20 août 2018

138/ Arnaldur Indridason et la trilogie de l'ombre : "Passage des ombres"

Bonjour,

Paage-des-Ombres

J'ai lu le dernier volet de la trilogie de l'ombre de Arnaldur Indridason. Je vais donc me replonger avec vous dans ce merveilleux roman en rédigeant ma fiche de lecture.

L'histoire :

C'est le troisième volume des romans d'Arnaldur qui se déroulent pendant la présence des alliées en Islande.

Le Danemark avait été envahi par les troupes allemandes et, pour éviter que le même sort soit réservé à l'Islande, les troupes anglaises puis américaines se sont installées dans ce pays provoquant ou amenant de nombreux changements dans des régions qui étaient, d'après l'auteur, essentiellement rurales et modestes.

Le roman mélange la période actuelle et l'époque de la guerre.

A l'époque actuelle : un homme âgé est découvert étendu mort sur son lit. Il a plus de 90 ans et mène une vie solitaire depuis le décès de son compagnon. Malgré son âge, il est décrit comme étant robuste et totalement autonome. Tout laisse à penser qu'il est décédé paisiblement dans son sommeil.

Il est emmené à la morgue et inutile de vous préciser que son autopsie n'est pas vraiment prioritaire au vu de son âge et de l'absence de toute violence apparente. Toutefois elle a lieu et le médecin légiste  constate l'existence de pétéchies dans les yeux du défunt et des fibres dans ses voies respiratoires : Stefan Thordarson est mort assassiné, étouffé par son oreiller.

Marta, inspecteur à la criminelle, est chargée de l'enquête.

Au domicile de la victime, Marta ne retrouve rien de spécial à l'exception de vieilles coupures de presse sur un meurtre. Il s'agit de l'assassinat d'une jeune femme qui s'est déroulé en 1944 derrière le Théatre national de Reikjavik. Aucun dossier n'est retrouvé à la Criminelle sur cette affaire.

Elle en discute avec Konrad, un ancien collègue, dont le père était un pseudo médium.

On suit en paralléle une enquête sur un meurtre commis pendant la guerre.

En 1944 lorsque la jeune victime est découverte derrière le theatre, l'enquête sur son meurtre est confiée à l'inspecteur Flovent, unique membre de la Criminelle. Il est accompagné de Thorson, un canadien faisant parti de la police militaire et  en partie islandais.

Tous deux découvrent que la jeune femme a été victime d'un viol et que son violeur lui a conseillé de dire que c'était la faute des elfes.

Leur enquête aboutit sur un vrai désastre selon Thorson, qui n'a jamais pu oublier cette enquête, la dernière avant son départ pour le front.

Thorson, Thodarson...une seule et même personne...

Mon avis :

Il y a des romans marquants... celui-ci en fait incontestablement parti.

J'ai aimé l'enquête, ou plutôt les enquêtes, ou encore l'enquête dans l'enquête...

J'ai aimé le destin tragique des victimes mais aussi des enquêteurs...

La peinture de cette triste époque m'a beaucoup plu.

Bref, cette trilogie est une vraie réussite et c'est avec beaucoup de regrets que l'on referme le livre sur ces histoires en demi-teinte, pleines de tristesse et mais aussi de douceur. Pour moi, Arnaldur Indridason est un auteur absolument remarquable, qui a le génie de l'intrigue, mais surtout arrive à nous plonger dans des "atmosphères", c'est ce que je recherche dans un bon roman et c'est ce qui distingue le polar sympa du roman top niveau !!

A bientôt

 

Posté par eoghan à 07:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


02 août 2018

129/ Arnaldur Indridason et la trilogie de l'ombre : " la femme de l'ombre"

Bonjour,

La-femme-de-l-ombre

 

En parler ou pas, j'hésite...

J'ai tellement adoré ce roman paru en France en 2017, que je ne peux dire qu'une seule chose : il faut lire cette trilogie de l'ombre...

L'histoire :

En fait il y a plusieurs histoires dans le roman qui se déroule pendant la période au cours de laquelle l'Islande a vu les allies s'installer sur cette île  afin d'éviter son invasion  par les allemands.

J'écris ce bref résumé livre fermé comme toujours et  une erreur est toujours possible. Je place cette histoire deux ans après la précédente et j'espère ne pas me tromper.

Un homme est retrouvé mort au bord de l'eau. Il a été déclaré disparu par son épouse, une infirmière, quinze jours auparavant.

Une autre histoire montre le rapatriement,  par bateau spécialement affrété, d'islandais qui se trouvaient dans différents pays nordiques pour le travail ou les études. Ils souhaitaient retrouver leur pays après la guerre qui venait de se déclarer.

Sur le bateau, l'Esja, Ingimar, étudiant en médecine, doit apprendre à une jeune femme, ( on apprend bien plus tard dans le roman qu'elle s'appelle Karolina) que son fiancé Osvaldur vient d'être arrêté par les nazis ainsi que son ami Christian. elle sait que tous deux étaient entrés dans la résistance.

Elle ne le reverra plus.

Sur le bateau elle croise Manfred avec lequel elle a eu une brève liaison à laquelle elle a mis rapidement un terme en raison de son amour pour Osvaldur.

Sa peine est adoucie par la compassion que lui montre Ingimar mais celui-ci est porté manquant quelques jours plus tard et on suppose qu'il est tombé en mer.

Flovent est chargé de l'enquête sur l'homme retrouvé sur la grève. Il s'avère que celui-ci avait été drogué avant de mourir noyé.

De son coté Thorson est chargé d'une enquête sur un jeune militaire tué à coup de bouteille de verre. Il s'avère que le jeune mort n'est pas ce qu'il semble être. Cette enquête le même dans le milieu de la prostitution qui sévit à Reykjavik.

Le frère de Ingimar prend contact avec tous les passagers de l'Esja, il ne croit pas au suicide ou à une  mort accidentelle. Sa route croise celle de Karolina.

Mon avis :

un roman que j'ai trouvé éblouissant, rien à dire!!

Plusieurs histoires, sur plusieurs périodes s'entremêlent. C'est dense sans être confus.

La construction en est totalement maîtrisée, l'auteur laisse délibérément le lecteur dans l'incertitude quant à la chronologie réelle des événements et même, parfois, quant à l'identité de certains personnages. Le lecteur n'est dès lors plus passif mais reconstruit le déroulement des faits et de ce fait participe en quelque sorte à l'enquête.

Arnaldur Indridason, ainsi, nous plonge dans la réalité de cette époque avec les incertitudes et les ombres de ce passé trouble. On est perdu comme les protagonistes le sont finalement. J'ai trouvé que c'était du grand art!

On est également bouleversé par Karolina et la culpabilité qu'elle porte.

Il est question aussi de justice puisque certains sortent quasi indemnes des crimes qu'ils ont commis mais pas tous.

Par rapport au premier roman de cette trilogie, je pense que celui-ci est encore meilleur.

Vous l'avez compris je vais de ce pas acheter le tome 3.

A bientôt

 

 

Posté par eoghan à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 juillet 2018

126/ Arnaldur Indridason : trilogie de l'ombre tome 1 " dans l'ombre"

Bonjour,

Dans-l-ombre

C'est un auteur que j'ai apprécié et, je l'avoue, je viens de découvrir cette trilogie de l'ombre, des romans qui se déroulent en Islande pendant la période de la guerre de 1940/45.

Arnaldur Indridason est né à Reykjavík en 1961. Diplômé en histoire, il est journaliste et critique de cinéma. Il est l'auteur de romans noirs couronnés de nombreux prix prestigieux, publiés dans 37 pays. Il a conquis en France 3 800 000 lecteurs. ( je me contente d'écrire que qui est indiqué en en-tête du roman)

L'histoire :

L'Allemagne a envahi le Danemark et les alliés s'installent en Islande, pays qui occupe une place stratégique.

Ce sont d'abord les troupes anglaises qui s'installent puis arrivent des troupes américaines.

Eyvindur, un homme modeste revient à Reykjavik après une tournée de 15 jours dans le pays. Il exerce la profession de représentant et a du mal à gagner sa vie. A son arrivée dans l'appartement que lui loue son oncle, il découvre que sa compagne, Véra, l'a quitté emportant l'ensemble de ses effets. Les voisins lui apprennent qu'elle est partie avec un militaire anglais. Elle est donc " dans la situation" comme les islandais appellent  le fait pour une jeune locale de fréquenter les militaires basés dans leur pays.

Peu de temps après, un corps,dont une partie de la tête a été emportée par une balle tirée d'un colt américain, est retrouvé dans le logement d'un autre démarcheur Félix Lunden. La victime que l'on pensait être l'occupant du logement est en réalité Eyvindur et Félix Lunden est en fuite.

Dans la valise du démarcheur se trouve une capsule de cyanure d'origine allemande.

Compte tenu de l'origine de l'arme,  les autorités militaires américaines chargent Thorsen, un militaire canadien d'origine islandaise de mener l'enquête en soutien à Flovent,  seul membre de la police criminelle d'Islande.

Les deux hommes, qui sont jeunes, n'ont que peu d'expérience en matière d'enquête criminelle mais  ont la chance de bien s'entendre.

Les deux enquêteurs retracent le parcours de Eyvindur et de Felix qui rien ne semble relier. Le premier a eu une enfance misérable avec un père criminel et une mère alcoolique et le second est le fils d'un riche médecin allemand.

Toutefois tous deux ont fréquenté la même école où il semble y avoir eu des expérimentations organisées par le dr Rudolph Lunden aidé d'une infirmière et dont les résultats étaient envoyés au Dr Hans Lunden, un médecin nazi.

Felix a-t-il tué son ami, faut il au contraire le croire lorsqu'il prétend être celui qui été visé...

L'histoire se déroule sur un fond d'espionnage et de contre-espionnage, le tout coloré par une possible visite de Winston Churchill.

Mon avis :

On s'interesse tout de suite au duo d'enquêteurs, deux hommes si différents mais animés par la même volonté de trouver la vérité et cela fonctionne, même si on en sait très peu sur leur vie respective.

Ensuite on est pris par la vie dans Reykjavik, ville en pleine mutation qui passe, semble-t-il, d'une vie agricole paisible à une effervescence échevelée.

Des jeunes filles, voire de très jeunes filles, qui vivaient dans une certaine pauvreté, imaginent brusquement un autre avenir et n'hésitent pas à quitter leur campagne pour coucher avec une de ces militaires supposés leur permettre d'acceder à une vie confortable. C'est " la situation" expression qui recouvre tant la fille à soldat que la jeune femme amoureuse du militaire étranger mais aussi l'ensemble des bouleversements du pays envahis d'anglais et d'américains que l'on voit fortunés.

Ces derniers sont confinés dans des baraquements qu'ils quittent le soir pour aller  écouter du jazz, danser et boire.

Véra est l'exemple même de la jeune islandaise aspirant à une avenir meilleur que celui de ses parents quitte à employer tous les moyens pour y arriver, sans se soucier des sentiments de ceux qu'elle abandonne en chemin.

On découvre aussi qu'il est impossible de se fier à qui que ce soit et que règne la crainte de l'espionnage.

J'ignorais tout de la situation de l'Islande pendant la guerre et j'ai été intéressée par l'histoire de cette époque au travers de ce beau roman.

Celui-ci a une certaine lenteur mais il est passionnant, j'ai hâte de lire les deux suivants. Il me les faut hi hi!!

A bientôt

 

Posté par eoghan à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 novembre 2017

23/ Arnaldur Indridason et " le duel"

Bonjour,

duel

Le titre se réfère, on ne l'imagine pas de prime abord,  au combat entre Bobby Fischer et Boris Spassky  en Islande en 1972.

D'un autre coté la couverture montre des échecs...

La toile de fond de cette intrigue est donc cette extraordinaire engouement en Islande pour ce qui est décrit comme le match du siècle entre l'Union soviétique et les Etats unis.

On y décrit les deux belligérants, Fischer qui refuse de venir, multiplie les exigences et séduit les islandais mais aussi Spassky décrit comme un parfait gentleman.

Coups bas, espions sur place, je n'imaginais pas tout cela.

Il faut dire que c'était important pour l'URSS de préserver sa suprématie dans le domaine des échecs et les USA voulaient détroner l'URSS. La suite d'ailleurs montrera que Boris Spassky a été mise à l'écart pour avoir perdu son titre.

Tout le monde en Islande veut les approcher. J'ai adoré cet aspect du roman qui permet de découvrir un épisode de l'histoire que personnellement je ne connaissais pas.

Le roman relate également l'épidémie de tuberculose qui a sévit en Islande et causé une importante mortalité.

L'histoire :

Un adolescent  de 17 ans, Ragnar, est découvert assassiné à la fin de la séance de 17 h dans un petit cinéma de quartier.

Peu de spectateurs en cet après midi et personne n'a vu que cet habitué était victime de coups de couteau.

Ragnar était un jeune homme assez simple dont le plaisir consistait à enregistrer les sons avec le magnétophone qu'on lui avait offert. Il adorait aller dans les différents cinémas de la ville et depuis quelque temps il enregistrait la bande sonore des films.

Son magnétophone ayant disparu, on soupçonne que l'auteur des faits a imaginé avoir été enregistré à son insu.

La commissaire Marion Briem est chargée de cette enquête et elle n'exclut pas la possibilité que les auteurs du crime puissent être des étrangers.

Ceux qui suivent les enquêtes d'Erlendur se souviendront que Marion Briem a été le mentor de l'inspecteur.

Marion traverse une période difficile de sa vie qui lui font se souvenir de ses jeunes années alors qu'elle n'était qu'une enfant naturelle ignorée de son père biologique. Atteinte de tuberculose, elle est soignée au Danemark aux frais de sa grand mère paternelle sous la stricte condition de ne jamais évoquer sa filiation réelle. 

L'intrigue policière, voire d'espionnage, s'entreméle au passé de Marion, à l'ambiance tendue qui règne à Reykjavik du fait du duel en cours et à la solitude de l'héroîne. On y découvre aussi l'horreur des traitements alors en vigueur.

La mort rode dans ce roman, lors de l'enquête policière, mais aussi au sanatorium où se trouvait Marion. L'amitié et l'amour s'y retrouvaient aussi.

Pour moi c'est un grand roman.

On y retrouve des personnages qui vous touchent et qui ont de l'épaisseur, un contexte historique passionnant, une interrogation sur le sens de la vie.

je n'ai pas lâché le roman, j'ai adoré.

Pour la petite histoire Bobby Fischer a fini son existence à Reykjavik et Boris Spassky a épousé une française d'origine russe avant de retourner en Russie assez récemment. Mais je vous laisse vous documenter, comme je l'ai fait,  car le roman avait aiguisé ma curiosité.

Il est temps de faire un petit tour à ma médiathéque car je n'ai plus rien à lire!!

A bientôt

Posté par eoghan à 07:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 novembre 2017

19/ Arnaldur Indridason "Etranges rivages"

Bonjour,

etranges rivages

Je pensais avoir déjà parlé de livres de cet auteur, mais non.

Ce roman, délicieusement nostalgique, correspond à mon moral en ce moment.

Le livre que j'ai en main est paru en France en 2013.

L'auteur est né en 1961 et est journaliste ainsi que critique de cinéma.

J'ai déjà lu de lui, mais vous aussi peut être, la cité des jarres, le femme en vert, la voix, l'homme du lac, hiver arctique et hypothermie.

Je ne me souviens pas avoir lu la rivière noire, Betty et la muraille de lave. Il faudra que je vérifie.

 

Il s'agit ici d'une enquête du commissaire Erlendur.

Ce dernier revient périodiquement dans la région des fjords de l'est et il s'est installé, comme à chaque fois, dans la métairie abandonnée et en ruine de Bakhasel.

il y a vécu dans son enfance et ses séjours s'expliquent à la fois par une forme de nostalgie des beaux paysages et le plaisir de randonner mais aussi et surtout par les liens douloureux qui le rattachent à cette région.

Alors qu'il faisait une sortie sur la lande avec son père et son jeune frère, il a été pris dans une violente tempête dans laquelle son frère Beggi a disparu. Retrouvé en état de sérieuse hypothermie, Erlendur a toujours nourri un fort sentiment de culpabilité pour avoir lâché la main de son jeune frère.

Intéressé par les accidents similaires survenus dans ce lieu, il enquête sur la disparition d'une jeune femme, Matthildur, survenue soixante ans auparavant, dans une importante tempête. Au même moment et au même endroit un groupe de soldat anglais s'était perdu. La mobilisation de la population locale avait permis de tous les retrouver morts ou vivants, mais cela n'avait pas été le cas de Matthildur. Et il est curieux que personne ne l'ait  alors aperçue.

Erlendur, toujours marqué par la disparition de Beggi, est attiré par le cas de Matthildur et il poursuit une enquête personnelle dans le passé.

Beaucoup de témoins possibles sont morts mais il retrouve une soeur, une amie, mettant au jour des secrets de famille.

 On s'identifie dès le départ au héros, homme tourmenté et acharné, poursuivi par ses fantômes. 

j'ai eu l'impression d'être avec lui dans la région de fjord et dans la lande, belle et parfois hostile. C'est un roman policier ,mais avec ce quelque chose de plus qui vous bouleverse. Une certaine lenteur, une tristesse qui saupoudre le tout ...

La vie dans cette région est aussi sur le point de changer avec la construction d'un gigantesque barrage et d'une usine. 

le roman décrit aussi un mode de vie qui s'éteint.

La mort est omni présente, le froid aussi mais quelle poétique beauté. J'ai adoré!! 

A bientôt.

Posté par eoghan à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,