21 septembre 2018

11 annee 2/ Kjell Eriksson et " la princesse du Burundi"

Bonjour,

41vUajXeEzL

Le deuxième roman de cet auteur que je lis. Il a obtenu le prix du meilleur roman policier suédois en 2002.

L'histoire :

Petit John est retrouvé assassiné à l'endroit où les chasse neige amène la neige retirée des rues. Avec son frère aîné Lennart, ils avaient été de petits malfrats bien connus de la police locale mais depuis plusieurs années Petit John était rangé.

Il était au chômage depuis quelques mois et sa femme Berit s'inquiétait beaucoup de leur devenir  et pensait à leur fils de 14 ans, Justus.

Petit John était soudeur mais il avait été licencié par son patron suite à une baisse d'activité selon ce dernier, mais plutôt pour incompatibilité d'humeur selon un autre salarié.

Toutefois Petit John, passionné qu'aquariophilie, avait des projets que l'on découvre au fil de l'enquête.

Ann Lindell, tout au moins au début de ce roman, n'exerce pas son métier d'enquêteur à la criminelle, elle se trouve en effet en congés parental suite à la naissance de son fils qu'elle élève seule. C'est son second, Ola Haver, qui dirige l'enquête.

Dans le précédent roman, elle avait été enceinte d'une relation d'un soir et elle envisageait un éventuel avortement...

La princesse du Burundi, qui donne le titre à ce roman, est en réalité le nom d'un poisson.

Mon avis :

Une enquête dans les milieux pauvres de Uppsala, dans la banlieue de Stockholm... un univers triste et déprimant, sans avenir et sans rêve, sauf celui qu'avait John et qui n'a pas vraiment abouti...

Mon avis sur ce livre est partagé :

- d'un coté la peinture de cette société suédoise qui a été souvent montrée en exemple est dramatique pour les gens modestes qui n'ont aucune perspective : délinquance, petit boulot et mépris des dirigeants... cette peinture de la société est remarquable!

- d'un autre coté j'ai trouvé le roman lent ( est ce une critique ?) très lent et pesant...

Maintenant il y a une sorte d'atmosphère dans ce roman qui fait que j'ai quand même apprécié mais on n'en sort pas avec la pêche, il faut le savoir. Perso, après l'avoir lu, j'avais le moral à zero hi hi!

A bientôt

 

Posté par eoghan à 07:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


19 septembre 2018

10 annee 2/ Kell Eriksson et " le cercueil de pierre"

Bonjour,

le cercueil de pierre

L'auteur :

Kjell Eriksson, né en en 1953 en suède, est l'auteur de plusieurs romans policiers.

C'est un lisant celui-ci que j'ai eu l'impression d'en avoir au moins lu un mettant en scène Ann Lindell mais je n'en suis pas très sûre.

Ce roman, " le cercueil de pierre" date de 2001 et a été traduit en français en 2010.

L'histoire :

Une jeune femme et sa fille de six ans se font renverser par un chauffard, la fillette meurt sur le coup et la mère dans les minutes qui suivent. Le père, Swen-Erik Cederen, a disparu et il est soupçonné d'avoir assassinée sa famille pour refaire sa vie avec sa maîtresse.

Finalement il est retrouvé mort dans sa voiture qui d'après les traces est bien celle ayant causé la mort de sa femme et de sa fille. La police conclut à un double assassinat suivi d'un suicide... la maîtresse n'est pas identifiée et elle ne se manifeste pas, au moins dans un premier temps.

Son associé déclare tout ignorer des infidélités de son ami avec lequel il a créé une entreprise pharmaceutique.

Quelque temps plus tard, la même entreprise est mise en cause par des défenseurs de la cause animale.

Gabriella Mark affirme, anonymement, que son amant n'a pu se suicider comme on le décrit mais avant qu'elle ait pu s'expliquer, elle est, elle aussi, assassinée...Une sorte de voiture utilitaire rouge est aperçue à proximité de sa ferme rénovée.

Une annotation de Gabriella les fait remonter à un certain Pälle que la police n'arrive cependant pas à identifier. L'enquête se poursuit à Malaga où Medforst a un associé espagnol.

Des anomalies financières sont relevées.

Swen-Erik Cederen a également acquis, avec de l'argent de l'entreprise, un terrain en République Dominicaine...

Ann Lindell, qui a quitté six mois auparavant Edvard, se rend compte qu'elle l'aime toujours et c'est réciproque. Le couple se retrouve là où réside son ami et envisage de vivre ensemble. Mais Ann, qui a eu entre temps une aventure d'un soir, découvre être enceinte.

Mon avis :

Le roman date de 2001 et n'est pas de première fraîcheur, si j'ose dire... toutefois le sujet abordé, à savoir les dérives de l'industrie pharmaceutique sont d'une totale actualité.

J'ai aimé le personnage d'Ann Lindell avec ses failles et ses préoccupations personnelles, ça l'a rend tout à fait normale. Petit bémol, c'est parfois un peu longuet...

Si la personnalité de Gabriella émerge de l'enquête, ce n'est pas le cas de l'épouse et il existe, la concernant, beaucoup de zones d'ombre. On aurait aimer mieux la cerner.

L'enquête est intéressante même si elle manque un peu de tonus à mon goût. Ainsi lorsque la maîtresse est enfin identifiée, on pourrait penser qu'elle est rapidement interrogée mais non, c'est remis au lendemain et elle est assassinée entre temps.

De même, la fin me paraît peu crédible avec l'intervention du personnage de la mère qui, finalement, permet de dénouer l'intrigue ou à tout le moins une partie de celle-ci... C'est tout à fait artificiel et j'ai été un peu déçue.

Je ne pense pas avoir lu le roman qui introduit la série mais celui-ci se laisse lire agréablement même s'il n'est pas à la hauteur des grands auteurs nordiques.

Comme j'en ai emprunté deux du même auteur, vous aurez droit à une seconde fiche de lecture.

A bientôt

Posté par eoghan à 07:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 août 2018

131/ Camilla Lackberg et "Cyanure"

Bonjour,

9782330001346

Un petit roman aujourd'hui...

Il a été publié en 2006 en suède et traduit en France en 2011.

L'histoire :

Martin Molin, policier et collègue de Patrick Hedstöm,    a  cédé à sa petite amie et est venu fêter Noël avec sa famille dans une ancienne colonie de vacances luxueusement restaurée située sur l'ile de Välo. Il est présenté au grand père, un ancien homme d'affaires richissime.

A table, alors qu'il vient d'annoncer qu'il a décidé de déshériter ses proches, le vieillard  s'écroule et Martin Molin détecte une odeur d'amande. Le vieil homme a été assassiné au cyanure.

La tempête de neige, qui s'est abattue sur les lieux, empêche de recourir à la police et le corps est gardé en chambre froide. Martin décide de commencer les investigations en interrogeant tous les membres de la famille. Un nouveau mort est cependant à déplorer.

Mon avis :

une sorte de petite douceur à la "Agatha Christie" : Un lieu clos et un nombre restreint de suspects potentiels.

Cela se laisse lire agréablement mais heureusement que je l'ai emprunté car j'aurais râlé d'avoir à payer pour un roman qui est sympa mais pas bouleversant d'originalité et mince comme une feuille de papier à cigarette!!

Donc vous avez compris, j'ai lu ce roman en un après midi, j'en garde un bon souvenir mais allez plutôt l'emprunter hi hi!!

A bientôt

Posté par eoghan à 09:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 août 2018

130/ Arne Dahl et "Prenons la place des morts"

Bonjour,

9782330075422

Quelques mots sur l'auteur.

Arne Dahl est le pseudonyme de Jan Arnald.

Il est né en 1963 en Suède.

Il a été un journaliste, critique littéraire, scénariste et romancier. Principalement connu pour des romans policiers écrits sous son nom de plume, ses livres sont traduits en plusieurs langues.

On le compare souvent à Maj Söval et Per Wahlöö, le couple, auteurs de romans mettant en scène Martin Beck, des romans que j'avais adorés et que je recommande vivement!!

L'histoire :

Le roman débute avec la tragique déportation en 1933 de milliers de personnes dont un enfant sur ce que l'on a appelé l'île aux cannibales, située en Sibérie. Ils ont en effet été abandonnés sans eau avec juste une montagne de farine...

On découvre ainsi les horreurs vécues par notamment ce jeune enfant qui arrive à survivre.

Bien plus tard, à notre époque, un chirurgien esthétique est retrouvé pendu chez lui en Belgique. Il travaillait sur un projet secret de l'europe visant à l’identification de terroristes ayant eu recours au bistouri.

Un autre crime a lieu : celui d'un trafiquant d’armes albanais est abattu lors d’une rixe dans un bar à Stockholm.

Et enfin un député écologiste au Parlement européen est assassiné à coups de couteau.

Les crimes ont lieu dans des îles qui ont servi de prison.

A chaque fois la situation paraît simple et l'auteur des faits ou le suicide sont clairement établis. Mais les membres du groupe Opcop ont des doutes et l'enquête montre qu'il existe des liens entre les victimes. Elles ont participé à un curieux programme visant à créer une sorte de surhomme.

On parle ici d'un tueur génétiquement modifié qui se venge.

Mon avis :

Je dois avouer que je n'ai pas vraiment accroché, l'intrigue m'est apparue compliquée, touffue voire confuse. Quantité de personnages ... mais surtout je ne me suis jamais sentie concernée par leur histoire.

J'ai été vite larguée et je n'avais pas vraiment envie de suivre l'intrigue...

Je suis allée jusqu'au bout mais sans grande conviction.

A bientôt

 

Posté par eoghan à 07:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 juin 2018

106/ Camilla Lackberg et " Le tailleur de pierre"

Bonjour,

Le-tailleur-de-pierre

J'ai lu le troisième livre de la série de Camilla Lackberg mettant en scène Erica Falck et Patrick Hedstrom.

L'histoire :

Un pêcheur découvre le corps d'une fillette en relevant ses nasses.

Il s'agit de Sarah, âgée de 7 ans et  fille d'une amie d'Erica.

Erica et Charlotte, mère de Sarah, ont sympathisé alors qu'elles promenaient leur nouveau-né respectif et Charlotte a beaucoup soutenu Erica, qui traverse une sorte de baby blues et a du mal à se remettre de la naissance de sa petite puce.

L'hypothèse d'un tragique accident est d'abord retenue mais l'autopsie montre que, si la fillette a bien de l'eau dans les poumons, il s'agit d'une eau douce additionnée de savon.

On a également détecté des cendres jointes à de la poussière de grès et à des résidus humains.

L'enquête est confiée à Patrick mais ce dernier se voit adjoindre Ernst et non Martin, avec lequel il formait une bonne équipe.

L'enfant a été vu pour la dernière fois par sa grand mère alors qu'elle partait jouer chez une copine à la maison de laquelle elle n'est jamais parvenue.

Le roman mêle deux époques.

Camilla Lackberg raconte une histoire survenue dans les années 20, celle d'une jeune fille gâtée et égoïste qui s'entiche d'un modeste tailleur de pierre.

Enceinte de jumeaux, elle est contrainte par son père d'épouser le père des enfants.

Privée de l'aide financière de son géniteur, Agnès se met à détester son mari et ses enfants et se révèle d'une grande cruauté au fil du roman.

Le drame actuel trouve son origine dans le passé.

Quel est donc le lien d'Agnes avec les protagonistes du drame actuel.

Mon avis :

Je n'ai pas lâché le roman que j'ai trouvé palpitant.

Bon j'ai adoré, inutile de le dire.

Mais mon enthousiasme ne me fait pas oublier les quelques faiblesses de l'histoire.

Il y a des longueurs indéniables, ainsi l'existence d'un fils de Mellberg ne sert pas l'histoire. Et puis Camilla en rajoute, le voisin irrascible qui se révèle être un pédophile, je me demande si c'était bien utile!

Mais j'ai aimé la simplicité du tailleur de pierre qui adorait ses fils, vivait modestement mais avait de vraies valeurs, et j'avais hâte de retrouver l'histoire d'Agnes.

On retrouve les personnages fétiches de Camilla Lackberg:

Martin qui prend un appartement avec Pia, la traductrice du roman précédent,

Erica qui a accouché d'une petite fille et a bien du mal à s'organiser.

L'histoire de la soeur d'Erica, retournée vivre chez Lucas, son mari .

Dommage que certains personnages sont un peu caricaturaux : Ernst, policier paresseux et débile,

                     la belle - mère peu agréable mais qui se tape  toutes les corvées quand même!! Là on se rend compte que je suis une belle mère hi hi!!

Même Patrick paraît assez peu éveillé à certains moments!

Assez rapidement j'ai pensé que le beau-père de Charlotte devait sans doute être empoisonné, je suis peut être un peu parano!

Le roman fait aussi froid dans le dos car il est très noir.

Il est à lire et vous passerez, j'en suis certaine, un moment agréable.

A bientôt

 

 

 

Posté par eoghan à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


15 juin 2018

105/ Camilla Lackberg et "Le prédicateur "

Bonjour,

CVT_Le-predicateur_425

Un deuxième roman de Camilla Lackberg paru en France en 2009 mais rédigé en 2004.

L'histoire :

Un enfant trouve le corps d'une jeune femme au lieu dit " la brèche du diable". Sous son corps se trouvent les restes de deux autres personnes.

Les ossements appartiennent à deux jeunes femmes disparues en 1979, Siv Lantin et Mona Thernblad. Le dernier corps est celui d'une jeune allemande, Tanja.

Patrick Hedstrom, qui était en vacances pour profiter de quelques jours de tranquillité avec Erica, enceinte de huit mois, accepte de reprendre du service pour cette enquête qui s'avère délicate.

Aucun lien ne semble exister entre Mona, jeune fille tranquille et Siv, mère célibateire pour le moins délurée.

L'enquête finit par se concentrer sur la famille Hult dont l'un de ses membres, Johannes avait été vu par son frère Gabriel en compagnie d'une des victimes le soir de sa disparition.

Mais Johannes s'est suicidé bien des années auparavant et ne peut être coupable du dernier meurtre. Une autre jeune fille disparaît.

Tanja s'avère être la fille de Siv...

Le roman se divise en deux parties : le déroulement actuel de l'enquête et la période actuelle avec notamment la vie d'Erica et des autres policiers du commissariat mais aussi  ce qu'ont vécu les victimes.

Mon avis :

L'intrigue est bien faite et on est pris par l'histoire qui nous tient en haleine même si, en ce qui s'agit des tests ADN, on connait la solution car déjà utilisée dans d'autres romans.

Mais j'ai aimé le rythme lent de l'enquête qui colle un peu plus à la réalité et la vie dans une petite ville balnéaire suédoise pendant un épisode caniculaire.

Il s'agit, encore une fois, d'une intrigue basée sur des secrets de famille, ce qui rend le roman tout à fait passionnant.

Une famille fondée par Ephraim, le prédicateur et ses deux fils Johannes et Gabriel, sans oublier le rôle joué par  Solveig, l'ancienne reine de beauté qui a quitté Gabriel pour épouser Johannes.

La raison de ces meurtres est tout à fait originale mais je vous laisse découvrir!!

Le roman n'est plus focalisé sur Erica. Cette dernière est enceinte et fait face à divers pique-assiettes, bien décidés à profiter de la vie au bord de la mer sans assumer un hébergement et j'avoue que c'est assez amusant même s'il y a un coté un peu caricatural.

Le prochain roman devrait, enfin je le suppose, nous dévoiler ce que devient Anna, la jeune soeur d'Erica, partie retrouver son mari, situation assez classique des femmes battues et peut être le devenir du jeune Martin.

Le troisième roman de la série est "Le tailleur de pierre" qui devrait être ma prochaine lecture.

A bientôt

Posté par eoghan à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 juin 2018

103/ Camilla Lackberg et " La princesse des glaces"

Bonjour,

La-princee-des-glaces

L'auteur :

 Camilla Läckberg est née le 30 aout 1974 à Jjällbacka, lieu où se situent ses romans policiers.Elle fait partie des auteurs à succès.

Elle a quatre enfants nés de trois unions différentes.

Ce roman est paru en 2003 et a été traduit en 2008.

 

L'histoire :

Erica Falck, écrivain spécialisée dans les biographies, est revenue dans sa ville natale, suite au décès accidentel de ses parents. Elle se charge de trier les papiers de la famille, tout en essayant d'achever une dernière biographie. Célibataire, sans enfant, Erica se sent déprimée par cette tâche, d'autant que sa jeune soeur ne lui est d'aucune aide.

Un vieil homme chargé de surveiller la propriété d'Alex, une jeune femme élégante venant seule les week end, découvre celle-ci morte dans sa baignoire, suicidée apparemment. Il appelle à l'aide Erica qui arrive à joindre la police.

Alex était d'ailleurs une de ses meilleures amies avant de s'éloigner d'elle et de déménager lorsqu'elle avait 12 ans. Ce qu'elle a vécu comme un abandon est resté douloureux pour Erica.

Les parents d'Alex ne croient pas au suicide et  demandent à Erica d'écrire un hommage dans la presse. C'est ainsi qu'Erica rencontre le mari d'Alex, ainsi que Francine avec laquelle elle gérait une galerie d'art.

Mais le portrait d'une femme très différente de celle qu'elle a connu se dessine et Erica souhaite découvrir la vérité sur son amie, d'autant que les constatations médico-légales montrent qu'il ne s'agit pas d'un suicide mais d'un meurtre.

Patrick Hedström est chargé de l'enquête et cet amoureux transi d'Erica lorsqu'il avait 15 ans, est à nouveau sous le charge de la jeune femme.

Par ailleurs Erica, qui se remet difficilement du décès de ses parents, est confrontée à son beau frère qui souhaite vendre la maison familiale.

Elle découvre qu'Alex avait une liaison avec l'alcolo du coin mais pas que...

Mon avis :

L'intrigue est bien faite et l'auteur multiplie les fausses pistes jusqu'au dénouement qui arrive à surprendre.

Le thème est tristement réel.

Le traitement m'a plu avec ses secrets et ses non-dits même si on devine ( avant nos enquêteurs de choc) qui est réellement Julia.

J'aime l'ambiance de ces petites villes du nord de l'Europe avec la neige et le froid.

Les personnages ont du réalisme jusqu'aux personnages secondaires et là je pense notamment à celui qui découvre le corps d'Alex dont on connaît ainsi le devenir.

C'est le premier roman de la série et je me lance dans la lecture du second...

A bientôt

 

 

Posté par eoghan à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 mars 2018

67/ Asa Larsson et " le sang versé "

Bonjour,

 

le sang versé

 

Un  roman de Asa Larsson mais plus ancien que celui dont j'ai déjà parlé car, si " En sacrifice à Moloch" date de 2017 je crois, celui-ci est paru en 2014. Je me demandais en le lisant si je ne l'avais pas déjà lu....

J'ai lu du même auteur " Horreur boréale" que j'ai adoré.

J'avais déjà lu celui-ci , pas de doute, mais j'ai souvent plaisir à me replonger dans des romans déjà lu même si, en l'espèce, je ne l'ai pas fait volontairement!!

 

L'histoire :

Le roman débute avec le meurtre de Mildred Milsson, femme d'une cinquantaine d'années, qui se révèle être le  pasteur de l'église de Jukkasjärvi. Elle est retrouvée pendue à l'orgue par le vicaire .

Mildred, dotée d'une forte personnalité, était controversée au sein de la petite communauté et n'avait pas que des amis.

Quelques mois plus tard, Rebecka Martinsson, avocate au sein du réputé cabinet Meijer et Ditzinger, accompagne son confrère Torsten à une réunion dans le nord de la Suède afin de discuter de l'éventuelle participation du cabinet à une structure de protection juridique et financière de l'union paroissiale locale.

Rebecka, qui a tué un meurtrier en état de légitime défense plusieurs mois auparavant, l'a accompagné car elle est originaire de la région, mais son rôle est devenu purement décoratif au sein du cabinet. Elle reste rémunérée par ce dernier car sa notoriété rejaillit sur le cabinet  mais, déprimée,  elle est incapable d'exercer réellement sa profession.

Elle reste après le départ de son collègue pour gérer quelques problèmes de l'union paroissiale et, à ce titre, récupére un trousseau de clefs ayant appartenu à la victime. Parmi les clefs se trouve celle d'un casier.

Rebecka décide de l'ouvrir et photocopie les documents qui s'y trouvent pour les remettre à Anna Maria Mella qui s'occupe de l'enquête criminelle et qu'elle a connu lorsqu'elle a été amenée à tuer un assassin pour sauver des enfants.

Elle en profite pour se rendre à sa maison de famille et la ré ouvre.

L'enquête sur la mort du pasteur se poursuit sans grands faits notables mais un autre pasteur, qui la combattait sur divers thèmes, est lui aussi retrouvé assassiné d'une balle dans la tête.

Comme dans le précédent roman d'Asa Larsson, la partie policière est entrecoupée d'une autre histoire, ici celle d'une louve qui s'est installée dans la région et que Mildred souhaitait protéger via une fondation, s'attirant de nombreuses inimitiés tant au sein de l'église que de la part des chasseurs.

Mon avis :

Des personnages complexes et je ne pense pas seulement à Rebecka qui tente de se reconstruire après une épreuve particulièrement pénible.

Les policiers ont également de l'épaisseur ainsi que les différents protagonistes. Une relative lenteur permet à chaque personnage de s'installer dans l'intrigue et c'est quelque chose que j'apprécie particulièrement et que l'on retrouve souvent dans les romans dits "nordiques".

Plusieurs thèmes sont abordés dans le livre, la protection de la belle nature de la suède lapone, les relations lesbiennes entre Mildred et Lisa, la situation des femmes dans les parties reculées du pays ( mais peut être pas seulement).

C'est une intrigue policière doublée d'une analyse sociale.

J'avoue être sensible à l'ambiance des romans de cet auteur.

Maintenant il ne faut pas s'attendre à une intrigue à la James Bond, des rebondissements  "en veux-tu en veux là"!!

Le déroulement de l'histoire est lente et comporte une part de cruauté froide.

 

 A bientôt

 

Posté par eoghan à 07:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 février 2018

48/ Carin Gerharsen et " la dernière carte"

Bonjour,

 

51yevCStLvL

 

J'ai déjà lu au moins un livre de cet auteur , "la comptine des coupables" et " dissonances"  et j'avais apprécié.

Apparemment ici il s'agit du quatrième roman mais je l'ai lu de façon indépendante .

Comme je prends les livres à la médiathèque j'avoue que je ne les trouve pas toujours dans l'ordre et c'est un peu dommage car j'aime bien lire dans l'ordre de parution.

 

L'histoire :

 

Un homme apparemment bien sous tous rapports, est retrouvé assassiné de retour d'un repas bien arrosé  entre amis de poker.

Erlandson est décrit comme un homme affable, soutenant les sans abris et toujours prêt à rendre service. Une vidéo le montre d'ailleurs rendant visite à des SDF. Il entraîne également l'équipe des filles après la mise à l'écart d'un autre entraîneur.

On trouve sur lui quatre cartes représentant la main du diable ainsi qu'un papier portant une suite de lettres et de chiffres.

 

La famille est passée au crible ainsi que les participants à la sortie au restaurant, en raison, s'agissant de ces derniers, du lien éventuel entre les cartes trouvées sur la victime et le poker.

A partir de ce moment, l'enquête se déroule dans plusieurs directions.

L'un des participants au repas avait , par le passé, été soupçonné de la disparition d'une jeune enfant russe qu'il envisageait d'adopter. 

Le reportage vidéo montre une jeune fille Rebecka que la police n'arrive pas à retrouver. Enfin l'épouse de la victime est pratiquement sans nouvelle de sa fille depuis 4 ans.

Tous ces faits intriguent l'équipe d'enquêteurs et les lancent sur des pistes variées. Il y a également la piste de l'entraîneur mis à l'écart.

Par ailleurs Jamal, un des policiers, poursuit ses investigations sur le viol en réunion dont a été victime sa collègue Pétra et notamment sur l'identification du "deuxième homme".

 

Mon avis :

 

Un roman bien écrit qui maintient le suspens jusqu'au bout et on a hâte de lire le suivant puisque le viol de Pétra est une sorte de lien entre les différents livres. 

Petit bémol mais, je ne veux pas dévoiler l'intrigue, le dénouement arrive un peu par hasard et c'est peut être un peu dommage...

J'ai bien aimé les personnages que l'ont retrouve livre après livre, l'intrigue est touffue mais lisible et donc pour moi c'est un agréable roman.

A bientôt

 

Posté par eoghan à 07:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 novembre 2017

21/ Asa Larsson et " en sacrifice à Moloch"

En-sacrifice-a-Moloch

 

 

Bonjour,

Alors là c'est un bon roman policier...

J'ai déjà lu des romans de Asa Larsson, notamment des intrigues de sa série Rebecka Martinsson et la lecture de ce livre me donne furieusement envie de les relire.

J'avoue aimer lire et relire mes romans préférés. Je ne sais pas si pour vous qui passez ici, vous faites de même, mais moi j'adore, c'est comme remettre une vieille paire de pantoufle, on se sent bien, on prend le temps de relire en ayant moins l'envie de savoir la fin, on savoure les mots et les phrases et on repère les petits cailloux laissés ici et là par l'auteur.

A ce sujet j'ai lu que Asa Larsson est une avocate fiscaliste ayant vécu à Kiruna, dans le nord de la Suède, en Laponie suédoise ( là j'avoue tout, je reporte ce qui est indiqué sur la quatrième de couverture, je suis nulle en géographie). Elle est donc proche de son héroïne.

L'histoire débute avec un ours dangereux qu'il faut tuer afin de préserver la population. D'ailleurs c'est intéressant de découvrir que tuer un ours est sévèrement encadré tout d'abord et qu'ensuite la chasse ici faite par un spécialiste est extrêmement dangereuse, fin de ce petit aparté.

 

L'ours est tué, on retrouve dans son estomac, outre le chien qu'il avait tué la veille, des os humains.

Ailleurs, quelque mois plus tard, une femme, Soll-Brit est découverte assassinée dans son lit. 

L'autopsie montre qu'elle portait la trace de nombreuses blessures qui s'avérent avoir été faite à l'aide d'une fourche.

Elle élevait son petit fils Marcus, âgé de sept ans depuis la mort accidentelle de son fils, tué par un chauffard.

Marcus est retrouvé caché dans une cabane.

Rebecka Martinsson découvre que la victime était la fille de celui qui avait été dévoré par l'ours quelques mois auparavant. On pensait qu'il s'était perdu dans la forêt avant d'y trouver la mort et de servir de repas à lours abattu.

 

On apprend également que la grand mère paternelle de Sol-Britt, Elina Petterson, institutrice nouvellement recrutée à Kiruna  a été assassinée et ce en 1914.

Rebecka Martisson se voit déchargée de l'instruction du dossier en raison de sa proximité avec certaines parties impliquée dans l'affaire.

Le roman se divise entre des chapitres consacrés à l'enquête officielle sur le meurtre de Sol-Brit, à l'histoire de Elina au début du siècle et à l'enquête officieuse de Rebecka sur les différents décès survenus dans la famille de Sol-Brit. Marcus fait l'objet d'une tentative d'assassinat.

 

J'aime l'histoire, son écriture, ses personnages qui ne sont pas mièvres et ont de l'épaisseur, le dépaysement que procure l'intrigue dans la nord de la Suède, cela donne des envies de neige, de grand froid...

J'ai beaucoup apprécié aussi la vie d'Elina  et l'existence difficile que menaient les suedois dans cette ville isolée du nord du pays.

Bon j'arrête là, vous l'avez compris, j'ai adoré, seul bémol à mon avis, la découverte de l'assassin m'est apparue peu vraisemblable au regard du déroulement de l'intrigue, difficile d'en dire plus mais justement j'avais écarté l'auteur de mes suspects hi hi , bon j'avais tort mais ce n'est pas cohérent.

Un roman à recommander!! 

 

Ma fille m'a offert le " samedi "de Nicci French, il faut donc que je présente non seulement le samedi mais les jours précédents... et pour ne pas écrire de bêtises, il faut que je relise ces romans.

A bientôt.

 

 

Posté par eoghan à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,