ici et là par l'auteur.

A ce sujet j'ai lu que Asa Larsson est une avocate fiscaliste ayant vécu à Kiruna, dans le nord de la Suède, en Laponie suédoise ( là j'avoue tout, je reporte ce qui est indiqué sur la quatrième de couverture, je suis nulle en géographie). Elle est donc proche de son héroïne.

L'histoire débute avec un ours dangereux qu'il faut tuer afin de préserver la population. D'ailleurs c'est intéressant de découvrir que tuer un ours est sévèrement encadré tout d'abord et qu'ensuite la chasse ici faite par un spécialiste est extrêmement dangereuse, fin de ce petit aparté.

 

L'ours est tué, on retrouve dans son estomac, outre le chien qu'il avait tué la veille, des os humains.

Ailleurs, quelque mois plus tard, une femme, Soll-Brit est découverte assassinée dans son lit. 

L'autopsie montre qu'elle portait la trace de nombreuses blessures qui s'avérent avoir été faite à l'aide d'une fourche.

Elle élevait son petit fils Marcus, âgé de sept ans depuis la mort accidentelle de son fils, tué par un chauffard.

Marcus est retrouvé caché dans une cabane.

Rebecka Martinsson découvre que la victime était la fille de celui qui avait été dévoré par l'ours quelques mois auparavant. On pensait qu'il s'était perdu dans la forêt avant d'y trouver la mort et de servir de repas à lours abattu.

 

On apprend également que la grand mère paternelle de Sol-Britt, Elina Petterson, institutrice nouvellement recrutée à Kiruna  a été assassinée et ce en 1914.

Rebecka Martisson se voit déchargée de l'instruction du dossier en raison de sa proximité avec certaines parties impliquée dans l'affaire.

Le roman se divise entre des chapitres consacrés à l'enquête officielle sur le meurtre de Sol-Brit, à l'histoire de Elina au début du siècle et à l'enquête officieuse de Rebecka sur les différents décès survenus dans la famille de Sol-Brit. Marcus fait l'objet d'une tentative d'assassinat.

 

J'aime l'histoire, son écriture, ses personnages qui ne sont pas mièvres et ont de l'épaisseur, le dépaysement que procure l'intrigue dans la nord de la Suède, cela donne des envies de neige, de grand froid...

J'ai beaucoup apprécié aussi la vie d'Elina  et l'existence difficile que menaient les suedois dans cette ville isolée du nord du pays.

Bon j'arrête là, vous l'avez compris, j'ai adoré, seul bémol à mon avis, la découverte de l'assassin m'est apparue peu vraisemblable au regard du déroulement de l'intrigue, difficile d'en dire plus mais justement j'avais écarté l'auteur de mes suspects hi hi , bon j'avais tort mais ce n'est pas cohérent.

Un roman à recommander!! 

 

Ma fille m'a offert le " samedi "de Nicci French, il faut donc que je présente non seulement le samedi mais les jours précédents... et pour ne pas écrire de bêtises, il faut que je relise ces romans.

A bientôt.

 

 

Posté par eoghan à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,