30 mai 2019

108 année 2 / Jean François Parot et " l'enquête russe"

Bonjour,

 

index

 

Un énième roman de Jean François Parot, je sais...

Mais ce blog n'est que le constat de mes lectures et ne veut être rien d'autre.

Je me suis donc lancée dans L'enquête russe.

L'histoire :

Nous sommes en 1782 et un dauphin est né.

Le prince héritier de Russie, Paul et sa seconde épouse voyagent en Europe et doivent arriver à Paris sous le nom de comte et comtesse du Nord.

Le prince Paul est le fils de Catherine de Russie et le moins que l'on puisse dire est que la mère et le fils ne s'entendent pas vraiment. La grande Catherine craint d'être tuée par son fils pour qu'il prenne sa place et le prince Paul déteste sa mère qui a fait tué son père pour régner à sa place. Bref une charmante petite famille.

La France est alliée aux américains contre l'angleterre mais la russie souhaiterait tirer profit de cette guerre. Franklin, ambassadeur des américains insurgés, joue un rôle trouble dans ces tractations car il est manifeste qu'il n'apprécie pas vraiment ses alliés français.

Sartine qui n'a plus de rôle officiel confie à Nicolas Le Floch la tâche de se rapprocher du prince russe et pour ce faire lui ordonne d'organiser le vol d'un bijou précieux appartenant à l'épouse du prince Paul afin de pouvoir lui restituer et entrer ainsi dans les bonnes grâces des russes mais rien ne se déroule comme prévu.

Comme souvent et comme le lui reproche Sartine, de nombreux morts jalonnent l'enquête russe...

Mon avis :

Je ne sais plus que dire sur cette série de romans... c'est impeccable et on suit l'enquête avec délectation.

On est ravi de retrouver Nicolas Le floch.

A bientôt

prochaine lecture : Karin Slaughter et " Au fond des bois"

Posté par eoghan à 07:05 - - Permalien [#]
Tags : , ,


27 mai 2019

107 année 2/ Jean François Parot et " l'honneur de Sartine"

Bonjour,

index

L'histoire :

Nicolas le Floch était brouillé avec Sartine, son mentor mais, ses amis, tentent de leur permettre de renouer les liens.

Nous sommes en 1780 et la France est en guerre avec l'Angleterre.

Sartine cherche à se procurer de l'argent pour financer la marine et il semble qu'il ait été assez imprudent.

Un ancien contrôleur de la marine meurt dans des conditions étranges et  l'enquête est confiée à Nicolas Le Floch. Il se trouve que le mort était détenteur de secrets importants de nature à provoquer la chute de Sartine, déjà confronté à l'animosité de Necker mais aussi de la reine.

Nicolas le Floch est confronté à un assassinat qui peut être relié à une situation purement familiale car la victime était détesté de sa famille, mais aussi à une affaire politique car il détenait un contrat que les ennemis de la France voudraient bien rendre public ou s'en servir comme moyen de pression.

 

Mon avis :

Ce qui est terrible est que je ne suis pas lassée malgré plusieurs lectures du même auteur un peu à la file.

j'adore toujours autant et à chaque fois je songe que je  suis désolée de n'avoir découvert cet auteur qu'après son décès.

Nicolas Le Floch met en oeuvre des méthodes d'investigations presque modernes puisque dans l'un des romans il utilise un dessinateur pour faire le portrait d'une victime non identifiée, dans la plupart des romans il fait appel aux connaissances du bourreau de paris et du chirurgien de la marine, le docteur Demacgus.

ici et là on retrouve des " experts" : M.Vachon qui fait les vêtements de notre héros, un serrurier, un expert en vases en céladon. Cela rend les romans presque contemporains.

Et puis on aime aussi retrouver la vie de nos héros et des personnages annexes toujours bien campés.

Bien sûr, l'époque qui précède la révolution est tout à fait passionnante et j'ai trouvé que c'était un bon moyen de faire aimer l'histoire. On ne peut s'empêcher de penser que la vie quotidienne se poursuit tranquillement alors que la révolution couve et on a froid dans le dos. Il est certain qu'il existait une grande injustice dans la France de cette époque qui trouvait sa source non sur le mérite mais  sur la naissance toutefois le désastre qu'a été la révolution avec ses milliers de morts est terrible ...

A bientôt

Prochaine lecture : "l'enquête russe" du même auteur

Posté par eoghan à 07:06 - - Permalien [#]
Tags : , ,

24 mai 2019

106 année 2/ Jean François Parot et " le noyé du grand canal"

Bonjour,

index

L'histoire :

1778 et Louis 16 est dans l'attente d'un héritier.

La reine s'est fait dérober un bijou important lors d'une de ses imprudentes sorties. Elle décide de charger de l'enquête 'linspecteur Renard, épouse de sa lingère ou cameriste.

Nicolas Le floch participe à une bataille maritime alors qu'il est chargé de surveiller le duc de Chartres. La guerre est engagée contre l'angleterre. Il est revient couvert de blessures et Catherine, la cuisinière de M. de Noblecourt le soigne avec l'aide précieuse de M.Secmagus.

A nouveau chargé cette fois par le roi de faire la lumière sur le vol dont à été victime Marie Antoinette, Nicolas doute de la probité de l'inspecteur Renard. Par ailleurs on découvre le corps d'un homme qui se serait noyé dans le grand canal, soit sur le domaine royal. Il a en réalité été empoisonné. Une autre homme est retrouvé mort à la samaritaine puis l'inspecteur Renard est également assassiné. L'amie de Nicolas, Aimée est enlevée...

La reine est sur le point d'accoucher...

Mon avis :

De nombreux rebondissement dans ce roman qui nous emmène dans les intrigues de la Cour.

Le roi est plutôt sympathique quoique faible et hésitant. La reine est une sorte d'écervelée sans grande moralité.

L'histoire est bien ficelée et perso, j'ai beaucoup aimé..

A bientôt

 

 

 

Posté par eoghan à 07:47 - - Permalien [#]
Tags : , ,

21 mai 2019

105 année 2/ Jean françois Parot et " Le cadavre Anglais"

Bonjour,

 

index

 

Je poursuis ma lecture de romans de Jean François Parot.

L'histoire :

Ici nous sommes en 1777 un homme detenu dans la prison de Fort L eveque tente de s'échapper à l'aide de ses draps. Il tombe.

Nicolas Le floch est appelé sur les lieux et, par hasard, il est passé peu avant l'évasion à proximité, constatant d'ailleurs que l'éclairage public était éteint.

La victime est vetu de drap que Nicolas Le Floch identifie comme étant un drap anglais. Il avait pour cela eu recours à son tailleur, M.Vachon.

Pour l'aider dans l'identification du mort il a recourt à un illustrateur. Ce dernier est enlevé et sa compagne, Freluche, est assassinée.

Malgré de multiples péripéties la victime est identifiée comme étant un horloger particulièrement doué qui travaillait chez M. Le Roy. Il a laissé derriere lui un message assez obscur.

Mon avis :

Des pistes, de fausses pistes, des intrigues de cour ou pas...

Je ne vais pas m'étendre sur ce roman car, comme les précédents, j'ai adoré et qui plus est, je ne me lasse pas de ma lecture.

J'ai, à chaque fois, envie de me précipiter vers le suivant...

Je suis fan

A bientôt pour la suite...

Posté par eoghan à 08:05 - - Permalien [#]
Tags : , ,

18 mai 2019

104 année 2/ Jean Francois Parot et " Le sang des farines"

Bonjour,

index

Un titre bien énigmatique...

Je poursuis ma lecture des romans consacrés à Nicolas Le Floch avec celui-ci qui se déroule lors d'une mission de notre héros en Autriche.

L'histoire :

Début 1775. Le temps est glacial et il neige beaucoup.

Nicolas Le Floch reçoit la délicate mission de porter en Autriche un buste et une missive de Marie Antoinette à la mère de cette dernière.Il s'agit là de la mission officielle car son voyage aura aussi pour but de démasquer ceux qui s'attachent à percer le secret des courriers entre l'ambassadeur français à Vienne et le roi. L'abbé Georgel, secrétaire du prince Louis de Rohan avait découvert que le " correspondance du secret" était analysée par le cabinet autrichien grâce à un mystérieux informateur masqué.

Toutefois l'abbé Georgel se refusait à donner à l'ambassadeur du roi de France plus de précisions sur son informateur.

 

Il se rend en Autriche accompagné de Rabouine, mais aussi du docteur Semacgus qui parle allemand et de monsieur de Lastire, un colonel. Ce dernier disparaît une fois sur place.

Parallèlement notre héros se fait des soucis pour son fils Louis qu'il trouve anormalement triste.

A Vienne, Nicolas rencontre Marie-Thérèse, la mère de Marie Antoinette à laquelle il remet le buste de sa fille et la missive. Il est interrogé sur la vie à la cour de France.

Son séjour se prolonge et il est victime d'une tentative d'assassinat, sauvé par M.de Lastire qui réapparaît ainsi...

De retour à Paris sa mission remplie, Nicolas Le Floch s'attache à démêler les raisons de la mort du boulanger Mourut, dont l'échoppe se trouve sous l'hôtel particulier de Monsieur de Noblecourt où réside notre héros .

La victime porte une curieuse plaie à la main qui est analysée par Semacgus, le résultat est troublant...confirmé par des résidus se trouvant sur les bottes de Nicolas Le Floch.

Mourut n'est pas un personnage sympathique et ce ne sont pas ses deux apprentis qui vont me contredire !

 

Mon avis :

Une intrigue compliquée qui fera le lien entre le séjour de Nicolas Le Floch en Autriche et une enquête concernant un boulanger parisien.

Louis est retrouvé, il ne retournera pas faire ses études mais intégrera les pages du Roi grâce à ses quartiers de noblesse établis par la demi-soeur de Nicolas le Floch.

On ressent dans ce roman la montée de la colère du peuple. On y voit la corruption des grands serviteurs du roi, les complots et le mépris des grands pour la misère qui s'installe de plus en plus dans Paris.

Le roman m'a beaucoup plu et je lis en ce moment tous les livres de cet auteur que je trouve.

Il est dommage de se dire que la mort de Jean François Parot ne permettra pas d'atteindre la période révolutionnaire à ce que j'ai cru comprendre.

C'est une lecture qui rend l'histoire attrayante, et c'est à mettre au crédit de l'auteur.

De plus il y a de l'action, un héros d'une grande honneteté entouré d'hommes de valeur toujours prêts à lui prodiger de bons conseils ou à alimenté sa réflexion. J'aime aussi le rôle de Sanson, Monsieur de Paris.

A bientôt

 

 

Posté par eoghan à 09:41 - - Permalien [#]
Tags : , ,


15 mai 2019

103 année 2/ Anne Perry et " La manoir d'Alderney"

Bonjour,

Cela ne m'arrive pas souvent mais j'ai eu la chance, une double chance en fait:

- l'une d'être sélectionnée pour recevoir un livre en avant première,

- l'autre que ce soit le dernier roman d'Anne Perry dont j'ai déjà parlé à plusieurs reprises sur ce blog.

Les livres que j'ai lu de cet auteur ( je refuse de féminiser ce nom car c'est vraiment trop laid) devaient être carrément plus anciens car là j'ai fait un voyage dans le temps puisque le roman commence avec Daniel Pitt, la génération suivante...

Je me suis donc jetée sur ce roman...littéralement... je suis une dévoreuse de livres.

L'histoire :

Nous sommes en 1910.

Daniel Pitt, jeune avocat de 25 ans au sein du cabinet de Marcus Croft, se rend chez ses parents. Il y retrouve sa sœur Jemima qu'il n'a pas revue depuis 4 ans.

Jemima est désormais mariée avec Patrick d'origine irlandaise, a deux petits filles et surtout est installée à Washington.

Thomas Pitt a 60 ans, il a été anobli et dirige la "Special Branch" qui lutte contre le terrorisme.

Patrick avoue à Daniel qu'il est tracassé par une affaire ayant eu lieu à Washington et mettant en cause un jeune homme de l'ambassade de Grande Bretagne dans son pays.

Philip Sidney aurait en effet surgi nuitamment dans la chambre de Rebecka Thorwood, jeune fille de bonne famille et lui a dérobé le médaillon que la jeune fille avait au cou.

Le père de cette dernière a formellement reconnu Sidney alors que celui-ci prenait la fuite et s'embarquait avec hâte pour l’Angleterre.

Quelques jours plus tard l'agresseur présumé était arrêté pour des faits de détournement de fonds, commis dans l'ambassade à Washington ,permettant ainsi l'organisation d'un procès en Angleterre au cours duquel son comportement révoltant envers Rebecka pourrait être mis en lumière.

Daniel devient le défenseur de Philip Sidney alors que la famille de Rebecka, venue pour une succession, est présente dans la salle d'audience.

Daniel Pitt prend son rôle très à cœur d'autant qu'il commence à douter de la culpabilité de son client, désormais menacé de poursuites criminelles. Il trouve étrange cet acharnement contre Philip Sidney et craint que son beau-frère ne soit à l'origine d'une affaire fabriquée de toute pièce.

Je ne veux pas divulguer toute l'intrigue qui est riche et pleine de rebondissements et ce jusque la dernière page...

Mon avis :

C'est une nouvelle série avec pour protagoniste Daniel Pitt.

Mais on est heureux de retrouver Charlotte et Thomas Pitt dans leur vie quotidienne et leur rôle de parents et grands-parents. Inutile de préciser que je n'avais pas eu le plaisir de lire le premier roman mettant en scène Daniel Pitt, je vais m'empresser de le trouver.

L'époque a évoluée bien entendu puisque nous sommes désormais en 1910 mais on retrouve le charme suranné et la délicatesse des sentiments qui ont marqué les romans antérieurs d'Anne Perry.

Le dépaysement, si je puis dire, est garanti.

L'intrigue est solide et prenante, rapidement j'ai eu envie de savoir le fin mot de l'affaire, je n'ai donc pas lâché le livre jusqu'au dénouement final qui est tout à fait décoiffant

J'ai cependant trouvé que le roman comportait des longueurs, notamment lorsque Daniel évoque, avec de multiples interlocuteurs, ses incertitudes. C'est la règle dans ce type de roman d'évoquer les diverses voies possibles mais j'ai trouvé que c'était un peu longuet... D'un autre coté, ce que j'ai considéré comme des longueurs peur s'expliquer par le fait que l'enquête piétine et qu'il n'y a aucun élément permettant à Daniel de bâtir une défense solide. D'autant que Daniel craint pour son beau-frère et donc pour sa soeur.
On retrouve ici les dilemmes moraux des personnages chers à Anne Perry et j'avoue que j'apprécie beaucoup cet aspect de ses romans.

L'intrigue change de dimension et prend un autre élan avec l’intervention de Myriam, Croft fille du juriste qui a embauché Daniel.

Et là tout s'emballe...au plus grand bonheur du lecteur.
En résumé j'ai beaucoup apprécié ce roman bien dans la lignée des autres livres de cet auteur ( je refuse de féminiser ce nom, désolée) mais qui a un je-ne-sais- quoi de différent. Peut être est ce l'amorce de l'époque contemporaine avec Myriam qui a la formation pour être médecin légiste et rage de ne pouvoir l'être car elle est une femme...ou l'approche de la guerre.

 

A bientôt

 

 

 

Posté par eoghan à 08:13 - - Permalien [#]
Tags : , ,

12 mai 2019

102 année 2/ Christos Markogiannakis et " Au 5 eme étage de la faculté de droit"

Bonjour,

index

Ce roman trouvé à la bibli m'avait paru prometteur.

L'auteur :

Oh!! c'est plutôt un beau type !! Mais non, je ne vous mettrai pas de photo !!

L'auteur est originaire d’Héraklion où il est né en 1980. Diplômé en droit et en criminologie, il a exercé pendant plusieurs années comme avocat pénaliste. Il a écrit un essai,  Scènes de crime au Louvre, qui lui a valu d'être remarqué et le présent roman est son premier livre policier.

L'histoire :

Deux corps sont retrouvés au cinquième étage de la faculté de droit d'Athène.

L'une des victimes est la professeur Irini Siomou, surnommée La vipère et l'autre est un étudiant Anghélos Kondylis qui effectuait des recherches à Paris et était de passage.

Le capitaine Christophoros Markou, lui même ancien étudiant de cette faculté il n'y a pas si longtemps, est chargé de l'enquête.

Il s'avére que Irini Siomou a été tuée en premier et l'enquête s'oriente vers ses nombreux détracteurs car elle était extrêmement désagréable et était à l'origine d'une ambiance délétère au sein de l'université. L'étudiant n'aurait été qu'une victime collatérale. Toutefois son sac contenant son ordinateur a disparu.

Au détour d'une remarque d'une ancienne étudiante ayant travaillé au sein du staff administratif de la faculté, il se rend compte que l'obscurité régnant dans le couloir où les victimes ont trouvé la mort pouvait être à l'origine d'une méprise.

Irini Siomou était-elle la victime désignée ou ne l'a-t-elle été que par erreur. Dans ce cas la véritable victime serait Anghélos Kondylis qui avait rendez-vous avec la directrice de la faculté. L'enquête se complique singulièrement.

Mon avis :

L'intrigue policière se développe simplement et l'écriture est fluide et agréable.

On suit la réflexion du capitaine Markou avec plaisir.

Il faut dire que ce dernier est un habitué de la faculté de droit puisqu'il vient d'y achever son master qui semble d'ailleurs l'avoir fort ennuyé. Il reçoit l'aide d'une ancienne condisciple qui vient d'être licencié mais a exercé au sein de l'université pendant plusieurs années et connaît tous les potins.

Je dirais que c'est une intrigue un peu à la Agatha Christie, enfin modernisée je vous rassure.

Ce que je veux dire est que les auteurs des meurtres ne peuvent être que des membres de la faculté, étudiants ou professeurs, donc un milieu relativement fermé, un peu comme dans les intrigues de notre célèbre maître en la matière. Chacun est un coupable en puissance et cache un secret que le détective se doit de découvrir. Il n'y a pas de course-poursuite, de coups de poing et autres violences, tout se passe dans la déduction et la recherche d'indices.

De même, le détective regroupe tous les suspects à la fin pour leur donner connaissance de ses déductions.

J'ai trouvé cette dernière partie un peu longue mais l'avantage est que tous les points du roman se trouvent analysés.

Personnellement j'ai beaucoup apprécié et j'espère retrouver d'autres romans de cet auteur. Je ne sais pas s'il en a écrit d'autres d'ailleurs!!

A bientôt

 

Posté par eoghan à 08:15 - - Permalien [#]
Tags : , ,

09 mai 2019

101année 2/ John Varley et " Blues pour Irontown"

Bonjour,

index

Pour cette 101 eme lecture depuis septembre 2018 ce sera u  livre de science fiction et de plus un livre récent trouvé à ma bibiothèque.

Il se trouvait sur la table des nouveautés et je me suis tout de suite souvenue que je l'avais vu dans les sorties récentes. Bingo, le dépot légal est de février 2019...

Il s'agit  ( je ne l'avais pas prévu) du troisième roman d'un trilogie du métal.

Dans l'avant propos l'auteur explique qu'un certain temps s'est écoulé entre les différents romans mais il a aussi expliqué un truc qui m'a laissée sidérée.

Apparemment beaucoup de directeurs littéraires emploient des " détecteurs de points délicats" afin d'éviter tout ce qui pourrait offusquer un groupe de lecteurs sensibles!! On lui a ainsi demandé de faire en sorte que le roman soit le plus politiquement correct!

Il faut faire en sorte que rien ne dérange ou effraie... j'ai tendance à penser que dans ce cas mieux vaut choisir des romans pour enfants et encore...

On a intérêt à profiter de notre liberté... à moins que cette méthose soit déjà arrivée chez nous!

Ce roman fait suite à " Gens de la lune" et à "Le système Valentine"

L'auteur :

John Varley est un auteur de science fiction né en 1947 au Texas.

Il a fait ses études à l'université du Michigan grâce à une bourse au mérite. Il débute des études de physique puis de lettres afin de tout arrêter et vivre modestement de petits boulots et se mettre à écrire.

Il a reçu de nombreux prix et est notamment l'auteur de la triologie de Gaïa.

L'histoire :

Nous voici plongés dans une enquête menée par Bach un ancien policier devenu détective privé et Sherlock son chien cybernétiquement modifié.

Le roman débute avec l'arrivée d'une cliente dans le bureau de nos détectives. Elle est atteinte d'une lèpre incurable qui lui aurait été inoculée volontairement et charge Bach de trouverr l'auteur des faits.

L'enquête que doit mener Bach doit l'envoyer dans un secteur appelé Irontown selon un informateur qu'il a consulté. S'y rendre lui fait froid dans le dos car c'est là que quelques années auparavant notre détective a quasiment trouvé la mort lors d'une opération qui se voulait être une sorte d'eradication d'une zone censée être criminogène.

Armé d'un fusil laser, Bach a pénétré dans le secteur et a rapidement trouvé que la vie y était plaisante.

Il a compris que l'attaque n'était guère justifiée et réussi à sauver une jeune fille de 10 ans qui était hébétée au milieu du carnage. C'est elle qui finalement arrive à le trainer dans un sas de survie.

Il tente de joindre sa cliente mais se fait enlever.

Sherlock qui l'avait suivi discrètement tente d'empêcher l'enlevement de son maître mais échoue.

Bach reste de nombreux jours détenu.

Blessé il se retrouve parmi une meute de chiens cybernétiquement modifiés au sein de Iron town.

Mon avis :

L'histoire est racontée selon le point de vue de Bach, mais aussi selon celui de Sherlock et accessoirement selon celui de l'interprête de Sherlock.

A dire, cela paraît compliqué mais c'est vraiment bien fait.

J'ai trouvé que c'était distrayant et amusant.

Le mélange entre le coté futuriste de l'existence de Bach sur Luna et le fait que nos héros vivent selon des modèles datant des polars des années 30 à 50 est détonnant.

Je ne suis pas la pro de la science fiction mais ce roman est plein d'humour, voire de poésie et on passe un excellent moment à le lire.

A bientôt

Posté par eoghan à 07:19 - - Permalien [#]
Tags :

06 mai 2019

100 année 2/ Karin Slaughter et " Angie"

Bonjour,

index

Après le médiocre " Chaos" j'ai repris un roman de Karin Slaughter qui, me semble t il date de 2016 ou 2017.

L'histoire :

Will Trent et Sara Linton vivent ensemble depuis 18 mois mais Will est toujours marié à Angie, la jeune femme avec laquelle il a partagé ses années à l'orphelinat.

Will vient de terminer une enquête difficile sur le viol d'une jeune femme par un grand joueur de basket, Marcus Rippy. Cette enquête vient de s'achever sur un cuisant échec pour Will en raison essentiellement du pouvoir de l'argent.

Cette fois Will est appelé par son mentor, Amanda, sur les lieux du meurtre d'un ancien flic. Larme retrouvée sur les lieux appartient à Angie Trent, la femme de Will. Le sang B- trouvé en abondance sur les lieux laisse supposer qu'Angie est mourante. Sa voiture est retrouvée pas loin d'un funérarium.

Les lieux du crime, un bâtiment abandonné devant être prochainement faire l'objet d'un vaste projet de rénovation, appartiennent à Marcus Rippy pour lequel travaillait la victime mais aussi Angie.

Si l'argent est une excellente motivation pour la femme de Will, Angie souhaite aussi se rapprocher de Joséphine, la fille qu'elle a eu plusieurs années auparavant et qui est l'épouse battue d'un des basketteurs de l'équipe de Marcus Rippy.

J'en ai déjà écrit beaucoup et je ne veux pas vous gâcher le plaisir de la découverte.

Mon avis :

On s'attache aux différents protagonistes de cette excellente série.

Entre Will, l'enquêteur dyslexique, Amanda sa chef roublarde, rarement tendre et souvent cruelle, Faith dont la caractéristique est d'avoir des enfants sans père, Sara, compagne de Will, redevenue médecin légiste, on ne s'ennuie pas une minute.

Il y a de nombreux rebondissements... mais chacun des personnages a aussi ses blessures, même Amanda, si dure, dont la mère s'est pendue dans son jardin et qui a été abandonnée par celui qu'elle aimait.

Je l'ai lu lors d'un week end pendant lequel je n'avais qu'à me laisser vivre sur ma chaise longue et c'était un moment de pure détente et de réel bonheur. Il y a un aspect sentimental puisque l'on suit la relation de Will et Sara mais ce ne sont que de petites touches et cela ne fait qu'enrichir l'intrigue sans rendre le roman mièvre.

J'ai adoré.

A bientôt

 

 

Posté par eoghan à 07:20 - - Permalien [#]
Tags : , ,

03 mai 2019

99 année 2/ Patricia Cornwell et " Chaos"

Bonjour,

index

J'ai emprunté à la bibli un roman de Patricia Cornwell, j'avoue que je ne les achète plus ayant souvent été déçue par les derniers que j'ai achetés.

Pourtant " Postmortem" fait parti de mes livres policiers préférés...quel roman et quel talent mais hélas les suivants n'ont pas été du même niveau, je précise qu'il ne s'agit là que d'une opinion toute personnelle.

Par ce blog, je me contente d'indiquer mes lectures et ce que j'ai aimé ou pas, je ne prétends pas à l'exhautivité d'un critique professionnel.

Quelqu'un m'a laissé un commentaire il y a quelque temps estimant que mes écrits sur je ne sais quel livre ne l'aidait pas...  j'ai été amusée, la personne a juste oublié que mon blog n'avait pas pour but d'aider qui que ce soit dans ses choix mais reflétait uniquement mon opinion, c'est un peu mon journal intime de mes lectures.

Mais revenons à " Chaos"

 

L'histoire :

 

Il fait une chaleur torride et Kay Scarpetta a quitté son véhicule conduit par Bryce.

Un appel anonyme à la police fait état d'un esclandre qu'elle aurait fait en pleine ville aboutissant à une giffle donnée à un homme que l'on peut supposer être Bryce.

Marino prévient immédiatement Scarpetta. S'en suit un dialogue assez improbable...

Le soir Kay Scarpetta et son mari Benton, désormais installés à Boston,  vont manger en ville comme chaque mercredi mais ils doivent ensuite aller chercher la soeur de Kay à l'aéroport.

Je vous passe toute la logorrhée sur les sentiments de Scarpetta à l'endroit de sa soeur...

Finalement rien n'aura lieu comme prévu car l'avion est retardé et  Kay est appelée sur les lieux d'un meurtre. Il s'agit d'une jeune cycliste et Kay se demande s'il s'agit de la jeune britannique qu'elle a aperçue à deux reprises pendant ses pérégrinations de l'après midi.

Le meurtre a eu lieu dans un parc et il convient de monter une tente afin de préserver le corps de la curiosité morbide des badauds.

Cela prendra un certain temps, énormément de temps.

Mon avis :

Patricia Cornwell est un auteur extraordinaire, arriver à 240 pages pour ne rien dire, c'est admirable!!

Les 90 premières pages ( sur moins de 400) peuvent se résumer ainsi : Kay se dispute avec Bryce, part faire des achats et va ensuite manger avec Benton. L'incident avec Bryce est signalé à la police.

Puis une cycliste est retrouvée morte : accident ou agression, il se trouve qu'il s'agit de la jeune femme que Scarpetta a croisé à deux reprises.

Bien sûr le tout est enrobé des états d'âme de Kay, de Benton, de merveilleux tableaux et de moquettes moelleuses, de la beauté et de l'élégance de Benton et du coté macho de Marino qui a tout les défauts. Et puis le montage de la tente pour protéger les lieux qui prend un temps fou. On arrive ainsi à la page 240 sans même avoir d'info sur le corps.

A ce stade je me suis dit qu'il fallait que je tienne le coup hi hi !

L'histoire n'avance pas, on a droit à des resucées des histoires perpétuellement rabâchées de roman en roman : Gretchen et ses acolytes, Lucy et ses malheurs, ses voitures, ses hélicos, la soeur de Kay et son égoïsme, les complots dont font l'objet Kay et ses proches.

De plus j'ai le sentiment que les mêmes choses sont reprises à divers endroit sous une forme un peu modifiée. Comment l'expliquer mieux?

Un exemple :

Si elle parle à un endroit de la couleur blanche ( un exemple) ,  trois pages plus loin elle en reparle en expliquant qu'avec l'obscurité cela paraît être presque gris; encore plus loin, qu'avec la lumière de sa torche on a l'impression que c'est jaune... de ce fait la simple couleur blanche ( c'est un exemple) peut être reprise de multiples fois, cela ne fait pas avancer l'intrigue mais cela remplit des pages et des pages..

Eh bien c'est exactement l'impression que me fait ce livre.

Ce n'est que mon avis et il appartient à chacun de se faire son idée mais ce roman est, hélas, d'une totale médiocrité, j'ai cru périr d'ennui!

Comme disent ( ou disaient, je ne suis sans doute plus dans le coup) les jeunes, c'est une daube intégrale!

Je suis surprise qu'un éditeur puisse encore publier les romans de Patricia Cornwell mais je suppose que le seul nom de l'auteur suffit.

Ouf je ne les achète plus, c'est déjà ça!!

 

A bientôt

 

 

Posté par eoghan à 07:11 - - Permalien [#]
Tags : , ,