19 juin 2018

107/ Nicolas Remin et " L'impératrice lève le masque"

Bonjour,

 

l'impératrice lève le masque

 

Je suis tombée sur un roman qui m'a beaucoup plu, un roman policier historique dont l'intrigue se passe à Venise au 19 eme siècle.

Il s'agit d'un roman paru dans la collection "grands détectives" et c'est une collection que j'ai toujours appréciée et qui m'a fait découvrir des auteurs de grandes qualités.

Je me demande si ce n'est pas ma première fiche de lecture sur un auteur de roman policier allemand!

L'auteur :

Nicolas Remin, que je ne connaissais pas du tout, est né en 1948 à Berlin.

Il n'a fait paraître son premier roman qu'à l'âge de 56 ans.

Son héros est Alvise Tron, issu d'une vieille famille vénitienne désargentée. Il est commissaire afin de pourvoir à ses besoins et occupe un des palais les plus anciens de Venise en compagnie de la comtesse, sa mère et de domestiques fidèles.

Les intrigues se déroulent dans la seconde moitié du 19 ème siècle, en 1862 pour le premier, me semble -t -il.

Venise est alors sous domination autricienne et de ce fait l'impératrice Élisabéthe dite "Sissi" apparaît dans de premier roman alors qu'elle est âgée de 25 ans.

 

L'histoire :

" L'archiduc Sigmund", un des splendides bateaux de croisière faisant la liaison Trieste/Venise arrive au port de Venise en piètre état suite à une importante tempête.

Les passagers débarquent, alors que le personnel d'entretien monte à bord.

C'est ainsi que la contesse Emilia Farsetti qui occupe pour survivre un emploi de femme de ménage, découvre deux morts dans l'alcove d'une des cabines : le conseiller aulique Hummelhauser, d'une soixantaine d'années  et une jeune femme inconnue, dénudée portant des morsures à la poitrine. Avant de prévenir les secours, elle empoche deux lettres.

Alvise Tron, chargé de l'enquête, est rapidement mis à l'écart au profit de la police militaire autrichienne en la personne de Perben.

Ce dernier estime qu'il s'agit là d'un meurtre politique d'autant que l'une des victimes était porteur de documents faisant état d'une tentative d'attentat contre l'impératrice Elisabeth en séjour à Venise.

Le commissaire Tron n'est pas du tout convaincu par cette version et d'ailleurs, Sissi, ne l'est pas plus.

Chacun, de son coté, va mener sa propre enquête. Tron découvre qu'un meurtre de jeune femme a eu lieu à Trieste, peu de temps auparavant, la victime ayant des blessures similaires à la jeune femme découverte dans le bateau.

Même si tout laisse à penser que le conseiller Hummelhauser avait embarqué avec une jeune prostituée, il s'avère que ses goûts ne le portaient pas vraiment vers la gente féminine.

Déchargé officiellement  de l'enquête, le commissaire Tron continue ses investigations et reçoit l'aide de la princesse de Montalcino qui s'occupe de la célèbre verrerie de Murano et aussi celle plus improbable de Sissi, tout en s'occupant du bal masqué qu'organise chaque année sa mère malgré leurs difficultés financières.

 

Mon avis :

C'est une lecture distrayante, quelques morts mais rien de perturbant. Une enquête un peu à l'ancienne dans Venise ...

Une Venise un peu déchue, puisque sous l'emprise autrichienne avec ses aristocrates désargentés et ses palais délabrés, mais gardant une grande noblesse.

J'aime beaucoup les romans policiers se déroulant dans des lieux atypiques ou à des époques qui vous dépaysent.

Le roman est agréable à lire et on passe un bon moment avec le commissaire Tron.

Je pense lire le suivant dans quelque temps.

A bientôt

 

 

Posté par eoghan à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,