28 mars 2019

87 année 2. Leif GW Persson et " la nuit du 28 février"

Bonjour,

 

51PUzcu5mfL

J'ai pris, à la bibliothèque,  deux romans de cet auteur que je ne connaissais pas du tout.

J'ai commencé par celui-ci qui est le premier paru en France mais, après avoir creusé la question, ce n'est pas le premier de l'auteur d'une série mettant en scène un commissaire suédois car il semble que le second que j'ai emprunté a été écrit avant celui-ci même si sa traduction est postérieure.

L'auteur :

Tout d'abord il est né en 1945 en Suède.

Il a été connu en tant que criminologue et a écrit une vingtaine d'essais et d'études.

Mais sa célébrité est due à des romans policiers ayant pour héros le policier Lars Martin Johansson.

Ses romans se rapprochent, selon ce que j'ai lu, de la série dont j'ai parlée il y a peu : les romans qui mettent en scène  Martin Beck et ont été écrit par Maj Sjöwall et Per Wahlöo.

J'ai emprunté ce roman mais aussi " La fête du cochon"

L'histoire :

Un jeune journaliste américain se rend à Stockholm en vue de rédiger un livre. Il se suicide, enfin, ça y ressemble.

Lars Martin Johansson qui est commissaire de police se saisit du dossier et doute du suicide.

Mon avis :

Cela commençait bien avec ce meurtre inexpliqué.

J'ai trouvé amusant l'ambiguité sur le duo qui assiste à la chute du journaliste car c'est écrit de telle manière que l'on pense que c'est un homme âgé et un ado de 13 ans, qui, en plus, y trouve la mort en recevant à l'arrière de la tête la chaussure du suicidé... Mais non il s'agit d'un homme et de son chien.

Puis ça s'est gâté. On passe d'un personnage à l'autre de façon parfois très ( trop ) rapide mais on peut se dire que cela donne de la vicacité au roman.

Ensuite l'auteur use et abuse du décalage entre ce qui est dit et la pensée intime du personnage. ( Je ne sais pas si je m'explique bien)

Par ex on a le dialogue qui est verbalisé puis il y a le "in petto"

Le faire une fois ou deux, pas de souci, mais c'est un usage systématique que j'ai trouvé répétitif puis carrément artificiel...

Ensuite j'ai trouvé ce roman horrible. Aucun des personnages n'a le moindre charme et intérêt. Tous sont soit obsédés sexuels, soit totalement incompétents soit totalement stupides, soit psychopathes ou une part de chacune de ces catégories dans des proportions variables. Cela a rendu ma lecture assez éprouvante, j'ai sans doute besoin de retrouver dans mes romans policiers un personnage pour lequel j'éprouve de la sympathie, du respect, bref un sentiment noble. Bon j'arrête je deviens pompeuse!!

J'ai lu ce livre ( cela m'ennuyait de l'abandonner comme le précédent) mais cela m'a été pénible je dois l'avouer et n'y ai pris aucun plaisir.

Au départ, on a envie de savoir ce qui s'est passé, on passe d'un point de vue à un autre, puis  je me suis ennuyée et j'ai failli m'arrêter, enfin j'ai fini le livre mais je ne l'ai terminé qu'en le lisant en diagonale, c'est honteux non?

Je ne pense pas lire le second livre que j'ai emprunté. Le courage me manque...

Mais comme je le rappelle souvent, notamment avec les livres que je n'ai pas aimé, il faut se faire sa propre idée du roman, d'autant que mon blog a juste pour but de parler de ce que moi j'aime et lis...

A bientôt

 

Posté par eoghan à 08:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,