21 décembre 2018

58 année 2/ Dror Mishani et " une disparition inquiétante"

Bonjour,

 

une disparition inquiétante

 

Dror Mishani est né en 1975. Il est traducteur mais aussi  spécialiste de l'histoire du roman policier.

Il a écrit une série mettant en scène le policier  Avraham Avraham, série parue d'abord en hébreu à partir de 2011 mais les romans ont été traduits en de nombreuses langues et c'est en suède qu'il a eu un grand succès, son premier roman remportant le prix Martin Beck du meilleur roman policier étranger publié en Suède.

Son épouse est originaire de Pologne et a enseigné à Cambridge. Le couple qui a deux enfants vit désormais à Tel Aviv.

La quatrième de couverture mentionne que l'auteur est le digne successeur de Batya Gour.

Je crois que c'est le premier auteur israélien de romans policiers que je lis et je ne connais pas du tout Batya Gour je l'avoue.

Ce roman est paru en français en 2014 et a reçu un prix du Point,  mais deux autres ont été publiés en 2015 et 2016 qui sont " la violence en embuscade" et " les doutes d'Avraham".

L'histoire :

En ce mercredi, Avraham Avraham est de service et a déjà reçu deux mères venant au commissariat pour des motifs futiles.

La troisième est désemparée et  vient déclarer la disparition de son fils. Elle s'inquiéte car le jeune homme de presque 17 ans n'est pas revenu et a laissé dans sa chambre son téléphone portable dont il ne se sépare jamais.

Avraham pense à une fugue, d'autant que Ofer Sharabi a déjà fugué à deux reprises par le passé pendant quelques heures.

Il interroge la maman mais rien ne permet d'affirmer qu'il s'agit là d'une disparition inquiétante.

Le lendemain, Ofer n'est pas revenu et Avraham, inquiet, lance une procédure de recherche.

Suite à un appel anonyme, une battue est effectuée dans un secteur de dunes.

On suit en parallèle les préoccupations d'un voisin, professeur d'anglais, qui donnait des cours particuliers à l'ado à une époque. Le moins que l'on puisse dire est que ce professeur est un peu étrange.

L'enquête s'enlise et on adjoint à Avraham un jeune inspecteur dont les dents rayent le plancher alors que le commandant doit partir à Bruxelles dans le cadre de la coopération entre services. Il n'aura pas tout perdu mais je n'en dis pas plus...

Mon avis :

Une des choses que j'aime dans les romans policiers est la plongée dans des univers différents de mon quotidien.

Cela peut être une époque différente, victorienne, début du XX ème,  un pays différent, une religion différente, j'avais adoré, par exemple, la série du rabbin de Harry Kemelman.

Si l'auteur est sérieux, on apprend ainsi beaucoup de choses. J'étais d'ailleurs totalement fan de la collection " grands détectives", une collection tout à fait remarquable.

Ici l'intrigue se passe à Tel Aviv, ce qui, en soi, est déjà dépaysant même si l'auteur décrit assez peu son environnement.

Le commandant Avraham Avraham est quelqu'un d'incertain, il est tout à fait qualifié mais est assez peu sûr de lui, il se pose toujours des questions et a beaucoup d'inquiétude. Son passé explique peut être son caractère puisque son père, avocat, a été victime d'une crise cardiaque et se trouve beaucoup diminué et sa mère a été violente avec lui par le passé.

Le roman est passionnant et on est pris par l'histoire de la disparition de ce jeune homme fragile.

Bien sur le commandant n'est pas un super flic, c'est un homme paisible et assez placide, peu communicatif et d'un tempérament inquiet. Un peu monsieur tout le monde avec son passé et ses incertitudes.

Sur le fond il faut cependant admettre que les investigations sont de piètres qualités mais bon...

J'ai beaucoup aimé cette lecture malgré ce petit bémol et j'espère trouver les autres romans de ce même auteur.

A bientôt

 

 

Posté par eoghan à 07:48 - - Permalien [#]
Tags : , ,