01 septembre 2018

1/ année 2 Alexis Aubenque et "Un automne à River Falls"

Bonjour,

 

Un-automne-a-River-Falls

 

Comme je l'ai dit lors d'un post précédent, je me suis procuré la suite de sept jours à River Falls.

Ce roman a obtenu le prix Polar en 2009.

L'histoire :

Environ cinq mois se sont passés depuis le roman précédent.

Mike Logan a repris son activité et Hurley a pris un congé sans solde pour rester à ses cotés pendant sa convalescence.

Il est chargé, lors de sa reprise du travail, d'une nouvelle enquête, la victime étant Robert Gordon, un richissime avocat  de la communauté de River Falls. Il est retrouvé electrocuté dans son jacuzzi par sa petite amie du moment, Samantha. La piste de l'accident est privilégiée, en tout cas dans un premier temps...

Le légiste constate en effet la présence de chloroforme et conclut à un assassinat.

L'enquête s'avére délicate, d'autant qu'un dossier est retrouvé dans son coffre mettant en cause de nombreuses personnalités locales. Le dossier est toutefois volé au sein même du commissariat.

Lors de l'autopsie, le médecin légiste informe Logan de l'existence d'un autre décès : celui d'un SDF retrouvé proche d'une rivière et qui a également été assassiné.

Par ailleurs, Kyle et Stuart débutent leur vie universitaire tout en dissimulant le fait qu'ils sont frères et faux jumeaux.

Kyle, grand sportif, fait partie de la fraternité Alpha et intégre l'équipe de football de l'université, qui a perdu deux de ses membres assassinés lors du précédent volet.

Stuart, plus petit et grassouillet est admis au sein de la fraternité Delta. Il devient l'ami de Judith et le confident de sa soeur Sharonn qui souffre d'anorexie.

Hurley, qui se rend sur le site où a été retrouvé John Doe, le SDF, arrive à interpeller Tom, un jeune marginal arriéré. Il a assisté au meurtre et est capable de dessiner un portrait de l'assassin.

Tom est installé au sein d'une institution et un avis paru dans la presse lui permet de retrouver son père adoptif. Ce dernier est assassiné et Tom est tué lors d'une mise en scène faisant croire à son suicide.

Un autre membre éminent de la communauté de River Falls est également assassiné.

Mon avis :

J'ai bien aimé les personnages de Kyle, Stuart et Sharonn. Les deux premiers sont intrigants dans leur volonté d'entretenir le secret sur leur parenté.

Mais le shérif et sa compagne sont d'une médiocrité affligeante et l'enquête est lamentable. Logan m'a carrément tapé sur le système, il est assez stupide et son amie, moins douée tu meurs!

Quelques exemples :

Tom arrive à faire un portrait robot de l'assassin qui est publié dans la presse. A ce stade, pas de problème.

Là où l'on peut admirer le savoir faire du shérif et de la profileuse  " très douée" , c'est que Tom, adulte attardé mental, n'est pas protégé en tant que seul témoin d'un meurtre, mais fait même l'objet d'une recherche de ses proches par voie de presse!! c'est très fort  pour un professionnel!!

A aucun moment le shérif se dit que si Tom a vu l'assassin, la réciproque peut être aussi vraie!

La profileuse, qui le traite à un moment comme le petit enfant qu'il est en réalité, pense subitement que Tom a assassiné son père adoptif avant de se suicider, c'est sûr elle est douée.

Quant au SDF assassiné : l'un des hommes sans abri fait état de la disparition de bon nombre d'entre eux, eh bien aucune recherche dans les archives et aucun lien n'est fait avec le mort anonyme...

Le roman se laisse lire mais il est quand même bourré d'invraisemblances et de sentimentalisme médiocre. J'ai le troisième de la série mais j'hésite à poursuivre ma lecture.

Il n'y a pas de véritable travail d'enquête, ça part dans tous les sens... Je suis étonnée quand même que ce roman ait eu un prix et qu'il fasse l'objet de commentaires élogieux. Pour moi il se laisse lire, sans plus, je suis désolée de commencer mon année 2 de ce blog avec un polar aussi moyen.

Heureusement, j'avais emmené en vacances mes "John Connolly" et d'autres fiches de lecture vont arriver!

A bientôt

 

 

 

 

Posté par eoghan à 07:16 - - Permalien [#]
Tags : , ,


30 août 2018

143/ Alexis Aubenque et " sept jours à River Falls"

Bonjour,

7-jours-a-river-falls

Alexis Aubenque est un auteur français qui a oeuvré dans le domaine de la science fiction et a écrit, à partir de 2008, des séries, l'une consacrée à River Falls, une deuxième appelée Nuits noires à Seatle et enfin une série Jack Turner.

Je n'ai lu aucun de ses précédents romans.

J'ai débuté avec Sept jours à River Falls, un livre paru en 2008 et qui a inauguré la série River Falls.

L'histoire :

Le roman débute de façon assez bucolique avec l'escapade de deux enfants en forêt. Ils assistent de loin à la scène curieuse d'un homme déchargeant des colis suspects et se sauvent. Le plus jeune s'étant blessé en tombant, l'ainé décide d'aller chercher des secours mais se fait renverser par une voiture.

Il est établi qu'il ne s'agit pas d'un accident mais d'un meurtre.

Une battue est organisée pour trouver le plus jeune frère. Il est retrouvé inconscient mais, à proximité, les corps de deux jeunes filles sont  découverts. Il s'agit de deux étudiantes de River Falls : Amy Paich et Lucy Barton. L'enquête s'oriente vers un certain Larry qui a disparu en même temps qu'elles.

Contrairement à ce que pense la police, Larry n'est pas l'auteur des meurtres même si tout l'accuse. Il a, en réalité, été enlevé en même temps que les autres victimes afin de porter le chapeau. Cette manigance est une réussite car un policier, avide de notoriété, le tue dans une course poursuite.

Sarah Kent, amie d'enfance des deux jeunes victimes, a reçu deux jours avant leur mort, une lettre de leur part.

Ce courrier l'a beaucoup étonnée car, Sarah souhaitant se consacrer à ses études,avait perdu de vue ses deux amies plus fêtardes .

Elle n'a pas osé en parler à la police de peur de devenir suspecte comme l'avait sous-entendu son petit ami Brian.

Le shérif Logan reçoit l'aide du FBI en la personne de Jessica Hurley, une profileuse douée qui est, en outre, son ex-petite amie.

Jessica a des doutes sur la culpabilité de Larry. Elle ne comprend pas les raisons l'ayant amené à revenir à son domicile, alors qu'il était supposé être en fuite, de plus il n'avait aucun antécédent de violences.

Elle a tout à fait raison puisqu'à mi-roman on sait que Donald, ancien enfant perturbé et violenté par sa mère, a tout organisé et recherche maintenant Sarah...

 

Mon avis :

 

J'hésite souvent à lire des auteurs français, je l'avoue.

Dés le début du livre, on a envie de le lire et savoir ce qui arrive aux deux enfants...

L'amorce du roman est donc, à mon humble avis, pas mal faite.

La découverte des corps, l'identification et les méandres de l'enquête font que j'ai poursuivi ma lecture avec plaisir...

Le flic médiocre, qui veut son heure de gloire et abat le coupable présumé, tombe un peu trop bien car, à ce stade, il n'y a pas grand chose permettant de relier Larry aux meurtres à part le fait qu'il connaissait les victimes et avait disparu. Là je me trompe car sa voiture est également identifiée sur les lieux de l'abandon des corps!

A ce stade il manque quand même beaucoup d'éléments au dossier.

Donc un roman pas mal fait et qui se laisse lire agréablement.

Je me suis donc procuré les autres livres afin de voir ce que ça donne, étant précisé que le second a été primé me semble-t-il.

A bientôt

Posté par eoghan à 07:09 - - Permalien [#]
Tags : , ,

28 août 2018

142/ Gilles Bornais et "Le diable de Glasgow"

Bonjour,

 

le diable de glasgow

 

 

L'auteur est un journaliste né en 1958.

Ce roman est paru en 2001 et se déroule fin 19 eme siècle. Il a été réedité en 2009 mais en format poche.

L'histoire :

Joe Hackney est un ancien petit délinquant devenu policier et qui exerce désormais à Scotland Yard.

Il est petit, maigre et boite, toutefois il est intelligent et doué dans ce qu'il fait.

Il est envoyé par Scotland Yard en Ecosse ou ont lieu plusieurs crimes assez particuliers.

Assez rapidement l'inspecteur chef Buchanan fait le lien entre l'assassinat en 1887  d'un bijoutier annobli et une affaire dont il avait eu à connaitre deux ans auparavant : l'assassinat d'un pharmacien et de sa fille de 16 ans.

Puis une affaire plus ancienne remonte à la surface : la mort violente d'une jeune femme Margaret Benison en 1880.

Les cinq victimes ont ete tuées par la même arme courbe portant des traces de rouille. D'autres victimes apparaissent plus anciennes dont le père de Joe Hackney.

Si les caractéristiques physiques de l'auteur se retrouvent de meurtres en meurtres, l'âge de celui-ci ne peut pas correspondre.

Mon avis :

L'époque est bien retracée mais je n'ai pas trop apprécié le style narratif. Dès le début du roman l'écriture de celui-ci m'a gênée.

Toutefois les meurtres ont des particularités qui font que l'on a envie de connaître la fin, en ce sens le contrat est rempli.

Joe Hackney est assez intéressant et l'on suit avec un certain plaisir ses investigations.

Hélas la fin est franchement décevante, en tout cas, pour moi...

Finalement une réelle déception et  ce n'est pas un roman impérissable.

Mais comme je le dis souvent, il ne s'agit là que d'une impression personnelle et d'autres lecteurs sont susceptibles d'y trouver leur bonheur.

A bientôt

 

 

 

 

Posté par eoghan à 07:14 - - Permalien [#]
Tags : , ,

08 août 2018

132/ Claude Izner et "les souliers bruns du quai Voltaire"

Bonjour,

 

51N4nVPeEeL

Je lis souvent des romans de Claude Isner que j'adore.

Surtout les aventures de Victor Legris et de son acolyte Joseph.

Ce roman date de 2011, j'ai du retard!!

L'histoire :

Joseph est désormais associé de la Librairie L'Elzevir, rue des Saints Pères,  dans laquelle il travaillait pour Victor et Monsieur Mori.

Désormais Joseph a épousé Iris la fille de Monsieur Mori et la soeur de Victor. Le couple a deux enfants.

De son coté Victor est toujours avec Tasha dont il a une petite fille, Alice, âgée de quelques mois.

Monsieur Mori vit avec la mère de Tasha.

Tout a changé depuis mes dernières lectures... Nous sommes en décembre 1897 quand débute ce roman avec un premier meurtre, celui d'un libraire en chambre.

D'autres meurtres vont suivre puisqu'un corps dans tête est trouvé dans l'un des casiers d'un bouquiniste sur les quais. Ce bouquiniste  se trouve être Fulbert, le parrain de Joseph.

De plus, peu de temps après, la mère de Joseph découvre une de ses amies proches assassinée et ses confitures volées. Plusieurs membres du club des "croque fruits", des passionnés de confiture, sont sauvagement assassinés.

Victor et Joseph mènent l'enquête sous la protection discrète mais efficace de monsieur Mori.

Amadeus, un  excentrique, est soupçonné.

Mon avis :

Une description toujours agréable du Paris de l'époque, la grande histoire se mêle à l'intrigue policière puisque Zola lance son "J'accuse" provoquant de sérieuses polémiques.

Victor semble s'être rangé mais la soif de mystère lui fait déroger à la promesse faite à Tasha de ne pas se mettre en danger.

On retrouve avec plaisir la gouaille des différents protagonistes et on suit leur évolution au sein de ce Paris de la fin du 19 eme siècle même s'il y a parfois des longueurs et des descriptions un peu trop fouillées.

On se perd aussi parmi les nombreux personnages.

L'histoire se dénoue par une plongée dans le paranormal et se termine par une note d'humour bien plus tard.

J'ai beaucoup aimé malgré mes petits bémols.

Je ne pense pas que l'on lit Claude Izner uniquement pour l'intrigue quoique celle-ci, par certains aspects est intrigante même si la chute est un peu décevante, quoique... Ce que l'on aime c'est l'évolution des personnage et la reconstitution d'un Paris disparu.

A bientôt

Posté par eoghan à 07:46 - - Permalien [#]
Tags : , ,

31 juillet 2018

128/ Laurence Tournay et " Demain tu mourras"

Bonjour,

demain tu mourras

Je suis tombée par hasard sur ce roman.

L'auteur est né en 1959 et c'est une ancienne institutrice qui a gagné à de nombreux jeux télévisés apparemment.

L'histoire :

Une chute, un coup à la tête et François découvre qu'il "voit" les personnes qui meurent le lendemain.

Bien sûr ce "don" fait qu'il tente d'éviter le pire aux victimes et devient un suspect aux yeux de la police.

Il trouve que sa femme ne l'a pas vraiment soutenu lors de sa garde à vue et une dispute les oppose ce qui fait que l'épouse va se faire consoler ailleurs pendant qu'un criminel continue de tuer en gravant sur le ventre de ses victimes le signe de l'infini.

Mon avis :

Les critiques que j'ai pu lire sont plutôt positives, je tiens à la préciser.

L'idée de départ n'est pas mal, même si des romans et des séries l'ont déjà utilisée, de plus le roman se laisse lire.

Mais, pour le reste, je dirais que ce n'est pas vraiment top.

Le couple que forme Vincent et Julie est  absurde, Julie tombant immédiatement dans les bras d'un médecin qu'elle consulte pour la première fois, les dialogues sont d'une pauvreté affligeante et les policiers sont caricaturaux et ridicules.

Il y a une sorte de comique de répétition :

- le commissaire est ainsi dérangé chaque fois qu'elle tente de manger une patisserie ou une viennoiserie,

- le dragueur qui s'attaque à tout ce qui bouge,

- le timide habillé de façon ridicule qui intervient toujours à contre temps,

- la beurette de service qui ne peut rien faire car malade pour tout : conduire une voiture, prendre le train,  prendre l'avion

Bref une joyeuse équipe de bras cassés... une totale caricature!

Bon chacun ses goûts et je vous laisse vous faire votre propre opinion, j'avoue avoir été étonnée de trouver autant d'opinions dithyrambiques, c'est peut être moi qui suis à coté de la plaque .

A bientôt

 

Posté par eoghan à 10:56 - - Permalien [#]
Tags : ,


27 juin 2018

111/ Adrien Anderson et " Le cercle de Seth"

 

Bonjour,

 

le cercle de seth

 

J'ai découvert que ce roman est le dixième de cet auteur que je ne connaissais pas.

Adrien Anderson est né en 1987.

 

Ce roman a une préface d'un ancien du GIGN, diable !!

 

 

 

l'histoire

 

 

 

Le tout jeune inspecteur Jim Spenser est chargé d'une enquête sur plusieurs meurtres.

 

Le premier meurtre a été tout d'abord qualifié de crime passionnel mais, avec la découverte de deux autres victimes, il est devenu évident qu’un tueur en série sévissait.

Au début du roman, Jim Spenser compte près de 10 victimes.

 

 En étudiant les  archives, il constate qu'une série de 13 homicides avait eu lieu 18 ans auparavant, l'auteur n'ayant jamais été identifié.

 

 Il est appelé sur les lieux d'un nouvel homicide …

 

 Il s'agit cette fois d'un septuagénaire assez aisé, mort depuis quelques jours. Le corps avait la bouche cousue, était énucléé et les parties inférieures semblaient brûlées à l'acide au point de laisser apparaître les os.

 

 

 

Jim Spenser étudie les éléments du dossier et finit par penser que les dates de naissance des victimes seraient importantes.  Il décide de se rendre chez une numérologue et la trouve assassinée.

 

 

 

Il se fait assommer après avoir prévenu la scientifique.

 

 

 

Il se rend chez un autre numérologue, persuadé que sa piste est la bonne et apprend qu'il existe effectivement un lien entre les victimes. Toutefois, sur la route du retour, il est victime d'un accident qui le laisse dans le coma,.  Par hasard, sa voiture est confiée à la scientifique qui constate qu'il y avait eu sabotage d'une des roues

 

 L'enquête est reprise pas son collègue Julian Casnov qui décide de placer la voyante sous protection.

 

 

 

A ce stade de ma lecture, soit une trentaine de pages, je me suis sentie épuisée et pas du tout motivée pour poursuivre.

 

 

 

Mais, pour mon blog, j'ai repris ma lecture espérant une embellie.

 

 

 

Bon je résume, les victimes sont choisis selon leur date naissance, la prochaine est «  vierge » et maintenant il faut trouver une banque de données. Miracle, toutes les victimes sont nées dans la même localité. Julian demande à la mairie de lui communiquer le dossier des agents municipaux et face à un refus, décide de pénétrer nuitamment dans les lieux.

 

 

 

J'ai finalement arrêté là ma lecture car je n'en pouvais plus.

 

 

 

Ayant survolé la fin, j'ai cru comprendre qu'il y avait une importante conspiration et beaucoup de morts.

 

 

 

Je vous laisse lire ce roman pour moi... 

 

 

 

Mon avis :

 

 

 

Tout d'abord l'écriture

 

 

 

Lorsque je lis un policier, j'avoue humblement que l'histoire me passionne plus que le style, enfin dans une certaine mesure. Et puis, souvent je me dis que mon écriture n'est pas top, mon orthographe non plus et que je n'ai guère de leçons à donner aux autres...

D'ailleurs je ne critique pas le style, il est court, direct... pourquoi pas.

Mais, assez rapidement, j'ai pu constater des tournures un peu limites, voici quelques exemples pris dans les 30 premières pages ( sans doute ) ...

Il y en a sans doute d'autres, mais je ne suis pas prof de français et l'exercice entravait pas lecture."

 

  • «  brusquement épris d'un soubresaut, il se baissa » pour moi ce n'est pas du français non?

  • "lieux decorés avec goût et ostension",perso je parlerais d'ostentation non? quoique goût et ostentation cela me parâit un peu contradictoire..
  • "Il se para à demarrer l'ordinateur"..

 

 bref une écriture pas top du tout, un manque de relecture sans doute et qui a fini par m'ennuyer!

Des erreurs :

 

Et puis, c'est sans doute un détail car dans un roman ce n'est pas essentiel, quoique hi hi

J'ai remarqué des erreurs sur le nombre de victimes : au début du roman, Jim Spenser compte près de 10 victimes ( je pense perso que chargé d'une telle enquête on indique le réel chiffre des morts ) et se rend sur les lieux du meurtre d'une autre victime, la onzième ou la dixième ?  eh non, c'est la neuvième apprend-on plus tard  …

et quelques pages plus tard il précise que, sans la mort de la numérologue il y a dix victimes, alors c'est neuf ou c'est dix?. Ce n'est pas fondamental mais c'est irritant.

 L'histoire :

 

là je vous laisse choisir car mes fiches de lecture sont personnelles et peut être allez vous aimer, de plus j'ai calé en route...

D'ailleurs, pour être complète et tout à fait juste, j'ai eu la curiosité de regarder les commentaires  sur Amazon et même Babelio, eh bien j'ai été fort surprise car les lecteurs sont plutôt emballés!! 

A bientôt

 

 

Posté par eoghan à 07:00 - - Permalien [#]
Tags : ,

25 juin 2018

110/ Johana Gustawsson et "Mör "

Bonjour,

mör

Un nouveau roman de cet auteur français mariée à un suédois. Le choix de son nom de plume par l'auteur n'est sans doute pas anodin car le lecteur est en ce moment fan des romans du Nord de l'Europe  et d'ailleurs si j'ai choisi Block 46 et Mör c'est en raison du nom et de la quatrième de couverture...

J'ai déjà lu le premier roman de cet auteur qui vit à Londres, il s'agit de « Block 46 » dont j'ai fait précédemment une fiche de lecture et que j'avais beaucoup aimé. Il se trouve que j'avais pris à la médiathèque « Mor » du même auteur et je me suis empressée de le lire.

Ce roman a été publié en France en 2017.

 

L'histoire :

 

Le 16 juillet 2015, le corps d'une jeune femme est découvert appuyé contre un arbre au bord du lac Torvsjön à Halimstad en Suède.

Des morceaux de chair lui ont été enlevés au niveau des seins, des reins , des cuisses et des fesses. Sa mort est due à la strangulation et elle porte la trace d'une chaîne à l'une de ses chevilles. Une plume noire est retrouvée dans chacune des oreilles de la victime.

L'inspecteur Karla Hansen est chargée de l'enquête.

Son mari, Dan est un écrivain de littérature pour adolescents et le couple a deux filles.

Karla compte sur cette enquête pour avoir de l'avancement et peut être aller exercer son activité à Scotland Yard, ce qui est son grand rêve.

Elle s'inquiète lorsqu'elle constate que c'est le commissaire Lennart Bergström qui est dépêché pour superviser les investigations . Toutefois elle n'est pas dépossédée de l'enquête car il s'agit juste de remplacer le commissaire du lieu, victime d'un grave accident.

 

Parallèlement, à Londres, une autre femme est enlevée à proximité de son domicile. Il s'agit d'une actrice Julianne Bell. La profileuse, Emily Roy, est appelée à la rescousse par le DCS Pearse. Elle découvre sur les lieux de l'enlèvement une paire de tennis dans un sac congélation avec des chaussettes pliées dans la chaussure gauche. Cette découverte la laisse perplexe car il s'agit de la signature d'un tueur en série Richard Hemfield, déjà enfermé eu sein de l’hôpital psychiatrique de Broadmoor.

Richard Hemfield est au demeurant celui qui a tué le compagnon d'Alexis Castells, écrivain français qui écrit un livre sur l'affaire Ebner, objet de ma précédente fiche de lecture.

Cette mort est intervenue lors de l'arrestation de Richard Hemfield alors recherché pour le meurtre de six femmes entre octobre 2004 et septembre 2005. Il les avait maintenu en captivité pendant plusieurs jours. Elles n'avaient subi aucun sévices corporels et sexuels mais on avait retrouvé des plumes noires dans les oreilles et de la chair avait été découpée aux endroits emblématiques de la féminité.

 

Emilie Roy pense que Richard Hemfield a peut être été condamné à tort pour ces meurtres  mais Alexis est tout à fait hostile à cette idée et poursuit son enquête de son coté.

 

A coté du déroulement de l'enquête, on se plonge dans la vie à Whitechapel à l'époque où sévissait Jack l'éventreur. On suit l'existence difficile d'une jeune suédoise qui a fuit les violences paternelles pour travailler à Londres. Frieda est l'amie de Liz qui sera une victime de l'éventreur. Si elle évite de tomber dans la prostitution dans un premier temps, une grossesse non désirée et la perte de son travail lui vaut la déchéance. Les années passent, sa fille revient en Suède et on suit sa vie puis celle de sa fille.

 

On suit également ce que devient Julianne Bell.

 

Mon avis :

Le roman est dense et prenant. Je n'ai pas pu le lâcher.

L'enquête est bien menée et il y a de nombreuses surprises jusqu'au dénouement final.

Je me suis parfois perdue entre Londres et la Suède mais c'est peut être parce que j'avais tellement hâte de lire la fin.

L'idée est que l'on est ce que le passé a fait de nous d'ou cette plongée dans l'histoire de la famille de Frieda.

J'ai donc beaucoup aimé ce roman,peut être improbable, mais si passionnant qui nous plonge dans l’horreur !! j'adore !!

 

 

Posté par eoghan à 07:18 - - Permalien [#]
Tags : , ,

23 juin 2018

109/ Johana Gustawsson et " block 46"

Bonjour,

 

 

index

 

L'auteur m'était totalement inconnue et je l'ai découverte à la médiathèque.

Ce roman a été publié en France en 2015 par les éditions Bragelonne.

Je lis que l'auteur a apparemment écrit un livre, en fait deux avec Laétitia Milot, cela m'a étonnée !

Après une petite recherche sur le net, j'ai vu qu'elle était née à Marseille en 1978!! j'en ai été baba hi hi!

En fait elle est mariée à un suédois ... ceci explique le patronyme. Elle vit désormais à Londres.

 

L'histoire :

L'auteur nous emmène en juillet 1944 dans un train de déportés à destination de Buchenwald.

Parmi ces malheureux, un étudiant en médecine Erich Ebner dont on suit le parcours au sein du camp jusque la libération de celui-ci.

Il vit l'enfer avant de trouver un semblant de normalité ( enfin si on peut dire) au sein de block 46 en travaillant avec le SS Fleischer sur des enfants morts.

 

A l'époque actuelle, le commissaire Bergstrôm de Falkenberg est appelé sur les lieux d'un crime où il trouve le corps d'une jeune femme blonde au pubis rasé et dont on a enlevé les yeux et sectionné la trachée. Elle se trouvait enterrée sur la plage gelée, dissimulée sous la coque d'un vieux bateau.

 

A Londres, Alexis Castells, écrivain spécialisée dans la biographie de tueurs, se rend à une soirée chez Cartier où sont présentées les dernières créations de sa meilleure amie, Linnea.

Mais Linnea est absente de ce moment qu'elle préparait depuis de nombreux mois et qui devait être sa consécration en tant que créatrice de bijoux. Partie se ressourcer sans sa maison en Suède depuis quelques jours, elle n'était pas revenue.

Son compagnon, Peter Templeton, arrive à l’inauguration complètement effondré.

Alexis décide de l'accompagner à Falkenberg avec Alba, une autre proche de Linnea.

 

Le chauffeur, qui les accueille, les conduit chez Stellan Eklund, un ancien policier ami de Linnea, où le commissaire Lennart Bergström et Kristian Olofson, leur apprennent que le corps découvert sur la plage est bien celui de Linnea.

 

Le lendemain, au commissariat, Alexis découvre la présence de Emily Roy, une profileuse canadienne recrutée par Scotland Yard. Linnea est la dernière victime d'un tueur en série plusieurs corps présentant les mêmes mutilations ont été découverts à Londres.

 

Mon avis:

Le roman est dense, mais l'intrigue se suit aisément.

La vie d'Erich Ebner à Buchenwald est terrifiante, terrifiante mais aussi passionnante. C'est un peu déplacé, vu le contexte de ce récit, de dire que j'ai adoré mais c'est  vrai !!

J'avais hâte de découvrir l'épisode suivant de la vie de ce survivant dans le camp de sinistre renommée.

Un va et vient entre le passé et l'enquête actuelle recèle son lot de surprises jusqu'au coup de théâtre final, je dirais même aux coups de théâtre car il n'y en a pas qu'un seul !

Ayant emprunté le roman suivant du même auteur, je vais me plonger à nouveau dans l'univers de Johana Gustawsson avec délectation. J'avoue que cela me réconcilie avec les polars français!!

A bientôt avec le second roman de la série.

Posté par eoghan à 07:00 - - Permalien [#]
Tags : , ,

21 juin 2018

108/ Petronille Rostagnat et " Ton dernierr souffle"

Bonjour,

ton dernier souffle

 

L'auteur est une jeune femme qui se décrit comme amateur de voyages. Elle vivrait à Dubai.

C'est son deuxième roman, le premier étant "La fée noire" que je n'ai pas lu.

Ce roman est paru en 2017.

L'histoire :

Un corps décomposé est découvert dans le bois de boulogne dans un cercueil de bois de palette et enfoui dans le sol.

L'enquête est confiée au commandant Alexane Laroche.

La victime n'est identifiée que grâce aux numéros de ses implants mammaires. Il s'agit de Diane. Cette dernière avait rencontré un an auparavant un homme, Damien, avec lequel elle avait eu une liaison passionnée avant de le quitter en raison de sa jalousie maladive.

Il l'avait coupée de ses amis et collègues, et, après la rupture, ne cessait de la harceler.

Elle avait rencontré ensuite Christophe et le couple envisageait de se marier. Diane était d'ailleurs enceinte au moment de son décès.

Une autre femme, Audrey,  est également assassinée et enterrée sommairement dans un autre cercueil de bois. Elle avait rencontré cinq hommes lors de son inscription sur un site de rencontre. Les données concernant l'un de ses hommes ne permettaient pas de l'identifier, il utilisait une carte téléphonique prépayée et des ordinateurs publics.

De son coté, Sophie, une amie d'Audrey qui s'était inscrite sur le même site, rencontre Christophe puis un certain Grégoire.

Christophe est rapidement mis hors de cause mais il disparaît mystérieusement avant d'être lui aussi retrouvé mort.

L'enquête piétine pendant que le commandant Alexane n'est pas insensible au charme de son troisième de groupe.

Mon avis :

Ce n'est pas le roman policier de l'année mais cela se laisse lire et on passe un moment agréable à lire le déroulement de cette enquête. L'écriture est claire et simple, j'ai apprécié.

On soupçonne Christophe mais rapidement le nouvel ami de Sophie fait figure de coupable.

j'ai lu plusieurs avis sur ce roman et beaucoup étaient surpris par l'identité du tueur... là c'est moi qui suis ébahie hi hi!!

Bon c'est une lecture agréable.

A bientôt

Posté par eoghan à 07:00 - - Permalien [#]
Tags : , ,

06 mai 2018

86/ Jean Failler et " les bruines de Lanester"

Bonjour,

les-bruines-de-lanester-mary-lester-a-lorient

Un drôle de personnage que celui de Jean Failler, né en 1940 en Bretagne.

Il a eu plusieurs vies et a commencé à écrire en 1983, il a sans doute écrit avant mais c'est à cette date qu'il a reçu un prix pour une pièce de théatre.

Puis en 1998 il a commencé à écrire des romans policiers mettant en scène Mary Lester.

C'est pour cette raison que j'ai emprunté ce roman car je me souvenais vaguement de cette série.

J'ai donc débuté ma lecture avec un petit roman qui se situe à Lorient.

L'histoire :

Mary Lester est une jeune femme qui a fait des études universitaires, a travaillé chez un avocat avant d'entrer à l'école de police.

Au début du roman elle est donc stagiaire auprès d'un inspecteur plus chevronné Marc Amadeo, aux allures de bellâtre méditerranéen, voire, selon Mary, de maquereau marseillais.

Et Mary s'ennuie... on ne lui donne que des tâches administratives sans grand intérêt et lorsqu'on découvre un clochard mort, l'enquête est rapidement classée comme étant un accident.

De même la disparition du directeur de l'hypermarché local est classée comme étant une fugue...

Mais Mary cogite et essaie de relier le directeur disparu, le clochard noyé, le bateau disparu et une cabane face à la mer pour arriver à la solution.

Mon avis :

Une plume alerte, une écriture plaisante...

On ne s'ennuie pas en lisant ce roman.

Mais l'existence des inspecteurs féminins en 1998 n'était déjà plus une nouveauté et il y a quand même pas mal de clichés dans la description de la vie de ce commissariat.

C'est apparemment le premier roman d'une série, je vais peut être tentée d'en lire un plus récent histoire de voir... mais je ne sais pas quand, car j'ai un projet sur le feu...

J'avais lu, que dis-je dévoré, cet été les romans de Nicci French sur Frieda Klein.

Si j'étais partie avec un des romans, j'ai acheté ce qui était dans la librairie, poussant le vice à commander les autres. A ce sujet j'avais été sidérée de voir qu'il y avait le lundi puis le mercredi mais pas le mardi ( enfin il manquait des volumes pour faire une vraie série) et il n'était même pas en commande.

Mais cet été il n'y avait pas encore le samedi, que ma fille m'a offert contre prêt des autres romans puis du samedi hi hi.

j'ai vu que le dimanche était paru donc je relis les précédents ...

A bientôt

Posté par eoghan à 07:00 - - Permalien [#]
Tags : , ,