25 juillet 2018

125/ Gilda Piersanti et " Jaune Caravage"

Bonjour

jaune caravage

 

L'histoire :

Un vieil homme se promène avec sa chienne Bella. C'est cette dernière qui découvre une jeune femme morte et ramène à son maître un collier en or auquel est accroché un corbeau.

La victime est une jeune fille de 17 ans, Eva.

Sa meilleure amie , Léonora est désespérée ainsi que son amant Boris.

Les deux jeunes filles vivent avec leur mère.

Le père d'Eva est russe et se trouve détenu dans son pays.

Leonora vit également avec sa mère dépressive suite au départ de son père.

Eva, qui avait des difficultés scolaires, s'était rapprochée de Leonora, brillante lycéenne afin d'avoir de l'aide. En contrepartie elle prodiguait à la jeune fille des conseils de mode.

Le commissaire D'Innocenzo confie l'enquête à Mariella De Luca, secondée par Silvia Di Santo.

L'enquête est assez noire. Boris, amant d'Eva, l'est aussi de la mère d'Eva et prodigue ses bons soins à Leonora.

Les années ont passé depuis le roman précédent.

Mariella, qui partage toujours l'existence de Paolo, pense que celui-ci la trompe et voudrait savoir ce qui se cache derrière une porte de son appartement fermée à clef. Elle a gardé son appartement mais n'y réside que deux jours par semaine. Des anomalies lui laissent penser que quelqu'un vient régulièrement bouger ses objets personnels et elle découvre qu'un homme s'est endormi sur son tapis. Il s'agit d'un ami du fils du commissaire.

Mon avis :

J'ai aimé ce roman malgré une certaine noirceur dans les relations entre les personnages.

On a de la peine pour ces jeunes filles meurtries par le vie et devenues pleine de cruauté elle-même.

Savoir qui est l'auteur du meurtre n'est d'ailleurs pas l'essentiel dans ce roman car on a des doutes vers le milieu de l'intrigue, on est plutôt sensible à l'ambiance et à la tristesse de ces jeunes vies.

Pour le reste :

On a une piste sur les raisons de la disparition du fils du commissaire 12 ans auparavant.

Et on découvre aussi le secret de Paolo.

J'ai aimé ce roman et j'ai trouvé que l'auteur se bonifiait sensiblement.

 

Posté par eoghan à 07:31 - - Permalien [#]
Tags : ,


24 juillet 2018

124/ Gilda Piersanti et " bleu catacombes"

Bonjour,

 

Bleu-catacombes

 

 

Ici c'est le tome 3 des Saisons meurtrières, nous sommes en été.

 

L'histoire :

L'été, les touristes à Rome visitent les catacombes en compagnie de leur guide, la très belle Pamela.

C'est lors de l'une de ces visites qu'un touriste découvre une tête dans un sac en toile.

Une tête de femme est retrouvé par sa soeur dans une cabine de plage que les deux femmes louaient depuis de nombreuses années.

Les deux victimes sont âgées d'une soixantaines d'années et apparemment rien ne semble relier Nemi, ancienne directrice d'un foyer pour enfants et Maximiliano, riche artiste contemporain.

Les deux corps sont retrouvés enlacés dans l'immeuble appartenant à  Maximiliano  et son épouse.

Mariella abrège ses vacances avec son ami Paolo, un archéologue, pour assumer cette enquête. Paolo lui indique que cette affaire lui évoque l'histoire de Judith.

Mais d'autres décapitations ont lieu mettant en péril l'activité touristique de la ville.

Les relations entre Mariella et l'épouse de Maximiliano s'avèrent difficiles et l'inspecteur est persuadée que des points fondamentaux lui demeurent cachés.

Mon avis :

Je ne l'ai pas précisé mais aucun suspens quant aux auteurs des crimes puisque, dès le deuxième chapitre, on assiste à la décapitation de Maximiliano par Cathy, maîtresse de Maximiliano et Pamela.

Le suspens réside dans la motivation de ces deux femmes que l'on compare à Judith et sa servante et dans la détermination des liens qui les unissent.

Je dois avouer qu'en général je n'apprécie pas du tout les romans dans lesquels l'auteur du crime est connu dés le départ mais là je fais une exception...

Le plaisir réside dans les relations qui se nouent entre le commissaire d'innocenzo chargé de l'enquête et son  inspecteur principal, Mariella de Luca.

Chacun a une vie compliquée!

Mariella a désormais une vie relativement stable auprès d'un bel archéologue, Paolo mais elle conserve une certaine indépendance.

 

Même si j'ai rapidement eu la réponse  à l'une des questions posées dans tout roman policier, à savoir la détermination de l'auteur, le reste m'a quand même étonné et j'ai trouvé que c'était une lecture qui sortait du lot.

A bientôt

 

Posté par eoghan à 15:16 - - Permalien [#]
Tags : ,

21 juillet 2018

123/ Gilda Piersanti et "Vert Palatino "

Bonjour,

 

51FrhdIfwQL

 

Hélas le roman avait été emprunté à la médiathèque que je fréquente!! j'espérais pouvoir le lire à temps, ce ne sera pas le cas...

J'avais les trois autres opus mais je ne désespère pas de le trouver lors d'une de mes autres visites.

A bientôt pour le bleu et le jaune que j'ai pu lire eux!!

A bientôt

Je l'ai enfin ce livre tant convoité hi hi et j'ai eu du mal car, mal classé, il a fallu le rechercher!!

L'histoire :

Mariella De Luca est chargé d'une enquête sur la mort violente, à son luxueux domicile, de Mauro Lo Russo. Ce dernier se rendait régulièrement chez ses parents à Corviale et l'ordinateur  dont il se sert à ce domicile recèle de nombreuses images pédopornographiques démontrant l'existence d'un important trafic international.

Presqu'à la même époque, dans le même ensemble immobilier de la Corviale, une enfant de huit ans disparaît alors qu'elle allait récupérer un gilet sur la terrasse de l'immeuble où elle vit. Il s'agit de Sara Longo, une future danseuse étoile ... comme aurait du l'être sa mère avant de quitter sa riche famille et épouser un modeste brancardier, coureur de jupons au surplus.

Il faut que je vous parle de la Corviale. Il s'agit du plus long immeuble d'Europe puisqu'il fait presqu'un kilomètre et il a été inauguré en 1983. Je ne connaissais pas et j'ai, du coup, fait quelques recherches. Il a été construit par un architecte italien et a été inspiré par la Cité Radieuse de Le Corbusier à Marseille.

Corviale devait disposer d'un quatrième étage conçu comme une sorte de rue commerçante avec médecin, crèche et commerces. Une utopie qui n'a jamais aboutie. Les commerces n'ont résisté, en général, qu'une unique saison et ce quatrième étage a été investi par des squatters.

J'ai trouvé que c'était intéressant d'approfondir le sujet non?

Pour en revenir à l'intrigue... Mariella, qui ne doit pas enquêter sur la disparition de Sara confiée à la brigade des mineurs,  est persuadée que cette disparition est en lien avec le mort et, bien sûr, elle n'en fait qu'à sa tête.

Alors qu'elle monte sur la terrasse de la Corviale, elle se fait agresser par un homme cagoulé vêtu de noir et portant bague et chaîne en or.

Il est retrouvé mort peu après et se serait suicidé... curieux hasard!!

Hélas, Sara est elle aussi retrouvée morte dans la tombe ancienne d'une enfant, tombe mise à jour par des archéologues  dont le beau Paolo.

Mais je ne vais pas vous dévoiler toute l'histoire...

Mon avis :

J'ai adoré !!

Ce qui m'a amusé en commençant ce roman est, qu'après le mondial de foot ( dont je me fiche totalement), le roman débute justement par un match disputé par Rome dans le cadre de la compétition nationale dont je l'avoue j'ai oublié le nom...

Donc tout le monde est devant le foot à la TV et vocifère, ce qui empêche Mariella d'être secourue lors de son agression.

Cela me permet d'évoquer un autre point de ce roman qui me plaît ( peut être pas à tout le monde cependant):

l'intrigue commence par cette agression, Mariella se parle à elle-même et  évoque la disparition de Sara pour expliquer qu'elle se trouve sur la terrasse de cet imposant immeuble mais on ne connaît pas tous les tenants et aboutissants de son enquête, on ne l'apprend que par petits bouts ici et là, j'avoue que j'aime bien car on se creuse un peu les méninges hi hi!! cela met un peu de piment dans la lecture.

Les personnages sont attachants que cela soit Mariella qui tombe amoureuse et si l'on a lu le roman précédent, ce n'était pas évident.

Les mois ont passé depuis le premier roman et Mariella est devenue amie de l'épouse du commissaire. Ce dernier est également un personnage!

Le roman me paraît bien équilibré entre l'aspect personnel des différents protagonistes et l'intrigue qui vous tient en haleine.

Et on ne sombre pas dans le sentimentalisme!!

J'ai lu cet épisode deux après le bleu et le jaune, c'est un peu dommage car je connais l'évolution des personnages mais cela ne gène pas l'intrigue.

Si je résume, j'ai adoré l'intrigue et les personnages qui ont pris de l'épaisseur et j'ai apprécié de découvrir Corviale!!

le bonheur total!!

J'avais oublié, ce roman a reçu une prix.

A bientôt

Posté par eoghan à 19:21 - - Permalien [#]
Tags : , ,

19 juillet 2018

122/ Gilda Piersanti et "Rouge abattoir"

Bonjour,

 

CVT_Rouge-abattoir_9494

 

Vous allez avoir la fiche de lecture de trois romans que j'ai empruntés, tous de Gilda Piersanti qui est un auteur italien installé à Paris.

Il manquera le deuxième de la série " Saisons meurtrières" , le vert, déjà pris mais je ne désespère pas pouvoir le lire lors de mon prochain passage à la médiathéque.

L'histoire :

Dans Rome enneigée, vers 5 h du matin,la femme qui s'occupe du liosque à journaux, Assunta, découvre une main coupée.

Le commissaire d'innocenzo, dont la vie familiale semble assez perturbée, est chargé de l'enquête. Il se voit adjoindre une jeune inspecteur principale Mariella da Luca qui dispose d'une notoriété certaine.

Mariella a une vie sentimentale ( je ne suis pas sûre que ce soit le bon terme mais je ne veux pas choquer)  assez particulière que je vous laisse découvrir.

Le commissaire lui prête le petit appartement qui était celui de son fils, dont la disparition cinq ans auparavant a bouleversé la famille.

La main appartient à une  troisième victime car deux autres jeunes filles ont déjà été tuées : Lucia, sa colocataire Caterina et maintenant Patricia.  Patricia est  la petite amie droguée de Nando, fils d'Assunta.

L'enquête se déroule dans un des quartiers de Rome. Entre restaurant, kiosque à journaux et cinéma.

La grande question est de savoir s'il s'agit d'un tueur en série ou si les victimes ont un lien particulier.

Mon avis :

J'ai moyennement aimé l'intrigue je dois l'avouer mais ce qui m'a plus étaient  surtout les personnages du commissaire et de son inspecteur principal.

Cela m'a donc donné envie quand même de lire les deux autres livres que j'avais empruntés.

J'ai trouvé en effet qu'il y avait pas mal de longueur, bref je n'ai pas trop accroché, je me suis même un peu ennuyé...

 

A bientôt

 

 

 

Posté par eoghan à 07:32 - - Permalien [#]
Tags : ,