15 mai 2019

103 année 2/ Anne Perry et " La manoir d'Alderney"

Bonjour,

Cela ne m'arrive pas souvent mais j'ai eu la chance, une double chance en fait:

- l'une d'être sélectionnée pour recevoir un livre en avant première,

- l'autre que ce soit le dernier roman d'Anne Perry dont j'ai déjà parlé à plusieurs reprises sur ce blog.

Les livres que j'ai lu de cet auteur ( je refuse de féminiser ce nom car c'est vraiment trop laid) devaient être carrément plus anciens car là j'ai fait un voyage dans le temps puisque le roman commence avec Daniel Pitt, la génération suivante...

Je me suis donc jetée sur ce roman...littéralement... je suis une dévoreuse de livres.

L'histoire :

Nous sommes en 1910.

Daniel Pitt, jeune avocat de 25 ans au sein du cabinet de Marcus Croft, se rend chez ses parents. Il y retrouve sa sœur Jemima qu'il n'a pas revue depuis 4 ans.

Jemima est désormais mariée avec Patrick d'origine irlandaise, a deux petits filles et surtout est installée à Washington.

Thomas Pitt a 60 ans, il a été anobli et dirige la "Special Branch" qui lutte contre le terrorisme.

Patrick avoue à Daniel qu'il est tracassé par une affaire ayant eu lieu à Washington et mettant en cause un jeune homme de l'ambassade de Grande Bretagne dans son pays.

Philip Sidney aurait en effet surgi nuitamment dans la chambre de Rebecka Thorwood, jeune fille de bonne famille et lui a dérobé le médaillon que la jeune fille avait au cou.

Le père de cette dernière a formellement reconnu Sidney alors que celui-ci prenait la fuite et s'embarquait avec hâte pour l’Angleterre.

Quelques jours plus tard l'agresseur présumé était arrêté pour des faits de détournement de fonds, commis dans l'ambassade à Washington ,permettant ainsi l'organisation d'un procès en Angleterre au cours duquel son comportement révoltant envers Rebecka pourrait être mis en lumière.

Daniel devient le défenseur de Philip Sidney alors que la famille de Rebecka, venue pour une succession, est présente dans la salle d'audience.

Daniel Pitt prend son rôle très à cœur d'autant qu'il commence à douter de la culpabilité de son client, désormais menacé de poursuites criminelles. Il trouve étrange cet acharnement contre Philip Sidney et craint que son beau-frère ne soit à l'origine d'une affaire fabriquée de toute pièce.

Je ne veux pas divulguer toute l'intrigue qui est riche et pleine de rebondissements et ce jusque la dernière page...

Mon avis :

C'est une nouvelle série avec pour protagoniste Daniel Pitt.

Mais on est heureux de retrouver Charlotte et Thomas Pitt dans leur vie quotidienne et leur rôle de parents et grands-parents. Inutile de préciser que je n'avais pas eu le plaisir de lire le premier roman mettant en scène Daniel Pitt, je vais m'empresser de le trouver.

L'époque a évoluée bien entendu puisque nous sommes désormais en 1910 mais on retrouve le charme suranné et la délicatesse des sentiments qui ont marqué les romans antérieurs d'Anne Perry.

Le dépaysement, si je puis dire, est garanti.

L'intrigue est solide et prenante, rapidement j'ai eu envie de savoir le fin mot de l'affaire, je n'ai donc pas lâché le livre jusqu'au dénouement final qui est tout à fait décoiffant

J'ai cependant trouvé que le roman comportait des longueurs, notamment lorsque Daniel évoque, avec de multiples interlocuteurs, ses incertitudes. C'est la règle dans ce type de roman d'évoquer les diverses voies possibles mais j'ai trouvé que c'était un peu longuet... D'un autre coté, ce que j'ai considéré comme des longueurs peur s'expliquer par le fait que l'enquête piétine et qu'il n'y a aucun élément permettant à Daniel de bâtir une défense solide. D'autant que Daniel craint pour son beau-frère et donc pour sa soeur.
On retrouve ici les dilemmes moraux des personnages chers à Anne Perry et j'avoue que j'apprécie beaucoup cet aspect de ses romans.

L'intrigue change de dimension et prend un autre élan avec l’intervention de Myriam, Croft fille du juriste qui a embauché Daniel.

Et là tout s'emballe...au plus grand bonheur du lecteur.
En résumé j'ai beaucoup apprécié ce roman bien dans la lignée des autres livres de cet auteur ( je refuse de féminiser ce nom, désolée) mais qui a un je-ne-sais- quoi de différent. Peut être est ce l'amorce de l'époque contemporaine avec Myriam qui a la formation pour être médecin légiste et rage de ne pouvoir l'être car elle est une femme...ou l'approche de la guerre.

 

A bientôt

 

 

 

Posté par eoghan à 08:13 - - Permalien [#]
Tags : , ,


10 août 2018

133/ Anne Perry et " un traitre à Kensington Palace

Bonjour,

Un-traitre-a-Kensington-Palace

Je ne présente plus Anne Perry dont j'ai déjà parlé à plusieurs occasions.

J'ai lu récemment ce roman et j'avais oublié d'en faire la fiche de lecture.

Il a été publié début 2017.

L'histoire :

Depuis ma dernière lecture, Pitt est devenu commandant et dirige la Special Branch chargé du contre espionnage.

Il est appelé par la reine Victoria pour une mission discréte.

Victoria est désormais âgée et sait que le prince de Galles devrait bientôt lui succéder. Elle s'inquiéte de son entourage et demande à une vieil ami, John Halbert, de se renseigner sur l'un de ceux-ci.

Mais Halbert, qui lui indique venir prochainement lui faire son rapport, est retrouvé mort noyé. On parle dans un premier temps d'un décès accidentel suite à un rendez vous avec une femme aux moeurs lègères mais la reine souhaite avoir des certitudes.

Pitt se voit confier cette tâche délicate : enquêter dans l'environnement du prince de Galles et faire la lumière sur le décès de Halbert sur lequel courent déjà des rumeurs.

Il est aidé, un peu contre son gré, par Charlotte et Emilie car il se doit de maintenir le secret de ses investigations.

Pitt a des états d'âme car il est obligé d'employer des moyens qu'il réprouve pour faire toute la lumière sur l'affaire et la façon dont il règle la question ( je n'en dirais pas plus) montre qu'il a beaucoup évolué

Mon avis :

Une intrigue intéressante en cette fin de règne de la reine Victoria.

L'évolution de Pitt est également tout aussi passionnante et bien sûr la peinture de l'époque, perso, j'adore!!

Pitt règle le problème qui lui a été soumis d'une façon qu'il n'aurait pas apprécié à ses débuts!

Je ne l'aurais pas cru mais je me rend compte que j'aime les romans policiers "historiques", enfin dont l'intrigue se situe dans des époques bien éloignées de nos préoccupations mais, d'ailleurs, est ce si éloigné que cela...

Un roman que j'ai beaucoup apprécié, dont l'intrigue est assez dense et qui a le charme d'une époque révolue.

Je trouve que les romans d'Anne Perry sont d'une grande qualité malgré sa prolixité.

A bientôt

Posté par eoghan à 07:24 - - Permalien [#]
Tags : , ,

27 mars 2018

69/ Anne Perry et "Belgrave square"

Bonjour,

41Uf-vGy6WL

Un roman, déjà un peu ancien, écrit par Anne Perry, auteur que j'aime beaucoup pour sa peinture de l'époque victorienne.

L'histoire :

L'intrigue se situe juste après les crimes de jack l'éventreur.

Le supérieur de l'inspecteur Pitt, Micah Drumond,  lui confie une enquête en raison de la possible implication de l'une de ses relations, Lord Byam.

Il s'agit du meurtre d'un usurier, William Weems, dans un quartier de Clerkenwell.

Il était sans pitié pour les malheureux obligés de recourir à ses services mais il semble qu'il exerçait également l'activité dangereuse de maître chanteur. En effet l'inspecteur Pitt a trouvé lors de sa perquisition une liste comportant trois noms de personnes importantes avec la mention en regard de sommes non négligeables.

Il retrouve sur ce liste un magistrat, un policier de scotland yard et un second policier du poste de police de Pitt.

Assez étonnamment Lord Byam ne figure pas sur la liste de Weems.

La victime a été tuée par ce qu'elle a trop apprécié: des pièces d'or dont aurait été chargé un fusil de chasse que l'on n'a pas retrouvé.

 

Mon avis :

J'ai beaucoup aimé ce roman à plusieurs niveaux :

- pour l'intrigue policière qui ménage des surprises même si certains rebondissements étaient prévisibles, je pense au secret du magistrat...

Le final est assez génial, je trouve, le roman finit d'une façon assez abrupte mais inattendue.

- pour la peinture de l'accès à un poste parlementaire.

Le mari d'Emily, soeur de Charlotte Pitt, souhaite en effet se présenter aux élections dont il convient d'organiser divers repas et festivités pour le mettre en valeur.

- la peinture de la société victorienne de l'époque et le souci d'être toujours convenable.

L'épisode de l'arrestation et du procès  d'un ancien secrétaire d'état pour avoir batifolé sur un banc public avec une jeune femme est assez succulent.

Avoir des jeunes filles à marier est également une grande préoccupation de l'époque pour les familles.

- l'existence de sociétés parallèles permettant de faire et défaire les carrières...

Bref vous l'avez compris j'ai trouvé que ce roman était très riche, tant dans ses descriptions des moeurs de l'époque ( !! ) , que de son intrigue.

J'ai retrouvé avec plaisir Charlotte et Pitt bien sûr, leur petite bonne Gracie, Emily au prise avec les soucis d'une grossesse, les descriptions vivantes des bals et occupations de la bonne société mais aussi les petites gens.

Un roman assez foisonnant que j'ai adoré, j'ai trouvé qu'il faisait parti des meilleurs de la série.

Posté par eoghan à 07:06 - - Permalien [#]
Tags : , ,

18 mars 2018

66/ Anne Perry et " meurtre en echo"

Bonjour,

 

index

 

Voici un roman d'Anne Perry dans la série "Monk"

J'ai lu le plus souvent des romans mettant en scène l'inspecteur Pitt. Ici il s'agit de l'autre héros des romans d'Anne Perry se situant toujours à la fin du 19 ème siècle en Angleterre, en pleine époque victorienne.

J'aime beaucoup les livres de cet auteur ( désolée je laisse le nom masculin, les féminins auteure ou encore autrice, comme je l'ai déjà lu, sont horribles)

Bien sûr, j'ai été vraiment étonnée de découvrir qu'Anne Perry, dans une autre vie alors qu'elle s'appelait encore Juliet Hulme, a commis un crime avec sa meilleure amie Pauline Parker. Les deux jeunes filles décidant de tuer la mère de Pauline.

Mais cela n'enlève rien à son talent d'écrivain et elle doit vivre avec ses actes. On comprend un peu mieux la culpabilité qui transparaît dans ses romans via ses différents héros qui ne sont jamais des chevaliers blancs mais ont leurs failles.

 

L'histoire :

Un homme est tué dans des conditions très particulières dans un entrepôt proche de la tamise. Monk qui dirige la brigade fluviale est chargé de l'enquête.

L'homme est un hongrois, tué d'une coup de baïonnette en pleine poitrine. Ses doigts ont été cassés et on trouve sur les lieux 17 bougies trempées dans la sang de la victime.

Plusieurs meurtres similaires ont lieu : les victimes sont toutes hongroises, 17 bougies sont trouvées sur les lieux  trempées dans leur sang, elles sont tuées en plein torses par un objet pointu laissé sur place, elles ont les doigts cassés.

La communauté hongroise est particulièrement remontée contre la police anglaise qu'elle accuse de laisser faire voire protéger le véritable auteur.

Monk patauge complètement car rien de relie les différentes victimes :  ils n'arrivent pas de la même ville, ont des origines sociales différentes, ne se fréquentent pas et ne fréquentes pas les mêmes personnes.

Will, l'enfant perdu que Monk et Hester ont recueilli a bien grandi et poursuit ses études sur le tas pour devenir médecin. Il est amené à rencontrer Fitz, un chirurgien particulièrement doué qui l'aide à soigner des patients.

Il se trouve que Fitz connaît bien Hester qu'il a rencontré lors de la guerre de Crimée. Hester l'avait vu mort sur un champ de bataille et l'avait laissé sur place.

En réalité Fitz, qui a pu se soigner et a vécu plusieurs années en Hongrie, connaît parfaitement le hongrois. Il est de retour en Angleterre depuis six mois et a été amené à soigner de nombreux hongrois.

Fitz serait il l'auteur mystérieux de ces meurtres horribles? C'est d'autant plus vraisemblable qu'il a de graves pertes de mémoires liées aux traumatismes subis lors de la guerre de Crimée. Hester se sent coupable de l'avoir laissé sans secours et décide de tout faire pour l'innocenter ou à tout le moins obtenir une certaine clémence pour un héros de guerre.

 

Mon avis :

Une enquête criminelle qui se tient et que j'ai apprécié.

Monk ne trouve rien et c'est ce qui fait que cette enquête sort de l'ordinaire.

Hester se trouve quant à elle confrontée à un passé qui est double, d'une part les horreurs de la guerre dont elle ne souhaite pas se souvenir et d'autre part sa culpabilité familiale car, du fait de son absence, son père s'est fait escroqué et s'est suicidé.

Il faut donc qu'elle tente de tout faire pour aider son ami Fitz mais aussi elle renoue avec son frère.

J'ai aimé l'intrigue et l'ambiance particulière de l'époque victorienne décrite sans misérabilisme. Les héros sont interessants et attachants avec leurs failles et leur courage.

L'intrigue ne se dévoile qu'à la toute fin du roman!! palpitant!!

Une lecture que je recommande.

 

 

Posté par eoghan à 10:49 - - Permalien [#]
Tags : , ,